La lettre de l'économie en Aveyron
Janv. 2008
Numéro 25


Edito

Bonne année à l’Aveyron !

L’Aveyron a la chance d’aborder 2008 avec de solides atouts : l’expression au quotidien d’une solidarité active, la qualité de vie, le dynamisme des acteurs du développement local.
Notre département a eu, depuis plusieurs décennies, la lucidité nécessaire pour avoir assez de courage et d’énergie afin de surmonter les difficultés. Il est capable aujourd’hui de poursuivre cette marche en avant en intégrant, avec l’intelligence de l’esprit et du cœur, les évolutions de notre société. Dans un contexte national et international qui change vite, l’Aveyron, j’en suis convaincu, fera face. Il saura toujours plus ouvrir ses territoires en préservant leur environnement naturel, construire sa modernité sur son identité, innover, accueillir.
Bonne année à l’Aveyron !
Bonne année à l’Aveyron dans un monde où les valeurs de liberté, de paix, de justice et de respect des différences seront plus que jamais des exigences.
Bonne année aux Aveyronnais.
J’aime penser que je partage avec eux la confiance en l’avenir d’une terre qui sait nous rassembler sur l’essentiel.


Jean PUECH
Président d'Aveyron Expansion

Au sommaire

Communication
> Une nouvelle façon de communiquer pour les entreprises

Collectivités
> La filière bois et le CRITT 12

> Agenda

Vie des entreprises
> La Drosera, quelle gourmande !

Entrepreneurs aveyronnais
> Kasper Ibfelt, du cœur à l’ouvrage

 
 
 

  

A la une  

RN88 : l’entreprise qui réalisera le chantier sera bientôt choisie

Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat aux Transports, en déplacement en Aveyron le 17 décembre dernier, a participé à une réunion de travail au Conseil Général. Il s’est exprimé plus particulièrement sur le dossier de la mise à deux fois deux voies de la RN88. Il a confirmé le contrat de Partenariat Public Privé pour cette réalisation et annoncé le lancement du dialogue compétitif. Ce qui permettra de choisir rapidement l’entreprise qui réalisera le chantier.

Discours de Mr Bussereau devant le Conseil Général de l'Aveyron

Le Ministre a écouté les « plaidoyers » successifs des élus et responsables socio-professionnels. Ils sont tous d’accord sur la nécessité de réaliser le plus rapidement possible la mise à deux fois deux voies de la RN88 entre Sévérac-le-Château et Albi. C’est une priorité pour l’économie aveyronnaise.
Dominique Bussereau n’a sans doute pas répondu totalement à l’impatience de ses interlocuteurs. Mais il a souligné que la phase qui allait démarrer, celle de la procédure de dialogue compétitif, représente une avancée importante. « Le Partenariat Public Privé est une formule qui permet de gagner du temps. C’est une chance unique à ne pas laisser passer » a rappelé le Ministre.
Le dialogue compétitif va définir les moyens techniques et financiers de cette réalisation. Les 5 entreprises candidates devront en effet présenter leurs propositions. A la suite de quoi, l’échange aura lieu entre chaque candidat et le pouvoir adjudicateur, l’Etat en l’occurrence puisque les routes nationales relèvent de sa compétence. Durant cette procédure, les offres doivent pouvoir être améliorées et complétées. « D’une part le candidat peut avoir besoin d’informations complémentaires. D’autre part, l’Etat peut demander à chaque candidat des explications sur le contenu de sa proposition et des modifications permettant de mieux tirer profit des potentialités de cette proposition » précise le code des marchés publics 2006. « Lorsque l’acheteur public (l’Etat en l’occurrence) estime que la discussion est arrivée à son terme, il informe les candidats de la fin du dialogue et leur demande leur offre finale. Dès lors que les offres ont été déposées, l’offre économiquement la plus avantageuse est choisie selon les critères de sélection annoncés en début de procédure. »
C’est donc une « étape décisive » qui démarre pour l’aménagement de la RN88, ainsi que l’a souligné le Président du Conseil Général, Jean Puech.
Les collectivités et notamment le Conseil Régional qui ne s’est pas encore déterminé, pourront alors fixer le montant de leur financement.

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
L’entreprise Braley va investir 5 millions d’€

Spécialisée dans le recyclage des Déchets Industriels Banals, la société Braley Rouergue prévoit de créer une déchetterie industrielle à Bozouls pour le printemps 2008. « Première de ce nom » en Aveyron, à destination des artisans, commerçants et particuliers ayant de gros volumes, elle disposera de 9 quais et sera entièrement couverte. Cette réalisation accompagnée de la construction d’un hangar de trituration et de stockage du bois engendrera une dizaine d’emplois. L’entreprise augmentera la quantité des déchets à traiter et prévoit de valoriser le traitement de ces déchets.
Plus d'infos

De nouveaux investissements pour la Fromagère de Saint-Georges-de-Luzençon

La filiale de Lactalis qui fabrique du fromage de brebis et notamment le Lou Pérac prévoit l’acquisition d’une nouvelle chaudière de 6 tonnes afin d’améliorer son rendement et d’optimiser ses conditions d’exploitation et de sécurité.
Plus d'infos

Le viaduc de Millau récompensé

Le viaduc de Millau a fini l’année en beauté. L’élégance et l’ « audace » du procédé de construction du Viaduc ont été récompensées en décembre dernier du prestigieux « Oustanding structure award » 2006. Un prix décerné auparavant au musée Guggenheim ou encore au Stade de France.
Plus d'infos

L’activité de l’entreprise Poulet redémarre

A Martiel, l’entreprise de 1ère transformation du bois et ses 41 salariés ont retrouvé leur activité après 2 mois d’immobilisation faisant suite à l’incendie provoqué par l’explosion d’un silo.

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°25 - Janvier 2008 - Page 1

Communication - Collectivités


Communication

Une nouvelle façon de communiquer pour les entreprises

Non seulement l’entreprise devient matière d’art mais l’art sert aussi de vecteur de communication pour les entreprises. Jean-Luc Atteleyn, installé depuis peu à Livinhac-le-Haut l’a bien compris. Il met ses compétences de photographe plasticien au service des entreprises qui souhaitent communiquer et des particuliers amateurs de « photo industrielle esthétique ».

Photo intitulée « Tout ou Partie »
Photo intitulée « Tout ou Partie » représentant le nouveau concept d’antenne multi-directionnelle mis au point par l’ESTEC

Jean-Luc Atteleyn est une recrue « Place aux Projets » qui a fait le choix d’un concept novateur : la « photo plastique » pour les entreprises. Pour ce photographe professionnel, la réalité ne suffit plus à communiquer. Si la photographie a depuis longtemps servi à identifier les objets, Jean-Luc Atteleyn se pose aujourd’hui la question de leur représentation au travers de sa démarche artistique. Il produit du « sur-mesure » pour chaque entreprise désireuse de communiquer sur un produit, un service, un concept… On passe de la photo industrielle à une véritable œuvre d’art. Il crée ainsi des liens entre le monde industriel et le plus grand nombre en faisant appel à la sensibilité de chacun. Jean-Luc Atteleyn interprète le monde industriel en alliant technicité et représentation artistique. Les nouvelles technologies de retouche photo et de synthèse d’image 3D n’ont aucun secret pour lui. Il offre la possibilité aux entreprises de communiquer différemment. Déjà, il leur permettait de communiquer sur les objets avant leur réalisation. En effet, Jean-Luc Atteleyn met également en image des produits qui n’existent que sous forme numérique dans les logiciels de CAO (Conception Assistée par Ordinateur). Quoi de plus pratique pour une entreprise qui souhaite faire la promotion d’un produit avant même que celui-ci soit fabriqué. Ce photographe et artiste a déjà de grandes références à son actif : l’Agence Spatiale Européenne (ESA), Arianespace, Air Liquide, Daimler-Chrysler, Mercedes-Benz… Une première exposition de ses œuvres vecteurs de communication pour les entreprises est prévue du 19 au 31 mai 2008 dans les locaux de l’ASPIBD à Decazeville.

Pour plus d'infos



Collectivités

La filière bois et le CRITT 12

La France compte 2 CRITT Bois (Centre Régional d'Innovation et de Transfert de Technologie). L’Aveyron a la chance d’héberger l’un de ces 2 centres de ressources. Une opportunité pour les entreprises aveyronnaises mais aussi pour les entreprises du Grand Sud, à l’heure où la filière bois est en pleine mutation.
 

Agenda économique

Délai de la 2ème édition du concours « créateurs d’entreprises » prolongé
Les porteurs de projet et les jeunes entreprises qui souhaitent concourir à la création d’entreprises organisée par la communauté de communes Millau Grands Causses peuvent rendre leur copie jusqu’au 18 janvier 2008. Un prix de 5000 € sera décerné dans chaque catégorie (projet en émergence/création).
Plus d'infos

10ème édition du concours national à la création d’entreprises innovantes
Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, vient de lancer officiellement le 10ème concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes. Ce concours offre la possibilité à des porteurs de projets, soit de valider un projet encore au stade de l’idée pour les lauréats de la catégorie « émergence » (jusqu’à 45 000 € de subvention par projet), soit de le concrétiser en créant leur entreprise pour les lauréats de la catégorie « création-développement », sous réserve que la preuve du concept soit avérée (jusqu’à 450 000 € de subvention par projet). La date limite de remise des dossiers est le 31 janvier 2008. En région, les contacts sont OSEO et la DRRT.
Plus d'infos

L’ADEME lance un nouvel appel à projets en éco-conception
Ce sont les projets de recherche technologiques et les projets méthodologiques qui sont ciblés par l’ADEME dans cet appel à projet afin que l’éco-conception devienne la méthode systématique de recherche pour le développement des produits. La date limite de dépôt des dossiers est le 7 février 2008.
Plus d'infos

 
 

Créé en 1988 à l’initiative de la CCI de Rodez-Villefranche-Espalion, il s’agissait pour le CRITT, à une époque où il n’existait aucun centre de ressource pour la filière bois, d’aider les entreprises à augmenter leur productivité par le biais de la mécanisation et de la robotisation. L’activité du CRITT qui, à ses débuts, concernait uniquement un transfert de technologie a aujourd’hui évolué vers l’agencement des ateliers et la formation. C’est une nouvelle équipe, avec à sa tête Pierre CAYRON, Président, et Philippe Gallien, Directeur, qui est en charge d’accompagner les entreprises qui le souhaitent dans leur développement. En effet, si les PME savent aujourd’hui s’équiper de machines performantes, elles n’utilisent pas toujours les pratiques d’optimisation de ces outils. Le CRITT 12 doté de compétences d’ingénieur et de technicien prodigue alors des actions personnalisées : il réalise un audit de l’entreprise, identifie les besoins de celle-ci et propose un accompagnement technique à son client. Il assure également la faisabilité technique et économique de projets innovants. Le CRITT 12 travaille en réseau avec de nombreux partenaires : la PFT Bois d’Aubin (Plateforme Technologique), les autres CRITT de Midi-Pyrénées dédiés au collage à Tarbes ou à l’automatisme à Albi… Disposant de compétences réglementaires, il accompagne aussi les entreprises dans leur demande d’autorisation. Le CRITT en cours d’accréditation COFRAC effectue enfin un certain nombre de mesures, comme celle des poussières de bois.
Un exemple de construction bois – CRITT 12©
Un exemple de construction bois – CRITT 12©
L’association dont le bureau a dernièrement été élargi aux représentants des différentes professions du bois, est donc un observateur privilégié de la filière bois. Ce qui lui permet de définir des actions collectives en adéquation avec les « préoccupations » de la filière. La construction bois et l’utilisation du bois comme ressource d’énergie sont les axes majeurs de développement de la filière choisi par le CRITT 12 dont le champ d’action dépasse les frontières régionales.
Effectivement, en Aveyron comme en France, le secteur de l’ameublement est toujours en proie à des difficultés. Au contraire, le bois de construction, dopé par le dynamisme du bâtiment gagne tous les jours un peu plus de terrain. En Aveyron, les activités de charpente et menuiserie concentrent plus de la moitié du chiffre d’affaires et des emplois de la filière bois. Filière qui compte aujourd’hui 830 entreprises, emploie 3700 salariés et génère 535 millions d’€ de chiffre d’affaires. 45% de l’effectif de la filière bois en Midi-Pyrénées travaille dans le secteur de la construction bois dont près de 90% sont des PME de moins de 10 salariés. « D’où le véritable enjeu à œuvrer sur ce secteur » explique Philippe Gallien qui recrute un ingénieur ″ Bois Construction ″.
Avec 264 000 ha de surface boisée, l’Aveyron produit plus d’1 million de m3 de bois par an. Mais cette ressource reste peu utilisée par les entreprises aveyronnaises de 2ème transformation qui pour l’instant s’approvisionnent plutôt sur le marché national ou international. - Les bois du Nord et de l’Est de l’Europe présentent un meilleur rapport qualité/prix, les bois exotiques correspondent aux tendances actuelles de consommation -. En revanche, les préoccupations environnementales, l’augmentation du prix du pétrole et du gaz modifient les comportements des consommateurs et contraignent les professionnels à prendre en compte les demandes en matière d’isolation, d’énergie économe ainsi que les aspirations en matière de protection de l’environnement, de valorisation des déchets. Une vraie révolution pour la filière bois… une révolution qui « colle » bien aux caractéristiques environnementales de l’Aveyron. L’Association Aveyron Energie Bois a été créée le 24 novembre dernier à cet effet. Elle a pour but de promouvoir l’utilisation des chaudières bois pour le chauffage collectif ou individuel, d’accompagner les maîtres d’œuvre dans la démarche et de structurer la ressource en plaquette afin d’organiser et de sécuriser l’approvisionnement.
La filière bois aveyronnaise semble bien décidée à saisir l’opportunité qui s’offre à elle. « On assiste à une reconversion des sous-traitants du bois et des fabricants de meuble par un drainage de l’activité vers tous les métiers liés à la construction et par une diversification vers l’agencement où se côtoient service et sur-mesure » remarque le directeur du CRITT 12.
 
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°25 - Janvier 2008 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

La Drosera, quelle gourmande !

La Drosera* Gourmande, à Laguiole, commence à faire parler d’elle… Non pas en dévorant les insectes dans les Tourbières de l’Aubrac mais en donnant à déguster à des gourmets, toujours plus nombreux, toute une gamme de produits de qualité, fabriqués artisanalement, et déclinés à partir du canard gras. Savoir-faire, qualité, rigueur, restent les maîtres mots de cette entreprise au climat familial dont Claude Rus est à l’origine.

Nouvelle boutique de la Drosera sur la route d’Aubrac
Nouvelle boutique de la Drosera sur la route d’Aubrac

C’est en août 1998 que Claude Rus, après plusieurs années de responsabilité dans une entreprise Espalionnaise de transformation de canard gras, fait le choix de créer sa propre entreprise à Laguiole. Une opportunité s’offre à lui : la reprise de l’activité de Geneviève Bouldoires, soit la fabrication des Pétites de Laguiole, savoureux tripoux à base d’agneaux et de veaux de l’Aveyron. Ses compétences et son expérience dans la fabrication des produits dérivés du canard (notamment le foie gras de canard entier) feront la réputation de l’entreprise bien au-delà du cadre régional.
A ses débuts, la boutique Laguiolaise ne proposait sur ses étals et sur son catalogue qu’une dizaine de produits. Aujourd’hui, plus de 70 références sont commercialisées. Claude Rus a mis au point des foies gras en sauce, terrines variées, galantines de châtaignes, caille fourrée au foie gras, magret fourré ou encore saucisse sèche de canard à l’huile… « Nous essayons de satisfaire les souhaits, les désirs de certains clients. Ils nous incitent à innover, à tenter certaines recettes qui, dans bien des cas, deviennent des réussites ! » explique Claude Rus, ajoutant que son intérêt majeur est de rester dans le créneau de la fabrication artisanale de qualité. Ce choix qui demande une attention soutenue et un suivi sans faille a été gratifié par les nombreuses médailles qui ont récompensé le foie gras de canard entier de la Drosera Gourmande. Quatre médailles d’Or au Salon de l’Agriculture à Paris sont venues saluer le travail du maître artisan. L’entreprise a aussi obtenu le label IGP (Identification Géographique Protégé), autre signe de qualité, pour ses produits dérivés du canard.
La Drosera Gourmande est maintenant reconnue comme une entreprise familiale performante. En février 2007, elle a investi dans un bâtiment de 400 m2. La décoration à la fois sobre et personnalisée offre un point de vente intéressant situé sur un lieu de passage très touristique. Attenant à ce magasin de vente, un projet de laboratoire verra bientôt le jour et permettra à la clientèle si elle le désire de suivre l’élaboration des produits.

En 2003 à Espalion, La famille Rus a repris l’entreprise Nord Aveyron Porcs. Cette activité - un laboratoire de découpe de porcs, de charcuterie et de conserverie - est sous la responsabilité de l’un de ses fils - Elian - qui assure aussi le service clientèle boucherie-charcuterie, restaurant et particulier. Son autre fils – David - gère le volet conserverie. Quant à Michèle, l’épouse et la mère, elle est « polyvalente » selon les mots de Claude Rus. Cette famille qui se consacre à la bonne marche de ces 2 entreprises, est entourée d’une équipe jeune, motivée et expérimentée.

* nom d’une plante insectivore qui vit dans les tourbières de l’Aubrac

Pour plus d'infos

Innovation : produits, services, marques...

Le décid’éco Agri Agro

Un guide dédié à l’agriculture régionale, à l’agroalimentaire et aux agro-industries en Midi-Pyrénées a vu le jour en décembre dernier. Ce guide en phase avec l’actualité du pôle de compétitivité AgriMip Innovation propose des interviews, analyses et reportages sur les grands défis économiques et technologiques de la filière.
Un nouveau MBA « Jeune entrepreneur » à l’ESC Toulouse
En mai prochain, une nouvelle formation en alternance de 18 mois en collaboration avec les PME et PMI de Midi-Pyrénées verra le jour.
  Lettre de l'économie en Aveyron - n°25 - Janvier 2008 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

Kasper Ibfelt, du cœur à l’ouvrage

« Kasper Ibfelt ou l’histoire d’un danois amoureux de la France et de son art de vivre » pourrait être le titre de la biographie de ce fervent défenseur des vins de coteaux. C’est ce jeune homme plein de ressources qui depuis trois ans est responsable de la cave coopérative du vin de Marcillac à Valady.

Pour Kasper Ibfelt, ce fut d’abord la France puis le vin. Un hasard qui n’en est pas vraiment un quand on connaît la générosité de ce jeune danois. Né il y a 35 ans à Copenhague, il choisit la France à l’âge de sa majorité. Comme le veut la tradition danoise, Kasper Ibfelt a pris une année sabbatique après le lycée. C’est à Nice qu’il décide d’apprendre le français. « Et la France m’a plu » lance simplement le jeune homme à l’accent nordique. Il poursuit alors sa route à Bordeaux et croise celle des vins. Ce fut une rencontre décisive pour Kasper Ibfelt. Alors que ce scientifique suivait des études de Lettres à la faculté de Bordeaux, la découverte des saveurs du vin français dans le restaurant où il travaillait pour payer ses études -quai des Chartrons- l’emmène vers d’autres horizons. « Petit à petit, je me suis intéressé au vin » explique Kasper Ibfelt. Mais quand on l’écoute parler, on comprend qu’il s’agit de bien plus encore : une passion. En témoigne l’enthousiasme dont il fait preuve aujourd’hui -en français- lors de la visite de la cave des Vignerons du Vallon. Il fait partie de ces hommes à la passion communicative. Si le désormais expert en vin en est arrivé là, c’est sans doute grâce à sa force de caractère. Après avoir compris les essences du vin, sa volonté lui a permis d’intégrer le « métier ». « J’ai trouvé un négociant prêt à me payer la formation en commercialisation de vin et spiritueux » dit Kasper Ibfelt. Les gens croient en lui et il le leur rend bien. Il est resté 8 ans chez ce négociant de Bordeaux en tant qu’assistant commercial puis responsable marketing. Mais le jeune danois épris de terroir veut en savoir toujours plus sur le vin. « Je savais comment vendre du vin mais je n’avais aucune idée des techniques de fabrication » explique l’actuel directeur de la cave de Marcillac. A 31 ans, il décide de reprendre des études. Il suit un BTS viticulture et œnologie lors duquel il rencontre sa femme d’origine ruthénoise. Ce qui amène ce futur papa à l’époque en Aveyron, après avoir vinifié dans le Bordelais et dans les Costières de Nîmes. Une augure pour l’Aveyron.

« Lors des vendanges 2005, j’écris une lettre pour un emploi à la cave de Marcillac » dit Kasper Ibfelt ne sachant pas, à ce moment, que l’ancien responsable de la coopérative des Vignerons du Vallon, Sébastien Brunet, démissionnait pour partir à Bandol. Il se retrouve ainsi à la tête de la cave coopérative qui collecte 110 hectares de vigne d’un seul et même cépage -le Mansois- mais de terroirs différents -une multitude de terroirs qui offrent aussi par conséquent la particularité de pouvoir fabriquer plusieurs vins-. Un poste qui lui sied à ravir tant le challenge commercial à relever était de poids. « Le travail qualitatif était déjà fait, les vignerons du Marcillac sont très bons. » explique le directeur de la cave. Le plus important du travail selon Kasper Ibfelt quand il est arrivé était de vendre ce vin de coteau et de faire parler de lui. « Les vignerons doivent être fiers de leur travail » lance celui pour qui la qualité est un engagement. Cet amateur de cuisine française est membre fondateur de Slow Food Aveyron, association de promotion des productions locales contre la « malbouffe ». Kasper Ibfelt donne beaucoup à l’Aveyron.

Pour plus d'infos

Brèves, les gens ...
Anne Renaud, nouvelle directrice des Thermes de Cransac

Anne Renaud succède à Anne-Marie Jimenez qui a fait valoir ses droits à la retraite à la direction des Thermes de Cransac, l’une des 21 stations de la chaîne thermale du Soleil.
Plus d'infos

Un nouveau Président à l’UIMM
Frédéric Saint-Geours, ancien Directeur Général de Peugeot, succède à Denis Gautier-Sauvagnac à la Présidence de l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie.
Plus d'infos
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°25 - Janvier 2008 - Page 4