La lettre de l'économie en Aveyron
Janv. 2010
Numéro 47


Edito

Relocalisations : mode d’emploi(s)

Le culte de la délocalisation a incontestablement perdu de sa superbe durant ces derniers mois, l’évaluation réelle des risques (qualité, management, monétaire ou politique) ayant calmé les ardeurs des patrons mondialistes ultra sensibles à la parité euro dollars. Il n’en reste pas moins que l’on compte encore une relocalisation pour dix délocalisations et que le risque de déclassement industriel de l’Europe demeure. Nous gardons en mémoire à cet égard ce que disait le patron de la SAM à Decazeville dans nos colonnes (voir newsletter n°29, mai 2008) constatant que ses principaux concurrents nationaux qui avaient joué la carte des pays low cost dans le secteur de la fonderie avaient fondu… les plombs. Dans le même temps, SAM investissait pour automatiser la production in situ tout en sauvant et requalifiant l’emploi local.

Dans d’autres secteurs industriels, Geneviève Lethu, les jouets Smoby, Magencia, les lunettes Atoll, le groupe Gantois et bien d’autres rapatrient aujourd’hui leurs activités. Au-delà des risques évoqués encore mal calculés, les notions de bilan carbone, de frais de transport et l’achat « militant » de nos concitoyens sont à l’origine de ces choix. Les Etats Généraux de l’Industrie organisés par le gouvernement ont précisément pour but d’accélérer cette tendance et « d’aider les entreprises à étudier leurs projets de relocalisation, à valider leur faisabilité et à réaliser les investissements productifs et les créations d’emplois »… Une prime additionnelle ? Peut-être pas mais une mobilisation optimale de l’arsenal d’aides publiques et locales au développement certainement ! Il va s’agir comme le dit le professeur Mouhoud de l’Université Paris Dauphine « de créer les conditions favorables à l’activité économique en augmentant le niveau de qualification du salarié et en développant les communications ». Un bel enjeu et une belle perspective pour maintenir et développer un tissu productif local où consommateurs et producteurs « relocalisés » estomperaient sensiblement la schizophrénie insoutenable d’un système à bout de souffle : celui d’une machine à vider les territoires et à détruire l’emploi qui promet dans le même temps au citoyen un bonheur exponentiel et universel.



Arnaud VIALA
Conseiller Général de Vezins
Président d'Aveyron Expansion
Consultez le blog d'Arnaud Viala

 
Au sommaire

A la Une
> L’Interconsulaire se met au vert


> Telex de l'économie

Macro économie
> La fabrication de constructions métalliques en France

> Agenda

Vie des entreprises
> Aveyronnaise de Fabrication Bois, « la souplesse d’un artisan, la force d’un groupement »

> Innovation

Entrepreneurs aveyronnais
> Manuel Rubio et Nadine Carel réinventent le gant

> Les gens

> Lu pour vous

> Lire les news précédentes

A la Une  

L’Interconsulaire se met au vert

En ce début d’année 2010, Jean Laurens, Président de la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron, succède à Daniel Druilhet, Président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Aveyron, à la tête de l’Interconsulaire. Une responsabilité qui lui permet d’œuvrer davantage pour le développement économique d’ « un Aveyron aux potentialités encore inexploitées ».

Outre les missions inhérentes aux chambres d’agriculture, l’organisme consulaire de l’Aveyron présidé par Jean Laurens depuis 1994 mène des combats qui insufflent une véritable dynamique économique au territoire aveyronnais. « L’agriculture a fait un bond énorme entre 1960 et 1980 en produisant du volume. Depuis, le développement de l’agriculture passe par la valeur ajoutée » explique Jean Laurens pour qui l’Aveyron ne manque pas de richesses. Lorsque que le Président consulaire parle du département, il évoque un potentiel aveyronnais issu d’une alchimie mêlant les Hommes les Produits et les Territoires. C’est un levier extraordinaire de développement économique. Les hommes et leur savoir-faire liés à un terroir révèlent une identité, racontent une histoire, reflètent une image. Pour Jean Laurens, Président du Comité Label Rouge, IGP et STG à l’INAO (Institut National de l’Origine et de la Qualité), il convient de valoriser ces savoir-faire en s’appuyant sur les signes officiels de qualité, réponse actuelle aux attentes du consommateur. Un certain nombre de produits aveyronnais sont déjà reconnus : AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) et AOP (Appellation d’Origine Protégée) pour le « Roquefort », le « Bleu des Causses », le « Laguiole », AOC pour le « Marcillac », IGP (Indication Géographique Protégée) pour le « Veau d’Aveyron et du Ségala » et l’ « Agneau d’Aveyron », Label Rouge pour le « Bœuf fermier Aubrac », l’ « Agneau fermier de l’Aveyron », le « Veau d’Aveyron et du Ségala », le « Porc fermier du Sud-Ouest », les saucissons et saucisses… D’autres démarches de labellisation sont en cours : IGP pour l’ « Aligot de l’Aubrac», CCP (Certification de Conformité) pour la « Farine Epidou », AOC pour le « Pérail de brebis », Label Rouge pour le « Cabécou d’Autan »… Toutes ces démarches reconnues officiellement au plan européen sont de formidables atouts pour positionner nos produits de qualité sur les marchés internationaux.

Les autres chantiers de Jean Laurens à la tête de la Chambre d’Agriculture : renforcer la filière porcine et développer la production de lait de chèvre en Aveyron. « Nous avons les transformateurs de porc présents sur notre département avec un véritable savoir-faire en matière de charcuterie salaisons mais ne disposons pas des volumes de production suffisants pour les approvisionner.» explique le Président qui voit un vrai potentiel de développement possible dans le secteur porcin. C’est pourquoi la Chambre d’Agriculture a investi dans le centre de formation de Bernussou complété de porcheries à Villefranche-de-Rouergue en partenariat avec l’Institut du Porc au plan national. Un gros travail sur l’acceptabilité de l’activité porcine est mené sur le terrain. Aujourd’hui, 2 porcheries de nouvelle génération sont en projet dans le Sud Aveyron. Quant à la filière lait de chèvre, elle se développe rapidement ; il s’agit d’une opportunité à saisir alors que la région Poitou-Charentes se désengage en la matière. « L’organisation du travail est facile, c’est un argument pour l’installation des jeunes agriculteurs» selon Jean Laurens dont l’objectif est là aussi le plus rapidement possible de transformer ce lait de chèvre dans le département.

Des démarches dont le résultat dépend essentiellement de l’implication des agriculteurs sur le terrain. En témoigne le succès remporté par les marchés des producteurs de pays, initiative menée aux côtés de Francis Viargues, Président du syndicat des boulangers artisanaux et Vice-Président de la Chambre de Métiers à l’époque. Les démarches collectives, partenariales sont pour le Président de la Chambre d’Agriculture la clef de voûte d’un projet. Il en est un particulièrement qui lui tient à cœur en Aveyron : le développement du tourisme. Jean Laurens s’est ainsi lancé dans l’ « accueil à la ferme », il est aussi Président du réseau Gîtes de France et a monté une centrale de réservation. « On doit décloisonner les approches » exprime le nouveau Président de l’Interconsulaire. Un principe qui s’applique également aux 3 chantiers clés qui le mobilisent : l’irrigation du territoire aveyronnais par les moyens de communication quels qu’ils soient. L’attractivité, il faut que notre département et tout ce qu’il recèle donne envie. Enfin la mise en œuvre d’une veille stratégique permettant d’accompagner l’évolution de l’économie aveyronnaise. Aveyron Expansion adresse au Président de la Chambre d’Agriculture devenu Président de l’Interconsulaire toutes ses félicitations et se réjouit que la qualité des relations entretenues de longue date puisse s’exprimer désormais sur de nouveaux fronts au service de l’identité aveyronnaise.

Pour plus d'infos

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
Lagarrigue Préfa décroche le marché de la couverture de la gare d’Austerlitz

L’entreprise firminoise, Lagarrigue Préfa, a été retenue par le Groupe Bouygues et la SNCF pour poser 20 700 m² de coques ondulées en béton blanc sur la gare d’Austerlitz, marché de plus de 9 millions d’€, soit le plus important contrat de préfabrication au niveau national.
Plus d'infos

Signature d’une convention entre le Conseil Général de l’Aveyron, le Grand Rodez et les entreprises des projets Roquefort’in et Vegepack labellisés par Agrimip Innovation

Le 21 janvier dernier, le Président du Conseil Général de l’Aveyron, Jean-Claude Luche et le Président du Grand Rodez, Ludovic Mouly se retrouvaient autour du Président d’Aveyron Expansion, Arnaud Viala et de la Chambre d’agriculture pour officialiser leur soutien financier aux entreprises des projets Roquefort’in et Vegepack labellisés par le pôle de compétitivité Agrimip Innovation. La Confédération Générale des Producteurs de Lait de Brebis et des Industriels du Roquefort, Unotec, Ovitest et Upra Lacaune mènent avec Roquefort’in un programme de recherche axé sur la détention des caractères génétiques d’intérêt prédisposant l’aptitude des brebis à la monotraite et à l’entretien de la lactation. Ils misent sur l’utilisation des dernières découvertes de la génomique ovine pour concevoir et maîtriser durablement un schéma de sélection. Quant à Arcadie Sud Ouest, elle développe avec Vegepack un nouvel emballage rigide biodégradable, compostable, 100% d’origine renouvelable, à propriété barrière spéciale pour la conservation de denrées alimentaires à date limite de consommation. Cet emballage est la réponse à la demande des industriels de l’alimentaire soucieux de la valorisation des déchets de leurs produits et à l’écoute des consommateurs sensibles à la protection de l’environnement.
Plus d'infos

La coopérative Jeune Montagne fête ses 50 ans

C’est en juin 1960 que la coopérative Jeune Montagne a été créée à Laguiole. Depuis, elle n’a cessé de croître en dépit de l’évolution agricole et des crises traversées. André Valadier à l’origine de cette initiative se félicite aujourd’hui du succès de Jeune Montagne. « Une démarche économique qui prend racine sans rupture avec l’antériorité économique et culturelle du territoire » selon ses mots. Une extension des locaux de la coopérative est d’ores et déjà prévue.

CEVM relance sa campagne de communication auprès des poids lourds

Afin d’inviter les transporteurs à emprunter l’A75, la Compagnie Eiffage du Viaduc de Millau distribue pour la 4ème année des canettes floquées à l’effigie du Viaduc et vantant le Paris-Perpignan Light.
Plus d'infos

Saumag, filiale du groupe Unicor et Manhaval Fabre s’unissent

Saumag et Manhaval Fabre rapprochent leurs entités respectives sur la marché des machines à traire afin d’accompagner la restructuration de l’élevage laitier, d’apporter un service de proximité au travers d’un maillage plus dense du territoire, d’innover et développer de nouvelles solutions technologiques pour des élevages dont la performance est une condition de pérennité.

Prodys recrute en Aveyron pour distribuer ses produits cosmétiques et ménagers

La société biterroise Prodys dont le créateur est aveyronnais souhaite distribuer ses quelques 80 produits cosmétiques et ménagers en Aveyron directement auprès des particuliers par le biais d’une équipe d’une dizaine de vendeurs.

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°47 - Janvier 2010 - Page 1

Macro économie - Collectivités


Macro-économie

La fabrication de constructions métalliques en France et en Aveyron

Un secteur atomisé et faiblement diversifié
Le secteur de la construction métallique est très dépendant de la conjoncture du BTP et particulièrement du BTP non résidentiel. Les bâtiments industriels constituent en effet le principal marché client. Les ouvrages d’art (ponts, passerelles …) représentent le second débouché en raison des indéniables qualités mécaniques, élastiques, de résistance et de légèreté qu’offrent les structures métalliques.
Le secteur de la construction métallique est très atomisé et dominé par les entreprises de moins de 20 salariés mais les PME/PMI de plus de 250 salariés réalisent près du quart du chiffre d’affaires sectoriel. Les leaders du secteur sont essentiellement des opérateurs du BTP tels que Baudin Chateauneuf, Yves Cougnaud, Castel et Fromager (groupe Fayat) ou encore Eiffel Construction Métallique (Groupe Eiffage). Les Pays de la Loire, Rhône-Alpes et Nord-Pas-de-Calais concentrent près de 30% des effectifs du secteur.
Le secteur est très faiblement diversifié. Les fabricants de constructions métalliques réalisent près de 92% de leur activité dans leur cœur de métier. Les quelques activités annexes concernent le commerce de gros de fournitures et d’équipements industriels, la fabrication d’équipements de levage et manutention et la menuiserie métallique/serrurerie.

Un chiffre d’affaires en baisse en 2009
En 2009, pour la première fois depuis 2001, le chiffre d’affaires de la fabrication de constructions métalliques a baissé. Cette baisse (de 3,5% environ) est la conséquence du grand coup de frein qu’a connu le marché du BTP, du manque de visibilité et de la frilosité des banques qui ont conduit nombre d’acteurs économiques à reporter leurs investissements, de la dégradation des ressources financières des collectivités locales qui a lourdement pénalisé la construction de bâtiments publics. Pour faire face à la forte contraction de leur activité précédée d’une hausse importante du prix des matières premières (en 2008), les entreprises du secteur ont dû adopter des mesures strictes pour maintenir leurs marges : non renouvellement des contrats intérimaires, chômage partiel ou gel des embauches, report des projets d’investissement …

Un retour à la croissance attendu en 2010
XERFI prévoit une amélioration pour les activités de fabrication de constructions métalliques en 2010. En effet, le secteur devrait pouvoir bénéficier des mesures de soutien du gouvernement : réhabilitations/extensions de bâtiments publics inscrits dans le plan de relance (universités, hôpitaux, infrastructures de transport, …) et simplification des procédures préalables en matière d’urbanisme et de commande publique.
Anticipant des perspectives plutôt favorables à long terme, plusieurs opérateurs (Eiffage, Fayat, ArcellorMittal) déploient même des stratégies offensives de croissance externe ou d’extension des capacités de production.

Construction métallique Serin pour Umicore

En Aveyron …
Historiquement c’est le marché des bâtiments agricoles qui a permis le développement de l’activité de fabrication de constructions métalliques en Aveyron. Aujourd’hui, le secteur de la fabrication et du montage de constructions métalliques représente dans le département plus de 350 emplois et une trentaine d’entreprises parmi lesquelles SERIN à Saint Jean Delnous, MASSOL à Luc Primaube, SORECO à Taussac et CIAM à Rodez.

Source : étude XERFI « Fabrication de constructions métalliques » – juillet 2009

Pour plus d'infos

 

Agenda économique

 

Formation « développer sa structure touristique » du 09 février au 08 avril 2010
Lors de 3 demi-journées par semaine du 9 février au 8 avril, CREER Boutiques de Gestion assure la formation « développer sa structure touristique ».
Plus d'infos

Salon International de l'agriculture du 27 février au 7 mars
Paris accueillera comme chaque année le salon international de l'agriculture de 9h à 19h Porte de Versailles. Une nocturne aura lieu le vendredi 5 mars jusqu'à 23h. De nombreux aveyronnais seront présents pour être "au plus près des terroirs".
Plus d'infos

« 1er salon énergies et renouvelable » du Grand Rodez du 26 au 29 mars
La salle polyvalente du Monastère accueillera du 26 au 29 mars prochains le « 1er salon énergies et renouvelable » du Grand Rodez organisé par ADS Rodez.
Plus d'infos



 
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°47 - Janvier 2010 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

Aveyronnaise de Fabrication Bois, « la souplesse d’un artisan, la force d’un groupement »

L’entreprise A.F.B. à Bozouls est un créateur d’escaliers, dans tous les sens du terme : de la conception design à la fabrication artisanale. Membre depuis 2005 du groupement allemand Treppen Meister, la société de Jérôme Boutefeu dispose de moyens qui lui permettent de maîtriser la demande du client.

Les débuts de l’entreprise datent de 1997 dans le Nord Aveyron. Jérôme Boutefeu issu du compagnonnage -en menuiserie- s’est d’abord installé à Mandailles pour fabriquer des escaliers. Puis par manque de place, il a déménagé à Saint-Côme d’Olt pour s’implanter finalement à Bozouls en 2004 où d’importants travaux de réaménagement sont actuellement en cours. C’est ce que Jérôme Boutefeu appelle « sa machine à vendre ». 300 m² de surface sont aménagés en salle d’exposition et surface de vente à l’étage du bâtiment existant. « A.F.B. aura un nouveau look » ajoute le dirigeant qui ne laisse rien au hasard. L’homme proactif a pris l’habitude de soumettre son entreprise à une perpétuelle remise en question « afin de prendre des parts de marché et gagner en notoriété » selon les mots du chef d’entreprise. Tous les ans, des audits sont réalisés tant au niveau commercial qu’au niveau de la production pour connaître les points faibles de la société et y pallier. Il s’agit de rationnaliser pour Jérôme Boutefeu qui se refuse à parler de gain de productivité.

A ses débuts, A.F.B. effectuait de la sous-traitance en ameublement pour la société Cayron. Puis elle a pris son envol et s’est consacrée aux escaliers sur mesure, conçus presque comme un produit de décoration le plus souvent contemporain. « L’escalier sur mesure est une production complexe qui suit l’évolution du bâtiment et qui nécessite un véritable savoir-faire » explique Jérôme Boutefeu avec passion. A.F.B. offre une prestation complète, elle fabrique sur demande et met en place les escaliers qu’elle réalise. Des escaliers qui ont gagné en maturité depuis 2005, date charnière pour l’entreprise qui rejoint le groupement Treppen Meister. « Grâce à cette adhésion qui nous permet de mutualiser certaines compétences, nous disposons de nouvelles aptitudes en R&D, marketing, brevetage de pièces… mais je reste le seul maître à bord » précise l’entrepreneur qui avait tout à gagner dans cette aventure collective. Treppen Meister rassemble 80 entreprises en Europe « et nous étions la 4ème française à adhérer » se réjouit Jérôme Boutefeu qui a reçu le prix de la société la plus dynamique en terme de commercialisation au sein du groupement. Jusqu’en 2009, le chiffre d’affaires d’A.F.B. connaissait une croissance à 2 chiffres. Aujourd’hui, malgré la conjoncture, il a tout de même augmenté de 6% et atteint 850 000 €. « Deux commerciaux œuvrent à vendre les escaliers d’A.F.B. dans un rayon de 200km à partir du lieu de production, essentiellement sur des salons. » dit le dirigeant à la tête de 11 personnes. Les médias, notamment Internet, ont aussi permis à Aveyronnaise de Fabrication Bois d’améliorer sa présence sur le marché des escaliers sur mesure. Par le biais de Treppen Meister, les escaliers d’A.F.B. sont passés à la télé, dans l’émission « déco » sur M6 et ont figuré dans le magazine « Maison et Travaux ». Une notoriété grandissante pour la société de Jérôme Boutefeu qui croit plus que tout en l’avenir du bois comme matériau de construction, « celui du XXI ème siècle » !

Pour plus d'infos

 

Innovation : produits, services, marques...
1500 kg de ferrailles du Golden Gate Bridge pour la coutellerie Laguiole en Aubrac

Après le Concorde et le France, la coutellerie espalionnaise de Christian Valat acquiert 1500 kg de pièces issues du mythique pont suspendu de San Francisco pour fabriquer un nouveau modèle de Laguiole.
Plus d’infos

Les nouvelles recettes Raynal et Roquelaure

L’entreprise Capdenacoise lance le « Bœuf aux carottes cuisiné au Vin de Bergerac » avec de savoureux morceaux de bœuf race Aubrac, le « Coq au vin pâtes et champignons » et sa sauce aux tomates Provence Languedoc Zapetti.
Plus d'infos

L’établissement thermal de Cransac autoriséà utiliser l’eau minérale naturelle

La chaîne thermale du Soleil qui exploite l’établissement thermal de Cransac vient d’être autorisée à utiliser l’eau minérale naturelle pour une utilisation à usage thérapeutique. Jusqu’à présent, seuls les gaz étaient utilisés. Trois nouveaux soins seront proposés.
Plus d'infos

Voilensac, des sacs en toile de voile

Michaël Ladet, ancien maître voilier à Port Camargue puis chef d’atelier dans la ganterie, met son expérience à profit et se lance dans une activité de fabrication de sacs en toile de voile. Il recycle les chutes d’une fabrique de toiles de différentes variétés conçues pour des navires de course ou de croisière et les allient avec du cuir.
Plus d'infos

31000 exemplaires du guide d’accueil du canton de Laguiole

L’office de Tourisme du canton de Laguiole a édité son guide d’accueil 2010 : 40 pages pour découvrir la cité du Taureau et ses environs.
Plus d'infos

Lo Najac, le couteau de Najac par Régis Najac

Régis Najac, coutelier de métier, a déposé le modèle et la marque Lo Najac de sa dernière création : un couteau dont l’extrémité de la lame est ronde et qui ne se plante donc pas. Il sera fait d’acier, de bois dur ou de corne et selon les demandes d’autres matières précieuses. Sa commercialisation devrait intervenir dans le courant de l’année 2010 et Régis Najac devrait ouvrir son atelier à Najac cet été.

Le GRETA Quercy-Rouergue et l'atelier technologique de La Roque proposent des ateliers culinaires aux particuliers

Les personnes désireuses de découvrir les recettes produits de terroir "faits maison" peuvent désormais s’inscrire aux ateliers culinaires du samedi matin organisés par le Greta et La Roque. Porc et canard gras sont à l'honneur sur 4 ateliers du 30 janvier au 12 juin 2010 avec les recettes du canard confit en conserve, du pâté de campagne, du magret de canard en salaison, du fourré au foie gras ou encore du cou farci. Le 1er atelier « confits de canard gras » aura lieu ce 30 janvier. Avis aux gourmands !
Plus d'infos

Un bateau promenade sur le Lot

Pour faire suite à la remise en navigabilité du Lot, la communauté de communes de la Vallée du Lot devrait se porter acquéreur d’un bateau promenade et de restauration en 2012.
Plus d'infos

Un ouvrage sur les 10 plus beaux villages de France de l’Aveyron

L’association des plus beaux villages de France en Aveyron présidée par Claude Cayla, maire de Belcastel, a sorti 2000 exemplaires d’un livre dédié à ces 10 plus beaux villages. Un livre aveyronnais fait par des aveyronnais : Christian Bousquet à la photo, Robert Taussat au texte, et Graphi 12 pour l’impression, véritable outil de promotion du département.
Plus d'infos

  Lettre de l'économie en Aveyron - n°47 - Janvier 2010 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

Manuel Rubio et Nadine Carel réinventent le gant

Manuel Rubio et Nadine Carel, directeurs artistiques de la Maison Causse Gantier à Millau, donnent du rêve à l’entreprise. Ils mettent du cœur à l’ouvrage et leur créativité s’en ressent. Les plus grandes stars portent leurs gants…

Manuel Rubio et Nadine Carel n’auraient jamais imaginé s’investir dans une ganterie mais le couple est tombé amoureux du métier de gantier en visitant un atelier à Millau en 2000. C’est la finesse d’un geste, d’un savoir-faire historique qui a emporté ces 2 esthètes. Elle, est diplômée des Beaux Arts, lui en communication visuelle. Cette ruthénoise et ce lyonnais de naissance se sont rencontrés sur les bancs des classes préparatoires aux grandes écoles à Toulouse puis ils se sont installés à Montpellier où Nadine commence une carrière d’artiste et Manuel exerce ses talents dans une « agence de com ». Mais leur envie d’entreprendre, le besoin d’exprimer leur créativité et leur coup de cœur pour la manufacture gantière les mènent à Millau où ils créent la société Carel & Rubio, société de création et de commercialisation de gants. Leur découverte de la maison Causse a été comme une révélation. « Monique et Christian Causse nous ont ouvert les portes de leur atelier » explique Manuel Rubio. Ce qui a permis aux autodidactes de se familiariser avec le métier du gant. Il n’a ensuite pas fallu longtemps pour que leur créativité soit reconnue : en 2001, ils reçoivent le prix de l’ANDAM (Association Nationale pour le Développement des Arts de la Mode), présidée par Pierre Bergé, légitimant alors les collaborations de Carel & Rubio avec les maisons les plus prestigieuses (Chanel, Givenchy, Yves Saint-Laurent, Hermès, Louis Vuitton…). Devant tant de talent, la famille Causse qui fabriquait les modèles Carel & Rubio accepte, en 2003, lors du départ en retraite des époux dirigeants, la reprise de l’entreprise par Nadine Carel et Manuel Rubio aux côtés de leur fils, Olivier Causse qui détient le savoir-faire gantier comme un secret de famille. Jean-Louis Costes et Gérard Boissins, aveyronnais connus pour leur attachement aux produits identitaires, se joignent au projet de rachat. Une nouvelle vie commence alors pour la manufacture fondée en 1892 -la dernière en activité à Millau- qui investit en 2005 les friches industrielles Guibert reconverties en chef d’œuvre architectural par Jean-Michel Wilmotte, à l’image de la créativité de « Carel et Rubio ». Le savoir-faire haut de gamme perpétué côtoie désormais innovation et création. Une alchimie qui fait le succès de Causse Gantier. Manuel Rubio et Nadine Carel ont institué la culture de la création, de la mode. Même si pour eux les résultats sont issus d’un travail d’équipe -près de 40 personnes-, le couple est sans aucun doute la valeur ajoutée de l’entreprise. De la relation clients au développement de l’activité, ils imaginent les modèles, travaillent sur les collections avec les plus grandes maisons de mode. Ils ont fait du gant Causse le must de l’accessoire de luxe dont découle aujourd’hui l’image de la ganterie millavoise. Nadine Carel et Manuel Rubio ont relancé la marque Causse que les stars affichent sans hésiter à leurs doigts : Karl Lagerfeld, Madonna, Kylie Minogue… pour ne citer qu’eux. La créativité des directeurs artistiques a fait des adeptes et traverse les frontières : de nombreux points de vente sont présents aux Etats-Unis, au Japon, en Russie. Et depuis 2007, Causse Gantier a sa boutique signée Wilmotte, à Paris, sous les arcades de la rue Castiglione, parmi les échoppes les plus luxueuses. Le détail, le raffinement des gants Causse n’est plus à débattre : la maison millavoise s’est vue décerner en 2004 le prix de l’ « Empreinte de l’année » aux Talents du Luxe et de la Création ; en 2006 elle est reconnue « Entreprise du Patrimoine Vivant » pour son savoir-faire ancestral et les musées de la mode s’arrachent les modèles Causse Gantier. L’inventivité au grand cœur de Nadine Carel et Manuel Rubio donne du rêve à l’entreprise. « Nous essayons de compenser les moyens par les idées » précise humblement Manuel Rubio, également président de la société. Le couple ne manque pas de ressources : après une carte de vœux, photographie sur laquelle l’équipe Causse Gantier forme un cœur en affichant leur production aux mains, c’est une exposition photos signée du photographe aveyronnais Christian Bousquet que proposent les créateurs à partir du 19 février prochain où chaque employé met en scène le gant selon sa propre idée. Nos 2 amoureux d’art contemporain mettent aussi à l’honneur le travail d’artistes sur la thématique du gant dans la galerie de l’atelier Causse à Millau et ont entrepris une série de collaborations sous le nom « Causse Atelier » avec Delfina Delettrez Fendi (gants bijoux), la maison Lesage (gants brodés), le malletier Pinel&Pinel (malle à gants), la maison Lemarié (gants de plumes)… La sensibilité de Nadine Carel et de Manuel Rubio incarne le renouveau de la ganterie à Millau.

Pour plus d'infos

Brèves, les gens ...
Claude Guirande succède à Manuel Cantos au Tribunal de Commerce
Après 8 années, Manuel Cantos cède sa place à Claude Guirande désormais Président du Tribunal de Commerce de Rodez.
Jean Lardin, nouveau Président de l’UPA nationale
Jean Lardin, Président national de la CAPEB (Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) a été élu à la tête de l’UPA (Union Professionnelle Artisanale) pour 3 ans.
Plus d'infos
André Veyrac, nouveau Président de Bevimac Centre Sud
André Veyrac est le nouveau président de la société ruthénoise de commercialisation bovins-ovins vivants notamment vers les pays de l’Union Européenne avec comme premier marché l’Italie.
Patrick Bernier, à la tête de la DDTEFP
Patrick Bernier a été nommé directeur à la tête de la Direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle en Aveyron. Il succède à Jean-Pierre Cambonie.
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°47 - Janvier 2010 - Page 4

LU POUR VOUS

> L'arme fatale des entreprises américaines
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°47 - Janvier 2010 - Page 5