La lettre de l'économie en Aveyron
Mars 2007
Numéro 16


Edito

« On ira tous en Aveyron »

La campagne de communication nationale « On ira tous en Aveyron » se révèle extrêmement profitable à l’économie aveyronnaise. Le premier bilan de l’opération est très positif.
L’important effet de notoriété généré par cette opération de promotion permet de conforter la position du département dans l’esprit des décideurs. D’ores et déjà, les contacts sont nombreux. Les personnes qui se sont manifestées au cours de cette période ont des idées pour réussir aussi bien dans le secteur industriel que dans l’artisanat ou le commerce. Ils disent clairement qu’ils sont séduits par le département. Ils sont originaires pour la majorité de grandes régions du nord de la France (région parisienne, Nord…) mais aussi du pourtour méditerranéen. Ils ont envie de vivre, de travailler et d’entreprendre en Aveyron et leurs projets sont tous de qualité.
C’est à nous maintenant de savoir les accompagner et les accueillir. Les structures - et bien entendu Aveyron Expansion en première ligne - sont mobilisées sur ce chantier.
Cet intérêt des porteurs de projets pour le département nous conforte dans cette évidence : nos territoires ont de l’avenir. Cet avenir se bâtit aujourd’hui. Les chefs d’entreprises prennent une part essentielle dans cette construction.

Jean PUECH
Président d'Aveyron Expansion

Au sommaire
Macro économie
> Tendances de consommation et innovations packaging 2007

Collectivités
> Le haut débit pour tous

> Agenda
Vie des entreprises
> SATS et GTS : un mariage heureux

Entrepreneurs aveyronnais
> L’Aveyron, pour Béatrice Veyrac : une terre de défi

 


A la une  

L’Aveyron, une tendance qui s’affirme

Début février, l’institut de sondage IFOP et les partenaires de la campagne ont livré les retombées chiffrées de l’opération de communication « tous en aveyron.com » financée par le Conseil Général et réalisée par l’Agence Business. Les 3 spots TV (art de vivre, tourisme et économie) diffusés à la période des fêtes de fin d’année ont eu l’effet escompté.

Page d'accueil du site tous en Aveyron.com

Preuves à l’appui
Le site internet « tous en aveyron.com » créé à l’occasion de la campagne a reçu 52200 visites au 31 janvier 2007, soit plus de 3000 visites par jour. Ce sont près de 650 familles qui ont exprimé le souhait de s’installer en Aveyron. 170 projets d’entreprises (reprise ou création) se sont manifestés. Les réservations touristiques ont augmenté de 14 %. C’est sans compter ceux qui ont gardé dans un coin de leur tête le désormais fameux slogan « on ira tous en Aveyron… lalala ! » sur l’air de Michel Polnareff. Car les chiffres n’en finissent pas d’augmenter. L’année 2007 sera celle de l’Aveyron.
Suite à l’enquête de l’IFOP, notre département se situe au 19ème rang des départements français les plus connus contre une 26ème place au 23 décembre 2006. Il se positionne aussi parmi les 4 départements sans littoral les plus célèbres. Outre l’effet viaduc, la notoriété du département s’est incontestablement accrue et sur des critères de choix de vie, de dynamisme et de volonté d'investir.

Les futurs néo-aveyronnais
Les futurs investisseurs proviennent majoritairement d’Île-de-France (18%). 13 % sont de PACA, 10% du Nord Pas-De-Calais, 10 % de Midi-Pyrénées et 9% de Rhônes-Alpes et de Languedoc-Roussillon.
Quant aux désireux de venir Vivre et Travailler en Aveyron, ils ont en moyenne 37 ans, ils ont des enfants. Les arguments qu’ils avancent : la sécurité, la tranquillité, la qualité de vie… 60% de ces nouveaux arrivants ont un profil en adéquation avec l’offre d’emploi en Aveyron. De quoi satisfaire nos entreprises aveyronnaises !
Les services, le commerce, l’hôtellerie, la restauration, le médico-social, la construction… sont en plus de la création ou de la reprise d’entreprises artisanales les secteurs clefs de demande d’intégration au « paradis » aveyronnais.
Les gens ont bien compris qu’il fait bon vivre et entreprendre en Aveyron.

Pour plus d'infos

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
Installation d’ATRYA/TRYBA en Aveyron

Pour satisfaire ses marchés du Sud de la France, le groupe ATRYA/TRYBA, un des leaders européens de la fabrication de fenêtres, décide de s’implanter à La Cavalerie. L’acquisition de l’unité de production PVC-GM s’accompagnera d’environ 2500 m² supplémentaires de locaux et de nouveaux équipements. A terme et de façon progressive, l’effectif pourrait être porté de 18 (situation actuelle) à plus de 60. La vitesse de croisière de production pourrait elle, atteindre 450 unités/jour de fenêtres PVC.
Pour plus d'infos

Le savoir-faire d’AUTOM’S sollicité

Dans le cadre du pôle de compétitivité Aerospace Valley, la société Autom’s, basée à Maleville et spécialisée en automatisme industriel, est impliquée dans le nouveau projet, OPERA, porté par la société Latecis, filiale du groupe Latécoère. Ce projet consiste à mettre au point et à réaliser des machines-outils de grande dimension et de très grande précision destinées à l’aéronautique.

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°16 - Mars 2007 - Page 1

Macro économie - Collectivités


Macro-économie

Tendances de consommation et innovations packaging 2007

Un public attentif à l'exposé de T. Benhaïm

« Tendances de consommation et innovations packaging 2007 », c’était le thème de la journée "Repères" organisée par AVEYRON EXPANSION en partenariat avec la DRIRE, le 8 mars dernier. Près de 70 personnes, en majorité chefs d’entreprises et collaborateurs, ont participé aux 3 conférences animées par des spécialistes des évolutions de société et des tendances de consommation : Tristan BENHAÏM (société SOCIOVISION COFREMCA) expert dans l’analyse du changement sociétal et de son impact sur la consommation, Olivier HAUSHEER (agence XTC) spécialiste de la veille en innovation produit et Jean-Christophe FROMANTIN (société EXPORT ENTREPRISES) observateur privilégié des bouleversements économiques engendrés par le développement des technologies de l’information.

Les intervenants constatent une véritable rupture de la consommation. « La vie est au cœur de la consommation et la consommation n’est plus, comme dans les années 80, au cœur de la vie » explique Tristan Benhaïm. Le consommateur français est d’abord poussé par l’envie, l’impulsion, et avant tout le plaisir. Les industriels de l’agroalimentaire l’ont bien compris puisque plus de 40% des produits innovants à l’échelle mondiale sont axés sur le plaisir : plaisir moderne, gourmand et varié.

L'axe "plaisir" domine les innovations produits (panorama mondial XTC)

Mais dans un contexte de stagnation du pouvoir d’achat, d’apparition de nouvelles dépenses (mobiles, internet…), les consommateurs tentent de dépenser moins, comparent, reportent leurs achats, traquent la bonne affaire, manifestent leurs mécontentements. Leur système de consommation relève du « self-control ». L’alimentation est l’un des postes les plus chahutés par ces arbitrages. Les gens ne « rognent » pas sur les loisirs, les cosmétiques… En revanche, 45% des français cherchent systématiquement à faire des économies sur l’alimentation sans sacrifier pour autant le haut de gamme pour des occasions festives. Dans le sillage de ces mutations profondes, les stratégies marketing doivent s’adapter : fini le marketing de slogans, la communication doit être simple, rapide et juste. En matière d’alimentation notamment, les packagings doivent fournir des repères visibles. Le consommateur d’aujourd’hui, étonnant mélange de pragmatisme et de recherche d’émotion et de sens, a clairement pris le pouvoir dans l’acte d’achat.
Le beau, le design, la sophistication, l’exotisme et la variété des sens se disputent les clefs du succès des produits que l’on s’« arrachera ».

Produit qui "nourrit la peau de l'intérieur"

La santé, la forme sont également des vecteurs de consommation avec l’apparition de produits naturels mais aussi de produits « techniques » à fort contenu médical. Quant à la praticité, elle reste un axe important d’innovation guidé par le nomadisme ou lié à des inventions technologiques comme la cuisson micro-ondes vapeur. Si le sens éthique entre citoyenneté et écologie, s’avère être une des grandes préoccupations du consommateur (le bio, l’équitable…), Olivier Hausheer constate que les industriels sont encore peu nombreux à privilégier cet axe d’innovation. A noter l’intrusion des marques de distributeurs dans l’innovation produit… Une innovation qui n’est pas nécessairement synonyme d’investissements en Recherche et Développement mais de différenciation sur les arômes, les emballages, les ingrédients.

Jean-Christophe Fromantin s’est attaché à expliquer comment dans un monde globalisé une entreprise peut se créer des opportunités, notamment par le biais des technologies de l’information. A l’échelle du monde, c’est souvent l’adaptation plus encore que l’innovation qui permet aux entreprises de rester compétitives. Grâce à leur souplesse, les PME ont une longueur d’avance en la matière.
Jean-Christophe Fromantin a donné quelques conseils aux entreprises pour rester compétitives dans une économie globalisée : apprendre à se spécialiser là où elles sont les meilleures, ne plus axer leur compétitivité sur les prix mais sur la différenciation de leurs produits et adopter des stratégies modernes de conquête de marchés. Hier, les entreprises attaquaient les marchés pays après pays. Aujourd’hui, elles doivent passer à une approche client basée sur des cibles et localiser dans le monde entier les consommateurs qui correspondent à ces cibles.

Suite à ces exposés brillants, les participants auront retenu que les stratégies les plus innovantes s’appuient surtout sur l’observation des comportements et l’exploitation des signaux faibles.



Agenda économique

Le salon de l’Agriculture du 3 au 11 mars 2007 Porte de Versailles
L’édition 2007 décale exceptionnellement ses dates d’une semaine pour permettre au Salon International de l’Agriculture et au SIMA (Mondial des fournisseurs de l’agriculture et de l’élevage), de se tenir en même temps et d’organiser ainsi à Paris, la semaine mondiale de l’agriculture. Dans la continuité des thèmes mis en avant en 2006 (biocarburants, habitat rural, nouvelles technologies…), les énergies vertes seront la thématique centrale du salon.

Plus d'infos

Du 27 au 29 mars 2007 le SITL Porte de Versailles, Hall 4
La Semaine International du Transport et de la Logistique abordera cette année les thèmes de l'e-commerce, de la reverse logistique, de la traçabilité, du ferroviaire et de la voie d'eau. Ce salon international des solutions transport et logistique se fera écho des "nouveaux marchés" : marchés métiers mais également nouveaux territoires qui sont autant d'axes de développement à fort potentiel.
Plus d’infos


Collectivités

Le haut débit pour tous

Le 16 février dernier, Jean Puech, Président du Conseil Général de l’Aveyron et Jean-Paul Rivière, PDG de l’entreprise Altitude Infrastructure, signaient le contrat de Délégation de Service Public qui garantit la couverture haut débit du département pour février 2008.

 

L’Aveyron se donne les moyens de conforter son développement économique et son attractivité
Choisie pour l’aménagement numérique du territoire, Altitude Infrastructure a 12 mois pour déployer le réseau qui permettra aux zones les plus « isolées » d’accéder au haut débit. Février 2008 verra donc la naissance d’un nouveau territoire départemental, sans zones blanches. Tous les particuliers pourront avoir accès à 2 mégabits de débit et les entreprises situées sur les 88 zones d’activités de l’Aveyron pourront accéder jusqu’à 20 mégabits (les autres jusqu’à 10 mégabits). Cette avancée sera permise grâce à un équipement d’envergure multi-technologie qui couple fibre optique et WiMAX. Le réseau filaire classique n’étant lui plus efficace au-delà de 3 km du central téléphonique. Le WiMAX, technologie hertzienne de transmission de données à haut débit, permettra de surfer sur le web en haut débit comme avec l'ADSL. La différence est que l'on utilise les ondes radio et non plus le fil, tout comme on utilise déjà la radio avec le téléphone portable. Altitude Infrastructure va installer en Aveyron 83 stations d’émission / réception. Entre la fibre optique déjà présente sous l’A75 et celle qui va être enterrée, 172 km de réseau fibré complèteront la couverture haut débit du département. « Pour les rares zones habitées qui ne seraient pas couvertes, Altitude Infrastructure pourra envisager la fourniture de service reposant sur d’autres technologies alternatives » explique Jean-Paul Rivière, fondateur du Groupe Altitude. Si bien que les Aveyronnais pourront bénéficier en tout point du territoire des mêmes conditions de connexion à l’internet haut débit que dans les grandes agglomérations françaises. Les entreprises, collectivités et particuliers pourront jouir du catalogue complet des opérateurs de services et fournisseurs d’accès présents sur le réseau.

Pour plus d'infos

 
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°16 - Mars 2007 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

SATS et GTS : un mariage heureux

En devenant une filiale de GTS (Géotechnique et Travaux Spéciaux) en novembre 2004, l’entreprise ruthénoise SATS rejoint le groupe NGE et bénéficie de sa force de frappe. Elle ne renie pas pour autant ses origines et offre de nouvelles perspectives à l’Aveyron.

RD34 Entraygues : Paroi Berlinoise et Mur Tervoile Treillis

Pendant 20 ans, SATS assoit sa notoriété
On peut dire que Christian Thomasson est le père de SATS. Cet ancien ingénieur de Solétanche Bachy, leader mondial des travaux spéciaux, décide de mettre au monde son entreprise à Rodez et de l’ « élever » en Aveyron. C’est lors de son dernier chantier chez Solétanche Bachy, sur la rocade de la Gascarie, qu’il découvre le potentiel aveyronnais de développement pour une activité de travaux spéciaux. « Un terrain chahuté et aucune entreprise de travaux spéciaux dans ce secteur » explique l’entrepreneur. En 1985, avec son associé, M. Sévigné, Christian Thomasson donne donc naissance à SATS. Comme son nom l’indique (Société Anonyme Travaux Spéciaux), l’entreprise fera du traitement du sol son cheval de bataille. En cas de travaux neufs, elle améliore les caractéristiques techniques du sol et en cas de sinistres, tel qu’un glissement de terrain, elle les répare. De vrais mécaniciens du sol associant les techniques de micros pieux, de tirants, d’injection de ciment, de béton projeté, de drainage profond… pour réaliser des ouvrages complexes. Cette haute technicité fait la réputation de l’entreprise et la mène en haut des marches. Elle a aujourd’hui à son actif des chantiers prestigieux : les fondations du viaduc de Millau, les ouvrages d’art des autoroutes A75, A89, A20, A47, les lignes LGV, le Métro de Toulouse, les tunnels de Foix, Bailly en France et Montjezieu, le musée d’Albi, celui de Toulouse… SATS développe son savoir-faire. Elle a acquis une licence d’exploitation du procédé canadien TERVOILE : éléments modulaires en béton, en grillage… avec à l’arrière un système de lanières métalliques incorporées au montage dans le sol qui une fois compactées forment un ensemble homogène travaillant comme un mur poids.

RD840 chantier de micros pieux

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants…
En 2004 suite à la volonté de désengagement du second actionnaire et afin d’assurer la pérennité de SATS, Christian Thomasson s’est rapproché de GTS en vue d’une prise de participation.
Lors de son discours d’inauguration des nouveaux locaux, le 26 janvier 2007, le père de l’entreprise déclare que « 20 ans, c’était le bel âge pour un mariage ». C’est ainsi que fin 2004, l’entrepreneur mariait sa « seconde fille » à GTS, du Groupe NGE constitué par Guintoli et ses filiales. Christian Thomasson devint alors Directeur de filiale en plus de son poste de Directeur de SATS. Depuis, la situation se résume à « que du positif ! ». Le changement le plus marquant est le déménagement de SATS dans les nouveaux locaux sur la zone de Bel Air relevant d’un investissement de 500 000 €. Le personnel voit se conjuguer des avantages sociaux. L’entreprise bénéficie de l’outil commercial, juridique, financier, ressources humaines… du Groupe NGE. Elle dispose du centre de formation de NGE, dénommé « plateforme » pour mettre à niveau ses salariés ou les former avant embauche. Ce sont 30 personnes de SATS qui ont rejoint les 4000 du Groupe aux 8 métiers (terrassement, assainissement, génie civil, travaux spéciaux, routes, carrières, travaux maritimes et électriques). Aujourd’hui, SATS cherche 7 personnes pour intégrer son équipe. Une équipe jeune et pleine d’avenir. De 2004 à aujourd’hui, le chiffre d’affaires est passé de 4 à 6 millions d’€. L’entreprise vise 8 millions d’€ en 2009. Christian Thomasson précise qu’il est « un homme heureux, bien dans ses bottes et sous son casque » et qu’il a « le sentiment d’avoir pris une sérieuse option pour l’avenir de SATS »… en Aveyron.

Pour plus d'infos

Innovation : produits, services, marques...

Le Sauveterre Camembert

Guy Vialis, patron de la coutellerie de Sauveterre-de-Rouergue, a créé un nouveau couteau dédié à la découpe du camembert. Soutenu par le maire de la célèbre commune normande, l’atelier sauveterrat devrait commercialiser cette année des milliers d’exemplaires de ce couteau dont le manche est taillé dans le buis et dont la lame est gravée du logo du village, un visage d’autochtone à la coiffe paysanne.
Plus d'infos

La CTP Magnus 400 Quantum chez l’imprimerie Delaroche

L’imprimerie Delaroche est la première en Midi-Pyrénées à utiliser la machine franco-canadienne de chez Kodak. La CTP Magnus 400 Quantum d’une toute nouvelle technicité est couplée à une presse numérique. Ce matériel écologique garantit un gain de productivité et une qualité de précision.
Plus d'infos

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°16 - Mars 2007 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

L’Aveyron, pour Béatrice Veyrac : une terre de défi

Alors que sa vie était « bien ficelée » dans le Tarn, Béatrice Veyrac Caunègre est de retour en Aveyron. Aujourd’hui à la tête de Soud Hydro aux côtés de son mari, elle a su relever le défi de l’entreprise.

Béatrice VEYRAC CAUNEGRE

Originaire de Rodez, Béatrice Veyrac a quitté sa ville natale à 18 ans. Elle ne se prédestinait ni à l’entreprenariat ni à l’Aveyron. Elle avait choisi une toute autre voie, ailleurs. Celle du développement local. Après avoir suivi des études de géographie à l’Université du Mirail à Toulouse jusqu’à obtenir un DEA de géographie rurale/aménagement du territoire, elle voua huit années de sa vie au développement économique de la communauté de communes du Pays d'Agoût dans le Tarn. Et pourtant… Rien n’est impossible avec Béatrice Veyrac puisque nous la retrouvons aujourd’hui à La Primaube, là où on ne l’attendait pas, à la tête de Soud Hydro, entreprise spécialisée dans la réparation et la vente de matériel mobile de levage (grues auxiliaires, nacelles…). Elle a effectivement décidé de tout lâcher. Mariée, deux enfants, un poste à responsabilités, des amis… jusqu’au jour où son père lui demande, si son mari et elle, ne seraient pas intéressés par la reprise de l’entreprise qu’il a créée en 1983, Soud Hydro. Si aujourd’hui, on peut dire que Béatrice Veyrac est une femme de défi puisqu’elle a accepté, elle n’est pas pour autant une femme qui se lance à la légère. C’est une année entière de réflexion qui l’a menée à disputer ce challenge. « C’est mon mari qui m’a en grande partie montré l’intérêt du projet » explique-t-elle. « Et puis il me semblait avoir fait le tour de ma mission. J’étais un peu dans une démarche de changement » rajoute Béatrice Veyrac.

Voilà maintenant 4 ans et demi que Béatrice Veyrac Caunègre, 37 ans, et son époux Sylvain Caunègre ont changé de vie en recommençant tout à zéro. Il y a d’abord eu une période de transition pendant laquelle ils se sont formés. Son mari, assurant plutôt la partie technique, s’est formé sur le tas. Béatrice elle, en charge de la gestion administrative et des ressources humaines, a suivi la formation de l’école des managers de Rodez. « Mais tout a vraiment basculé le jour où la transmission «juridique» s’est faite en octobre 2005 » lance l’entrepreneuse. « Aujourd’hui, tout se passe bien » précise-t-elle. C’est dire combien le pari est tenu. Le couple travaille avec 8 collaborateurs. Réactivité, qualité et savoir-faire sont les maîtres mots dans la bouche de Béatrice Veyrac, femme de convictions. Les valeurs qui sont celles du CJD (Centre des Jeunes Dirigeants) lui tiennent à cœur : « l’économie doit être au service de l’Homme et non le contraire » dit-elle. Par ailleurs, dernièrement, en tant que secrétaire de l’UIMM (Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie) en Aveyron, elle participait à la rencontre « Osez les filles ! ». Elle s’investit, à l’image de la femme dynamique qu’elle incarne.

Pour plus d'infos

Brèves, les gens ...
Michel Laroche, nouveau Président du conseil d’administration du CETIM

Le conseil d’administration du Centre Technique des Industries Mécaniques a élu, à l’unanimité, Michel Laroche à sa présidence.                                                                                                                                                                                Pour plus d'infos

Claude Galière, Président de la CAPEB

Claude Galière, ancien vice-président de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, assure la relève d’André Dujols qui souhaitait passer la main avant la fin de son mandat. Ce maçon (à Pont-les-Bains) de 57 ans est désormais à la tête d’une nouvelle équipe composée de 2 vice-présidents : Christian Cazals et Jean-Claude Borie.             Pour plus d'infos

François Marty et son équipe Vivre et Travailler en Aveyron

Dans le cadre de la campagne de communication « tous en aveyron.com », le Conseil Général de l’Aveyron a confié à François Marty, Consultant, la gestion d’une partie des contacts engendrés. C’est ainsi qu’à la tête de la cellule Vivre et Travailler en Aveyron qu’il a créée pour une durée de 3 mois, François Marty et son équipe (5 personnes) accompagnent, dans leur recherche d’emploi et de logement, les familles qui souhaitent s’installer en Aveyron.                                            Pour plus d'infos

Jean Laurens réélu à la Présidence de la Chambre d'Agriculture
Jean Laurens a été réélu le 23 février à la tête du nouveau bureau de la Chambre d'Agriculture, issu de la liste FDSEA-JA. Il aura à ses côtés 3 vice-présidents : Dominique Barrau, Pierre At et Dominique Fayel.                                                           Pour plus d'infos
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°16 - Mars 2007 - Page 4