La lettre de l'économie en Aveyron
Avril 2007
Numéro 17


Edito

« L’urgence de la RN 88 »

L’aménagement de la RN 88 est une priorité pour le développement économique de l’Aveyron et pour la sécurité. Il est incontestable que la seule réponse rationnelle à ce défi, dans le contexte actuel, est un aménagement rapide à deux fois deux voies dans le cadre d’un partenariat public privé.
L’Etat l’a décidé.
Je rappelle que le gain annuel socio-économique d’une RN 88 à deux fois deux voies est estimé à 54 M€. A contrario, toute année de retard est une ponction du même ordre pour l’économie aveyronnaise.
La réalisation du chantier aura un impact non négligeable en terme d’emplois : plus de 2 000 emplois directs de chantier, 11 400 emplois au total, emplois directs et induits.
Dès lors, les Aveyronnais ne pourraient pas comprendre que le département ne soit pas rassemblé sur l’urgence de la réalisation de la RN 88.
Pour sa part, le Conseil général a pris ses responsabilités le 26 février dernier en se prononçant sur le principe de sa participation au contrat de partenariat. Les conditions précises seront définies une fois affiné le coût de la réalisation et dans le cadre de négociations avec les partenaires concernés (Etat et Région).

Jean PUECH
Président d'Aveyron Expansion

Au sommaire
Macro économie
> Panorama économique

Collectivités
> Energies Renouvelables : l’Aveyron, 2ème département Français

> Agenda
Vie des entreprises
> Jeune Montagne, une coopérative fromagère de conviction

Entrepreneurs aveyronnais
> Jean Fabre : une réussite sans limite

 


A la une  

Un parc immobilier « FIRST REALTY » à Rodez

Le Parc d’activités de Bourran-La Gineste à Rodez verra en 2008 la réalisation d’un vaste programme immobilier destiné à l’accueil d’entreprises tertiaires exogènes. C’est la Société Anonyme First Realty qui est à l’origine de cette initiative.

Adrian Radford-Weiss, gérant fondateur de First Realty (société de promotion immobilière) et de Radford Consultants (société de conseil et de transaction dans le domaine de l’immobilier) a abordé l’Aveyron par l'intervention d'Aveyron Expansion. Son intérêt initial se portait effectivement sur l’aménagement des zones départementales en bordure de l’A75. Mais ce spécialiste de l’ingénierie immobilière qui a l’habitude de répondre aux besoins de l’entreprise a très rapidement repéré le potentiel de développement de Rodez sous-équipée en bâtiments tertiaires. Il présente alors une proposition d’implantation sur le parc d’activités de Bourran-La Gineste. 3000 m² de bureaux dédiés aux secteurs tertiaires et des Technologies de l’Information et de la Communication. Séduite par ce projet, la communauté d’agglomération de Rodez affecte un terrain au futur programme immobilier. Le permis de construire est déposé en août 2006.
La société First Realty fondée en 1990 et basée à Paris a déjà un certain nombre de réalisations immobilières à son actif. Elle intervient surtout sur des programmes de taille moyenne, véritables parcs technologiques avec des bureaux conçus aux normes internationales. Lyon, Lens, Clermont-Ferrand, Mulhouse sont, entre autres, hôtes de ces programmes immobiliers.

projection du futur parc immobilier à Bourran

Bourran-La Gineste accueillera bientôt 2 bâtiments de 1500 m², chacun comportant un rez-de-chaussée et 2 étages. Soit 500 m² par étages qui seront divisibles à partir de 125 m².
De quoi développer le pôle informatique ruthénois avec des porteurs de projet extérieurs au département qui, grâce à cette offre haut de gamme et clé en mains, pourront rapidement développer leurs activités : génie logiciel, centre d'appel ou autres activités tertiaires.

Pour plus d'infos

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
Exonération d’impôts locaux dans les Zones de Revitalisation Rurale

Les communes classées en ZRR précédemment à la Loi sur le développement des territoires ruraux (2005) pourront conserver ce classement jusqu’au 31 décembre 2008. En Aveyron, la prorogation de la période transitoire concerne essentiellement le canton de Marcillac et donc la future zone d’activités de Saint-Christophe.

Appel à projets innovants

> L’Association Régionale des Industries Alimentaires de Midi-Pyrénées (ARIA) et la Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement (DRIRE Midi-Pyrénées) lancent un appel à projets innovants dans l’Agro-Industrie à destination des PME/PMI de la Région Midi-Pyrénées. Sont visés les projets qui présentent une innovation pour l’entreprise concernant un produit, un procédé, l’accès au marché, les organisations… terminés au plus tard le 30/06/2008 et qui ne font pas déjà l’objet d’un accompagnement financier public.
Plus d'infos, dossier de candidature
> Dans le cadre du pôle de compétitivité ViaMéca, dont le siège est à Saint-Etienne, mais dont le périmètre d’actions concerne l’ensemble de l’espace central français, les CCI de l’Aveyron, du Lot et du Tarn sont associées au lancement d’un appel à projets innovants en direction des PME/PMI du secteur mécanique (innovation produit, process ou organisation). Les dossiers doivent être déposés avant le 30 avril prochain.

L’Aveyron récompensé au Salon de l’Agriculture

> Les fromages récompensés : Jeune Montagne vieux, Société Abeille 1869, Société Cave Saveur, Papillon Taste Fromage, Papillon Margalet, Papillon Brebille, Lou Perac Goustal, Lou Perac pasteurisé, Beulet Pasteurisé.
> Les vins à l’honneur : les Vieilles Vignes du Gaec du Cros (Philippe Teulier), la Cuvée de Flars du Gaec de Clairvaux (domaine de Laurens) et le côte de Millau rouge du domaine de Montrozier à Aguessac.
> Jean-Louis Miquel, éleveur de Simmental à l’EURL Conquettes au Nayrac, sacré sabot d’or pour les performances laitières de son troupeau.

Le Moulin du Pivert lauréat du prix export Midi-Pyrénées 2007

La biscuiterie bio du Moulin du Pivert à Lunac a été récompensée pour ses performances à l’international par les Conseillers du Commerce Extérieur de Midi-Pyrénées.
Plus d'infos

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°17 - Avril 2007 - Page 1

Macro économie - Collectivités


Macro-économie

Panorama économique

Croissance « modeste » de l’économie française
L’économie française a enregistré une croissance du PIB de 2% en 2006. C’est faible mais c’est mieux qu’en 2005 et hélas beaucoup mieux que ce qui est prévu pour 2007 (source : XERFI Prévisis).
Les contre-performances de l’automobile liées au vieillissement des modèles phares ont plombé l’ensemble de l’industrie française. Mais cela ne doit pas occulter la relative bonne santé des autres grands secteurs : + 2% pour la production des biens de consommation, + 4,6% pour les biens intermédiaires, + 5,6% pour les biens d’équipement. Au total, malgré les déboires de l’automobile, la production manufacturière a progressé en 2006 de 1,3%. Les 550 000 permis de construire déposés en 2006 garantissent pour 2007 l’activité du secteur immobilier / construction. La croissance de ce secteur devrait cependant s’étioler en raison de l’augmentation des prix de l’immobilier et de l’affaiblissement des capacités d’acquisition des ménages.
Le déficit commercial a été très important en 2006 (plus de 30 milliards d’€), creusé principalement par les produits énergétiques. Dans ce contexte déficitaire, l’industrie française s’est plutôt bien comportée : hors secteur automobile, le solde commercial de l’industrie s’est amélioré de 2,6 milliard d’€ en 2006 par rapport à 2005. En 2007, le déficit commercial devrait encore s’accentuer en raison d’un fort ralentissement des exportations, notamment en direction de l’Allemagne et de l’Italie, affectées par des politiques budgétaires restrictives.
En ce qui concerne l’emploi, si le chômage recule toujours (8,7% fin 2006), la croissance en emplois salariés est faible. Seulement 150 000 nouveaux emplois salariés on été créés en 2006 et les prévisions pour 2007 sont encore plus pessimistes (90 000).


Bonne vitalité pour l’économie aveyronnaise
En Aveyron, l’évolution annuelle de l’emploi salarié est estimée pour 2006 à + 1,2%. Le taux de chômage reste particulièrement faible (5,3% en décembre 2006). Le niveau d’investissement des entreprises industrielles aveyronnaises est relativement soutenu. Les difficultés dont souffre l’industrie automobile au plan national n’ont actuellement que peu d’échos en Aveyron. L’adaptation technologique qui doit s’opérer chez BOSCH et assortie d'investissements importants sur le site de Rodez ne devrait pas avoir d’impact avant 2009 et plusieurs entreprises de mécanique engagent d'ores et déjà des programmes ambitieux de développement. De la même façon, mis à part quelques retards sur des programmes d’embauche, l’Aveyron ne semble pas touché de plein fouet par la crise que traverse Airbus. Comme au plan national, la construction en Aveyron est encore un véritable moteur de croissance pour l’emploi. Si les activités charpentes et menuiserie affichent toujours une bonne santé, la crise du meuble (traditionnel) se poursuit. Autre point noir : le taux de création d’entreprises demeure faible en Aveyron (9,8%), comparé à la moyenne Midi Pyrénéenne (11,8%). En revanche, l’activité agroalimentaire est toujours très dynamique : le chiffre d’affaires des Industries Agroalimentaires a enregistré en 2006 une croissance de 6,5% par rapport à 2005 (services fiscaux de l’Aveyron au 31/12/06).


Agenda économique

Journée Portes Ouvertes au Recrutement chez l'entreprise de BTP Lagarrigue, mercredi 4 avril à 9h30

3ème journée de la logistique à Entiore le 19 avril
Cette journée organisée par la CCI de Toulouse en partenariat avec le Club logistique du Sud-Ouest et le Groupe Promotrans sera centrée sur le thème « Réduire les délais, la clef du succès ». Elle se tiendra à la Cité de l’entreprise (Quint-Fonsegrives) à Toulouse.
Plus d'infos

La Mêlée Numérique 11.0. le 24 avril
Le 11ème grand rendez-vous annuel du secteur des T.I.C. en Midi-Pyrénées aura lieu le 24 avril, au centre de congrès Diagora.
Plus d’infos

 


Collectivités

Energies Renouvelables : l’Aveyron, 2ème département Français

Une incroyable source d'énergie à Montézic

Hydroélectricité, solaire, éolien, bois énergie… autant d’alternatives qui se profilent et nourrissent les colonnes de nos journaux en prévention des pénuries à venir. Mais sait-on que l’Aveyron, grâce notamment à ses centrales hydroélectriques, occupe dans ce domaine une place de choix ? la 2ème au plan national.

Aujourd’hui les 550 centrales hydroélectriques françaises fournissent 15 % de la totalité de la production électrique du pays, c’est-à-dire 23 000 mégawatts. 10 % de cette production est assurée par l’Aveyron et notamment la centrale de Montézic qui à elle seule, produit 1000 mégawatts. Entre les centrales de la vallée du Lot et de la Truyère, une centaine de familles du Nord Aveyron sont directement et professionnellement concernées, 4 cantons sont impliqués (Entraygues, Mur de Barrez, Sainte-Geneviève-sur-Argence, Saint-Amans-des-Cots) et une ressource locale importante, notamment en terme de taxe, est générée.

Les "dessous" de la centrale hydroélectrique de Montézic

 

 

  La visite de la centrale de Montézic effectuée sous la houlette de Monsieur Denis Delpech, responsable du site, et de Monsieur Lavastrou, Conseiller Général de Saint-Amans-des-Cots, familier des lieux, nous plonge littéralement au cœur d’un site exceptionnel, respectueux de l’environnement car enterré, extraordinairement performant et réactif. Il équivaut à une tranche de centrale nucléaire et le kilowatt/heure est très rentable. Son système de transfert d'énergie par pompage rend la centrale indépendante de la pluviométrie et beaucoup plus réactive dans la mise en œuvre (puissance maximale sur le réseau en 2 minutes).
Le promeneur en balade autour des superbes rochers du Saut du Chien, aux abords du lac de Montézic, ne soupçonne généralement pas que sous ses pieds, dans les entrailles de la montagne, depuis 1982, tournent d’impressionnantes turbines qui assureraient à elles seules l’indépendance énergétique de l’Aveyron et de la Lozère réunies !

 
Lettre de l'économie en Aveyron - n°17 - Avril 2007 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

Jeune Montagne, une coopérative fromagère de conviction

La coopérative fromagère Jeune Montagne de Laguiole maintient l’activité laitière sur l’Aubrac tout en s’adaptant aux besoins du marché. La raison de son succès est de perpétuer la tradition et de proposer ainsi aux consommateurs des produits identitaires de l’Aubrac, sous signes officiels de qualité.

Fabrication de la tome

La tradition fromagère au goût du jour
Dans les années 60, André Valadier persuade les producteurs laitiers du plateau de poursuivre la tradition fromagère de l’Aubrac en créant la coopérative Jeune Montagne. Autrefois élaborée dans des burons, le Fromage de Laguiole, est aujourd’hui fabriqué dans une fromagerie ultra moderne. « Marcher dans les traces de nos ancêtres n’impose pas de marcher dans des sabots de bois » dit André Valadier, Président de la coopérative. La fabrication de ce fromage A.O.C. relève d’un cahier des charges très strict. Le territoire historique de pâturage, les étapes de fabrication traditionnelle scrupuleusement respectées sont l’essence du produit phare de Jeune Montagne.
L’aligot, également lié à la tradition de l’Aubrac, connaît un fort développement. « L’aligot est un produit de l’Aubrac où la qualité de la Tome fraîche fait la qualité de l’aligot » explique Bernard Robert, directeur de la coopérative. D’abord commercialisé en surgelé, le produit frais se trouve aujourd’hui partout sous le nom « Aligot de l’Aubrac ». Si Picard était l’un des 1ers et unique client du produit il y a 20 ans, ce n’est plus le cas aujourd’hui. « Nos produits sont en fort développement chez les crémiers fromagers parisiens, mais sont aussi présents dans les enseignes de la grande distribution » explique Bernard Robert. Récemment, la coopérative voit même une partie de son fromage exportée vers les Etats-Unis.
Depuis peu la Coopérative Jeune Montagne propose un autre produit identitaire : le Rétortillat de l’Aubrac qui devrait connaître un grand succès étant donné la validation apportée par les consommateurs locaux.

Des produits aussi vendus sur place (Aligot, Retortillat...)

Un esprit de coopérative,
une logique d’entreprise

Depuis toujours au service de ses adhérents producteurs laitiers, la coopérative a amélioré leur valorisation grâce au développement commercial.
L’écoute et le contact direct avec les clients liés à la qualité et à l’identité des produits ont permis le doublement de l’activité en 5 ans et de nombreuses embauches (60 salariés aujourd’hui).
Si Jeune Montagne démontre aujourd’hui une vraie logique d’entreprise, elle n’oublie pas de conforter ses partenaires, à travers l’union de coopérative constituée avec la coopérative de Thérondels.
L’ensemble représente 16 millions de litres de lait collectés et transformés sur un périmètre étendu.
Forte de son esprit identitaire, la coopérative fromagère Jeune Montagne à Laguiole est ouverte toute l’année à la visite. Une occasion de goûter aux saveurs de l’Aubrac.

Innovation : produits, services, marques...

L’arrivée de la VLH aux chutes du Troussy à Millau

La 1ère VLH (Very Low Head Turbine) a été mise en eau le 6 mars 2007. Opérationnel en janvier 2008, ce nouvel équipement hydroélectrique permettra de produire de l’électricité à partir des très basses chutes du Troussy. Des tests scientifiques visant à démontrer le caractère ichtyophile de la VLH seront réalisés courant avril.
Plus d'infos

MTI et l’America’s Cup

L’entreprise decazevilloise a usiné le voile de quille (pièce évidée de 4 m de haut et de 800 kg positionnée sous le bateau) et le bulbe (pièce de 6 m de long et de 20 T positionnée en bout du voile de quille) du défi américain BMW Oracle Racing qui participe à l’America’s Cup à Valencia. Ce sont des pièces hautement stratégiques pour l’aérodynamisme du bateau.
Plus d'infos

Les ateliers de Lavabre Cadet et Lexus

Le couturier, Olivier Lapidus, a été choisi pour créer la gamme de gants haute couture dédiée à Lexus. Ce sont les ateliers Lavabre Cadet à Millau qui fabriquent ces gants à la main. 4 paires de gants de conduite sont proposés en cuir de chevreau, d’agneau doré ou pécari, python ou crocodile, dans une palette d’une quarantaine de coloris.
Plus d'infos

Serrault et sa saucisse de veau toute prête

L’entreprise Capdenacoise, Serrault, a mis au point une saucisse à partir du veau d’Aveyron et du Ségala dorée au four et cuite. Elle se commercialise sous vide avec de l’aligot de la coopérative Jeune Montagne sous la marque Saveurs d’Aveyron chez Auchan. Réchauffée au micro-ondes ou au bain marie, elle est prête à consommer en quelques minutes.

Le dernier investissement de Lignivalys

Lignivalys, à Flagnac, qui ne fabrique que du parement (partie visible du parquet flottant), a investi dans un séchoir sous vide de 100 000 € qui permet de sécher le bois plus rapidement et en plus petite quantité.

La nouvelle étiquette Techmay Logetig

                                                                                                                                                           L’entreprise spécialiste de l’étiquette adhésive, basée à Millau, lance une nouvelle étiquette reprenant l’image et la forme des anciens cachets de cire.
Plus d'infos

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°17 - Avril 2007 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

Jean Fabre : une réussite sans limite

Jean Fabre est l’exemple type de l’Aveyronnais de Paris qui réussit. Ce distributeur automobiles de renom en Aveyron diversifie son activité et investit le Sud.

Jean Fabre

Ancré à l’Aveyron
Fils d’aveyronnais né à Paris, Jean Fabre, lui-même papa de 2 garçons, a toujours gardé un pied en Aveyron. Originaire de Saint-Cyprien-sur-Dourdou, il passait toutes ses vacances dans le département. Sa femme est elle aussi une fille d’Aveyronnais, de Conques. Aujourd’hui, à 53 ans, l’homme d’affaires qu’il est devenu partage sa vie entre Rodez et Paris. Il explique que « Rodez est le navire amiral du groupe » qu’il préside. Très attaché à l’Aveyron de par ses racines, c’est tout naturellement à Onet-le-Château, qu’il crée avec son ex-associé, Claude Rudelle, en 1981, sa société de négoces de voitures TransacAuto. Le début d’une aventure prometteuse… après avoir exercé ses compétences d’apprenti ingénieur chez Citroën (qui l’a formé) puis chez Renault.

Une ascension fulgurante
Le succès de TransacAuto (soit 1000 véhicules vendus par an au début des années 80) permet à Jean Fabre de reprendre la concession Renault de Rodez. L’effet « boule de neige » est alors enclenché : Jean Fabre enchaîne les reprises de concessions. Il ratisse large : Rodez, Aurillac, Mende, Albi, Figeac… jusque dans l’Hérault, à Balaruc-les-Bains, et devient en même temps multimarquiste : Renault, Volkswagen/Audi, Nissan, Ford, Volvo, Land Rover. L’homme qui détient 83% des parts du groupe est aujourd’hui à la tête du 40ème distributeur automobiles français (en volume, sur 220). Ce qui ne représente pas moins de 180 millions d’euros de chiffre d’affaires et 430 salariés.
Après un positionnement sur une activité environnementale de recyclage, Jean Fabre a désormais pour ambition de conquérir les métropoles régionales : Montpellier et Toulouse. Dès 1985, il a en effet reconverti sa première société, TransacAuto sur la zone industrielle de la Prade, en démolisseur automobile et recycleur. Parallèlement à son activité de négoce, le Président du Groupe avait su très tôt se tourner vers une activité de process industriel certifiée. Aujourd’hui, c’est à partir de bases solides qu’il approche les deux métropoles régionales. Déjà implanté en Espagne et en Roumanie, il s’intéresse aussi à l’étranger, notamment aux pays d’Europe de l’Est. Il semblerait que Jean Fabre n’ait pas dit son dernier mot.

Brèves, les gens ...
Départ de Francis Viargues du Syndicat des patrons boulangers et boulangers-pâtissiers de l’Aveyron

Francis Viargues engagé syndicalement depuis une vingtaine d’années quitte la présidence du Syndicat des patrons boulangers et boulangers-pâtissiers de l’Aveyron. Son successeur sera élu par le conseil d’administration du syndicat courant avril.

David Caumes Directeur de CROGEP/Groupe DECA France

Dans le cadre du rachat de l’entreprise de nettoyage industriel castonétoise par le Groupe DECA France, David Caumes qui travaille depuis 1998 dans l’entreprise s’est vu confier la direction de la CROGEP.
Plus d'infos

Lettre de l'économie en Aveyron - n°17 - Avril 2007 - Page 4