La lettre de l'économie en Aveyron
Mars 2006
Numéro 5


Edito

L’artisanat, point fort de l’économie aveyronnaise

L’artisanat est une chance pour l’Aveyron.
Avec une implantation solide dans les communes (9 d’entre elles seulement n’ont pas d’artisan), il constitue un élément essentiel du maillage de nos territoires.
La présence de l’artisanat au plus près des besoins, c’est un meilleur service rendu aux populations, un atout pour l’attractivité.
Pour autant, l’artisanat aveyronnais ne se limite pas à ce rôle essentiel dans l’aménagement du territoire.
Le secteur des métiers est un point fort de l’économie aveyronnaise avec plus de 6000 entreprises, près de 25 000 actifs, 5 000 emplois nets supplémentaires créés depuis 1990, plus d’un millier d’apprentis.
L’artisanat est bien la première entreprise de France.
La première de l’Aveyron.

Jean PUECH
Président d'Aveyron Expansion

Au sommaire
Macro économie / Collectivités
> La 5ème convention de Développement du Secteur des Métiers

> Agenda
Vie des entreprises
> Galtier : du transport à la logistique

> Innovation, produits, services

Entrepreneurs aveyronnais
> Quand l’Aveyron rencontre Patrick Bellity, la SAM revit…
> Brèves... les gens

A la une

Forest Liné, un avenir tout tracé

Forest Liné, présente à Saint-Julien d’Empare depuis 1957, connaît une expansion soutenue. Le composite est plus que jamais d’actualité. Les machines outils que fabrique l’entreprise capdenacoise ne cessent d’évoluer.

Aujourd’hui, Forest Liné est en pleine santé. Son chiffre d’affaires est en ascension fulgurante : il passe de 24 millions d’euros en 2004 à 38 millions en 2005. Le groupe est constitué de trois antennes : Forest Liné Albert, Liné Machines Albert et Forest Liné Capdenac. Une unité vient également d’être achetée au Canada. Si bien que Forest Liné compte renforcer le marché nord américain et que ses deux principaux concurrents américains n’ont qu’à bien se tenir. Ce groupe issu de la fusion en 1982 de FOREST à Capdenac et de LINÉ à Albert (en Picardie), puis de la reprise de Henri-Liné Machine-Outil SA en 2002, compte 450 personnes. A Capdenac, ce ne sont pas moins de 200 personnes qui travaillent pour l’entreprise. Forest Liné cherche d’ailleurs à embaucher plus de 20 personnes, notamment des monteurs mécaniciens qu’elle s’engage à former. Avis aux amateurs…
En 2005, les machines d’usinage et les machines composites se partageaient équitablement le chiffre d’affaires. En 2006, la donne sera différente. « Aujourd’hui, les machines composites sont en croissance » lance Claude Carbon, le Directeur Général de Forest Liné Capdenac. Forte de sa flexibilité et de sa réactivité, Forest Liné devrait ainsi faire plus de composites que d’usinage en 2006. Une entreprise qui sait s’orienter vers des marchés porteurs. La Chine, le Japon et la Russie sont les principaux clients.

Une gamme complétée
« Jusqu’à présent, on fabriquait des machines qui faisaient des pièces d’avion moyennement complexes. Avec l’essor du composite - les structures composites des avions vont dépasser 50% - , on a décidé, il y a un peu plus de 6 mois, d’attaquer de nouveaux marchés : celui des pièces plus simples mais aussi celui des pièces plus compliquées. » explique Claude Carbon. Forest Liné complète sa gamme dans le domaine du composite avec des machines plus simples et meilleur marché et des machines beaucoup plus complexes et chères. L’idée est d’offrir à leurs clients toute la panoplie de machines pour faire des pièces de structure avionique. Ce plan de développement très ambitieux prévoit aussi la création d’un centre de compétences technologiques avancées, toujours dans le domaine du composite, à Capdenac. Ce très gros investissement « Recherche et Développement » permettra de faire des essais pour les clients en reproduisant leurs conditions, en traitant leurs problèmes et de développer les produits. Ce centre devrait fonctionner d’ici un an.

Actuellement, Forest Liné s’affaire à terminer l’aménagement d’un hall de 2000 m² climatisés où seront montées 4 machines composites destinées au Japon et à Airbus. Des bancs de tests pour les machines composites seront aussi opérationnels. L’intérêt de cet investissement est le gain de temps, avantage concurrentiel très important. « Autrefois » après fabrication d’une machine et de sa tête, Forest Liné faisait la mise au point de la tête sur la machine. Ce qui prenait 18 mois. Aujourd’hui, les têtes sont mises au point sur un banc de test. Ce qui permet d’expédier la machine au bout de 12 mois. La compétitivité est là.
> Voir le site internet Forest Liné


Telex... l'économie aveyronnaise en bref
Molenat

L'entreprise Molenat démarre une nouvelle unité de production de menuiseries bois sur la zone du Plégat à Aubin.
> Voir le site internet de Molenat

Soulié Restauration
Le Conseil Général de l’Aveyron s’est impliqué pour favoriser l’extension de Soulié Restauration sur la zone de Bel Air à Rodez. Il est intervenu financièrement pour faciliter le transfert de la société Nadal.
> Voir le site internet de Soulié Restauration
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°5 - Mars 2006 - Page 1

Macro économie - Collectivités


Macro-économie

La 5ème convention
de Développement du Secteur des Métiers

Depuis 1992, le Conseil Général de l'Aveyron et la Chambre de Métiers et de l'Artisanat sont partenaires par le biais de conventions afin de maintenir et développer la présence et le dynamisme de l'artisanat en Aveyron . Cette collaboration très positive s'est prolongée le 17 février dernier avec la 5 ème convention de développement du secteur des métiers.

L'année 2005 a vu arriver le terme de la quatrième convention dont les objectifs étaient de favoriser le développement économique au service de la création d'emplois et de renforcer l'attractivité de l'Aveyron. Les trois axes selon lesquels était articulée cette avant-dernière convention ont permis l'accroissement du nombre de créations et reprises d'entreprises . Il s'agissait de la transmission-reprise, de la valorisation des métiers et du renforcement des filières.

Aujourd'hui, ce sont deux nouveaux thèmes qui conduiront la 5 ème convention de 2006 à 2008 :

  • attirer de nouveaux actifs dans le secteur des Métiers en amplifiant les dispositifs d'accompagnement des repreneurs (Passeport pour Entreprendre),
  • valoriser les savoir-faire au travers des actions de promotion et de sensibilisation aux métiers manuels et à l'apprentissage.   
Agenda économique

4 ème édition des Trophées de l'Economie Numérique
Les Trophées seront remis lors de la grande soirée de la Mêlée Numérique à Castres le 14 mars prochain. Ces récompenses valorisent le savoir-faire et les initiatives des candidats dans le développement des solutions et applications TIC au sein de leur activité.
http://www.meleenumerique.com

Tables Rondes à l'APEC
L'APEC met en place le 7 mars prochain à 18h dans son siège, 1 place Occitane à Toulouse, deux tables rondes autour des thèmes « Comment optimiser vos recrutements sur un marché concurrentiel ? » et « Comment valoriser les compétences de votre entreprise en interne ? ». http://www.apec.fr

 

Ces deux fils conducteurs poursuivront et conforteront le programme d'actions initié lors de la 4 ème convention qui a déjà rencontré un large succès.

Attirer de nouveaux actifs dans le secteur des Métiers
La recherche et l'accompagnement de repreneurs seront amplifiés et les entreprises à céder seront détectées suffisamment tôt. Il est prévu d'abonder le dispositif d'avances remboursables (sans intérêt) intitulé « les artisans de la reprise » et de poursuivre ce même accompagnement financier pour les chefs d'entreprises ayant entrepris des démarches qualifiantes. L'accès aux données de l'artisanat aveyronnais sera facilité au travers des TIC. Une banque de données devrait permettre au public par le biais d'internet de consulter des représentations cartographiques et un certain nombre d'informations. Le « Passeport pour Entreprendre », démarche initiée en 2003, restera une action prioritaire afin d'assurer un renouvellement de qualité du secteur des Métiers. Il s'agit d'un dispositif personnalisé et d'une offre de service lisible et structurée pour mieux accompagner les porteurs de projets. Dans ce cadre, les réunions d'information de Rodez et Millau seront élargies à Decazeville et Villefranche-de-Rouergue.

Valoriser les savoir-faire
Un nouveau programme de communication et d'information est en cours d'élaboration entre le Département et la Chambre de Métiers en direction des jeunes, des parents et des porteurs de projets afin de favoriser l'esprit d'entreprendre et de la transmission. La Chambre de Métiers et le Conseil Général facilitent depuis de nombreuses années l'accès à l'apprentissage par le biais de bourses. Les locaux du Centre Technique des Métiers sont régulièrement rénovés, restructurés et mis en conformité. L'opération « Artisans Messagers » qui contribue à sensibiliser 3000 élèves aux métiers du bâtiment sera poursuivie. Le Prix Départemental des Métiers d'Art vise à encourager les Métiers d'Art. Une association est en cours de constitution afin de mieux structurer la démarche qui permettra d'avoir un nombre suffisant de candidats au titre de Meilleur Ouvrier de France. Les deux partenaires institutionnels continueront de soutenir la formation délocalisée. Ils aideront le développement et la modernisation des entreprises artisanales par l'accès des conseils extérieurs ; l'idée étant aussi de transmettre la culture de la valeur ajoutée. La structure interprofessionnelle Filière Blé-Farine-Pain sera soutenue financièrement pour le développement du pain « Régalou » et pour l'augmentation des volumes de farine commercialisée. Ce soutien devrait permettre un autofinacement à l'aube de l'année 2009. Des actions collectives en 2007 et 2008 sur les secteurs du bâtiment et des métiers de l'alimentaire seront menées, compte tenu de l'impact positif du Plan d'Action Sectoriel Mécanique autos et agricole et des enjeux liés à la qualité de l'eau.

Un groupe de pilotage et un comité technique constitués des deux partis mettront en ouvre, suivront et évalueront les actions de cette 5 ème convention.
> Voir le site internet du Conseil Général de l'Aveyron
> Voir le site internet de le Chambre de Métiers de l'Aveyron

 
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°5 - Mars 2006 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise

Galtier : du transport à la logistique

Agés de plus d’un siècle, les transports Galtier à Roquefort ont toujours autant de vitalité. Ils n’en finissent pas de « ravitailler » et approchent la logistique au pied du Combalou, participant de très près au développement de l’économie aveyronnaise.

Une longue histoire
Les Transports Galtier sont connus sous deux identités : les Transports Galtier, soit 5 générations de transporteurs, et les Transports Galdis, Galtier Distribution. Ils génèrent à eux deux 12 millions d’euros de chiffre d’affaires. L’histoire de ce groupe est ancrée dans le Sud Aveyron. Cette entreprise a toujours été basée autour de Roquefort, localisation opportune quand on sait que le premier business des ancêtres Galtier était lié au transport du Roquefort. L’activité de Galtier a en majorité gravité autour de Roquefort jusqu’en 1994. Date à laquelle Roquefort s’est faite absorber par Lactalis qui a développé le transport en propre. L’entreprise a su rebondir. Elle s’est aussitôt diversifiée et a trouvé de nouveaux débouchés. La stratégie fut de se positionner hors Aveyron et de garder le territoire départemental comme carrefour d’un triangle Bordeaux, Marseille, Nice. Les Transports Galtier ont alors intéressé les grands faiseurs de messagerie frigorifique. Ils sont devenus l’interlocuteur de Transports Frigorifiques Européens (TFE) pour la distribution aveyronnaise et lozérienne. Si bien qu’avec Galdis qui dessert ces deux derniers départements, le groupe est passé de 6 à 10 millions de chiffre d’affaires en 2 ou 3 ans. Cette entreprise créée en 1998 est axée sur la distribution locale de denrées alimentaires sèches, fraîches et surgelées aux commerces de proximité.

Une nouvelle prestation à venir
Aujourd’hui, 60% du chiffre d’affaires est réalisé avec des entreprises aveyronnaises. « On ravitaille tout le monde et ça tous les jours » lance Patrick Galtier, Directeur Général des Transports Galtier, soucieux du développement de l’économie aveyronnaise. Le Nord de l’Aveyron est approvisionné par le site de Baraqueville et le Sud de l’Aveyron est alimenté par le site historique de Lauras. Il s’agit pour ce dernier de 500 m² de plateforme. « On est trop à l’étroit. Donc on a décidé de construire un entrepôt frigorifique de 2500 m², toujours sur Lauras. » explique Patrick Galtier. C’est en effet 1500 m² qui sont destinés à une chambre froide positive, 250 m² à une chambre froide négative, 250 m² à un entrepôt sec et les 500 m² restant aux bureaux. Développer la logistique est un élément indispensable et incontournable de l’essor et de la prospérité des entreprises pour le Directeur Général. Galtier et Galdis apporteront une prestation annexe aux transports : entreposage, gestion de stocks, préparation de commandes.
Le groupe a également choisi de se positionner sur un axe Ouest français/Nice qui intéresse particulièrement Fleury Michon en Vendée, 1er client du groupe, et d’irriguer le secteur de consommation de la région parisienne. Un changement de chauffeur leur permet en moins de 12h de charger de la marchandise à Nantes et de la livrer à Nice et d’acheminer des produits chargés la veille en Aveyron pour le lendemain midi à Paris, directement chez le consommateur. Les Parisiens pourront ainsi trouver dans leur assiette de l’aligot fraîchement livré en provenance de la coopérative Jeune Montagne de Laguiole.
L’A75 profite aussi aux entreprises locales.
> Voir le site internet des Transports Galtier

Innovation : produits, services, marques...

Cube à rétro projection C50X/Synelec Visual Systems

Synelec a dévoilé son nouveau cube à rétro projection C50X au salon Integrated Systems Europe 2006. Il s’agit d’un système de rétro projection compact pour des salles de contrôle dont l’espace est réduit. Il dispose d’un écran de 50 pouces, utilise la technologie d’affichage à puce unique DLPTM et offre la norme d’affichage graphique étendue.
> Voir le site internet de Synelec Visual Systems
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°5 - Mars 2006 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait

Quand l’Aveyron rencontre Patrick Bellity, la SAM revit…

Patrick Bellity, Directeur Général de SAM Technologies à Decazeville, est l’homme de toutes les situations. Sa personnalité et son parcours l’ont amené en 1998 jusqu’en Aveyron. Aujourd’hui, le Bassin peut se féliciter de cette rencontre salvatrice. Cet entrepreneur, à 42 ans, a su redonner vie à la SAM.

« J’aime bien m’impliquer quand il y a des choses intéressantes, j’aime bien apporter mon aide, aider des groupes constitués. Pour moi, l’Aveyron est un groupe constitué, un peuple. » explique Patrick Bellity. Mais c’est avant tout parce que Patrick Bellity est un homme de défi qu’Yves Michaux, Président du Groupe Arche, a pensé à lui pour relever le challenge de la SAM : remettre en piste l’entreprise sous tous ses aspects. Ses compétences et son mental d’acier ont été des critères de choix gagnants.

Un parcours bien rodé
Après une école d’ingénieur mécanique à Belfort, c’est un stage chez Renault qui l’oriente vers la fonderie d’aluminium. Patrick Bellity fait alors l’Ecole Supérieure de Fonderie. A la sortie de l’établissement, il est de nouveau sollicité chez Renault, à Châtellerault. Il gravit les échelons… Production, méthodes… pendant 4 ans et se spécialise dans la fabrication de culasses. Acteur de sa destinée, il ira ensuite chez Montupet à Nogent-sur-Oise. Son besoin de bouger est assouvi : il voyage constamment entre la France, l’Allemagne, l’Angleterre, notamment en tant que chef de projet pour Ford. A 32 ans, c’est enfin chez Waeles, racheté en 1997 par le groupe Valfond, que Patrick Bellity accède à des responsabilités de dirigeant et diversifie ses compétences. Directeur industriel du groupe, il gère d’abord 8 sites. La consécration : il devient Président d’une filiale de 500 personnes. « Je pilotais à la fois le commercial, les achats, les finances… » lance le Directeur Général de la SAM.
Insatiable, il décide de quitter Valfond et d’aborder de nouveaux horizons avec ALTY, sa société de conseil. Jusqu’au jour où Yves Michaux, fait appel à lui…

Quand la SAM revit…
Patrick Bellity accepte la proposition du Président du Groupe Arche, sous deux conditions : l’embauche de ses anciens proches collaborateurs et une montée dans le capital. Patrick Bellity est un fidèle. « Je ne laisse jamais tomber les gens » dit-il. Corinne Budet et André Hauret feront partie, dès la première heure, de cette garde rapprochée, ainsi que d’autres qui viendront les rejoindre. Patrick Bellity, c’est un homme et une équipe qui ont redressé la situation en 6 mois. Epaulé par ses partenaires, il a endossé tous les rôles (directeur général, directeur d’usine, directeur commercial…) afin de rétablir la SAM. Aujourd’hui, c’est chose faite et même plus encore. SAM affiche désormais, en terme de progression de chiffre d’affaires et de résultats, les meilleures performances de son secteur d’activités, assurant par ailleurs son développement à travers ses filiales, et faisant du Groupe Arche un partenaire privilégié de l’Industrie Automobile Européenne.
> Voir le site internet du Groupe Arche 

Brèves, les gens ...
Max Roche/Compagnie Eiffage du Viaduc de Millau

Le directeur de la Compagnie Eiffage du Viaduc de Millau, François Rivière, est sur le départ. Il sera remplacé par Max Roche, qui est actuellement directeur financier du groupe Eiffage en charge des concessions. Nous saluons par ailleurs le retour de Frédéric Dune en charge de l'exploitation.
> Voir le site internet de Eiffage, concessionnaire du viaduc de Millau

Philippe Delavaud/Meubles Fontanges

Philippe Delavaud a repris les rênes de la Société Meubles Fontanges à Bertholène au 1er Mars. Son plan de reprise proposé pour la poursuite de l'activité a été accepté par le Tribunal de Commerce de Rodez.

Philippe Teulier/Domaine du Cros

Philippe Teulier (Domaine du Cros) a reçu le 2 mars dernier, au salon de l'agriculture, le prix national d'excellence en vin du Sud-Ouest des mains du Ministre de l'Agriculture et de la Pêche.

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°5 - Mars 2006 - Page 4