La lettre de l'économie en Aveyron
Sept. 2008
Numéro 32


Edito

Garder le cap dans la tempête

La mondialisation de la finance s’est accélérée depuis 1980, elle a rendu possible l’oubli de l’économie réelle et cette crise virale que nous connaissons depuis le début de cette mauvaise série américaine des « subprimes ». Au-delà des commentaires d’experts se pose une fois de plus la question de la place du politique dans une économie mondialisée :
- en refusant de soutenir Lehman Brothers, la FED a envoyé un message clair : c’est avant tout aux actionnaires et non aux contribuables de payer le prix de certains choix financiers
- en risquant de voir ainsi notre croissance altérée, pourrait se poser le problème en Europe du financement des politiques économiques dont la vocation serait précisément de soutenir l’innovation et de créer une croissance durable.
- qu’ils soient acteurs économiques, politiques ou simples citoyens, les aveyronnais ne sont pas des adeptes de la politique de l’autruche et regardent la réalité du monde au fond des yeux. Certaines de nos entreprises traversent une période délicate liée à cette crise et à des turbulences sectorielles, l’investissement ici comme ailleurs s’est sensiblement ralenti mais le pack aveyronnais fait front : le taux de défaillance demeure relativement faible et les collectivités locales soutenues par des structures de développement économique comme Aveyron Expansion sont plus que jamais aux côtés des porteurs de projets, et de cette soif d’entreprendre si typiquement aveyronnaise.
« Pour un peuple, la plus sûre étoile dans la tempête, c’est la fidélité à sa vocation ».


Jean PUECH
Président d'Aveyron Expansion

Au sommaire
Macro économie/Filières
> Les banques face à la crise

Collectivités
> De nouvelles perspectives pour l’IUT de Rodez et les entreprises aveyronnaises

> Agenda
Vie des entreprises
> MTI : le spécialiste de la mécano-soudure et de l’usinage de pièces de grande dimension

> Acteurs de l'économie aveyronnaise


A la une  

Daniel Segonds et RAGT, une histoire bien aveyronnaise

Quand RAGT croit en un homme, elle l’adopte et réciproquement, quand un homme croit en RAGT, il l’ « épouse ». C’est ce qu’il s’est passé pour Daniel Segonds et RAGT dont il est aujourd’hui Président du Directoire.

D’origine morlhonnaise, Daniel Segonds était non seulement prédisposé à l’Aveyron mais aussi au milieu agricole duquel il n’était pas issu mais avait une bonne connaissance, de par sa famille. Ses grands-parents tenaient le commerce du village, « celui qui fait tout » : tabac, épicerie,… et surtout bistrot, lieu de vie du bourg. Au vu de ses bons résultats scolaires, Daniel Segonds élevé dans cette ambiance rurale ne pouvait que s’orienter vers une prépa agro lorsqu’on lui a conseillé après avoir fréquenté les bancs du lycée villefranchois de faire une prépa. C’est donc au Lycée Fermat qu’il ira en prépa agro avant d’intégrer l’école supérieure d’agronomie de Montpellier en 1969. Puis à l’époque où les ingénieurs étaient recrutés avant même d’avoir fini leur scolarité, le jeune agronome se retrouve embauché en 1972 à RAGT qui portait un intérêt tout particulier à ses origines aveyronnaises. « J’ai été engagé en tant que chercheur pour travailler sur la sélection de nouvelles variétés de maïs à la seule condition de ramener la taille de mes cheveux à une taille raisonnable » explique-t’il en riant. Afin de poursuivre sa formation en génétique, il passe un an à l’INRA de Clermont-Ferrand puis se « désINRAtise » -selon les mots de son directeur RAGT, M. Gayraud- chez Dekalb aux Etats-Unis. C’est après avoir créé quelques variétés de maïs que Daniel Segonds, du haut de ses 33 ans, est propulsé Directeur de la Recherche. Profondément attaché à l’Aveyron, il s’empresse d’accepter cette proposition. C’est sûr, Daniel Segonds et RAGT ne se quitteront plus, au grand bonheur de l’Aveyron… Fut un temps où ce Morlhonnais d’origine s’investit sur sa commune en tant qu’adjoint au maire puis en tant que maire suite au décès de son prédécesseur. Une expérience qu’il a vécue pleinement malgré le peu de temps dont il disposait. Daniel Segonds poursuit son ascension linéaire : en 95, il prend la direction de l’ensemble de l’activité semences après un CPA qui comble sa formation et en 2004 il devient Président du Directoire. Vice-Président du GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences), membre du Board de l’European Seed Association et représentant les semenciers auprès de la Commission Européenne, Daniel Segonds, passionné de football, a aussi été Vice-Président du RAF.

Pour Daniel Segonds, RAGT est l’exemple type de ce qu’il appelle « le capitalisme vertueux ». Il piège d’ailleurs ses potentielles recrues en leur demandant si RAGT est une coopérative ou une société. « Gagnées par l’esprit RAGT, elles répondent une fois sur 3 : coopérative » explique le dirigeant fier de la « personnalité » de la société. Si RAGT fondée en 1919 par des agriculteurs a été transformée en SA après la 2nde guerre mondiale, c’est uniquement pour le développement de l’entreprise. Entre proximité et ancrage territorial, les préoccupations du groupe restent fidèles à son histoire. Le siège social du « groupe aux 1100 collaborateurs et 270 millions d’€ de chiffre d’affaires » est resté sur son territoire d’origine. Le directoire avec à sa tête Daniel Segonds et le Conseil de Surveillance présidé par Alain Fabre cohabitent sur le même palier. 54% de l’actionnariat est aujourd’hui encore détenu par des aveyronnais. « C’est ce qui fait de RAGT ce qu’elle est devenue aujourd’hui » s’attache à dire Daniel Segonds …le n°5 des semenciers de grandes cultures sur le territoire européen, le leader européen des céréales grâce à l’acquisition de l’activité céréale de Monsanto, le n°1 français des fourragères mais aussi un acteur historique régional de l’agrofourniture, de la distribution agricole et du jardin sous l’appellation RAGT Plateau Central. RAGT a 2 métiers : la distribution de produits pour l’agriculture et le jardin (RAGT Plateau Central) avec une mission de départ, développer l’agriculture régionale, et de plus en plus et surtout, les semences (RAGT semences) qui en font un acteur international de premier plan. Si RAGT a longtemps réinvesti la quasi-totalité de ses résultats pour offrir technique et débouchés aux agriculteurs, elle pratique toujours aujourd’hui une politique d’investissement soutenue dans le domaine de haute technologie qu’est la semence. Plus de 14% du chiffre d’affaires de l’activité semence est consacré à la recherche au sein d’une société à part entière (R2n). Il s’agit du plus gros budget R&D en Aveyron (20 millions d’€). Et les résultats sont là : une croissance à 2 chiffres, plus de 50% du chiffre d’affaires semences réalisé à l’export grâce à l’européanisation du commercial (12 filiales en Europe). RAGT détient 8% des parts de marché maïs en Europe et 18% des parts de marché céréales. Un champ de blé sur 4 en France est une semence de variété RAGT et une pâte sur 3 provient d’une variété RAGT. Face aux 3 grosses multinationales que sont Monsanto, Syngenta, Dupont/Pioneer, RAGT tire bien son épingle du jeu. Elle prévoit de prendre encore des parts de marché sur l’Ouest et de développer ses marchés à l’Est.

Plus d'infos

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
700 m² de bâtiments supplémentaires pour Soud Hydro

Soud Hydro spécialisée dans la réparation et la vente de matériel mobile de levage (grues auxiliaires, nacelles…) à Luc-la-Primaube vient d'engager des travaux pour agrandir son site.

Création d’un GIP constitué des 6 régions du Massif Central

Un an après avoir signé la convention 2007-2013 du Massif Central, les présidents des 6 régions engagées (Bourgogne, Limousin, Auvergne, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon) viennent de se doter d’un nouvel outil de gouvernance avec la création d’un Groupement d’Intérêt Public. Présidé par Jean-Paul Denanot, Président du Conseil Régional du Limousin, il privilégie 3 grands axes de développement : l’accueil de nouvelles populations, la création de richesse industrielle, agricole et forestière et l’amélioration de l’accessibilité.

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°32 - Septembre 2008 - Page 1

Macro économie/Filières - Collectivités


Macro-économie/Filières

Les banques face à la crise

Pour mieux comprendre la « crise des subprimes » et afin de positionner l’industrie bancaire dans la période à venir, Pierre Bru, Président de la Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel Nord Midi-Pyrénées et Jacques Kermarrec, Directeur Général Adjoint, nous livrent leur vision des choses.

Comme beaucoup de crises financières, celle des « subprimes » est d’abord née de l’éclatement d’une bulle spéculative, celle de l’immobilier américain en l’occurrence. Et comme toutes les grandes crises, elle entraîne des conséquences en cascade qui dépassent la simple purge des excès de spéculation.

Quelles sont les causes de cette crise financière mondiale ?
Deux causes combinées sont à l’origine de cette crise financière mondiale.
- La première cause -la vraie crise du crédit- est la conséquence de crédits hypothécaires accordés à des ménages à faibles ressources avec des taux variables et une période initiale à faibles échéances, pour financer des maisons avec l’idée qu’au bout, la capacité de remboursement de l’emprunteur importe finalement assez peu puisque ce qui permettra le remboursement sera la revente à un prix plus élevé. Ce sont les fameux subprimes, des crédits à risque.
- La seconde cause est la dissémination quasi virale de ces crédits dans l’ensemble du système financier mondial. En effet, l’utilisation de la titrisation (transfert des créances à des investisseurs en les transformant en titres financiers émis sur le marché des capitaux) en tant qu’outil d’évacuation du risque de crédit a accéléré le processus de crise mondiale.

Crédit photo : Synelec ©

Quels en sont les effets ?
Les taux des crédits ayant augmenté et la bulle immobilière commençant à éclater, les emprunteurs américains se sont retrouvés confrontés à une hausse de leurs mensualités alors que la valeur de leur bien diminuait. Se produit alors un phénomène de masse de défaut de paiement que les créanciers ne sont pas capables de couvrir. Les hypothèques ne suffisent en effet pas à couvrir les pertes et l’afflux de biens immobiliers sur le marché aggrave encore les prix du marché. S’en suit la faillite de plusieurs entreprises de prêts hypothécaires à risque conduisant à l'effondrement du prix des actions de l'industrie du crédit. Les grandes banques, qui financent ces établissements financiers spécialisés, ont également pâti de ces faillites et leur ont demandé des remboursements anticipés auxquels ils n’ont pu faire face, accélérant les faillites. Les premiers effets sur le marché de l'emploi dans le secteur financier se sont alors faits sentir.
La crise des crédits subprimes dont le marché a été massivement financé par la titrisation a conduit à une défiance des investisseurs envers tout type de créances titrisées puis envers les fonds d’investissements (acheteur des créances titrisées) et les banques (financeur des fonds d’investissements), déclenchant par là même une véritable crise de liquidité. Tout le monde prend peur et plus personne ne veut de ces crédits opaques ou trop compliqués. C’est là que les normes comptables internationales viennent et accentuent le phénomène en imposant de valoriser ces produits dans le bilan des banques en fonction des conditions de marché, d’où une dégradation brutale des comptes. Les conséquences de cette situation pour les banques sont très importantes : des centaines de milliards de dépréciations et de provisions ont été passées depuis 1 an.

Quel « remède » ?
Pour éviter une crise systémique, les régulateurs bancaires, c’est-à-dire les banques centrales des Grands Etats (Banque Centrale Européenne et Federal Reserve), ont joué un rôle majeur. Elles ont procédé à de massives injections de liquidité sur le marché interbancaire afin de permettre aux établissements de refinancer leur activité.
Pour la période à venir, Jacques Kermarrec explique que les 3 maîtres mots pour l’industrie bancaire doivent être :
Solidité : un bilan solide pour une solvabilité renforcée. Ce qui explique l’augmentation de capital du Crédit Agricole afin de se positionner comme l’un des acteurs mondiaux les mieux capitalisés. Après des années d’effet de levier, on revient aux fondamentaux et aux fonds propres durs par opposition au capitalisme virtuel.
Transparence : pour donner à chacun, actionnaires, clients et marché, une visibilité maximum
Maîtrise des risques : au quotidien mais plus encore dans les choix stratégiques : activités (réelles et non plus virtuelles)/métiers/pays. « La maîtrise des risques est le métier même du banquier » nous rappelle Pierre Bru, Président du CA NMP.

De quoi rassurer les porteurs de projets. D’autant plus que depuis 2 ans le Crédit Agricole est encore plus tourné vers les métiers de capital risque, de capital développement... Il prévoit d’être encore plus structuré face aux demandes d’entreprises. Pierre Bru l’affirme : « La banque verte reste donc attentive aux projets, la vigilance sur la viabilité des dossiers et des business plans étant bien entendu de mise. Il s’agit d’un véritable retour sur les actifs réels. »




 
 
Agenda économique


3ème foire expo du Haut Ségala du 26 au 29 septembre 2008 à Rieupeyroux
La troisième édition de la foire exposition du Haut Ségala se déroulera à Rieupeyroux du 26 au 29 septembre prochain. Le Comité Foire Expo du Haut Ségala propose plusieurs conférences-débat sur les thèmes de l'environnement, des énergies renouvelables, des économies d'énergies... Plus de 250 exposants seront présents à la manifestation qui avait reçu 20 000 visiteurs lors de sa précédente édition en 2005.
Pour plus d’infos

10èmes rencontres de la Mecanic Vallée le 9 octobre à Decazeville
« Les 10èmes Rencontres auront lieu le 9 octobre 2008 en Aveyron, en présence de plus de 30 donneurs d'ordres extérieurs à l'espace Mecanic Vallée, auxquels s'ajouteront la dizaine de donneurs d'ordres de l'espace Mecanic Vallée. Plus de 70 entreprises de la Mecanic Vallée seront présentes, issues de toutes les composantes de Mecanic Vallée, du traitement de surface à l'usinage, des BE, des experts en projection, en vibrations,... des spécialistes en mécano-soudure, en fonderie d'alliage légers, en machines-outils, en carrosserie industrielle,... »
A l'occasion de ces 10èmes rencontres de la Mecanic Vallée, salle du laminoir, aura lieu à partir de 14 h 30 un FORUM EMPLOI où seront présentes des entreprises de l'aéronautique, de l'automobile, de la machine-outil, de la mécanique de précision, de la mise en forme de matériaux... en situation de recrutement.
Entrée libre et gratuite.
Pour plus d'infos

SIANE 2008 à Toulouse les 14, 15 et 16 octobre
Le Parc des Expositions de Toulouse accueillera les 14, 15 et 16 octobre prochains l’édition 2008 du salon Interrégional de l’Industrie. 3 halls seront dédiés aux sous-traitants, aux équipements de production et aux services aux entreprises. De nouvelles technologies, de nouveaux équipements et systèmes de production seront également présentés.
Pour plus d'infos



Collectivités

De nouvelles perspectives pour l’IUT de Rodez et les entreprises aveyronnaises

L’Institut Universitaire de Technologie (IUT) de Rodez, établissement de l’Université Toulouse I existe depuis près de 40 ans. Il accueille cette année 576 étudiants. Acteur majeur de l’enseignement supérieur en Aveyron, il choisit aujourd’hui de se développer à l’international pour le plus grand bonheur des entreprises aveyronnaises.

Proximité et adéquation avec le milieu professionnel
Les filières professionnelles de l’IUT nouvellement dirigé par Jean-Yves Bruel entretiennent un lien privilégié avec le tissu économique local. De nombreux acteurs de l’économie aveyronnaise interviennent pour faire part de leur expérience et accueillent aussi des stagiaires au sein de leur établissement. Des stages qui se transforment souvent en embauche. Il faut dire que les formations universitaires et professionnelles de l’IUT offrent un véritable vivier de compétences adaptées au monde de l’entreprise :

4 Diplômes Universitaires de Technologie (DUT-Bac+2)
.GEA (gestion des entreprises et des administrations)
.Informatique
.QLIO (qualité, logistique industrielle et organisation)
.Information Communication
5 Licences Professionnelles (Bac+3)
.Animateur Qualité
.Assurance Banque Finance
.Informatique & Développement intranet-internet
.Pilotage Informatisé de la Production
.Métiers du Conseil en Elevage
1 Licence de Gestion
1 Diplôme Universitaire Finance, Droit et Gestion d'Entreprise
et Préparation au Diplôme de Comptabilité et de Gestion


Parce que l’IUT est aussi à l’écoute des besoins du monde économique, deux projets de nouvelles licences professionnelle, « Information Communication » d’une part et « Logistique » d’autre part, sont à l’étude.
Pour preuve du large succès remporté par les formations de l’IUT auprès des professionnels : les étudiants « QLIO » (seule section de Midi-Pyrénées) se voient proposer 2 à 3 offres d’emploi chacun avec d’importantes opportunités de carrière. Les titulaires de la Licence Assurance Banque Finance sont eux aussi très sollicités. En 2006, le Nouvel Observateur retenait également la Licence Informatique & Développement intranet-internet de l'IUT de Rodez parmi les 300 meilleures formations professionnelles grâce au taux d’insertion de ses jeunes diplômés.
Afin d’être toujours plus proche des acteurs économiques aveyronnais, les enseignants chercheurs de l’IUT ruthénois proposent aux entreprises de travailler sur des sujets de recherche de leur choix.

Un partenaire des entreprises aveyronnaises pour leur développement à l’international
Les chefs d’entreprise ont une véritable carte à jouer en misant sur les étudiants de l’IUT, notamment pour développer leurs missions à l’export. L’international étant l’une des préoccupations fondamentales de l’Université, l’IUT de Rodez entend développer ses relations hors France. En effet, permettre à des jeunes, aveyronnais pour la plupart, d’acquérir des compétences à l’international est un enjeu capital pour le développement économique de l’Aveyron. Ces jeunes vont nouer des contacts, connaître d’autres cultures d’entreprise, parfaire leur maîtrise des langues étrangères. Ils pourront à leur retour aider les entreprises aveyronnaises à promouvoir leurs produits et services à l’export. L’IUT encourage donc ses étudiants de DUT et de licences professionnelles qui reçoivent des cours d’anglais et d’espagnol à réaliser leur stage à l’étranger pour une entreprise française ou dans une entreprise étrangère, en les aidant dans leurs démarches administratives mais aussi par le biais d’un tutorat spécifique. L’établissement ruthénois souhaite également accueillir des étudiants étrangers et développer la coopération scientifique internationale entre enseignants.

Pour plus d’information, contactez Bruno Bélières Responsable du Service Relations Internationales de l’IUT de Rodez

Plus d'infos

 

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°32 - Septembre 2008 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

MTI : le spécialiste de la mécano-soudure et de l’usinage de pièces de grande dimension

Si Mécanique et Travaux Industriels à Decazeville sur la zone du Combal, plus connue sous le nom de MTI, a survécu à la crise de la sidérurgie dans le bassin, c’est sans doute grâce à son savoir-faire. Sous-traitante de mécano-soudure et d’usinage de pièces de grande dimension, sa vocation est de fabriquer des pièces unitaires et des prototypes.

Après quelques balbutiements liés à l’histoire decazevilloise, c’est en février 1994 que MTI adopte son nom définitif : Mécanique et Travaux Industriels. En revanche, son cœur de métier est toujours resté le même, même si aujourd’hui « l’entreprise tend à développer le produit fini ». Depuis quelques années en effet, MTI effectue une prestation globale de montage afin d’être sous-traitant de rang 1 vis-à-vis des donneurs d’ordre mais toujours avec une grosse partie de son activité dédiée à la mécano-soudure et l’usinage. Ses compétences pointues corrélées à un service personnalisé font que MTI est très peu confrontée à la délocalisation et que ses clients lui sont fidèles. Michelin et Cameron (recherche pétrolière off-shore) notamment sont des gros clients depuis longtemps. Dans les années 70, à l’époque où l’entreprise se prénommait MMSR (Mécanique et Mécano-Soudure du Rouergue), elle faisait 60% de son chiffre d’affaires avec la fabrication de presses de cuisson de pneumatiques pour Michelin et de pièces off-shore pour Cameron. Aujourd’hui encore, cela représente 30 à 35% d’un chiffre d’affaires qui s’établit à 8,2 millions d’€. Si MTI est la seule à fabriquer ces pièces, l’une de ses autres forces est aussi d’être multi-secteurs d’activité. Elle peut aussi bien travailler pour l’industrie mécanique que l’industrie agroalimentaire. Elle compte parmi ses clients : AREVA, CSM Bessac à Saint-Jory (leader des tunneliers), Thales pour qui elle « mécano-soude » des grands cônes en alu, SBM à Monaco pour qui elle réalise des swivels, la CNIM (Constructions Industrielles de la Méditerranée, anciens chantiers navals de la Seyne), C.A.E.P.E. (une émanation de la DGA), Aubert et Duval et quelques clients aveyronnais tout de même : Labarthe, RCI, Forest Liné… 3% du chiffre d’affaires est réalisé en Aveyron.

Aujourd’hui, MTI filiale à 95% de Figeac Aéro avec à sa tête Jean-Pierre Perdiguès, Directeur Général et Jean-Paul Dieudé, Directeur Général adjoint, compte 85 salariés quand en 1994 elle n’en comptait que 36. C’est dire combien MTI s’est développée. Depuis 1995, son chiffre d’affaires est en progression. Elle a procédé à un agrandissement des bâtiments en 2001 et aujourd’hui encore continue d’investir avec de nouveaux efforts immobilier et matériel (doublement de la surface des bureaux, oxycoupeuse, scie, système de GPAO…). Depuis le mois de juin, MTI a également signé 8 contrats d’embauche. Elle se donne les moyens de ses ambitions : monter d’un niveau dans la sous-traitance.

Plus d'infos

Innovation : produits, services, marques...

Candidatures aux inn’Ovations 2008 jusqu’au 26 septembre

La Région Midi-Pyrénées attribuera une dotation de 110 000 € aux lauréats des 7 catégories du concours régional de l’innovation. Ce concours est ouvert aux entreprises, établissements de recherches, créateurs d’entreprise innovante, établissements de formation…
Plus d'infos

Le « Révélation », un nouveau Roquefort signé Papillon
Les fromageries Papillon lancent le « Révélation » qui viendra compléter une gamme de 4 références : le Papillon Noir, le Papillon Bio, le Papillon Rouge et le Papillon Premium. Le « Révélation » sera uniquement distribué en crémeries-fromageries.
Plus d'infos
Une nouvelle commande d’exception pour La Forge de Laguiole
Cette fois, c’est un fils d’émir du Golfe qui souhaite offrir un sommelier à son père. La commande de cette pièce unique est sans délai et sans budget. Virgilio Munoz Caballero et Stéphane Rambaud, ouvriers qui se consacrent uniquement à la réalisation de ces couteaux d’exception, mettront une nouvelle fois leur savoir-faire à disposition du luxe.
.Plus d'infos
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°32 - Septembre 2008 - Page 3

Acteurs de l'économie Aveyronnaise

   

Brèves, les gens ...
Vincent Bouvier, nouveau Préfet de l’Aveyron

Vincent Bouvier succède à Georges Geoffret à la Préfecture de l’Aveyron.
Plus d'infos

René Quatrefages réélu Président du PNR des Grands Causses
René Quatrefages, Président sortant, a été réélu à l’unanimité à la Présidence du Parc.
Plus d'infos
Michel Ferey élu Président de la Mecanic Vallée
Michel Ferey, PDG de Ratier-Figeac succède à Claude Carbon, PDG de Forest Liné, à la Présidence de la Mecanic Vallée.
Plus d'infos
Jean-Dominique Gonzalès, Président du syndicat mixte A75
Jean-Dominique Gonzalès a été élu Président par les membres de l’assemblée du syndicat mixte chargé de promouvoir le développement économique et touristique le long de l’A75. Il succède à Bernard Seillier.
André Valadier, décoré
André Valadier, fondateur de la Coopérative Jeune Montagne et figure consensuelle du Nord Aveyron, recevait en juillet dernier la médaille du Département des mains de Jean-Claude Luche, Président du Conseil Général de l’Aveyron.
Florent Tarrisse, nouveau Directeur Général des Services de la ville de Millau
Florent Tarrisse a pris ses nouvelles fonctions le 1er septembre dernier.
Plus d'infos
Nicolas Schaeffer, Directeur Général de Midi-Pyrénées Expansion

Nicolas Schaeffer, directeur adjoint de MPE depuis juin dernier, succède à Jean-François Hanff à la Direction Générale. Il sera secondé par Philippe Peybernes, Directeur Général Adjoint.
Plus d'infos

Claude Cayla reçoit une « Marianne d’or »
Président de l’association départementale des plus beaux villages de France, Claude Cayla, maire de Belcastel, a reçu des mains du Président du Sénat, Christian Poncelet, une « Marianne d’or ».
Christian Morel, Directeur de La Poste
Christian Morel est à la tête de la direction du Courrier Midi-Pyrénées Nord (Aveyron, Lot, Tarn et Tarn-et-Garonne) depuis le 1er juillet.
Plus d'infos
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°32 - Septembre 2008 - Page 4