La lettre de l'économie en Aveyron
Sept. 2007
Numéro 21


Edito

Une dynamique

Les choses bougent dans le bon sens autour des appellations emblématiques Laguiole et Aubrac.
De grandes sociétés (SAM Technologies à Viviez, RAGT…) s’affirment dans leur secteur. Elles investissent. Elles innovent. Elles créent des emplois. D’autres sortent avec succès de périodes plus difficiles.
La vie des entreprises est un bon indicateur de l’état d’esprit des acteurs locaux d’un territoire.
Cette rentrée confirme que l’Aveyron est dans une dynamique forte. Le temps n’est plus où il fallait d’abord limiter la casse et refuser la spirale du déclin que les technocrates de tous bords nous annonçaient inéluctable. Le département est passé du désenclavement à l’ouverture et de la récession au développement.
Il le doit à l’ensemble de ses acteurs économiques et sociaux.
Ces résultats sont maintenant connus (et parfois d’ailleurs mieux appréciés) au-delà du département. Ils participent de manière importante à l’attractivité de l’Aveyron.

Jean PUECH
Président d'Aveyron Expansion

Au sommaire
Macro économie
> Calys, une opportunité environnementale et économique pour l'Aveyron

Collectivités
> Un 3ème pôle de compétitivité pour la Région Midi-Pyrénées

> Agenda
Vie des entreprises
> Combettes : un savoir-faire qui assure la pérennité

Entrepreneurs aveyronnais
> Philippe Méjane forge son avenir

A la une  

SAM : derrière un leader européen, le modèle anti-délocalisation

En devenant le n° 2 européen de la filière aluminium, le nouveau Groupe ARCHE (2 200 salariés, 7 usines, 380 Millions € de CA) fondé par Yves MICHAUX et dirigé par Patrick BELLITY, exprime un modèle, une avant-garde pour l’ensemble du monde industriel.

Carter de boîte de vitesse pour PSA - fabriqué par F.V.M. Technologies

Il y a quelques années les confrères de la S.A.M. optaient sans hésitation pour des délocalisations vers des pays « low costs » (qui le sont beaucoup moins de nos jours).
S.A.M. adoptait alors avec détermination une stratégie de capitalisation sur les savoir-faire locaux en creusant toujours plus l’écart avec ses concurrents et en investissant intelligemment sur l’outil de production afin de générer des gains significatifs de productivité… Une stratégie de « relocalisation rentable », un modèle économique fait d’une capacité importante d’anticipation, de pacte social et de management hors pair.

Soyons clairs, la personnalité du néo-aveyronnais, Patrick Bellity, n’est pas étrangère à ce succès, l’homme a toujours une longueur d’avance sur ses concurrents, bouscule les lourdeurs du système français pour ne révéler que le positif : une surprenante et insoupçonnée capacité des hommes à se motiver pour un projet. Champion du dialogue, de l’action, du résultat, lorsqu’il parle de l’Aveyron, il parle « d’un peuple » et lorsqu’il parle de ses salariés il parle « d’une équipe ».

Nouveau bâtiment de S.A.M. Technologies à Viviez

Le climat de confiance instauré à la S.A.M. depuis quelques années par une gestion experte et une maîtrise des postes de charges fait désormais école dans l’ensemble du Groupe.

Patrick Bellity a les idées claires et la priorité est désormais à l’organisation.
4 pôles Industriels distincts :
- 1 pôle fonderie sous pression et usinage dont le vaisseau amiral est la S.A.M. (S.A.M. Technologies) à Viviez mais aussi constitué de l’activité ALFISA Technologies en Espagne (Barcelone).
- 1 pôle sous pression et usinage M.B.F Technologies et SERMI Technologies (Saint-Claude et Annecy)
- 1 pôle sous pression et usinage F.V.M Technologies (Villers-La-Montagne)
- 1 pôle usinage et outillage coquille gravité PACY Technologies et SIFA Technologies (Pacy-sur-Eure et Orléans).

Sur un marché réputé déprimé, Patrick BELLITY a fait, une fois de plus, la démonstration qu’il n’y avait pas de fatalité lorsque l’on a envie de gagner. Groupe ARCHE devenue leader national, peut désormais sereinement poursuivre son expansion internationale depuis ses bases solidement ancrées.

Pour plus d'infos

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
La SEFEE ouvre un atelier sur l’ancien site de formation EDF

Suite à la signature d’un contrat de 4,5 M€ avec Airbus, la Société Etudes et Fabrications Electroniques et Electriques à Saint-Affrique a ouvert, fin juillet, un nouvel atelier sur l’ancien site de formation EDF. Une quinzaine de personnes fabriquent les armoires électroniques servant à enregistrer tous les paramètres de vol de l’A400M, avion de transport militaire européen Airbus qui sera mis en service en 2011. Le bureau d’études électriques de la SEFEE constitué de 8 personnes est également présent sur l’ancien site de formation EDF.
Plus d'infos

Le Studio de La Nauze repris par la Société Polen

Le 20 juillet dernier, Stéphane Sichi, ancien directeur du Studio Lanauze qu’il a créé en 1992, passait le relais à Pascal Angles et ses associés de la société Polen. C’est dans les locaux de Drimmer, co-actionnaire de Pascal Angles, sur la zone de Cantaranne à Onet-le-Château, que déménage le studio multimédia. Stéphane Sichi devient consultant artistique de Polen et continue d’assurer la direction des éditions « Au fil du temps ». L’activité de Polen devrait se diversifier autour de la communication. Elle continue notamment d’informer sur l’actualité, le tourisme et la culture en Aveyron avec « Aveyronline ».
Plus d'infos

L’AFIJ promeut le temps partagé

L’Association pour Faciliter l’Insertion professionnelle des Jeunes diplômés a signé une convention avec la Direction Départementale du Travail de l’Emploi et de la Formation Professionnelle de l’Aveyron pour promouvoir le temps partagé auprès des entreprises et des jeunes diplômés du département. Des informations collectives sont programmées dans les locaux de l’AFIJ, situés 27 rue Séguret Saincric à Rodez, les 11 septembre et 11 octobre à 14h.
Plus d’infos pour les entreprises
Plus d’infos pour les jeunes diplômés
Contact : l’AFIJ Aveyron - Tél. : 05.65.68.41.76 - E-mail : rodez@afij.org - Web : http://www.afij.org/

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°21 - Septembre 2007 - Page 1

Macro économie - Collectivités


Macro-économie

CALYS, une opportunité environnementale et économique pour l’Aveyron

A l’heure où les préoccupations environnementales et énergétiques occupent tous les esprits, la RAGT se positionne sur le marché des énergies renouvelables avec son nouveau granulé végétal combustible, Calys, redessinant par là même le potentiel agro-industriel de l’Aveyron. Non seulement le Groupe aborde de nouveaux débouchés pour les produits agricoles dans le domaine de l'énergie thermique pour les particuliers et les collectivités mais il concourt en plus à la lutte contre l'effet de serre, à la promotion des énergies renouvelables, et à l’indépendance énergétique.

Nouveau granulé végétalde la RAGT, Calys

Calys, « chaleur nature »
Le biocombustible Calys est né d’une longue réflexion de la RAGT qui de par ses métiers (semences, distribution et approvisionnement agricole) connaît bien les végétaux et leur granulation. Inspiré des granulés de sciures de bois très utilisés dans les pays nordiques, cette nouvelle source d’énergie se compose d’un assemblage constitué uniquement de co-produits végétaux. Issu d’une démarche innovante, à l’image de la politique de développement de la RAGT, le biocombustible Calys devrait connaître un véritable succès. Il présente de nombreux avantages pratiques, environnementaux et financiers. Utilisable en chaudière polycombustible pour le particulier, il répond aussi à des chaufferies de collectivités. Calys est, pour les plus écologistes, plus « renouvelable » que le bois : les végétaux en question ont des cycles plus courts que ceux des arbres car ils sont ressemés tous les ans. Contrairement à la combustion des autres végétaux (blé, orge, tourteaux, paille, luzerne…), la combustion de Calys n’émet pas de fumées acides, évitant ainsi le risque de perforation des conduits de cheminée. Il ne produit pas non plus de mâchefer, roches cristallisées qui bouchent les foyers. « Calys est identique du 1er janvier au 31 décembre. Sa composition fixe permet aux installateurs de chaudières et aux particuliers de n’effectuer qu’un seul et même réglage, comme pour le fioul ou le gaz » explique Alain Fabre, Président du Conseil de Surveillance de la RAGT. « C’est par la mise au point de cette formule et son suivi rigoureux que nous sommes innovants, au niveau européen. » ajoute le dirigeant. La formule de Calys agréée par des fabricants de chaudières sert de référence à l’établissement de normes AFNOR (Association Française des Normes) et à l’ITEBE (Institut Technique du Bois et des Energies pour l’Europe) pour les émanations, la teneur en métaux lourds, la composition des cendres… Son coût est avantageux pour le particulier : 184 € la tonne. Calys est deux fois moins cher que le fioul au kwh de chaleur produite. Il a aussi un pouvoir calorifique nettement supérieur à celui du blé qu’il peut avantageusement remplacer dans les chaudières polycombustibles. Associée au crédit d’impôt de 50% pour une chaudière polycombustible, l’utilisation de cette nouvelle source d’énergie renouvelable est un investissement sur l’avenir, sur un avenir propre. Le bilan carbone de Calys est inférieur à 15% : l’énergie utilisée depuis la culture jusqu’à l’utilisateur, en passant par le transport et la transformation, est inférieure à 15% de l’énergie produite par Calys.

Valorisation de la biomasse en Aveyron
Alors que l’OREMIP (Observatoire Régional de l'Energie en Midi-Pyrénées) notait dès 1999 une « forte pénétration du bois de chauffage dans le résidentiel aveyronnais », avec Calys, la RAGT offre aujourd’hui à l’Aveyron la possibilité de valoriser sa biomasse du côté agricole. En effet si l’Aveyron, très riche en bois, exploitait déjà la sylviculture pour produire de l’énergie, le département peut désormais exploiter ses ressources agricoles autrement, sans renier l’affectation première de ses productions. La RAGT apporte une valeur ajoutée indéniable à la filière agricole aveyronnaise en n’utilisant que les co-produits végétaux de productions locales transformés localement et utilisés comme énergie localement. Le Groupe devrait continuer sur cette lancée avec son projet de fabriquer des granulés bois en Aveyron, indispensables pour certaines utilisations. Ce procédé pourrait servir par la suite à produire des biocombustibles hybrides (bois/végétaux).

Pour plus d'infos


Agenda économique


AG d’Aveyron Expansion, le 24 septembre à 14h30, au Centre Culturel Départemental à Rodez
Lors de son assemblée générale ordinaire, l’agence de développement économique du Département de l’Aveyron présentera le bilan économique 2006 de l’Aveyron et les perspectives 2007. Dans le cadre de la thématique « l’impact économique de l’A75, la logistique pour exemple », Jean-Louis Lazuech, Vice-Président de Prologis, témoignera de l’arrivée du plus important propriétaire, développeur, bailleur et gestionnaire de plates-formes logistiques au Monde sur le parc d’activités Départemental de Sévérac-le-Château.
Plus d'infos

La 10ème Foire Exposition de Villefranche-de-Rouergue au Foirail de la Madeleine du 6 au 10 septembre prochains
Organisée tous les 3 ans, cette manifestation, véritable vitrine économique du Rouergue, regroupe activités agricoles, artisanales, commerciales et industrielles de la région sur un site de plus de 4 ha. Plus de 250 exposants seront présents.
Plus d'infos

Senior Dating le 26 septembre prochain à Millau à la TGM de 9h à 12h
La Jeune Chambre Economique de Millau lance une action innovante, le senior dating, qui permettra de mettre en contact demandeurs d’emploi de plus de 50 ans et chefs d’entreprises lors de face à face conçus à l’image du speed dating. C’est une première en France. La communauté de communes Millau Grands Causses, l’ANPE, la CCI et la Chambre de Métiers de l’Aveyron sont partenaires de l’opération.
Plus d'infos


Collectivités

Un 3ème pôle de compétitivité pour la Région Midi-Pyrénées

La Région Midi-Pyrénées qui disposait déjà de 2 pôles de compétitivité (Aéronautique, Espace et Systèmes Embarqués et Cancer-Bio-Santé) a obtenu le 5 juillet 2007 la labellisation « pôle de compétitivité » pour son projet AgriMip Innovation.

Midi-Pyrénées Région leader pour le tournesol

La Région Midi-Pyrénées, 4ème région agricole de France où l’agriculture, l’agroalimentaire et l’agroindustrie constituent le 1er secteur économique en terme d’emploi, avait vocation à se positionner sur ces problématiques. De nombreux acteurs économiques, du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur de Midi-Pyrénées sont mobilisés autour d’AgriMip Innovation. Le pôle rassemble les entreprises les plus représentatives des chaînes agro-industrielles (à visée alimentaire et non alimentaire), une quarantaine d’entreprises à fort contenu technologique, 6 instituts techniques et 7 centres de transfert, 12 établissements de formation et de recherche. Ces moyens permettront de développer des projets de coopération d’envergure. L’association AgriMip Innnovation qui structure le pôle a été fondée en juin 2006 en vue de répondre aux aspirations du consommateur et du citoyen qui se préoccupent désormais des processus de production, de la qualité des produits, d’une agriculture et d’une industrie responsables, respectueuses notamment de l’environnement. La démarche d’AgriMip vise à garantir à l’acheteur les caractéristiques annoncées du produit et à en élaborer de nouvelles pour la qualité gustative du produit et la sécurité. Ce qui permettra en plus de gagner des marchés. Les productions et produits transformés devront plus que jamais répondre à des exigences techniques et avoir une image (produit sain, produit naturel, produit « vert »…) qui fera la différence avec les concurrents. Pour cela, l’effort portera sur les moyens mis en œuvre. Les technologies innovantes seront indispensables afin de garantir le caractère spécifique et différenciant du produit final. Les filières concernées sont nombreuses : semences, filière ovine, palmipèdes gras, diététique et panification, utilisation non alimentaire de la biomasse… Le pôle qui combine technologies et compétences en sciences humaines et sociales ambitionne de formaliser une méthodologie pour accroître la compétitivité des acteurs économiques à partir d’une région agricole et agroindustrielle diversifiée, réputée pour ses produits de qualité. Un des projets phare d’AgriMip Innovation est la recherche sur le tournesol pour accroître la rentabilité de cette culture et développer ses utilisations alimentaires et non alimentaires.

L’Aveyron, leader agro-industriel en Midi-Pyrénées, est particulièrement concerné. Les secteurs lait/fromage et viande/plats cuisinés, secteurs qui possèdent beaucoup de signes de qualité, font la force d’une filière qui s’appuie sur une activité agricole importante. L’agroindustrie en Aveyron, c’est aussi le secteur pain/pâtisserie industrielle et le secteur des semences/aliments du bétail. Des entreprises telles que la RAGT, Unicor, Lactalis, Jeune Montagne… devraient jouer un rôle majeur dans le pôle de compétitivité AgriMip Innovation.

Pour plus d'infos


 Lettre de l'économie en Aveyron - n°21 - Septembre 2007 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

Combettes : un savoir-faire qui assure la pérennité

Le fabricant de cuisines et de salles de bain Combettes à Entraygues-sur-Truyère est repris par la PME aurillacoise GMV Ameublement. Un nouveau départ pour l’entreprise nord-aveyronnaise.

Un des modèles des cuisines Combettes (Floride)

40 ans d’expériences qui se poursuivent
Le cuisiniste familial qui avait connu jusque là deux générations de dirigeants passe la main. Le savoir-faire aveyronnais à l’origine de nombreux modèles de cuisines en bois modernes ou traditionnelles va pouvoir se perpétuer grâce à la reprise par GMV Ameublement, anciennement Jean Gilet, implantée à Aurillac. Gilles Combettes passe ainsi le relais à Guy Rousselin, Président de GMV Ameublement, mais garde un pied dans les fonctions organiques de l’entreprise. Il devient Directeur Commercial. La société entrayole et l’entreprise cantalienne avaient déjà un passé commun. GMV Ameublement, spécialisée dans la fabrication de caissons, sous-traitait la fabrication de portes en bois à la SA Combettes. Une complémentarité qui va tout bonnement se développer. Le site d’Entraygues devrait récupérer la fabrication de 32 000 unités supplémentaires. Tous modèles confondus (modernes et traditionnels), la production devrait donc atteindre 200 000 portes par an. La SA Combettes qui se verra aussi confier la fabrication de plans de travail ne se limitera pas à la production. Une grande importance sera accordée au design, signature d’un savoir-faire aveyronnais. Les moyens de production des deux entités seront mutualisés et Combettes deviendra une marque à part entière. « On va créer un maximum de synergies au niveau industriel, de la répartition du travail entre les deux sites et des investissements » explique Guy Rousselin, nouveau PDG de Combettes. GMV Ameublement qui a racheté le fond, les stocks et les machines prévoit d’investir 1,85 M€ dans les trois ans.

De nouvelles perspectives
La PME aurillacoise d’une centaine d’employés maintient les effectifs sur le site entrayol. Elle prévoit l’embauche de 15 nouveaux salariés à court terme et de 9 autres à moyen terme. Alors que les GSS (Grandes Surfaces Spécialisées) ameublement continuent de gagner du terrain, la filière meuble, forte de son savoir-faire, fait face en Aveyron.

Pour plus d'infos : Combettes/GMV Ameublement

Innovation : produits, services, marques...

Un Guide Vert consacré à l’A75

Pour la première fois, Michelin publie un guide touristique consacré à la Méridienne. Atouts et attraits des territoires traversés par l’A75 sont mis en avant. L’Union des Chambres de Commerce et d’Industrie du Massif Central et le Club d’Aires de Services de l’A75 figurent parmi les initiateurs de cette démarche.

Une nouvelle presse pour l’imprimerie Graphi

Graphi s’est équipée d’une nouvelle presse au top de la technologie. 4 groupes d’impression offset, 1 groupe de vernis acrylique en ligne, de nombreuses options… La capacité de production sera nettement supérieure et la qualité d’impression irréprochable tout en respectant l’environnement…

« Benoît l’Artisan » crée « le Tribal »


Après 6 mois de labeur pour Benoît Mijoule, jeune artisan coutelier à Laguiole, le Tribal est né. Un couteau qu’il a voulu moderne. Il se détache de l’image traditionnelle du Laguiole : ses lignes sont différentes mais il garde la forme de la lame originelle et le système de fermeture à cran forcé. La gravure de l’abeille se veut minimaliste.
Plus d'infos
Boutique sous les arcades de la Bastide, à Sauveterre, pour Michel Truchon et Max Capdebarthes
Le chef étoilé au Michelin, Michel Truchon, et le spécialiste du cuir, Max Capdebarthes, se sont associés pour ouvrir une petite boutique à Sauveterre-de-Rouergue. Gourmets et amateurs de produits traditionnels notamment de décoration, gamme cuir aubrac et gamme bureau, peuvent s’y offrir de petits plaisirs.
« Gantier » aux éditions ruthénoises « Au fil du temps »
Un ouvrage d’une quarantaine de pages consacré aux métiers du gant vient compléter la nouvelle collection « Métiers d’art » des éditions « Au fil du temps ». Les photos ont été réalisées par Patrice Thébault, en noir et blanc au sein de la ganterie Causse à Millau. Le précédent ouvrage de la collection était dédié aux tailleurs de pierre. Il a été réalisé en partenariat avec l’entreprise Vermorel.
Plus d'infos
  Lettre de l'économie en Aveyron - n°21 - Septembre 2007 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

Philippe Méjane forge son avenir

Comme tous les Aveyronnais, Philippe Méjane a un attachement profond à l’Aveyron, et encore plus au Bassin, là où il est né et où il s’est finalement construit. Ce Decazevillois d’origine, aujourd’hui à la tête du holding SOFIC (Société Financière de Chaudronnerie) mène sa barque au fil de l’eau.

Philippe Méjane

Entre circonstances et rebondissements
Cet homme de 43 ans qui s’est destiné très tôt à la chaudronnerie ne se doutait pas de l’avenir qui lui était réservé. Et pourtant… c’est un homme posé, qui explique aujourd’hui qu’il aurait certainement embrassé la carrière militaire qu’il avait entreprise s’il n’avait pas rencontré quelques soucis de santé rédhibitoires pour la profession. « C’était assez viscéral » dit-il. Il a prêté 5 années de sa vie à l’armée de terre dans la branche « matériels » dont deux ans passés au Liban. Philippe Méjane était chasseur alpin.
Depuis, l’Aveyron le compte parmi ses enfants de retour au pays. Il est d’abord retourné « dans les jupons » du Bassin où il a su rebondir. « J’ai cherché à exercer ce que j’avais appris auparavant » explique l’entrepreneur. Ainsi la société du Bassin où il a travaillé pendant 10 ans, ISOTIP, a lancé sa carrière. Philippe Méjane a gravi les échelons et occupé successivement des postes à responsabilités grandissantes. D’abord technicien dans le bureau d’études de la société puis responsable des ventes et responsable du site, il a enfin exercé ses compétences en tant que Directeur Qualité et Technique pour l’ensemble du Groupe. Mais Philippe Méjane a préféré l’Aveyron aux Ardennes où il aurait dû rejoindre le siège du groupe cédé en 99. Réfléchi, l’homme a pris son temps pour aborder un nouvel avenir en Aveyron. Sachant toujours tirer parti des situations, il s’intéresse alors à la reprise de l’ex Besset Nogaret, entreprise de chaudronnerie et de maintenance à Onet-le-Château, aujourd’hui devenue CCM Industries.

Le tournant de l’an 2000
Le 1er avril 2000, date effective de la reprise de Besset Nogaret, la machine est lancée. C’est toute une stratégie pensée par Philippe Méjane qui s’en suit. L’esprit familial de la société est conservé et la partie conception est développée. « Nous ne nous sommes pas repliés sur le métier historique de l’entreprise. Nous avons choisi d’étoffer la conception. Et c’est ce qui a fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui » explique Philippe Méjane. Attentif aux situations et à la conjoncture, l’entrepreneur poursuit son ascension. Il installe une unité de découpe à Decazeville : Métal Façon. Il reprend à Albi une petite structure de mécanique pour répondre à ses propres besoins. Début 2005, c’est la société Bourgeois à Decazeville qui passe sous la coupelle de l’entrepreneur. La stratégie est de mutualiser les compétences métallurgiques « pour trouver in fine un produit propre qui corresponde à notre capacité tant technique que financière » indique-t-il. Si bien que dès 2004, la conception de machines de découpe démarre. Réactif, Philippe Méjane se positionne aujourd’hui sur la conception de machines à technologies combinées (machine qui associe jet d’eau et plasma par exemple).
La dernière étape en date pour ce quadragénaire aveyronnais est la reprise d’un site tarnais spécialisé dans la culture de l’ail. Une nouvelle porte qui s’ouvre avec un marché plus enclin à l’international.
Actuellement à la tête de près de 70 salariés, Philippe Méjane attribue le succès du groupe aux rencontres et aux gens investis dans la structure qui sont pour lui des maillons déterminants. Philippe Méjane a assurément ces qualités humaines auxquelles il croit lui-même pour l’aboutissement des projets.

Pour plus d'infos

Brèves, les gens ...
Philippe Tavernière succède à Claude Carbon chez Forest Liné

Claude Carbon ancien Directeur Général de Forest Liné à Capdenac a pris sa retraite mi-juillet. C’est Philippe Tavernière qui reprend ses fonctions.
Plus d'infos

Jean-François Carenco, nouveau Préfet de Région
Jean-François Carenco succède à André Viau. Il est le nouveau Préfet de la Haute-Garonne et le Préfet de la Région Midi-Pyrénées.
Maryvonne Moreau Beyer récompensée
La dirigeante à la tête de la maison Mary Beyer, ganterie haute-couture à Millau, a reçu le trophée de l’Association des femmes entrepreneurs d’Europe (AFEE).
Plus d'infos
Le Cercle des Dirigeants Aveyronnais

A l’occasion de la rencontre annuelle, se sont retrouvés, le 8 août dernier, au château de Labro à Onet-le-Château, quelques 70 participants, chefs d’entreprise aveyronnais vivant en Aveyron ou expatriés, tous membres du Cercle des Dirigeants Aveyronnais qui rassemble à date plus de 160 personnes.
Ce Club a été créé en 2006 à l’initiative de l’Aveyronnaise et d’Aveyron Expansion, pour favoriser les contacts entre ses membres et créer de l’activité et de l’emploi mais aussi pour tenter d’apporter des réponses aux problématiques rencontrées.
Cette deuxième rencontre a permis d’allier à la fois moments de convivialité et de découverte puisque ont été organisées dans ce cadre, une visite à connotation culturelle (visite de la cathédrale de Rodez) et une à dimension économique avec la visite de l'entreprise Bosch.

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°21 - Septembre 2007 - Page 4