La lettre de l'économie en Aveyron
Juillet 2008
Numéro 31


Edito

L’entreprise au-delà du CAC 40…

Peut-être le temps est-il venu de mettre un terme à une certaine vision caricaturale du monde de l’entreprise qui plane encore aujourd’hui sur notre pays. L’entreprise ne se résume pas à l’image froide et impersonnelle de ces grands groupes apatrides dirigés par des patrons au salaire de stars du football que l’on dit prêts à tous les coups, bardés de stocks options et de « golden parachutes »… Voilà une espèce que vous ne trouverez guère en Aveyron. Quant au fameux CAC 40, pas une seule de ses grandes entreprises industrielles ne concerne directement notre territoire. Alors où faut-il dénicher la richesse économique de notre département ? ...sans doute pour l’essentiel dans son remarquable tissu d’industries, de commerces et de services fort de quelques 15 000 établissements, d’hommes et de femmes qui mettent toute leur énergie dans cette formidable aventure humaine.
Au 1er rang des filières, l’artisanat confirme avec ses 14 505 salariés affiliés son potentiel de création d’emplois au savoir-faire reconnu et bien identifié. C’est la raison pour laquelle Aveyron Expansion a toujours soutenu l’artisanat et qu’elle a toujours été au côté de ses représentants.
D’une manière plus générale, à mes yeux les entrepreneurs quelle que soit la taille de leur entreprise restent et resteront des chefs d’entreprises. Dans le monde tel qu’il se profile « il est toujours plus intelligent d’allumer une toute petite lampe que de se plaindre de l’obscurité ».


Jean PUECH
Président d'Aveyron Expansion

Au sommaire
Macro économie
> L’artisanat, « 1ère entreprise de l’Aveyron »

Collectivités
> Le tourisme « un pan entier de l’économie aveyronnaise »

> Agenda
Vie des entreprises
> Raynal et Roquelaure, acteur majeur des plats cuisinés



A la une  

Le poids des filières industrielles en Aveyron

Le poids de l’agro-industrie dans l’économie aveyronnaise est indiscutable au regard du chiffre d’affaires et du nombre d’emplois (2,2 milliards d’€ soit plus de 30% du chiffre d’affaires IAA de Midi Pyrénées, 91 millions d’€ de produits IAA exportés, 5000 emplois salariés), mais également au regard des liens que cette filière entretient avec les autres composantes de l’économie aveyronnaises : l’agriculture bien sûr mais aussi le transport et la logistique ou la mécanique. Alors que le nombre d’emplois des IAA a stagné en Aveyron entre 2004 et 2006, le chiffre d’affaires IAA en Aveyron a augmenté de 6% pendant cette période. Les activités lait/fromage et viande/plats cuisinés totalisent plus de 60% des emplois et 70% du chiffre d’affaires global de la filière.

La construction, autre pilier traditionnel de l’économie avec 6900 emplois salariés et 871 millions d’€ de chiffre d’affaires a véritablement dopé l’économie aveyronnaise ces dernières années. Entre 2004 et 2007, le secteur de la construction a vu ses effectifs salariés augmenter de près de 10% et son chiffre d’affaires de plus de 30%. Après plusieurs années florissantes, le contexte pourrait cependant être moins porteur à l’avenir : répercutions de la crise des subprimes sur les conditions de crédit, hausse du coût des matériaux…

Avec 6400 salariés et 900 millions d’euros de chiffre d’affaires, la filière mécanique et matériaux tient également une place importante dans l’économie aveyronnaise. Les équipementiers et sous-traitants automobiles et aéronautiques dominent toujours largement la filière. Mais ces activités de premier plan ne doivent pas occulter d’autres branches non moins structurantes : la construction métallique, la fabrication de matériels agricoles et agro industriels, le travail du zinc avec UMICORE, la coutellerie, les activités éco industrielles (recyclage de métaux, plastiques, déchets industriels…). En dépit d’une légère baisse des effectifs de l’industrie automobile en Aveyron (comme en France), la filière mécanique et matériaux a globalement progressé sur la période 2004 / 2006. Son avenir est toutefois très dépendant des décisions prises par les grands équipementiers (Airbus, Boeing, PSA, Renault …).

Si le poids global de la filière bois ameublement se maintient (3700 salariés, 535 millions d’€ de chiffre d’affaires), la composition de la filière évolue. Le secteur du meuble meublant est toujours en difficulté tandis que le bois de construction entraîné par le dynamisme du bâtiment gagne chaque jour un peu plus de terrain. Les activités de charpente et menuiserie concentrent plus de la moitié du chiffre d’affaires et des emplois de la filière.

Les filières TIC et Transport / logistique, plus jeunes, sont moins imposantes en terme d’emplois et de chiffre d’affaires. Intrinsèquement liés aux enjeux modernes de dématérialisation et de mobilité, ces deux secteurs sont en perpétuel mouvement. La filière TIC (2300 emplois, 250 millions d’€ de chiffre d’affaires) a eu du mal à maintenir son chiffre d’affaires entre 2004 et 2006. Elle pourrait cependant profiter de l’embellie observée à l’échelle nationale. En effet, les effets de la crise de 2001/2002 semblent s’estomper et le secteur est de nouveau en croissance (une amélioration due surtout aux activités de services informatiques). Le poids des activités d’édition / imprimerie dans la filière (40% des emplois et 45% du chiffre d’affaires) est une des particularités de la filière aveyronnaise.
Quant à la filière Transport / logistique (2700 salariés, 320 millions d’€ de chiffre d’affaires), elle poursuit sa transformation avec le développement des activités logistiques, une évolution de fond, amplifiée par le positionnement « nouveau » dont bénéficie le territoire départemental aux yeux des grands opérateurs de la logistique. Grâce à l’amélioration de son infrastructure autoroutière, l’Aveyron est désormais digne d’intérêt pour des acteurs logistiques de premier plan tels que Prologis.

voir l'image en haute définition
sources : INSEE, Services Fiscaux, COFACE, Société.com (chiffres2006/2007)

Toutes ces filières connaissent actuellement de profondes mutations liées à l’intégration des technologies de l’information et de la communication au cœur même des métiers, à la prise en compte des contraintes environnementales, à l’augmentation du coût des matières premières. Aucune filière n’est épargnée : les filière bois/ameublement et construction sont particulièrement concernées par l’évolution de la demande en matière d’isolation et d’énergie renouvelable, l’agro-industrie et la mécanique doivent faire face à l’augmentation du coût des matières premières, la filière transport et logistique est directement impactée par l’augmentation du coût du pétrole et les problématiques de développement durable, l’éco industrie prend de l’ampleur. Progressivement tous les secteurs prennent des engagements en matière de développement durable (origine des approvisionnements, gestion des déchets, éco conception…). Des évolutions toujours contraignantes mais parfois aussi sources d’opportunités.

Les 12 entreprises « fleurons » (plus de 250 emplois en Aveyron) :
Robert BOSCH France (2000), SOCIÉTÉ DES CAVES (1200), RAGT (700), BLANC AERO INDUSTRIE (650), SAM Technologies (600), UNICOR (450), SOCIETE FROMAGERE DE RODEZ (350), ITA Division DUMESTE (350), FROMENTIERS DE FRANCE (300), SEVIGNE (300), INFORSUD (300), VALAUBRAC/ESPALUX (300)

A paraître prochainement dans la collection « Repères » : « L’Aveyron Economique 2008 »

 

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
La Chaîne Thermale du Soleil désormais propriétaire des Thermes de Cransac

La Chaîne Thermale du Soleil qui exploite le site des Thermes de Cransac était jusqu’à maintenant locataire. Le 3 juillet dernier, Christine Guérard-Barthélémy, Présidente du groupe, s’est vue remettre par le syndicat mixte des Thermes de Cransac les clefs du bâtiment contre la somme de 4,27 millions d’€.
Plus d'infos

Le pôle de compétence interrégional porcin à Bernussou inauguré

Le complexe « technologique » qui accueillera bientôt 128 truies (et tout cela sans odeur) est né d’une volonté d’association entre la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron et l’IFIP-Institut du Porc. Ils ont fondé un Groupement d’Intérêt Economique prénommé Villefranche Grand Sud. Son objectif : mener des actions de recherche, formation et développement visant à concevoir une production porcine, répondant aux besoins du marché, qui soit économiquement viable et respectueuse de l’environnement.

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°31 - Juillet 2008 - Page 1

Macro économie - Collectivités


Macro-économie

L’artisanat, " 1ère entreprise de l’Aveyron "

Le 18 juin dernier, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Aveyron a tenu son assemblée générale. L’occasion de découvrir le panorama économique de l’artisanat aveyronnais. Dans un contexte économique plutôt défavorable, le secteur de l’artisanat a su, ces dernières années et encore en 2007, créer un nombre supplémentaire et significatif d’entreprises, dégager des soldes positifs au niveau de l’emploi des salariés et des apprentis, poursuivre les investissements et participer largement au maintien de l’équilibre des territoires.

L’artisanat a toujours eu du poids dans l’économie aveyronnaise. La tendance se confirme.
Il représentait plus de 20 % de la population active de l’Aveyron en 2007 avec ses 6542 entreprises, ses salariés et ses apprentis. Aujourd'hui, l’artisanat compte 6590 entreprises où les secteurs du bâtiment et du transport prédominent (70% des entreprises artisanales à eux deux). Le nombre d’entreprises artisanales continue de croître. En 5 ans, le secteur s’est enrichi de plus de 500 unités. L’augmentation du nombre d’entreprises artisanales entre 2007 et 2008 est en grosse partie due au secteur du bâtiment. Plombiers et maçons contribuent largement à la bonne santé du bâtiment. En revanche, les secteurs des transports, des textiles, du travail des métaux mais aussi de l’alimentation connaissent quelques difficultés liées à l’augmentation du coût des matières premières et à l’implantation de grandes surfaces.
L’artisanat aveyronnais compte 14 505 salariés affiliés à l’URSSAF au 1er janvier 2008. Il a gagné 300 salariés en un an alors que les salariés artisanaux représentaient déjà 20% de l’effectif salarié affilié à l’URSSAF du département au 1er janvier 2007. L’artisanat confirme son potentiel de création d’emplois. En 14 ans, environ 4500 emplois ont été créés. Le Centre de Formation des Apprentis a d’ailleurs accueilli 1011 apprentis en 2007. Le secteur de la Gineste à Rodez devrait bientôt voir s’implanter le « campus des métiers ».
Début 2007, l’artisanat aveyronnais ne pesait pas moins de 1,2 milliard d’€ HT de chiffre d’affaires, 400 millions d’€ de valeur ajoutée et 300 millions d’€ de salaires versés et avait réalisé 80 millions d’€ d’investissement. Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes et bien distribués sur le territoire aveyronnais. En effet, le maillage des entreprises artisanales est dense en Aveyron. On compte 242,7 entreprises artisanales pour 10 000 habitants. Seulement 9 communes sur 304 sont dépourvues de structures artisanales. Les entreprises artisanales installées en milieu rural sont toujours prédominantes en Aveyron : 55 % au 1er janvier 2007.
Et pour couronner le tout : les entreprises artisanales aveyronnaises sont pérennes. L’Aveyron détient le taux de pérennité d’entreprises artisanales de plus de 10 ans le plus élevé de Midi-Pyrénées : 47,6% contre une moyenne régionale de 37,5%. Cependant 1 chef d’entreprise sur 5 a plus de 55 ans. L’enjeu des années à venir concerne donc la transmission/reprise.
Aujourd’hui si l’artisanat aveyronnais garant de son savoir-faire se porte bien, Daniel Druilhet, Président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Aveyron, émet toutefois de vives inquiétudes quant à son devenir au vu du projet de loi de modernisation de l’économie et notamment du statut d’auto-entrepreneur.
Tout le monde l’aura désormais compris. Le secteur des métiers est essentiel pour l’économie aveyronnaise. C’est pourquoi le Conseil Général de l’Aveyron est partenaire de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat depuis 15 ans. Ils sont actuellement liés par une convention ayant vocation à valoriser les savoir-faire et favoriser la création, transmission-reprise d’entreprises artisanales. En 2009, une nouvelle convention devrait voir le jour afin de conforter ce partenariat pour une réussite aveyronnaise.

Plus d'infos



Agenda économique


Salon Régional des Métiers d’Art à Sauveterre-de-Rouergue les 17, 18 et 19 octobre prochains
Dans le cadre des Journées des Métiers d’Art (JMA) organisées tous les deux ans au plan national, Sauveterre-de-Rouergue accueillera le Salon Régional des Métiers d’Art. 60 artisans d’art des 8 départements de Midi-Pyrénées seront sélectionnés pour y participer. 7 000 visiteurs sont attendus.
Pour plus d’infos

16ème édition de Préventica Sud-Ouest à Toulouse les 4 et 5 février 2009
Le Parc des Expositions de Toulouse accueillera les 4 et 5 février prochains la 16ème édition du salon dédié à la qualité de vie au travail au travers de l’hygiène-sécurité, de l’ergonomie et de la santé au travail.
Pour plus d'infos


Collectivités

Le tourisme « un pan entier de l’économie aveyronnaise »

Depuis 1993, le tourisme aveyronnais a doublé son chiffre d’affaires annuel en le portant à plus de 307 millions d’€ en 2007. L’Aveyron est devenu une destination touristique de choix.
En témoigne la progression de la fréquentation touristique 2007 malgré le mauvais temps.

En 2005, le département passait le seuil des 10 millions de nuitées et affichait la plus forte progression des départements de Midi-Pyrénées : + 2,13% par rapport à 2004.
Aujourd’hui l’Aveyron poursuit sa progression sûrement.

En 2007, 10 457 400 nuitées sont comptées soit une augmentation de 0,5 % par rapport à 2006. Si le « tourisme de vacances scolaires » est prédominant (71% des nuitées), le tourisme de proximité, de courts séjours et de week-end reste important (30%).
Les ponts du mois de mai remportent notamment un large succès.

Seul département de Midi-Pyrénées à décliner un programme spécifique hôtellerie et auberge de campagne, l’Aveyron a su tirer son épingle du jeu.
Ce n’est pas moins d’une cinquantaine d’établissements qui a profité d’un accompagnement du Conseil Général, permettant d’améliorer le parc d’hébergement hôtelier et de le faire progresser vers du 2 et 3 étoiles.
Alors que la fréquentation hôtelière progresse en 2007 en France de 2,6%, cette progression en Aveyron est de 6,7%.
L’Aveyron non seulement suit mais anticipe aussi l’évolution de la demande vers toujours plus de qualité. Le nombre d’Habitations Légères de Loisirs (+ 216%) et de mobil homes
(+ 388%) explose en hôtellerie de plein air de 1997 à 2007.

L’une des autres composantes du tourisme en Aveyron est son potentiel de développement à l’étranger, les britanniques restent les premiers touristes étrangers en Aveyron et Ryanair avec une heure de trajet transforme cette clientèle en clientèle de proximité.
Le désenclavement routier produit les mêmes effets sur la clientèle espagnole avec la Catalogne à 3 heures de l’Aveyron.
Malgré une conjoncture difficile, la dynamique des professionnels du tourisme et de leur filière assure à l’Aveyron une progression linéaire.

L’activité touristique pèse aujourd’hui 307 448 000 € de chiffre d’affaires en Aveyron.
Comme Jean-Claude Luche, ancien Président du Comité Départemental du Tourisme, l’a dit lors de son discours à l’Assemblée Générale du CDT le 10 juin dernier, il s’agit là d’un « pan entier de l’économie aveyronnaise ». Des sites à forte notoriété contribuent à cette économie, du patrimoine aux industries du savoir-faire aveyronnais. Le Viaduc de Millau est à ce titre devenu l’emblème du tourisme en Aveyron. L’aire du Viaduc de Millau a enregistré plus d’un million de visites en 2007.

Plus d'infos

 

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°31 - Juillet 2008 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

Raynal et Roquelaure, acteur majeur des plats cuisinés

Si Raynal et Roquelaure est devenue ce qu’elle est aujourd’hui -la principale entité du groupe Cofigéo, coté en bourse- comptant 570 personnes sur 3 sites de production à Capdenac, Sainte-Livrade, Camaret pour 232 millions d’€ de chiffre d’affaires, c’est qu’elle a su prendre des risques.

Avec son fameux buffet de la gare, Capdenac est le berceau de l’aventure Raynal et Roquelaure. Le chemin de fer y amène des voyageurs qui goûtent aux saveurs rouergates et quercynoises faisant la réputation d’Ernest Roquelaure et Théophile Raynal.
A la suite de quoi ils décident en 1876 de mettre leurs mets en conserve. La maison Raynal et Roquelaure est née. Forte de son savoir-faire aveyronnais, elle finit par se retrouver dans les années 80 dans la grande distribution française. Celle qui aurait pu se satisfaire du bout de chemin parcouru ne s’arrête pas là. Elle rachète en 1990 le site de production de Sainte-Livrade et en 2003 le site de Camaret.

Raynal et Roquelaure dont le siège social est à Capdenac a ainsi doublé sa taille et est devenue le 2ème intervenant du marché des plats cuisinés français. Ce sont 2 sociétés qui constituent aujourd’hui le groupe Cofigéo : la SAS Raynal et Roquelaure Sud-Ouest et la SAS Raynal et Roquelaure Provence dont le métier est d’élaborer et commercialiser des plats cuisinés sous les marques Raynal et Roquelaure pour les recettes françaises et Zapetti pour les recettes italiennes et exotiques. Zapetti, créée en 2005, est devenue leader sur le marché des plats cuisinés italiens. Il s’agit d’un véritable cas d’école en marketing : Zapetti s’est substituée aux marques Maggi et Buitoni dont la notoriété était très élevée et qui continuent d’exister sur d’autres marchés. Raynal et Roquelaure rachète d’ailleurs à Nestlé France en janvier dernier la commercialisation des sauces tomates cuisinées Buitoni représentant aujourd’hui 39 millions d’€ de chiffre d’affaires. La plus grosse activité reste « Zapetti » avec 83 millions d’€ de chiffre d’affaires. Les plats cuisinés français engendrent 66 millions d’€ de chiffre d’affaires et les MDD (Marques De Distributeurs) 36 millions d’€. La présence successive de Maxime Dargegen et de Norbert Glémet à la tête de Raynal et Roquelaure n’est bien sûr pas étrangère au succès de l’entreprise. Ils ont tous deux le goût du risque et ont su faire les bons choix pour le développement de Raynal et Roquelaure.

entrepôt de Capdenac

Quelques chiffres
12 000 tonnes ont été produites sur 7000 m² à Capdenac en 2007, sous 53 références dont 2/3 sont des produits Raynal et Roquelaure et 1/3 des produits MDD. Le site de Capdenac regroupe aussi les services du siège et l’entrepôt de 8 400 m² à partir duquel se fait l’expédition vers la grande distribution. C’est toute la logistique qui est assumée à Capdenac. L’entrepôt permet de stocker 53 000 tonnes, soit 5000 palettes. Raynal et Roquelaure à Capdenac compte 210 personnes dont 65 à la logistique. Sur le site de Sainte-Livrade, ce sont 118 personnes qui produisent 12 500 tonnes sur 45 000 m², soit 111 références, dont 3/5 des produits sont des MDD et 2/5 des produits Raynal et Roquelaure. « Nous sommes en train de faire évoluer ce site vers la barquette micro-ondable afin de rapatrier l’ensemble des boîtes rondes sur Capdenac. Ce qui nous permettrait de passer de 12 000 tonnes à 25 000 tonnes de production à Capdenac » explique Norbert Glémet, l’actuel dirigeant de Raynal et Roquelaure. Le site de Camaret est une énorme machine : 48 500 tonnes produites sur 31 000 m² par 242 personnes.

C’est une véritable dynamique qui anime le groupe Cofigéo afin d’être toujours plus compétitif. Des normes de certification qualité (iso 9001 v.2000, IFS 2008, bio, viande de bœuf française…) au travail marketing en passant par les économies d’échelle, le groupe redouble d’efforts pour rester dans la course, sur un marché de l’appertisé en pleine expansion.

Plus d'infos

Innovation : produits, services, marques...

L’unité PVC de Molenat à Viviez modernise ses process

Spécialisé dans les menuiseries extérieures en bois, PVC et alu, le groupe aveyronnais Molenat vient d’investir 1,5 million d’€ dans la modernisation d’une chaîne de production dédiée aux gammes PVC, sur son site de Viviez.
Plus d'infos

La collection 45° de Belloubet Design récompensée
Le fabricant de meubles, Belloubet Design, a réorienté son activité vers l’agencement haut de gamme. Au dernier salon du meuble à Paris, la collection 45° de Belloubet Design a obtenu le prix de la découverte décerné par le magazine « Couleur Maison ». 2 meubles de cette collection ont également reçu le label VIA 2008 (Valorisation Innovation Ameublement) qui leur a permis d’être exposés, du 31 mai au 29 juin, à la galerie du VIA à Paris.
Plus d'infos
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°31 - Juillet 2008 - Page 3

Acteurs de l'économie Aveyronnaise

   

Brèves, les gens ...
Georges Geoffret, Préfet de l’Aveyron, prend sa retraite à la rentrée

Le nom de son successeur n’est pas encore connu. Antoine Pichon, Secrétaire Général de la Préfecture, quitte également son poste. Il sera remplacé par Pierre Besnard.
Plus d'infos

Paul Boulvrais succède à Henri Planes à la sous-préfecture de Millau
Le Sous-Préfet de Millau, Henri Planès, qui part à la retraite sera remplacé par Paul Boulvrais.
Plus d'infos
Jean-Louis Grimal, nouveau Président de l’ADM 12
Jean-Louis Grimal a été élu au poste de Président de l’Association Départemental des Maires de l’Aveyron après 7 années de Présidence pour Gérard Descrozaille.
Plus d'infos
Danielle Vergonnier, nouvelle Présidente du CDT
Danielle Vergonnier succède à Jean-Claude Luche à la Présidence du Comité Départemental du Tourisme de l’Aveyron dont elle était déjà Vice-Présidente depuis plusieurs années.
Plus d'infos
Jean-Michel Lalle, Président du Syndicat Mixte de l’Enseignement Supérieur
Jean-Michel Lalle succède à Marc Censi à la Présidence du Syndicat Mixte.
Plus d'infos
Alain Marc élu Président d’Aveyron Logement
Le Conseil d’Administration d’Aveyron Logement a élu le député Alain Marc à sa Présidence pour succéder à Paul Roques.
Plus d'infos
Patrice Couronne, nouveau Président du SYDOM
Le Syndicat Départemental des Ordures Ménagères de l’Aveyron a dernièrement élu Patrice Couronne à la Présidence. Il succède à Jean-Luc Gayraud.
Plus d'infos
Christine Sahuet et Patrick Bougnol, Co-Présidents de l’UPA
Francis Viargues passe le flambeau à Christine Sahuet et Patrick Bougnol qui se partageront la Présidence de l’Union Professionnelle Artisanale.
Plus d'infos
Philippe Illief, nouveau Directeur Général Adjoint des services du Département
Philippe Illief vient d’être nommé nouveau DGA du Conseil Général de l’Aveyron. Il aura notamment la charge du pôle environnement, culture, vie associative, sport et jeunesse.
Plus d'infos
Jean-Yves Bruel, nouveau Directeur de l’IUT de Rodez
Jean-Yves Bruel prendra ses fonctions de Directeur de l’Institut Universitaire de Technologie le 1er septembre prochain suite au départ à la retraite de Françoise Albouy.
Plus d'infos
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°31 - Juillet 2008 - Page 4