La lettre de l'économie en Aveyron
Oct. 2008
Numéro 33


Edito

Nouvelle ère…

Le 6 octobre dernier m’était confiée la présidence d’Aveyron Expansion dans le sillage de Jean Puech qui a présidé aux destinées de l’association depuis une vingtaine d’années. Son action et celle de l’équipe d’Aveyron Expansion a contribué notamment au développement important de nos filières emblématiques et a été plus récemment décisive dans l’implantation de nouvelles entreprises sur notre territoire. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés.

L’ironie du sort a voulu que ce passage de relais se produise en plein cœur d’une crise économique majeure remettant en question l’essence même du système. J’aurai l’occasion de m’exprimer plus longuement sur les ajustements nécessaires de nos actions dans ce contexte inédit. Ce qui peut-être d’ores et déjà affirmé, c’est l’obligation plus forte encore d’être au quotidien au plus près de nos entreprises ; c’est l’effort de pédagogie nécessaire pour expliquer que le développement économique passe par des fertilisations croisées (projets industriels, partenariats, formation, recherche), destinées au bout du compte à créer de véritables avantages concurrentiels.
Plus que jamais il nous faudra également expliquer le monde dans lequel nous vivons.

- Au-delà des cadres et des règles que nous appelons tous de nos vœux, on ne peut pas laisser caricaturer la liberté d’échanger et d’entreprendre en machine à privatiser les profits et socialiser les pertes. Elle est avant toute chose une chance pour les femmes et les hommes de s’épanouir, de vivre une aventure humaine exaltante : la création d’entreprise ou la vie en entreprise.

- La traque légitime des parachutes dorés peu courants sous nos latitudes ne doit pas nous détourner des vraies questions de ce monde : la finance internationale est tombée dans le coma à New-York et se réveillera peut-être un jour prochain à Dubaï, à Pékin ou plus probablement dans un monde multipolaire mais l’économie réelle, l’économie locale est plus que jamais le sujet qui doit nous mobiliser. Ce pragmatisme du quotidien, du concret, du palpable est un penchant bien aveyronnais que nous continuerons à cultiver.


Arnaud VIALA
Conseiller Général de Vezins
Président d'Aveyron Expansion

Au sommaire
Macro économie
> La Banque Populaire Occitane s’engage

Collectivités
> Quand la Mecanic Vallée s’invite à Decazeville

> Agenda

Vie économique
> Assemblée Générale d'Aveyron Expansion

Entrepreneurs aveyronnais
> Philippe Cabon à la tête de la nouvelle « Actia Sodielec »


A la Une  

Nitica ou la traçabilité des flux

Si NITICA, intégrateur de solution logistique, matériels et réseaux associés, est d’abord associée à un savoir-faire, c’est sans aucun doute l’écoute, la présence et la réactivité qu’elle offre à ses clients qui font la différence. L’entreprise dirigée par Franck Murard est en effet au plus près de ses clients dispatchés partout dans le monde, et ce depuis Livinhac-Le-Haut.

Le chariot mobile, dernier né de chez Nitica

Ses forces : l’intégration et le service
Historiquement Nitica offrait des solutions code barres pour le monde de la logistique. Aujourd’hui, grâce à son expertise et son innovation, elle a su développer des solutions logistiques complètes de la réception à la distribution. C’est une véritable gestion intégrée des entrepôts qui est mise en œuvre. Les solutions Nitica assurent la mise en stock, l’inventaire, les « réappro picking », l’expédition, les éditions code barres, le transport… « On équipe un entrepôt clef en main » explique Franck Murard. L’intérêt : un seul interlocuteur pour le client et encore plus de traçabilité. L’entreprise livinhacoise a fait de l’intégration logistique son métier. Elle construit des terminaux et des charriots, édite des progiciels de pilotage d’entrepôt, intègre des solutions réseaux et est auditeur de solutions logistiques. Le chariot mobile, dernier né de chez Nitica réunit tous ces métiers. Il s’agit du nouveau produit phare de la société. Il permet de piloter un entrepôt en moins de 24h. Un applicatif vendu 1000 € par mois avec les licences et la maintenance. Chez Nitica, l’intégration des solutions se fait aussi au travers du service. « Si le client a un problème, il suffit qu’il claque des doigts pour que Nitica rapplique » exprime le chef d’entreprise. Ce service est garanti 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Une réactivité à toute épreuve ! Pour cela l’entreprise déploie les moyens nécessaires : du déplacement chez le client en avion ou en voiture au partenariat lié sur place avec un intervenant. Une démarche garante du succès grandissant de Nitica car ses clients sont aussi nombreux que lointains et dans tous les secteurs. Airbus, Sony, Aldis, Lactalis, Migros, System U, Gifi, mais aussi l’Hôpital de Papeete et bien d’autres sont fournis par Nitica. Depuis peu, l'entreprise s’est aussi lancée dans la location de matériels. Elle a dernièrement investi 2 millions de $ dans l’achat de terminaux portables. Cette activité de location démarre plutôt bien puisque Gifi a loué à Nitica 2200 terminaux cet été pour 190 000 €.

Franck Murard

 

Nitica grossit
Si Nitica vient d’intégrer de nouveaux bâtiments à Livinhac, c’est qu’elle a besoin de place. De 9 personnes à ses débuts en 2004, elle est passée à 30 salariés aujourd’hui. Franck Murard embauche près de 8 personnes par an. Il prévoit une cinquantaine d’employés dans 3 ans tant l’activité de Nitica est soutenue. En 2007, l’entreprise représente 4,2 millions d’€ de chiffre d’affaires dont 2 millions sont attribués à la vente de matériels et 2,2 millions d’€ au service. Le dirigeant vise 10 millions d’€ dans 3 ans, objectif qu’il se donne pour augmenter le capital et constituer un groupe à proprement parler. Nitica a d’ailleurs racheté Opus 31 à Toulouse dans le cadre de son activité d’audit de solutions logistiques après avoir ouvert des antennes à Lyon, Paris et Dax. L’entreprise se structure tant au niveau de ses équipes qu’au niveau des outils. Entre managers et force de communication, elle met à sa disposition les « outils » nécessaires à la croissance d’une entreprise de sa taille tout en gardant un ancrage local et en prônant le savoir-vivre, des valeurs chères à Franck Murard.

Pour plus d'infos


Telex... l'économie aveyronnaise en bref
S.A.M. Technologies à l’honneur

Patrick Bellity, Directeur Général de S.A.M. Technologies à Viviez mais aussi du Groupe Arche duquel dépend l’entreprise, a reçu ce 9 octobre dernier la médaille du Département des mains du Président du Conseil Général de l’Aveyron, Jean-Claude Luche. Le Département tenait à honorer un des fleurons de l’industrie aveyronnaise. Spécialisé dans la conception et la fabrication de composants de haute technicité moulés sur pression ou par gravité en alliage aluminium ou magnésium, le Groupe Arche est un partenaire privilégié des constructeurs automobiles européens. Il produit 80 000 tonnes par an d’aluminium (contre 3000 il y a 10 ans), réalise 350 millions de chiffre d’affaires et compte 2200 collaborateurs et 7 sites de production. Il est le 1er groupe français d’aluminium sous pression avec 25% de la production, le 2ème européen avec seulement 3% de la production et il a son pôle de décision en Aveyron, à Viviez. « Les clients du groupe sont à 83% français : Renault et Peugeot. Nous sommes le 1er fondeur mondial aluminium pour ces 2 constructeurs auto. » explique Patrick Bellity. Jean-Claude Luche souhaitait également saluer les dernières évolutions du site de Viviez : la mise en service en juillet 2007 d’un nouveau bâtiment industriel de 2500 m² avec des possibilités d’extension et en juin 2008 d’une station de traitement des effluents par système biologique. Patrick Bellity qui prône professionnalisme, rigueur, audace, transparence et intégrité est heureux de partager cette reconnaissance avec ses salariés.
Plus d'infos

L’atelier du Sac du Berger ouvre ses portes

Jusqu’en octobre et pendant les vacances scolaires, le Sac du Berger fait visiter tous les jours à 15h30 ses bâtiments de Layrolle, à Latour-sur-Sorgue. Une occasion de tout connaître sur les métiers de la maroquinerie, du bottier, de la confection de vêtements en cuir et de s’immerger dans le monde du berger et de son sac… Le reste de l’année, les visites sont possibles sur réservation.
Plus d'infos

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°33 - Octobre 2008 - Page 1

Macro économie - Collectivités


Macro-économie

La Banque Populaire Occitane s’engage

Malgré la conjoncture, la Banque Populaire Occitane, dont le cœur de métier est la banque de proximité, réaffirme sa volonté de soutenir l’économie régionale qu’il s’agisse des clients particuliers, des professionnels ou des entreprises.

La Banque Populaire Occitane, présente sur huit départements : l’Aveyron, la Haute-Garonne, les Hautes-Pyrénées, le Gers, le Lot, le Lot-et-Garonne, le Tarn et le Tarn-et-Garonne avoue ne rien avoir changé dans sa manière d’aborder le crédit. Preuve en est , ses parts de marché sont en progression.
Le Groupe a aujourd’hui l’une des meilleures solidités financières des établissements bancaires français par ses fonds propres (plus de 20 millliards d’€). Sur les 10 dernières années, il a dégagé 9,5 milliards d’€ de résultats consolidés et aujourd’hui le montant de réserve s’élève à 14,5 milliards d’€.

Dans le cadre du plan français pour le financement de l’économie et de l’engagement pris par le Groupe Banque Populaire, la Banque Populaire Occitane s’engage à son tour.
Elle maintient ses pratiques habituelles d’accès au financement et ouvre une enveloppe de 30 millions d’€ dédiée aux artisans, mobilisable d’ici la fin de l’année. Elle complète ce dispositif par 300 millions d’€ destinés aux commerçants, agriculteurs, professions libérales, PME/PMI de son territoire.

Lorsqu’on interroge plus précisément Jean-Claude Amouroux, Directeur Groupe Aveyron de la Banque, sur la conjoncture économique en Aveyron, il nous livre ses observations.
« Nous avons la chance d’être dans un département où dans l’ensemble, les entreprises sont saines ; elles ont des fondations solides et leur gestion est sérieuse et professionnelle » explique-t’il. Quelques points d’inquiétudes tout de même pour le secteur du bâtiment qui a surfé ces dernières années sur une vague « euphorique ». « Nous sommes également très attentifs à l’évolution de l’agriculture » note le banquier. Dans tous les cas, Jean-Claude Amouroux souhaite une banque très présente en amont, aux côtés des chefs d’entreprise, afin de pouvoir agir suffisamment tôt, si besoin était. « Nous sommes là pour accompagner les entreprises porteuses de projets économiquement pérennes » conclut le directeur.

Pour plus d'infos

 

Agenda économique

 

7ème édition d’Aeromart à Toulouse les 3 et 4 décembre prochains
Le Parc des Expositions de Toulouse accueillera les 3 et 4 décembre 2008 les rendez-vous d’affaires internationales des industries aéronautiques et spatiales organisés par Midi-Pyrénées Expansion en partenariat avec la CCI de Toulouse.
Plus d'infos

Les substances chimiques doivent être enregistrées auprès de l'Agence Européenne des Produits Chimiques (ECHA) avant le 1er décembre 2008
La mise en œuvre du règlement européen 1907/2006 REACH sur les substances et préparations chimiques suppose un pré-enregistrement des substances par les industriels français depuis le 1er juin 2008 avec une échéance au 1er décembre 2008. Cette échéance est importante pour les industriels afin de pouvoir continuer à produire, importer ou utiliser des substances chimiques. Inscrivez-vous gratuitement dès à présent sur le site de l’agence européenne des produits chimiques http://www.echa.europa.eu.

 


Collectivités

Quand la Mecanic Vallée s’invite à Decazeville

Le 9 octobre dernier, à la salle du laminoir de Decazeville, la Mecanic Vallée organisait ses 10èmes rencontres durant lesquelles sous-traitants et donneurs d’ordre ont pour habitude de « faire affaire ». Cette année, un forum de l’emploi accompagnait la manifestation.

La Mecanic Vallée, Système Productif Local labellisé par la Datar en 99, compte aujourd’hui 130 adhérents dans les secteurs de l’aéronautique, de l’automobile et de la machine-outil dont 92 entreprises et 38 organismes, répartis sur 3 départements (Aveyron, Lot et Corrèze). Cette association présidée depuis peu par Michel Ferey (PDG de Ratier Figeac) représente, en 2007, 1,2 milliards d’€ et 12 400 personnes. Afin de développer ce tissu industriel, la Mecanic Vallée organise chaque année un salon où se tiennent des rendez-vous pré-organisés entre donneurs d’ordre et sous-traitants. L’occasion pour ces professionnels de la « Mecanic » d’exposer leur savoir-faire, de tisser de nouveaux liens et d’établir des partenariats. Dans ce cadre, Decazeville accueillait le 9 octobre dernier 84 sociétés adhérentes (sur 92) et 35 extérieures à l’association. Pour ne citer que les plus connus, les donneurs d’ordre Airbus, Alstom Transport, Michelin… et bien d’autres (une trentaine) étaient présents. Du côté aveyronnais, on pouvait noter la présence de Défi 12, Forest Liné, Labarthe, Métallerie Bourdoncle, MTI, Bosch, S.A.M. Technologies, Serin Constructions métalliques, STS, SOFIC, SOFOP… Soit 145 stands en tout et plus de 400 professionnels de la mécanique présents au Laminoir. Les représentants de l’Etat, des Régions Midi-Pyrénées et Limousin et du Département de l’Aveyron étaient là pour saluer l’initiative et apporter leur soutien aux entreprises de la Mecanic Vallée.

Cette journée était aussi en partie dédiée à l’emploi. L’après-midi se tenait le forum de l’emploi organisé par la communauté de communes Decazeville Aubin et la maison commune emploi formation visant à promouvoir les métiers et les entreprises de la mécanique et de l’industrie et à mettre en relation demandeurs d’emploi et entreprises en recrutement. Une soixantaine d’offres dont une quarantaine de CDI était à pourvoir afin de combler le manque de main d’œuvre qualifiée dans ce secteur.

 La Mecanic Vallée en Aveyron, c’est :

  - 31 entreprises
  - 7 organismes
  - 525 200 K€ de CA
  - 5200 personnes

 


Pour plus d'infos




 Lettre de l'économie en Aveyron - n°33 - Octobre 2008 - Page 2

Vie économique aveyronnaise

   

Assemblée Générale d’Aveyron Expansion

Arnaud Viala

Le 6 octobre dernier se tenait l’Assemblée Générale d’Aveyron Expansion. L’occasion comme chaque année de faire un point sur l’économie aveyronnaise et sur l’activité d’Aveyron Expansion. Dans la foulée, le Conseil d’Administration de l’agence de développement économique du département a élu son nouveau Président : Arnaud Viala.

Entre turbulences monétaires et envolées spéculatives du cours des matières premières, le contexte international n’est pas sans répercussions pour l’Aveyron. Rappelons qu’après un recul de 0,3% du PIB au 2ème trimestre 2008 et de 0,1% au 3ème, la récession guette l’économie française. Les entreprises de l’hexagone moins compétitives perdent du terrain à l’exportation (-2,5% sur les 3 derniers mois par rapport aux 3 mois précédents). Leurs projets d’investissements sont souvent revus à la baisse et le nombre de défaillances d’entreprises augmente.

Hubert Calmettes, Jean-Michel Lalle, Jean-Claude Luche et Edouard Fabre

Qu’en est-il plus précisément en Aveyron ?

L’année 2007 a connu une activité soutenue et une notoriété grandissante. Le chiffre d’affaires des entreprises aveyronnaises a augmenté de 6% et l’Aveyron demeure le 2ème exportateur régional. Le département conserve par ailleurs un taux de chômage faible (4,6% au 1er trimestre 2008). Mais des lacunes persistent toutefois : un faible taux de création d’entreprise, un faible taux de cadres, une offre foncière déficitaire pour des projets qui ont besoin de place et une main d’œuvre immédiatement disponible insuffisante. Des faiblesses qui mobilisent Aveyron Expansion. L'agence de développement économique du département fournit non seulement un appui aux entreprises aveyronnaises mais tente aussi d’en implanter de nouvelles. En 2007, elle s’est occupée de 139 entreprises représentant 825 emplois notamment dans les secteurs de la mécanique et de l’agroindustrie. Elle a étudié 149 dossiers d’implantations (38 projets prospectés et 111 projets issus de la campagne de communication Tous en Aveyron ») dont 40 (9 prospectés et 31 issus de la campagne) sont en cours de concrétisation, représentant 252 emplois. Au-delà des actions personnalisées qu’elle offre aux entreprises, Aveyron Expansion mène aussi des actions collectives telles que la constitution et l’animation de l’association de défense des dénominations Laguiole et Aubrac, la programmation de journées d’information (ex : Tendances de consommation et innovations packaging), l’édition d’études appelées collection Repères (Marché français de la charcuterie, Vente à distance et e-commerce…), la parution d’une newsletter mensuelle sur l’information économique en Aveyron. Elle participe également aux opérations de la Mecanic Vallée et constitue le relais départemental des pôles de compétitivité (Aerospace Valley et Agrimip Innovation). Autre compétence, dernièrement renforcée avec la cellule Vivre et Travaille en Aveyron : sa mission d’accueil des nouveaux arrivants.

L’année 2008 n’échappe pas à la mouvance générale : le nombre de procédures collectives est en augmentation notamment pour les TPE, le recours à l’intérim diminue, le nombre de demandeurs d’emploi est en hausse (+3% sur 1 an en mai 2008) et l’emploi salarié connaît une légère baisse. La filière du bâtiment est plus particulièrement touchée. Les « transports » souffrent de l’augmentation du prix des carburants, l’agroindustrie de la hausse du prix des matières premières. La mécanique et les technologies de l’information en Aveyron ne sont pour l’instant pas trop impactées par la conjoncture. Quant à la filière Bois, elle est partagée entre l’ameublement dont la situation est extrêmement tendue et le bois construction qui bénéficie du développement durable. Face à cette situation, Aveyron Expansion entend « radiographier pour mieux anticiper » en se dotant d’un véritable tableau de bord des principales entreprises aveyronnaises. Arnaud Viala, nouveau Président d’Aveyron Expansion devrait par ailleurs donner de nouvelles perspectives aux actions de l’agence de développement économique.

Pour plus d'infos

 

Innovation : produits, services, marques...

Le couteau Galbe de La Forge de Laguiole récompensé

L’Institut Français du Design a remis le label « Janus de l’Industrie 2008 » le 3 octobre dernier au Laguiole Galbe dessiné par Catherine et Bruno Lefebvre.
Plus d'infos

Laetis nous fait tourner la tête avec www.aveyron360.com

Le 25 septembre dernier, l’équipe de Laetis à Arvieu, entreprise de solutions internet et multimédia « baptisait » sa dernière création : un site internet dédié aux images panoramiques à 360°. Par le seul déplacement de la souris, vous embrasserez en un coup d’œil, les plus beaux paysages, sites et monuments de l’Aveyron.
Plus d'infos

Discover-in.com, créateur d’exception
Organisation d’événements, voyages, séminaires, conventions, incentives… ici ou ailleurs. Discover-in.com basé à Sainte-Radegonde s’occupe de tout.
Plus d'infos
  Lettre de l'économie en Aveyron - n°33 - Octobre 2008 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

Philippe Cabon à la tête de la nouvelle « Actia Sodielec »

Depuis 15 ans, Sodielec fait de Philippe Cabon un breton expatrié à Saint-Georges-de-Luzençon. Même si « la seule chose qui manque ici, c’est l’océan » selon les mots du Directeur Général, l’homme a fait le choix de l’Aveyron. Il est aujourd’hui à la tête d'Actia Sodielec, entreprise spécialisée dans la transmission.

De Brest à Saint-Georges-de-Luzençon
Le brestois Philippe Cabon suit sa scolarité dans sa ville natale jusqu’en classe prépa. C’est Polytechnique qui l’arrachera à ses terres d’origine. Puis, il entrera à Telecom Paris. Si bien que quelques années plus tard, il développe « du circuit intégré » pour les hyperfréquences au centre de recherche France Telecom de Lannion. C’est son expérience toulousaine qui le rapprochera du Rouergue. Il rejoint une start-up qui développait des techniques d’identification à distance (toujours dans le domaine des hyperfréquences) pour le contrôle d’accès des piétons, des garages. « Cette société était un peu précurseur du télépéage » explique Philippe Cabon. Lorsque cette entreprise, momentanément société d’Actielec, passe dans le giron de Thalès, Alain Laporte à l’époque Directeur Général de Sodielec (filiale d’Actielec) lui dit : « soit tu pars chez Thalès soit tu viens voir ce qui se fait à Saint-Georges ». Philippe Cabon opte alors pour l’Aveyron. Deux raisons à cela : Philippe Cabon est un homme attiré par le challenge qui a besoin d’autonomie et qui, avec son épouse privilégie le cadre de vie. Ils débarquent donc en Aveyron avec leurs 3 enfants. Philippe Cabon intègre Sodielec, qui ne comptait à l’époque que 40 personnes, pour s’occuper de la R&D de l’activité « transmission ». Puis il prend en charge l’ensemble de l’activité industrielle avant d’assumer la R&D de toute la société et de succéder finalement à Alain Laporte à sa retraite en 2005. Sodielec, à cette date, a déjà fait un bout de chemin mais elle ne s’arrête pas là. Aujourd’hui encore, elle franchit une nouvelle étape, avec à sa tête Philippe Cabon.

Une nouvelle identité, Actia Sodielec
A Saint-Georges-de-Luzençon, Sodielec, vendue au Groupe toulousain Actielec Technologies en 1989, s’est bâtie autour du métier de transmission par faisceau hertzien. Sa réussite emblématique est le développement et la vente des systèmes de transmission pour les programmes FM en France. « Aujourd’hui, 80 à 90% des programmes FM en France sont transportés par des équipements Sodielec » explique Philippe Cabon. Après avoir assis sa notoriété, Sodielec sonne l’heure de la croissance externe : de 1994 à 2001, elle rachète 3 sociétés à Manosque, Dinard et Le Puy Sainte-Réparade, pour des questions de synergie et de mobilisation d’effectifs, lui permettant ainsi de développer ses activités et d’assumer de gros projets tels que la TNT. En 2005, ces 3 sociétés et la maison mère sont fusionnées en une seule et même entreprise : Sodielec. Ce processus de fusion, qui sera finalisé l’année prochaine avec l’acquisition d’un ERP (Entreprise Resource Planning), a engendré une organisation en 3 BU (Business Units) : stations terriennes, broadcast et systèmes Télécom. La BU Stations terriennes concerne la fabrication d’équipements (amplificateur, chaîne d’émission/ réception…) et de petits systèmes (stations terriennes clefs en main) pour le domaine des télécoms par satellites. L’une des grandes réussites est une station terrienne tactique transportable pour les forces armées françaises, soit 50 millions d’€. La BU Broadcast consiste au transport des programmes par faisceau hertzien ou satellite et à l’émission de programmes radios numériques. Dans ce cadre, depuis les années 2000, Sodielec fournit différents équipements (solution de transport des programmes, émetteurs/réémetteurs, équipements de contrôle commande) aux opérateurs et chaînes de télé dans le domaine de la TNT. Quant à la BU Systèmes Télécoms, elle développe et fournit des produits et des systèmes pour la transmission et le contrôle commande pour des clients dans les domaines du ferroviaire, de l’aéronautique, de l’énergie… Sodielec déploie par exemple le système complet de supervision du réseau d’énergie au Luxembourg.
Sodielec est concepteur d’équipements de haute technologie, certifications à l’appui (ISO 9000, EN9100…). C’est pourquoi elle consacre 15% de son chiffre d’affaires et 60 ingénieurs exclusivement à la R&D afin de répondre aux besoins de ses clients mais aussi pour développer des produits propres.
Aujourd’hui pour plus de lisibilité industrielle et financière, le Groupe Actielec Technologies, côté en bourse, et ses filiales changent de nom. La holding devient Actia Group ; Sodielec s’appellera désormais Actia Sodielec et sa « sœur » (principale filiale du groupe) spécialisée dans l’électronique automobile se nommera Actia Automotive. Ainsi les synergies seront plus faciles à mettre en place, que ce soit pour les salariés ou pour les clients. Actia Sodielec pourra par exemple justifier auprès de ses clients d’un outil de production en grande série (celui d’Actia Automotive). Actia Automotive quant à elle, pourra proposer à ses clients automobiles de nouvelles compétences en broadcast. Mais surtout Actia Sodielec bénéficiera désormais d’un terrain de développement commercial à l’étranger grâce aux filiales d’Actia Automotive partout dans le Monde. De quoi développer les 15% de chiffre d’affaires déjà réalisés à l’export. C’est une nouvelle Sodielec qui naît : Actia Sodielec grâce aux opportunités de développement créées par cette convergence. Elle représentait déjà 40 millions de chiffre d’affaires et 300 personnes dont 95 au siège social à Saint-Georges et venait tout juste de décrocher l’appel d’offre international de l’OTAN sur l’étude et la fourniture du système de supervision et de contrôle commande de toutes les stations terriennes fixes et tactiques utilisées par les forces de l’OTAN. Une nouvelle dynamique est amorcée.

Pour plus d'infos

Brèves, les gens ...
Christine Royer succède à Alain Faudon à la Sous-Préfecture de Villefranche-de-Rouergue
Alain Faudon jusqu’à présent Sous-Préfet de la circonscription de Villefranche cède sa place à Christine Royer ancienne Sous-Préfète à La Châtre dans l’Indre. Il est nommé Sous-Préfet de Thann dans le Haut-Rhin.
Plus d'infos
Jean-Marc Thomas réélu à la Présidence d’Aerospace Valley
Le Président d’Airbus France, Jean-Marc Thomas, a été réélu à la Présidence du pôle de compétitivité Aerospace Valley, aux côtés de Jean-Michel Estrade, Nouveau Vice-Président et Directeur de l’établissement Dassault Aviation à Biarritz.
Plus d'infos
Jacques Cambon, Directeur du Réseau Proximité à la CRCA de Toulouse et du Midi Toulousain
Jacques Cambon jusqu’à présent Directeur Général du Groupe Inforsud et Président des filiales évolue vers de nouvelles fonctions au sein du Groupe Crédit Agricole. Il rejoint le comité de direction de la Caisse Régionale de Crédit Agricole de Toulouse et du Midi Toulousain en qualité de Directeur du Réseau Proximité.
Matthieu Danen, Directeur Adjoint de la Communication au Conseil Général de l’Aveyron
Le service communication du Conseil Général de l’Aveyron vient de se doter de nouvelles compétences. Il a embauché un Directeur Adjoint de la Communication : Matthieu Danen.
Plus d'infos
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°33 - Octobre 2008 - Page 4