La lettre de l'économie en Aveyron
Fév. 2008
Numéro 26


Edito

Anticiper

Nous avons acquis depuis 20 ans une expérience de la réflexion pour construire ensemble le renouveau du département. Avec une réussite certaine.
Anticiper pour ne pas subir : voilà l’essentiel de la démarche. Anticiper en s’appuyant sur une bonne connaissance des données économiques, démographiques, techniques…
La société change. Il faut se donner les moyens de saisir ces mouvements. J’ai proposé qu’une étude de marketing territorial soit lancée sur ces nouvelles tendances et les nouveaux comportements, avec l’objectif d’identifier ces évolutions, afin de les intégrer dans nos politiques.
Mieux connaître les attentes de nos concitoyens, bien comprendre le monde qui nous entoure pour préparer l’avenir avec un maximum d’atouts en mains : voilà le nouveau défi qui se présente à l’Aveyron.
C’est le défi de la modernité. Il est à notre portée.

Jean PUECH
Président d'Aveyron Expansion

Au sommaire

Collectivités
> Un outil de formation performant dans le Sud Aveyron

> Agenda

Vie des entreprises
> Les Fromentiers de France ont retrouvé leur souffle

Entrepreneurs aveyronnais
> Max Capdebarthes : des produits à l’image de l’homme

 

 

A la une  

L’Aveyron dans la mondialisation : l’exemple de l’aéronautique

Airbus
Pascal Le Doaré© - Airbus - CG12

Mondialisation, délocalisations, relocalisations, mutations… Dans cette période de troubles économiques à l’échelle planétaire, les concepts se télescopent et le monde du XXIème siècle se dessine dans un tourbillon où les plus craintifs commencent à rallumer les vieilles lunes protectionnistes et où les plus conquérants en profitent pour cultiver le sillon le plus positif de la mondialisation : le développement à l’export.
On ne peut néanmoins que s’émouvoir de certaines réalités : la globalisation financière donne le vertige au-delà de la crise des « subprimes » et du monopoly façon « trader », c’est l’intrusion massive des capitaux étrangers dans nos économies nationales qui est finalement l’élément le plus renversant. A titre d’exemple, le quotidien Handelsblatt révélait, en fin d’année, que 30 des plus grandes entreprises allemandes sont désormais en majorité détenues par des investisseurs étrangers. Un fond d’investissement émanant des pays du golfe largement boosté par la hausse du baril de pétrole serait par ailleurs, d’ores et déjà, en capacité de racheter cash la totalité de notre CAC 40 national (déjà largement mondialisé) !
Une réponse « aveyronnaise » paraîtrait bien dérisoire mais la recherche de points d’ancrage (productions à valeur ajoutée, innovation, gain de productivité, esprit de conquête et capitalisation sur l’attractivité du territoire, …) reste la meilleure manière d’exister localement en réfléchissant et en agissant globalement. Les entreprises les plus performantes de la mécanique aveyronnaise ont fait ce choix bien que impactées par la mondialisation, notamment dans le secteur de l’aéronautique.

Le secteur aéronautique : des intervenants interdépendants au service de grands donneurs d’ordre
L’INSEE a réalisé une enquête en 2007 auprès de plus de 1000 sous traitants, fournisseurs et prestataires de services du secteur aéronautique et spatial du Grand Sud Ouest (Midi Pyrénées et Aquitaine).
Cette enquête indique que les deux tiers des commandes du secteur aéronautique et spatial sont passées auprès de sous traitants (produits ou prestations réalisés sur la base d’un cahier des charges technique élaboré par le client ou en concertation avec lui), 18% auprès de fournisseurs (produits identifiables sur catalogue) et 14% auprès de prestataires de services. En Midi Pyrénées, près d’un établissement interrogé sur deux se qualifie de sous traitant.
Les établissements aveyronnais enquêtés figurent parmi les plus spécialisés et donc les plus dépendants (le chiffre d’affaires aéronautique et spatial représente plus de 90% du chiffre d’affaires total de ces établissements en 2006 ). C’est le cas également mais dans une moindre mesure pour les établissements du Lot et des Hautes Pyrénées.

Une industrie impactée par la mondialisation
Si plus de 60% du chiffre d’affaires aéronautique et spatial des établissements industriels en Midi Pyrénées proviennent de commandes passées par des donneurs d’ordres du grand sud ouest (40%) ou d’autres régions de France (20%), 40% proviennent de l’étranger (Europe, USA, Asie …). L’enquête INSEE nous apprend également que sur dix sous-traitants Midi Pyrénéens, six font eux même appel à des sous-traitants dont 17% à des sous-traitants étrangers, le plus souvent pour des raisons de coût de main d’œuvre.

Entre croissance et mutation industrielle…
Le contexte est porteur pour l’industrie aéronautique : trafic en hausse, demande croissante d’avions dans les pays émergeants, nécessité de renouvellement d’une partie de la flotte aérienne …
Mais les principaux acteurs présents sur le marché de l’aéronautique se livrent une bataille féroce. Suite aux pertes financières engendrées en 2006 par les retards de production de l’A380 et pour accroître sa compétitivité, l’avionneur européen Airbus a engagé un plan de restructuration baptisé power 8. Ce plan vise notamment à réduire le nombre de sous-traitants de rang 1 en leur confiant des ensembles plus importants avec partage du risque financier. Les faits et gestes de l’avionneur européen sont suivis de près par tous les acteurs régionaux. Non sans raison … Airbus à lui seul compte plus de 10 000 salariés en Midi Pyrénées et l’INSEE a estimé que 2 emplois salariés de la construction aéronautique créent en moyenne 3 emplois indirects ou induits.
Les volumes des commandes aéronautiques sont moins dynamiques en 2007 qu’en 2006, surtout pour les fournisseurs, les prestataires de services et les plus petites structures. La demande aéronautique apparaît plus soutenue pour les sous-traitants (hormis les sous-traitant d’études). En matière d’emploi un tiers seulement des dirigeants interrogés anticipait une hausse des effectifs dans l’année à venir.
Les entreprises aveyronnaises semblent, pour l’instant, s’en sortir plutôt bien. Les réponses émanant des entreprises aveyronnaises ont fait ressortir une augmentation de 6,4% des effectifs salariés et de 16,4% du chiffre d’affaires entre 2005 et 2006.

Quelle marge de manœuvre pour les entreprises ?
Dans le secteur de l’aéronautique comme dans celui de l’automobile, la concurrence internationale s’accroît. Les donneurs d’ordre cherchent à réduire les coûts, se recentrent sur leur cœur de métier, redoublent d’exigence vis-à-vis de leurs fournisseurs. Même pour les constructeurs, les marges de manœuvre sont faibles ! c’est dire le peu de latitude dont disposent les entreprises sous-traitantes. Certaines entreprises sont néanmoins bien décidées à exploiter ce « peu » et en la matière, le secteur aéronautique cherche à s’inspirer de la mécanique automobile plus avancée dans la rationalisation de la relation avec les grands donneurs d’ordre.

Pour approfondir le sujet, une étude Repères paraîtra très prochainement dans la collection Repères éditée par Aveyron Expansion. Cette étude permettra d’appréhender les nouvelles relations client/fournisseur au travers d’un focus sur 3 donneurs d’ordre de l’automobile et de l’aéronautique.

Sources :
> Industrie aéronautique en Midi Pyrénées – « 6 pages de l’INSEE » n° 104 octobre 2007
> L'aéronautique et l'espace en Aquitaine et en Midi-Pyrénées - Régions d'Aerospace Valley Enquête année 2007 – INSEE

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
Raynal et Roquelaure s’offre les sauces Buitoni

La société capdenacoise Raynal et Roquelaure qui élabore et commercialise des plats cuisinés en conserve sous les marques Raynal et Roquelaure (recettes françaises) et Zapetti (recettes italiennes et exotiques) rachète le fonds de commerce des sauces Buitoni à Nestlé. L’entreprise a pour ambition de doubler son chiffre d’affaires d’ici 2011.
Plus d'infos

Un chiffre d’affaires en pleine croissance pour Lisi Aerospace

Le chiffre d’affaires de Lisi Aerospace est en hausse de 12,8% en 2007 et participe à 44% du chiffre d’affaires consolidé du groupe.
Plus d'infos

Vivre et Travailler en Aveyron

Aveyron Expansion est désormais en charge de l’animation de la Cellule d’accueil « Vivre et Travailler en Aveyron » qui a pour objectifs de :
- Faciliter l’accueil et l’intégration des nouveaux arrivants et notamment les nouveaux arrivants actifs,
- Assurer un lien entre les candidats à l’installation et les professionnels de l’emploi publics ou privés,
- Faciliter les rapprochements entre les entreprises et les candidats,
- Contribuer à éviter les départs du territoire par l’information notamment auprès des jeunes.
La Cellule accompagne toute personne souhaitant venir vivre et travailler en Aveyron en partenariat avec des professionnels de l’emploi, de l’immobilier et de l’accueil. Elle offre aux entreprises et professionnels de l’emploi un accès à une Cvthèque, la mise en ligne possible d’offres sur son site, un accompagnement à l’installation des salariés recrutés. Elle donne enfin des informations concrètes sur l’Aveyron.
Plus d'infos

Lettre de l'économie en Aveyron - n°26 - Février 2008 - Page 1

Collectivités


Collectivités

Un outil de formation performant dans le Sud Aveyron

Au delà de la formation professionnelle continue en communication, développement commercial, management des RH, gestion… qu’elle met au service des entreprises, la Chambre de Commerce et d’Industrie Millau Sud Aveyron dispose d’un outil de formation performant à Saint-Affrique sur le site qui a longtemps accueilli l’école EDF.

Ce ne sont pas moins de 13 hectares et 30 000 m² bâtis, propriété d’une SEM créée à cet effet -la SEML SACA (Saint-Affrique Construction Aménagement)-, qui sont dédiés à l’économie et notamment à la formation. Le capital de la SEM est détenu par la Commune de Saint-Affrique, la communauté de communes du Saint-Affricain, 3 banques régionales, l’office HLM Aveyron Logement, la CCI Millau Sud Aveyron et Christian Viguier, créateur de la SEFEE. Différentes activités dont les 3 principales sont l’accueil, l’hôtel d’entreprises et la formation se répartissent l’ensemble des espaces de ce site reconverti. La société Cap Vert spécialisée dans l’accueil de groupes de loisirs, de sportifs ou de séminaires dispose de 5 résidences. L’hôtel d’entreprises héberge de nombreuses activités : du CAT de Belmont-sur-Rance à la filiale de la SEFEE. Quant à la formation qui avait déjà un point d’ancrage avec l’ancienne école EDF, elle a été confortée et s’est même diversifiée.

logo ISFMEL’ISFME (Institut Supérieur de Formation aux Métiers de l’Energie), groupement d’intérêt économique formé par EDF et la Chambre de commerce Millau Sud-Aveyron devenue majoritaire, a vu le jour au milieu des années 90 tout en perpétuant la tradition liée à l’énergie. Aujourd’hui ce sont 12 personnes - elles seront bientôt 14- dont 4 mises à disposition par EDF qui forment aux métiers de l'énergie dans les domaines suivants : éclairage public, électricité industrielle et postes, études des réseaux BT et HTA, habilitations électriques, réseaux aériens et souterrains, travaux sous tension, recyclage TST. L’ISFME dispense des formations professionnelles à destination des collectivités et des entreprises mais aussi participe à une formation universitaire : la licence professionnelle EPRE (Eclairage Public et Réseau d’Energie) issue d’un partenariat Universités J.F. Champollion et Paul Sabatier, lycée de Saint-Affrique, ISFME et EDF au travers de sa Délégation Régionale Midi-Pyrénées. Une autre licence « Production Décentralisée d’Energie » pourrait voir le jour. L’ISFME bénéficie d’installations uniques en France en terme de poste source ou de sécurité électrique et ne cesse de se développer. L’année 2007 a permis l’accueil de 2000 stagiaires pour 1,1 million d’€ de chiffre d’affaires. De quoi faire de Saint-Affrique un pôle de référence en matière d’éclairage public et de réseaux de distribution d’énergie.


Agenda économique

Salon ECTA Sud les 13 et 14 février 2008 au Centre de Congrès Diagora Labège
La 2ème édition du salon de l’événement de la communication et du tourisme d’affaires se tiendra à Toulouse de 10h à 22h le 13 février et de 10h à 19h le 14. Plus de 80 entreprises seront présentes sur 2500 m².
Plus d'infos

Trophées Les Initiatives de l’Economie 2008
L’agence Press & Vous en partenariat avec l’ACFCI, l’ANPE, l’APCE, l’APCM, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et le Sénat organise ces trophées pour récompenser les actions des institutions publiques ou privées au service des entreprises. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 29 février.

« Le traitement des déchets industriels » abordé le 4 mars à 17h à l’amphithéâtre de l’IUT de Rodez
Le département QLIO (Qualité Logistique industrielle et Organisation) de l’IUT de RODEZ organise un cycle de conférences sur le traitement des déchets industriels. La 1ère manifestation aura lieu mardi 4 mars à 17h à l’amphithéâtre de l’IUT de Rodez. Les thèmes abordés concerneront l’évolution de la réglementation, les soutiens financiers, le suivi d’un processus de recyclage. Interviendront de nombreux organismes et de grandes entreprises du département : l’ADEME, l’ORDIMIP, Bosch, Filtauto, Braley et Sopave. Les échanges se poursuivront au cours d’un apéritif.

logo The VillageL'Ecole des métiers de l'animation et des techniques d’ambiance (The Village) de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Millau Sud Aveyron a quant à elle, été créée il y aura 3 ans cette année sur le modèle de l’école Klaxon Rouge de la CCI de Quimper, en raison des besoins existants dans le Sud de la France. Les formations s’adressent à des jeunes de 18 à 26 ans qui auront peut-être la chance d’intégrer par la suite l’un des partenaires de poids de l’école tels Fram, Look Voyages, Club Med, ValVVF et Siblu. The Village (dont le CA 2008 devrait dépasser les 500 000 €) dispense des formations diplômantes mais offre aussi des contrats de professionnalisation avec ses partenaires. Cette année une quinzaine d’intervenants formeront plus de 200 « contrats pro » dans les domaines de l’animation et de la régie technique. Les ambitions de l’école ne s’arrêtent pas là puisqu’elle travaille à l’inscription d’un diplôme au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles) et souhaite développer la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience).

Enfin une Ecole du Commerce et de la Distribution (apprentissage) apporte une réponse de proximité car il n’existait aucune offre post bac dans le domaine commercial. Elle forme depuis les chefs de rayon jusqu’aux candidats à la reprise d’un commerce. Globalement, l’activité formation, de la CCI Millau Sud-Aveyron représentera en 2008 prés de 2 millions d’€ de chiffre d’affaires. Elle repose largement sur offre spécifique et bénéficie d’un site complètement intégré. La CCI Millau Sud-Aveyron souhaite que cette double singularité soit un atout pour la future CCI Aveyron.

Pour plus d'infos
 

Lettre de l'économie en Aveyron - n°26 - Février 2008 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

Les Fromentiers de France ont retrouvé leur souffle

Malgré l’incendie sur l’un de ses 3 sites de production en Aveyron, le groupe « Les Fromentiers de France », fabricant et distributeur de produits de boulangerie, viennoiserie et pâtisserie n’a jamais défailli. Sa combativité lui a permis de faire face et de dépasser aujourd’hui son rythme de croisière.

Hugues Prince, Jean Puech, M.Vilgrain
H Prince, J Puech, JL Vilgrain

Un des leaders français de la production de pain spéciaux
Le groupe « Les Fromentiers de France » présent dans toute la France par le biais de ses différentes enseignes commerciales : l’Epi Gaulois, Maison des Pains, Fromenterie et O’pan, centralise ses unités industrielles dans le Sud de la France et notamment dans l’Ouest Aveyron. Sur 5 sites de production, ce ne sont pas moins de 3 unités qui sont localisées dans le Villefranchois : une à Villefranche-de-Rouergue, une à Saint-Rémy et une à Mémer. En 2002, le groupe « les Fromentiers de France » est né du rapprochement des sociétés Moly dans le Villefranchois et Fromentiers détenue par le groupe JL Vilgrain, aujourd’hui actionnaire majoritaire. La synergie des réseaux, la complémentarité des compétences, la proximité des cultures ont favorisé le regroupement de ces 2 sociétés qui ont mis en commun leurs outils de production, développement et leur encadrement technique. Les Fromentiers de France sont depuis, des professionnels du métier du pain qui conjuguent tradition et goût de l’authenticité avec performance et technicité. Ils exploitent à ce jour 213 magasins dont plus de la moitié en direct (le reste est franchisé). Ils développent des gammes complètes de produits de boulangerie, viennoiserie et pâtisserie si bien que chaque enseigne offre plus de 80 références.

Malgré les événements…
Les unités industrielles aveyronnaises qui représentent 30 millions d’€ de chiffre d’affaires (soit 1/3 du chiffre d’affaires du groupe) et emploient 300 salariés produisent des blocs de pâte surgelés, des pains crus façonnés, des pains précuits sur sole, des viennoiseries, des feuilletés et enfin des pâtisseries et produits salés. En septembre 2007, l’incendie de l’une d’entre elles, La Boulange des Bastides à Saint-Rémy, qui a privé l’unité de production de tout moyen de réfrigération a immobilisé la plus moderne des unités industrielles du groupe. Mais grâce à la mobilisation de ses équipes et de ses ressources industrielles, Les Fromentiers de France dirigés par Hugues Prince ont su maintenir leur activité commerciale sans avoir recours au chômage technique de ses salariés. Une combativité à toute épreuve. C’est ce qu’est venu saluer le Président d'Aveyron Expansion, ce 11 janvier dernier.
 

Innovation : produits, services, marques...
Nouvelles destinations et nouvelles activités pour Nacel
La filiale du Club Langues et Civilisations à Rodez offre depuis peu de nouvelles destinations. Ses clients de tous les âges peuvent désormais apprendre l’anglais en Irlande du Nord ou l’espagnol en Argentine. Mais ils ont aussi la possibilité d’apprendre l’anglais en jouant au rugby !
Plus d'infos
De nouveaux blogs économiques en Aveyron
La Plate Forme Technologique Viandes et Salaisons et le Critt 12 Bois ont développé leur blog. Aveyron Expansion en a fait de même. N’oubliez pas que vous aussi, acteurs économiques de l’Aveyron, vous pouvez créer votre blog sur http://aveyron.blog4trade.com/ pour être plus visible. Contactez-nous pour plus d’information.
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°26 - Février 2008 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

Max Capdebarthes : des produits à l’image de l’homme

Depuis plus de 20 ans maintenant, Max Capdebarthes fabrique des produits en cuir, des produits qui lui ressemblent. Ils évoquent la sincérité et le respect tout comme le chef d’entreprise sauveterrat prône ces valeurs.

C’est en 1987 que Max Capdebarthes crée l’entreprise éponyme. Il démarre dans le garage de ses parents à Sauveterre. Après un C.A.P. maroquinier à Mazamet et « un tour de France » en compagnonnage à Paris et à Lyon, il rentre au « bercail » pour exercer, seul. Cet homme issu d’une longue lignée de sauveterrats se lance dans l’aventure entrepreneuriale avec la fabrication d’étuis de couteaux en cuir. « C’est surtout le renouveau des couteaux de Laguiole qui aura permis à l’entreprise de se pérenniser » explique Max Capdebarthes. Il travaille depuis ses débuts avec La Forge de Laguiole grâce au hasard des rencontres et à la fidélité aveyronnaise. Les étuis de couteaux dessinés par Max Capdebarthes représentent encore aujourd’hui l’essentiel de sa production. Ces étuis qui épousent les courbes du Laguiole, discrets, sans fioritures sont à l’image du personnage. Un « fabricant » qui avec l’expérience sort de sa coquille. « Le CJD de l’Aveyron m’a notamment permis de sortir de mon isolement » note ce « presque quinquagénaire », papa d’un garçon de 13 ans, marié à une puéricultrice.

Il a construit son entreprise comme il aurait construit sa maison. Cet homme aujourd’hui à la tête de 6 salariés se souvient plus volontiers de leur prénom que de leur nombre. Il se rappelle également des dates d’arrivée de chacun. Le respect est une notion essentielle pour l’entrepreneur. Le respect du métier, de ses employés, de sa clientèle… L’homme qui s’est improvisé chef d’entreprise dès ses débuts, en assume aujourd’hui toutes les fonctions clefs mais n’oublie pas que les personnes avec qui il travaille « font » Max Capdebarthes. Après avoir « relocalisé » son atelier à Sauveterre en 97 et avoir ouvert une boutique dans la Bastide avec Michel Truchon en 2007, Max Capdebarthes est encore plein de projets. Il a développé de nouveaux produits au fil du temps : des articles de bureau (sous-main, porte-crayon, corbeille à courrier, étui à stylo…), la gamme Aubrac (une ligne de bagages et d’accessoires en cuir de vache d’Aubrac)… Aujourd’hui, le chef d’entreprise désire développer la vente directe. Ses produits déjà vendus dans des boutiques cadeaux, des coutelleries, des armureries en France mais aussi en Allemagne et aux Etats-Unis devraient aussi être commercialisés en ligne. Le dirigeant est conscient de la marge de progression de son entreprise « mais aussi des difficultés liées à sa petite taille et à la concurrence des pays à faible coût de main d’œuvre » selon ses mots. La PME Max Capdebarthes souhaite avant tout se faire un nom dans les produits de qualité.

Brèves, les gens ...
Gilbert Cestrières succède à André Valadier à la Présidence de Jeune Montagne
André Valadier, Président de la Coopérative Jeune Montagne depuis sa création en 1960, passe le relais à Gilbert Cestrières, maire de Montpeyroux mais aussi et surtout fabricant pour la coopérative depuis une dizaine d’années. Cette nouvelle Présidence sera effective à la prochaine assemblée générale de la Coopérative.
Nouvelle Directrice de cabinet du Préfet de Région
Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc prend les fonctions de Directrice de cabinet du Préfet de Midi-Pyrénées, Jean-François Carenco.
Nouveau Président du Comité des banques de Midi-Pyrénées
Pierre Carli, Président du Directoire de la Caisse d’Epargne de Midi-Pyrénées, succède à Gérard Séguret, Directeur Régional de la Société Général, à la Présidence du Comité des banques de Midi-Pyrénées.
Lettre de l'économie en Aveyron - n°26 - Février 2008 - Page 4