La lettre de l'économie en Aveyron
Juin 2008
Numéro 30


Edito

Réfléchir ensemble pour mieux agir

Nous pressentions depuis plusieurs années que l'Aveyron, terre de qualité, d'identité, d'harmonie et d'émotions devenait "tendance". Il convenait de confirmer cette idée à travers quelques caractéristiques précises et quelques chiffres qui mettent en lumière les atouts de l'Aveyron sur les publics qui intéressent les aveyronnais : des actifs créateurs de richesse et d'emplois.
La nécessité de penser l’Aveyron comme un territoire de valeurs se profile. Ceux qui s’intéressent à l’Aveyron recherchent avant tout l’équilibre de vie qu’une vie citadine frisant parfois l’hystérie leur a volé ; ils recherchent le Sud, le Grand Sud mais certainement pas le Sud des paillettes, des yachts, ou des plages surpeuplées, un Sud authentique, le Sud de la « vraie vie ».
L’Aveyron apparaît alors comme l’estampille, la marque de ce Sud accessible et authentique. Nos grands espaces si bien préservés, dont la beauté et la typicité subjuguent nos visiteurs et nouveaux arrivants, constituent la vitrine d’un véritable Parc National aveyronnais, en passe de devenir le « premier département durable » de notre pays.
Ensemble, il nous faudra accueillir, installer et enraciner ces nouvelles populations qui sont, rappelons-le, une chance pour l’Aveyron.


Jean PUECH
Président d'Aveyron Expansion

Au sommaire
Macro économie
> Le développement durable : un engagement « tout naturel » pour l’Aveyron

Collectivités
> La PFT Viandes et Salaisons : une action locale et durable

> Agenda
Vie des entreprises
>Vincent Cadeaux, la machine est lancée

Entrepreneurs aveyronnais
> Guy Rousselin, un homme dans les cuisines


A la une  

Et si l’Aveyron était l’eldorado de demain pour certains ?

L’ « offre aveyronnaise » existe. Qui intéresse-t’elle et pourquoi ? C’est ce que le cabinet Sociovision Cofremca, expert en observation et compréhension des évolutions sociétales, s’est attaché à livrer aux acteurs du territoire aveyronnais ces 6 et 7 juin dernier à Rodez, Villefranche-de-Rouergue et Millau. Dans la lignée des actions visant à développer l’attractivité de l’Aveyron, le cabinet Sociovision Cofremca a été chargé par Aveyron Expansion d’identifier la part des français susceptibles de devenir un jour néo-aveyronnais. Les résultats sont probants.

Tristan Benhaïm, Jean-Claude Luche, Jean Puech et Raymond-François Lebris

Si la campagne télévisuelle du Conseil Général « On ira tous en Aveyron » a placé le département aveyronnais à la 16ème position au « ranking » national de la notoriété spontanée (contre une 26ème place auparavant), elle a aussi permis d’attirer de nouvelles familles en Aveyron. Ces néo-aveyronnais ont fait l’objet à la mi-mars 2008 d’entretiens « histoire de vie » menés par Raymond-François Lebris et Tiphaine Gamba de Sociovision. « Des interviews qui ont duré parfois plus de 3 heures et qui se soldaient par une invitation à dîner ». Cette enquête a permis de comprendre qui étaient ces néo-aveyronnais et dans quel processus ils s’inscrivaient. Cinq profils types sont ressortis : la « famille nombreuse » attirée par la qualité de vie aveyronnaise, les « jeunes diplômés » à la recherche d’un premier emploi, le « jeune couple » qui s’offre un nouveau départ dans la vie, les « entrepreneurs » souhaitant concrétiser un rêve ou le free lance et les « retraités » d’origine aveyronnaise ou amoureux de la région. L’accès à un logement de qualité à faible coût et/ou la situation professionnelle ont été les déclencheurs de l’installation en Aveyron dans la prise de décision de ces futurs néo-aveyronnais. Tous avaient par ailleurs une attirance pour la vie à la campagne et une relation forte à la nature. Ce sont des gens qui font preuve de mobilité mentale et capacité d’adaptation. Ils vivent au présent et acceptent plutôt bien l’incertitude. Tous étaient mus par le changement et aspiraient à une meilleure qualité de vie. Finalement, il s’agit de personnes qui s’inscrivent dans la dynamique sociologique française. Les Français d’aujourd’hui veulent développer et exprimer leur « moi », vivre des choses déroutantes. « C’est le plaisir qui nous drive » explique Tristan Benhaïm, Vice-Président de Sociovision. Et surtout, ils veulent donner un sens à leur vie. Ils ont de nouvelles préoccupations éthiques, écologiques… Si bien que le paysage français se redessine sous l’effet combiné des évolutions de sensibilités et d’une mutation des valeurs. Le contexte sociologique est favorable aux ambitions d’attractivité de l’Aveyron comme si venir s’installer en Aveyron faisait sens. Bien entendu, cela ne fait pas sens pour tout le monde. Alors quels sont ces français pour qui venir vivre en Aveyron a un sens ?

l'assemblée attentive aux interventions de Tristan Benhaïm et Raymond-François Lebris à Rodez

En croisant son observatoire des français (échantillon de 2200 personnes représentatif de la population française âgée de 15 à 74 ans auquel on soumet depuis 1975 chaque année à la même période un questionnaire de 130 pages avec plus de 30 questions par page) avec les résultats de l’enquête menée auprès des néo-aveyronnais, Sociovision Cofremca a identifié la part de la population française ouverte à l’offre aveyronnaise. Résultat : 11% de la population française est susceptible de faire le choix de l’Aveyron. Qui sont ces néo-aveyronnais potentiels ? Sociovision nous livre quelques données sur les cibles de l’attractivité aveyronnaise. Ils sont autant d’hommes que de femmes. 62% ont moins de 45 ans. Ils ont un niveau d’études dans la moyenne nationale. Les employés et personnel de service sont sur-représentés. 61% sont des couples avec enfants. Sociovision nous livre plus encore : leur profil socio-culturel. Les « néo-aveyronisables » sont identifiés au travers de 2 profils socio-culturels : les expérimentalistes et les consommateurs populaires. Les expérimentalistes sont ces « nouveaux bohèmes » individualistes et non-conformistes qui recherchent l’originalité et se considèrent eux-mêmes comme ayant un style de vie d’avant-garde. Ils ont une vie quotidienne riche de loisirs, de travail et d’amis. Quant aux consommateurs populaires, il s’agit d’individus à orientation matérialiste prononcée intégrant la modernité via l’univers de la consommation. Ils ont une vie un peu au jour le jour sans projet précis. Vous connaissez désormais les populations mobilisables pour l’Aveyron. Reste à les mobiliser ! Comment ? le débat est ouvert.

Et si certains se posent la question : comment les faire rester ? il faut savoir que « tissu social proche » et « épanouissement dans la vie professionnelle » déterminent l’ « instauration d’un sentiment d’intégration » pour les néo-aveyronnais. Les points de vigilance toutefois évoqués par les nouveaux arrivants en Aveyron concernent l’emploi des cadres et du conjoint, les réseaux de transport, un sentiment d’isolement à l’égard de leur famille et de leurs amis, la disponibilité des commerces, l’accès au haut débit, l’offre de services de proximité et le manque d’animation des villages en basse saison. De quoi nous rappeler qu’il faut travailler ensemble à être meilleur chaque jour !

Pour plus d'infos

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
De l'eau de pluie pour arroser les plantes de Magasin Vert

Parce que récupérer l'eau de pluie est à la fois un acte écologique et économique, UNICOR a profité des travaux réalisés sur le site de son siège à Onet le Château pour installer une cuve de 100m3. Une économie estimée à près de 6250 euros dès la 1ère année ! L'eau de pluie récupérée est destinée à l'arrosage des végétaux de la Jardinerie Magasin Vert (serres et pépinière extérieure), au nettoyage du magasin (intérieur et extérieur), et à l'atelier du Service Après Vente. Avec 3500m3 collectés par an, c'est la moitié de la consommation annuelle qui sera économisée. Autre objectif sous-jacent de ce projet est la volonté du groupe UNICOR d'accompagner ses adhérents dans des projets de gestion de la ressource en eau avec la récupération d'eau de pluie. Les exploitations agricoles qui possèdent souvent de grandes surfaces de toitures peuvent être intéressées par la récupération d'eau de pluie (arrosage, lavage de bâtiment ou de matériel,...). Ces solutions SKYWATER® Eau de Pluie® sont commercialisées par la SAUMAG (filiale d'UNICOR).
Plus d'infos

Appel à projets innovants

TPE et PME qui ont un projet d’innovation concernant un produit, un procédé, l’accès au marché, les organisations… peuvent obtenir jusqu’à 50% de leurs coûts internes et externes (plafond de 30 000 €). Cet appel à projets innovants de la DRIRE Midi-Pyrénées ferme ses portes le 31 décembre 2008. Pour plus d’information, contactez Vincent de Lagarde au 06.85.91.97.97

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°30 - Juin 2008 - Page 1

Macro économie - Collectivités


Macro-économie

Le développement durable : un engagement « tout naturel » pour l’Aveyron

La DDAF, la DDE de l’Aveyron en partenariat avec la COVED (opérateur de gestion et de traitement des déchets) organisaient, ce 26 mai dernier, à l’auditorium de l’Ecole Nationale de Musique de Rodez, un colloque sur le développement durable en Aveyron. Elus, institutions, associations, chefs d’entreprise se sont réunis autour des thèmes de stratégie territoriale, énergies renouvelables, éco-habitat et gestion de l’eau afin d’aborder ensemble le développement durable de l’Aveyron rappelant que les actions de chacun construisent l’Aveyron de demain.

Colloque « Développement Durable » à Rodez

Les trois premiers intervenants : René Quatrefages (Président du Parc Naturel Régional des Grands Causses), Jean-Paul Tournois (PDG de SACOR) et Hubert Calmettes (Directeur d’Aveyron Expansion) s’accordent à penser que le développement durable impose à chaque acteur d’anticiper et qu'il cesse d'être seulement générateur de contraintes pour devenir une opportunité de valorisation. Sur ce point, l’Aveyron est déjà passé à l’action. Le PNR Millau Grands Causses témoigne d’ « une certaine durabilité en Aveyron » selon les mots de René Quatrefages. Son projet de préservation des patrimoines s’inscrit dans la durée. Hubert Calmettes rappelle ce que pèse l'Aveyron dans le secteur des énergies renouvelables et la volonté d'accompagner le développement économique en prenant en compte l'environnement y compris dans l'aménagement des zones d'activités. La prise en compte du long terme est indispensable à l’action économique. Et pour Jean-Paul Tournois, « gouverner c’est prévoir ». L’entreprise n’échappe pas à la règle.
S’il faut anticiper pour mieux préserver et mieux « développer », le développement durable, au-delà des préoccupations environnementales, se révèle aussi être un « créateur de valeur ». Non seulement pour les entreprises mais aussi pour les collectivités. La mairie de Cransac s’équipe d’un mode de chauffage collectif à partir de noyaux d’abricots, de prunes et de pêches. D’autres travaillent sur l’intégration paysagère de leur bâtiment. Tel est le cas de l’entreprise Vincent Cadeaux à Millau-Larzac ou de Cirex France et son bâtiment bioclimatique à Séveyrac. L’écologie cesse d’être une contrainte pour l’entreprise. Afficher des normes « écologiques » par le biais de certifications sert aussi désormais de faire-valoir. Sacor s’illustre en la matière avec ses certifications IFS (International Food Standard) et BRC (British retail Consortium) qui lui permettent de vendre ses produits sous marque de distributeurs. Jean-Paul Tournois explique qu’ « une entreprise doit être ancrée dans son territoire ». Nombre d’entreprises en Aveyron ont pris l’engagement du développement durable. Il faut dire que le territoire aveyronnais s’y prête. Il dispose déjà de sérieux atouts. L’Aveyron offre une qualité de vie que l’on a forcément envie de préserver et des ressources, notamment en terme d’énergie renouvelable. Rappelons qu’hydroélectricité, solaire, éolien, bois… sont autant d’alternatives qui font de l’Aveyron, le 2ème département dans ce domaine au plan national. Les entreprises aveyronnaises contribuent à cette place de choix avec plus de 140 000 m² de projets photovoltaïques en Aveyron.

Zoom sur l’engagement d’une entreprise aveyronnaise dans le développement durable : le Groupe Burlat
S’il y a plusieurs façons de participer au développement durable, il en est une que le Groupe Burlat a choisie : la traçabilité garantissant l’intégrité du produit. C’est aujourd’hui dans le cadre de son activité d’imprimerie que le Groupe Burlat présent sur l’agglomération ruthénoise (Rodez, Onet-le-Château, Olemps) a décidé d’agir. En 2006, il avait déjà obtenu le label Imprim’Vert pour sa gestion des déchets. Désormais, tout client du groupe qui décide d’imprimer sur le site offset feuille d’Olemps dernièrement labellisé FSC/PEFC agit contre la destruction des forêts pour une gestion durable et pour les droits des peuples indigènes. En faisant ce choix, le client bénéficie lui-même du label FSC/PEFC qu’il peut apposer sur ses documents de communication. Le site d’impression offset feuille d’Olemps est le premier en Aveyron à obtenir cette certification. Sur 6000 imprimeries en France, 60 ont la certification PEFC et une vingtaine FSC. Le groupe Burlat a redoublé d’efforts. Une équipe de responsables a mis en place et assure le suivi des process qui permettent de maintenir cet engagement contrôlé tous les ans par un audit. Le groupe a intégré des évolutions dans sa production, notamment l’utilisation d’encres végétales et de plaques sans chimie. S’engager dans le développement durable, c’est faire œuvre utile mais c’est aussi se donner un atout pour demain.
Plus d'infos


Agenda économique

Journée Portes Ouvertes aux recrutements chez Lagarrigue le 25 juin prochain
L’ entreprise Lagarrigue de Firmi organise une journée portes ouvertes aux recrutements le 25 juin prochain dès 9 h 30, sur le site de l’entreprise à Firmi. Plusieurs postes sont à pourvoir (poste d’électromécanicien, chef de chantier génie civil, adjoint aux études de prix, secrétaire technique études prix ou secrétaire d’accueil en CDD, ouvriers qualifiés et débutants...).
Plus d'infos

AG de l’ADIMAC le 27 juin prochain à Figeac
L’ADIMAC organise son assemblée générale sur le thème « Quand écologie rime avec économie, entreprises et colectivités… déjà actrices ». Elle aura lieu à 10h à Figeac.
Plus d'infos

SIAL, Paris Nord Villepinte, du 19 au 23 octobre
Le Parc des Expositions de Paris accueillera du 19 au 23 octobre prochain le salon mondial leader sur le secteur de l'agroalimentaire. Plus de 140 000 visiteurs et 5 300 exposants convergent vers ce rendez-vous incontournable des professionnels de l 'alimentation : industriels de l 'agroalimentaire, distributeurs, importateurs, négoce et commerce de gros, sociétés de restauration commerciale et collective... Un espace sera dédié à la région Midi-Pyrénées dans le hall des régions de France. Pour participer à cet événement contactez Sandra Uebelhart au 05.62.19.34.45
Plus d'infos


Collectivités

La PFT Viandes et Salaisons : une action locale et durable

Née en 2001 d’un partenariat entre l’établissement public d’enseignement agricole de La Roque, le Centre Technique de la Viande, et le Centre Technique de la Conservation des Produits Agricoles, la Plate Forme Technologique « Viandes et Salaisons » met ses compétences au service des professionnels en lien avec les étudiants : de l’agriculteur à la petite entreprise agroalimentaire. Son seul mot d’ordre : agir ensemble localement et durablement pour préserver et valoriser les savoir-faire aveyronnais !

salage de jambons par enfouissement au hall technologique de La Roque

Quoi de mieux que de mutualiser les moyens afin d’aider les plus petites entreprises à se développer ? Mettre la technologie au service des PME et TPE, c’est ce qu’ont fait les 3 structures réunies au sein de la PFT « Viandes et Salaisons » :
• L’Etablissement Public Local d’enseignement et de formation professionnelle agricoles de La Roque relève du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche. Grâce à son centre de formation professionnel et de promotion agricole (CFPPA), son hall technologique de transformation de la viande et son centre de ressources « agroalimentaires et alimentation », l’EPL de La Roque assure les missions d’orientation, d’appui technique, de recherche et développement, de transfert de technologie, d’information et de sensibilisation auprès des étudiants et des entreprises.
• Le Centre Technique de la Viande a pour mission d’accompagner les entreprises des filières viandes du Nord Est de la Région Midi-Pyrénées. Il assure la maîtrise d’œuvre d’études à caractère collectif pour la filière viande. Information, prévention, conseil technologique, maîtrise du risque sanitaire, appui à la mise en place de signes officiels de qualité, formation… sont autant d’actions portées par le CTV.
• L’antenne du Centre Technique de la Conservation des Produits Agricoles à Rodez est spécialisée dans le secteur des salaisons. Elle assiste les entreprises dans leurs démarches d'innovation, de performance industrielle et de sécurité alimentaire en proposant de réelles solutions industrielles. De la formulation au test consommateur, en passant par la microbiologie et l'hygiène dans le domaine de la viande et des salaisons, chaque aspect est traité pour fournir un appui de qualité aux entreprises. Le CTCPA assure une large mission de Recherche et Développement et de formation.
Il était de bon sens pour ces 3 acteurs de réunir leurs forces. Leur complémentarité leur permet aujourd’hui d’œuvrer ensemble pour la technologie, la sécurité sanitaire, la maîtrise des risques (biologique, technologique, environnementale et des personnes) et pour la valorisation des filières. Si la PFT « Viandes et Salaisons » forme, conseille, accompagne étudiants et entreprises et leur permet d’expérimenter, elle assure aussi le lien entre le monde professionnel et la formation. Elle fait travailler les étudiants, personnes ressources, sur des problématiques appliquées en partenariat avec les professionnels. L’interactivité est son cheval de bataille : entre blog et bulletin numérique d’information, la PFT investit le monde agroalimentaire aveyronnais. Tous ceux qui portent un intérêt au secteur alimentaire ont la possibilité de s’abonner gratuitement au bulletin agroalimentaire de la PFT, outil d’information sur la chaîne alimentaire. Toujours dans un souci de partage et d’échange d’information, la PFT a développé son blog, véritable centre de ressources pour la filière agroalimentaire en Aveyron. Vous pourrez y découvrir entre autre les projets sur lesquels elle travaille : mise en valeur des viandes issues de race ovine Lacaune de la filière lait, gestion des effluents gras grâce à un pilote de saponification, sélection de ferments de salaisons adaptés aux procédés à basses températures, développement des circuits courts de commercialisation… Projets qui témoignent d’un engagement local et « durable ». La PFT « viandes et salaisons », c’est l’innovation à la portée de tous !

Pour plus d'infos


 Lettre de l'économie en Aveyron - n°30 - Juin 2008 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

Vincent Cadeaux, la machine est lancée

La plate-forme logistique Vincent Cadeaux de 20 000 m², sur le Parc Départemental d’Activités Millau-Larzac à La Cavalerie, est opérationnelle depuis le mois d’août 2007. Cette même année, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 18,5 millions d’€, en hausse de 2,5% par rapport à 2006, et ceci malgré les perturbations d’exploitation liées au déménagement. Il va sans dire que le créateur et distributeur d’articles de décoration pour la maison et le jardin a définitivement pris ses marques en Aveyron. C’est ce que Jean-Claude Luche, Président du Conseil Général, Jean Puech, Président d’Aveyron Expansion, et quelques élus locaux sont venus saluer ce 22 mai dernier à l'invitation de Jacques Combernoux, Président, et Jérôme Fourquier, Directeur Général.

une partie du show-room Vincent Cadeaux à La Cavalerie

Positionnée sur un secteur fortement impacté par les effets de « mondialisation », Vincent Cadeaux dont les débuts datent de 1976 a su faire évoluer ses métiers et surtout garder une excellente maîtrise de sa chaîne logistique. Plus de 3000 références sont créées par les équipes de design de la société, fabriquées « aux quatre coins du monde » et acheminées sur la nouvelle plateforme aveyronnaise avant d’être redistribuées en Europe. 18 000 m² d’entrepôts sont dédiés au stockage des articles de décoration qui seront commercialisés principalement sous les marques What’s et Intérieur Déco. La société ne travaille que sur stock grâce à un process complètement informatisé, de la prise de commande à la livraison chez le client. Ce qui permet à Vincent Cadeau de traiter une commande en 72 h. « Nous essayons de travailler le plus possible en temps réel » explique Jérôme Fourquier, Directeur Général de l’entreprise. Les 52 commerciaux de Vincent Cadeaux qui ne vendent qu’aux professionnels (boutiques de décoration, jardineries, fleuristes, magasins de bricolage) et sur toute l’Europe travaillent donc à partir de catalogues électroniques. 75% du chiffre d’affaires est réalisé en France. Vincent Cadeaux possède également une filiale de distribution en Italie, marché export traditionnel de la société.

entrepôts de stockage

 

Les dirigeants de Vincent Cadeaux, Jacques Combernoux et Jérôme Fourquier, ont fait le choix de l’Aveyron. Ils s’en trouvent aujourd’hui récompensés. Si la réactivité du Conseil Général de l’Aveyron et le professionnalisme d’Aveyron Expansion ont d’abord fait la différence, Jacques Combernoux est aujourd’hui ravi de constater la valeur de travail que cultivent les aveyronnais et qui, selon lui, « a profité à l’entreprise ». Les anciens bâtiments de Vincent Cadeaux au Vigan déclarés non-conformes au regard des nouveaux dispositifs anti-incendie avaient conduit les dirigeants à chercher une nouvelle implantation sur un terrain de 4 ou 5 hectares en bordure d’autoroute. Ceux qui pressentaient à l’époque une implantation entre Montpellier et Nîmes n’ont aujourd’hui aucun regret quant au fait d’avoir misé sur le développement logistique de l’A75. Ils ont déménagé leur société à La Cavalerie, au mois d’août dernier, dans 20 000 m² de bâtiments construits à cet effet. Plate-forme logistique et siège social conjuguent leur activité désormais en Aveyron. Ce sont près de 500 containers et 200 camions qui rentreront chaque année sur la plate-forme logistique et 2 à 3 remorques qui la quitteront chaque jour ! Le groupe qui représente 90 salariés en totalité compte 67 personnes sur le site de Millau-Larzac dont 24 ont été recrutées en Aveyron. Le déménagement de la société a également engendré l’installation de quelques familles à La Cavalerie qui ont suivi Vincent Cadeaux. L’entreprise n’a par ailleurs pas hésité à affréter un bus pour les trajets domicile/travail des salariés désirant rester au Vigan.
L’entreprise désormais bien ancrée à l’Aveyron prévoit de nouvelles perspectives de développement : grand export, magasin d’usine… Affaire à suivre.

Pour plus d'infos

Innovation : produits, services, marques...

Toguna : la plate forme de publication dynamique multicanal d’Arc en Ciel

Arc en Ciel est la 3ème agence de communication en France à se doter d’un tel outil et la 1ère en province. Un outil qui a nécessité un investissement de 150 000 €. Il s’agit d’une plate forme de publication dynamique qui associe les technologies Quark Xpress Server et Smart Publish développées par Stepnet Ingénierie. Elle permet à chaque client d’Arc en Ciel d’introduire directement ses données (textes, images…) sur un serveur, à partir de n’importe quel navigateur web. Déclinaison papier ou numérique s’en suivent selon le besoin. L’efficacité et la rapidité de ce nouveau système permet à Arc en Ciel de se recentrer sur son cœur de métier : la créativité.
Plus d'infos

Carteofis : outil interactif de géolocalisation des industriels de la santé sur le web

L'agence Septime à Rodez, dirigée par Ulysse Lacombe, a développé un module catographique pour le compte de la Fédération Française des Industries de Santé (FEFIS). Cet outil permet de géolocaliser les industriels de la santé en France.
Plus d'infos

Nouvelle Licence Pro « management du développement durable des petites et moyennes organisations »
En septembre, le lycée Jean Vigo accueillera à Millau les nouveaux étudiants de la licence « management et développement durable des petites et moyennes organisations ».
Plus d'infos
  Lettre de l'économie en Aveyron - n°30 - Juin 2008 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

Guy Rousselin, un homme dans les cuisines

Fort de son expérience industrielle et d’un sens inné de la stratégie, Guy Rousselin, Président du groupe GMV Ameublement à Aurillac, est « l’homme de la situation ». Après le rachat de Combettes à Entraygues-sur-Truyère, c’est avec le rachat de Teisseire à Toulouse qu’il ambitionne de positionner GMV Ameublement dans le peloton de tête des industriels de la cuisine.

Armé pour l’avenir
Diplômé des Arts et Métiers en 1977, Guy Rousselin a débuté sa carrière dans un cabinet d’organisation industrielle en région parisienne en tant que consultant. Pour plus de sédentarité, l’homme marié intègre en 1981 l’entreprise Dufour, fabricant de fraiseuses. Le secteur des machines-outils, sinistré à l’époque, n’épargnera pas l’entreprise qui sera liquidée en 1984. Guy Rousselin se lance alors dans une nouvelle aventure industrielle chez le leader français de la fabrication de détendeurs en tant que directeur industriel. Il est ensuite débauché par Jaeger pour l’une de ses filiales qui produit des appareils de contrôle de température et de pression. L’actuel dirigeant de GMV Ameublement travaillera également 6 ans pour une filiale de Stokvis qui fabrique des moteurs électriques. C’est finalement au sein d’un groupe suédois, producteur de matériel de soudage à la flamme, que Guy Rousselin achèvera sa carrière de « salarié ». Il y restera 10 ans. Le Directeur Général du « Western Méditerranée Area » qu’il était, a multiplié le chiffre d’affaires par 4 en 6 ans grâce à la création de nouveaux produits comme l’oxygénothérapie. En plus de la gestion de la zone méditerranéenne occidentale dont il avait la charge, il assumait une responsabilité technique et de production pour l’ensemble du groupe suédois au travers duquel il distribuait le produit médical conçu et fabriqué en France. Mais en 2003, le rachat par le groupe d’une société tchèque qui fabriquait elle aussi des appareils de soudage au chalumeau décide le groupe à transférer toutes les opérations industrielles des filiales occidentales en République Tchèque. Guy Rousselin, ne souhaitant pas voir ceux qu’il avait « embarqués » avec lui mal traités, se charge de la délocalisation puis quitte le groupe en 2005.
L’homme qui a acquis une solide expérience industrielle mais qui s’est aussi formé dans le but de faire avancer sa carrière (cours intensifs d’anglais et Executive MBA CPA du groupe HEC) est plus que jamais armé pour diriger son entreprise. « Le bon projet pour moi, c’était de reprendre une entreprise » explique le Président de GMV Ameublement.

Le temps de l’entreprenariat
Guy Rousselin a étudié 7 dossiers de transmission d’entreprises en 1 an. Sur les 2 restées en lice, le « développeur » qu’il est -selon ses mots- a choisi GMV Ameublement qui présentait plus de latitudes de développement que la 2ème entreprise, entreprise d’équipement du bâtiment à Colmar. « Le marché des cuisines connaît 5% de croissance et est plus diffus » note le dirigeant. GMV Ameublement à Aurillac est rachetée par Guy Rousselin le 31 octobre 2006, jour de ses 52 ans. Depuis, il a déjà fait des miracles : il a multiplié le chiffre d’affaires par 2,5 en 1 an et demi alors que GMV Ameublement avait perdu 50% de chiffre d’affaires sur 10 ans. C’est une étude approfondie du marché des cuisines en France qui lui a permis d’élaborer sa stratégie : augmenter le chiffre d’affaires par croissance externe et concentrer les volumes de production au même endroit afin d’investir dans un outil de production adapté à la forte évolution des tendances. C’est dans ce cadre qu’il a racheté Combettes à Entraygues en 2007 et qu’il vient tout juste de racheter les cuisines Teisseire à Toulouse. Le groupe qui compte 240 personnes dont 80 en Aveyron concentre sa production de caissons de meubles à Aurillac et sa production de façades en bois à Entraygues. GMV Ameublement souhaite développer l’activité à l’international dont la 1ère étape serait l’Espagne. Guy Rousselin est sans aucun doute en train de réécrire l’histoire de GMV Ameublement.

Pour plus d'infos

Brèves, les gens ...
Jean-Claude Anglars, Président du Pays Haut Rouergue
Jean-Claude Anglars, Conseiller Général d’Estaing et Maire de Sébrazac, succède à Jean-Claude Luche, Président du Conseil Général de l’Aveyron, au poste de Président du Pays Haut Rouergue.
Plus d'infos
Alain Portelli, nouveau Directeur Général des Services du Conseil Général de l’Aveyron

Alain Portelli succède à Alain Cardron, parti à la retraite au mois de mai, dont il était l’adjoint, à la direction générale des services du conseil général de l’Aveyron.
Plus d'infos

Jacques Bourdreux, nouveau délégué de l’ADIMAC
Ce 18 avril dernier, Jacques Bourdreux a été désigné comme nouveau délégué de l’ADIMAC par le conseil d’administration. Il succède à Yvon Emile appelé à de nouvelles fonctions.
Plus d'infos
Claude Terrazzoni réélu à la présidence de l’Union des Aéroports Français
Le Président de la CCI de Toulouse et Vice-Président du Conseil de Surveillance de la SA Aéroport Toulouse-Blagnac, Claude Terrazzoni, vient d’être réélu pour un second mandat de 3 ans à la présidence de l’Union des Aéroports Français.
Plus d'infos
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°30 - Juin 2008 - Page 4