La lettre de l'économie en Aveyron
Juin-Juil. 2010
Numéro 52


Edito

Relocalisation : il y a urgence !

Nous sommes à présent nombreux à marteler qu’il faut remettre le système financier au service de l’activité économique… C’est une impérieuse nécessité.

En 20 ans, l’industrie en France a perdu près de 30% de ses effectifs et « la mondialisation heureuse » chère à Monsieur Strauss-Kahn et à l’ « hyper classe » paléo-libérale allergique aux ancrages n’a fait qu’accélérer la concurrence des pays « low cost » et les délocalisations. En Aveyron comme ailleurs, de nombreux sous-traitants des grands donneurs d’ordres (pourtant européens) sont invités et même contractuellement incités dans les secteurs technologiques et mécaniques à produire en Asie !... L’euro masochisme atteint désormais son paroxysme… Pourtant nos rencontres régulières avec les patrons concernés, sidérés par cette fascination qu’exercent les pays émergents, nous renforcent dans l’idée qu’il y a une très forte sous-estimation des risques liés à la délocalisation notamment en matière de qualité et de management. Par ailleurs, l’interdépendance globalisatrice se révèle de plus en plus coercitive et dangereuse. Elle impose un dumping social et environnemental dont nous ne sortirons pas indemnes.

Au bout du chemin, un risque majeur : la dévitalisation de nos économies, une chute de la demande et de nouvelles destructions d’emplois !... Faudra-t-il une nouvelle crise pour que l’Economiste, le Financier et le Politique sortent des polarisations mono maniaques et obsessionnelles des « marchés » pour enfin s’intéresser à l’économie réelle, à l’innovation, à l’avenir de nos territoires ?

Toute l’Europe se prélasse déjà sur les plages… La seule bataille que nous serons certains de perdre sera celle que nous n’aurons pas menée.



Arnaud VIALA
Conseiller Général de Vezins
Président d'Aveyron Expansion
Consultez le blog d'Arnaud Viala

Au sommaire

A la Une
> Amphenol joue la carte de l’Aveyron avec Sefee

> Telex de l'économie

Macro-économie
> Les activités d'apprêt et de tannage du cuir en France

Collectivités
> Les Thermes de Cransac, un maillon de la Chaîne Thermale du Soleil

> Agenda

Vie des entreprises
> Valmont, cap sur la relaxation

> Innovation

Entrepreneurs aveyronnais
> Jean Mazars ou l’esprit d’entreprise

> Les gens

> Lu pour vous

> Lire les news précédentes

A la Une  

Amphenol joue la carte de l’Aveyron avec Sefee

Le 2 juillet dernier, la SEFEE, Société d’Etudes et de Fabrications Electroniques et Electriques, inaugurait ses nouveaux locaux déjà opérationnels depuis quelques temps à Saint-Affrique. Ce fut l’occasion pour les élus locaux et pour les dirigeants du Groupe de rendre hommage à son fondateur, Christian Viguier et de souligner le chemin parcouru par l’entreprise aujourd’hui aux mains d’un groupe qui n’hésite pas à jouer la carte de la localité, le Groupe Amphenol, dont SEFEE est devenue une filiale en 2008.

L’histoire de la SEFEE commence en 1986 lorsque Christian VIGUIER, un enfant du pays, fort de son expérience chez Dassault, Eurocopter, Airbus et de son carnet d’adresses, décide de se jeter à l’eau et de créer sa propre entreprise. Il démarre son activité dans les anciens abattoirs, avant de s’implanter sur la zone des Cazes dans un atelier relais réalisé par la commune. En 1997, pour s’étendre, l’entreprise a fait l’acquisition de locaux voisins.
C’est 10 ans plus tard, que la SEFEE, devenue un véritable équipementier de l’aéronautique, tout en gardant la taille et la structure d’une PME, procède à l’acquisition d’un nouveau terrain sur lequel les bâtiments de 800 m² sont construits. Aujourd’hui totalement opérationnels, ces locaux ont fait l’objet ce 2 juillet 2010 d’une inauguration.

J. Godfrain, JC. Luche, B. Oberti (Eurocopter), L. Walter (Vice-Présid. Amphenol), C. Viguier, A. Fauconnier, le père A. Gouzes et M. Albrieux (DG Sefee) lors de l'inauguration du 2 juilet

Inauguration où se côtoyaient Christian Viguier, fondateur de la SEFEE, et les nouveaux dirigeants (Luc Walter, vice président du groupe Amphénol, Michel Albrieux, directeur général de Sefee) du groupe américain Amphenol à qui le saint-affricain a décidé de vendre sa société en 2008 devant la pression de ses gros clients et dans un souci de préserver l’entreprise localement.

Amphenol est un des leaders mondiaux de la connectique qui compte 32 157 salariés dans le monde, 85 sites de fabrication dont 3 unités en France (Amphenol Air LB dans les Ardennes, Amphenol Socapex à Thyez -Haute-Savoie- et Amphenol SEFEE à Saint-Affrique) et réalise un chiffre d’affaires annuel de 2.820 millions de dollars. Quant à la SEFEE, elle représente aujourd’hui 130 salariés sur plus de 4000 m² couverts à Saint-Affrique et dispose d’une unité à Brive (20 personnes), sous-traitante de Thales, ainsi que d’une unité naissante en Inde à Bangalore destinée à produire pour l’aéronautique des produits à moindre coût. Elle conçoit et fabrique des harnais électriques (faisceaux), des équipements électroniques divers et des bancs de test en vol. Elle bénéficie des différentes certifications aéronautiques et militaires. Ses principaux clients sont : Airbus, Eurocopter, Thales, Sagem, Dassault, Astrium …

Non seulement Christian Viguier a démontré que l’on pouvait faire de l’aéronautique en Aveyron, mais le groupe américain Amphenol contribue aussi à poursuivre cette logique de par son organisation décentralisée. Ainsi lors de l’inauguration des nouveaux bâtiments de la Sefee, le groupe Amphenol a réaffirmé son ancrage aveyronnais et sa volonté de s’ouvrir à l’environnement local.

Pour sa réunion annuelle, la trentaine de dirigeants du groupe viendra même bientôt réfléchir ensemble durant 4 jours au château de Gissac sur le thème : « Créer de la valeur ».

Pour plus d' infos

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
Snam signe avec Toyota

La société du bassin Snam (Société Nouvelle d’Affinage des Métaux), leader européen du retraitement des métaux lourds issus des batteries et des accumulateurs vient de signer un contrat avec Toyota pour le recyclage des batteries des véhicules hybrides distribuées sur le territoire national. Partenariat qui pourrait être étendu au marché européen et qui englobe également les voitures de la marque Lexus. Snam s’est aussi fixé comme objectif de devenir le recycleur officiel des batteries de véhicules électriques.
Plus d'infos

Lorsque Sofic et Ragt se rencontrent, leurs filiales collaborent…

CCM Industries, filiale du groupe Sofic et Ragt-Energie filiale de Ragt, investissent ensemble le marché des énergies renouvelables. Ragt-Energie a mis au point Calys, granulé végétal combustible et CCM Industries travaille sur la réalisation d’une chaudière polycombustibles qui puisse fonctionner avec Calys : 5 prototypes devraient être prêts fin 2011.
Plus d'infos

De La Ballina Industrie, leader mondial de la production de lignes à haute cadence pour la boulangerie et la viennoiserie industrielles

De La Ballina Industries qui conçoit, fabrique et installe des lignes automatiques de conditionnement utilisant la vision artificielle pour tous produits de boulangerie et viennoiserie industrielles réalise 70% de son chiffre d’affaires à l’export. Si bien que l’entreprise villefranchoise a créé 2 filiales en Allemagne et au Canada. Ses commerciaux arpentent l’Asie, l’Océanie, l’Amérique du Nord, l’Allemagne, l’Espagne et la France pour vendre des lignes susceptibles de fabriquer 7000 à 8000 baguettes par heure 24h sur 24. 99% de la production est axée sur le domaine du surgelé mais Benjamin de Chilly, à la tête de l’entreprise, prévoit de développer des lignes dédiées « au frais » pour les pays asiatiques.
Plus d'infos

Le projet du Royal Aubrac avance

Roger Cousty, propriétaire de l’ancien sanatorium, le Royal Aubrac, dévoilait en juin dernier les grandes lignes de son projet de rénovation. C’est un hôtel 3 étoiles « ecolodge » qui verra le jour sur les plateaux, à l’initiative de l’architecte aveyronnais Guy Coldefy qui a remporté l’appel d’offre. L’établissement proposera 50 chambres et 6 suites, sur 3 étages côté Sud, ouvertes toute l’année, un espace aquatique, circulaire et semi-enterré, dédié au bien-être avec spa, piscine, sauna, hammam…, un restaurant qui affichera à sa carte cuisine du monde et cuisine du terroir, des salles de réunions… Les activités proposées seront tournées vers la nature : découverte de la faune et de la flore, écoute du brame du cerf… Chiens et chevaux permettront de parcourir les plateaux en traîneau ou en calèche. C’est un projet en parfaite adéquation avec les tendances du moment « recherche de quiétude » et aux préoccupations environnementales que présentait dernièrement le maître des lieux en rappelant que « le luxe ici, c’est la nature ». L’ouverture est prévue au printemps 2012.
Plus d'infos

Les Terres Cuites de Raujolles s’exportent chez les VIP

Le savoir-faire aveyronnais des Terres Cuites de Raujolles qui a d’ailleurs été l’un des premiers à recevoir l’agrément « fabriqué en Aveyron » est reconnu à l’international par les plus exigeants. Ils sont plusieurs « VIP » à avoir choisi les Terres Cuites de Raujolles : un richissime homme d’affaires saoudien à Riyad a commandé des terres cuites de sol contemporaines Marron Sienne pour sa villa de 14000 m², l’actrice Sigourney Weaver a demandé une fabrication spéciale de faïences pour sa résidence, un propriétaire à Dubaï se fait fabriquer des tuiles émaillées couleur nacre pour la toiture de sa résidence… Dernièrement, Les Terres Cuites de Raujolles faisaient la Une du célèbre magazine américain CS Interior avec le titre « Time to shine » qui illustrait les faïences éclatantes Mirror Black de la dernière collection design métallisée.
Plus d'infos

Le trophée or du challenge satisfaction Geodis pour Aveyron Express Rodez

La société ruthénoise de transports qui fait partie du groupe Geodis, basée route de Vabre, est arrivée en tête de la centaine de filiales qui participaient à la compétition nationale axée sur la satisfaction clients et collaborateurs qu’organise chaque année le groupe Geodis. Son dirigeant, Dominique Costes, s’est ainsi vu remettre le trophée or du challenge de satisfaction Geodis pour la 2ème fois.

La coopérative Jeune Montagne se porte bien

Celle qui aura 50 ans le 4 septembre prochain a livré ses derniers chiffres lors de son assemblée générale : 80 producteurs, autant de personnel, un chiffre d’affaires de 15 millions d’€ en augmentation de 6%, des ventes en hausse de 5% pour le fromage de Laguiole, 4% pour l’aligot et 8% pour la tome fraîche de l’Aubrac.

Michel Bras animera l’espace restauration du musée Soulages

Le chef Laguiolais aux 3 étoiles, Michel Bras, et son fils Sébastien, ont été choisis pour porter l’espace restauration de 500 m² contigu au musée Soulages sur le foirail. Ils mettront en valeur produits et recettes de la région afin d’être en osmose avec la démarche de l’artiste peintre.

Andra entre dans le giron de Campos

L’entreprise villefranchoise Andra, spécialisée dans la fabrication de bennes, rejoint le groupement des 11 entreprises de métallerie constitué par Joachim Campos, soit aujourd’hui 70 salariés, 20 commerciaux et 8 millions d’€ de chiffre d’affaires pour la Holding Campos.

Les vins du Sud-Ouest s’exportent

Depuis la création de l’interprofession des vins du Sud-Ouest qui compte parmi ses vignerons des aveyronnais, les ventes ont bondi de 12% notamment vers le Canada. Les Etats-Unis, la Suisse, l’Allemagne et la Grande-Bretagne sont aussi visés.
Plus d'infos

AEC dans ses nouveaux locaux zone du Ruau

L’entreprise du bassin spécialisée en électricité industrielle Aveyron Elec Concept, née en 2006 de l’initiative de Pierre Zanon qui reprend l’entreprise artisanale dans laquelle il était salarié, aux côtés de son épouse, connaît depuis ses débuts un large succès. Une antenne a été ouverte à Baillargues en 2008. Aujourd’hui, l’entreprise qui compte 19 CDI (2 postes d’électriciens industriels sont à pourvoir) et réalise 3,2 millions d’€ de chiffre d’affaires investit ses nouveaux locaux de 800 m² sur la zone du Ruau à Decazeville.

Les établissements Miquel à Bouillac rachètent les plats cuisinés cantaliens Julhes

Afin de réaliser des synergies et pérenniser son activité, les établissements Miquel se sont offert les plats cuisinés de l’entreprise Julhes à Saint-Flour portant désormais ses effectifs à 50 salariés.

Récompenses aux aveyronnais de la Fédération Française des Viandes Label Rouge

A Vichy, le 14 juin dernier, Patrick Themines de U-Express à Rieupeyroux remportait le trophée de la section Veau pour son implication sur le Veau de l’Aveyron et du Ségala et Jean-Luc Bouffare, boucher artisanal du Val d’Oise, représentant du REGAL (association pour la Renommée et la Gestion de l’Agneau Laiton de l’Aveyron) a été couronné meilleur boucher de l’année toutes espèces confondues.

4 futurs ingénieurs issus de 3IL en compétition internationale organisée par Microsoft

4 étudiants de l’école d’ingénieurs en informatique attachée au centre de formation de la CCI de Rodez disputent actuellement (du 3 au 10 juillet) en Pologne la finale de la compétition organisée par Microsoft sélectionnant la meilleure innovation numérique au travers de la création d’un jeu vidéo. Les 4 ingénieurs ont créé un jeu dédié à l’environnement.

Les « créa » de la Forge de Laguiole aux Designer’s Days

La Forge de Laguiole a à nouveau été retenue aux Designer’s Days à Paris grâce aux créations d’Andrée Putman, de Philippe Starck, de Jean-Michel Wilmotte, d’Olivier Gagnère, d’Eric Raffy et d’Ora-Ito.
Plus d'infos

Médaille d’argent pour la cuvée rosée des « quatre vents » de Sandra Lemoine

Sandra Lemoine, vigneronne à Martiel, a vu sa cuvée rosée des « quatre vents » récompensée d’une médaille d’argent au concours des vins de Candas.

La Maison de l’Aveyron à Paris déménage à l’Oustal

La Maison de l’Aveyron va rejoindre la représentation aveyronnaise dans le quartier de Bercy en intégrant ses nouveaux locaux à l’Oustal.
Plus d'infos

L’Ecole d'ingénieurs informatiques de Rodez développe des contrats de recherche

L’école d’ingénieurs informatiques de Rodez adossée à la CCI de Rodez accompagne en moyenne 5 ou 6 projets de recherche par an, à la demande de grandes entreprises. Ces collaborations se développent avec pour objectif de monter des équipes mixtes d’enseignants chercheurs et d’apprentis qui travaillent pendant 3 à 6 mois sur les projets de R&D. Dernièrement, ont eu lieu des collaborations avec un constructeur d’accessoires automobile toulousain, sur la mise au point d’un outil permettant de tester les nouveaux systèmes électroniques avancés du constructeur ou encore avec la société marseillaise CMR, sur la mise au point de l’équivalent de la "boîte noire" des avions, pour les bateaux.
Plus d'infos

 
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°52 - Juin-Juillet 2010 - Page 1

Macro économie - Collectivités


Macro-économie

Les activités d’apprêt et de tannage du cuir en France

Un secteur en souffrance, pénalisé par la crise, la concurrence étrangère et les contraintes environnementales
La demande adressée aux tanneurs et mégissiers français est en recul. La production française de chaussures, principal débouché pour le secteur de la tannerie / mégisserie, a diminué en volume de plus de 13% en 2008 (et de près de 70% depuis le début des années 2000). Même évolution pour la production française de vêtements en cuir (- 13% en 2008 ; – 60% depuis 2000). Portée par le dynamisme du segment haut de gamme/luxe, la maroquinerie était jusqu’en 2009, le seul secteur en progression dans l’univers du cuir (production en augmentation de 5,5% en 2008 en dépit d’un contexte économique dégradé au second semestre). Grâce à elle, la production française d’apprêt et de tannage du cuir avait réussi à se stabiliser en 2008 après 7 années consécutives de baisse. Malheureusement, cette amélioration aura été de courte durée : la production d’articles de maroquinerie a finalement reculé, elle aussi, au premier trimestre 2009.
Chaussures, vêtements, maroquinerie font partie des postes de dépenses « surperflus » soumis aux arbitrages des consommateurs en période de crise. Les tanneurs et mégissiers sont donc pénalisés par la crise mais également par la montée en gamme de l’offre asiatique de cuirs travaillés, le développement de nouvelles zones d’approvisionnement en Afrique et la règlementation environnementale européenne.
Selon la société XERFI, la production française d’apprêt et tannage des cuirs aurait reculé de 11% en volume en 2009 (la plus forte baisse depuis 2003 …) et pourrait reculer de 2,5% en 2010.

Des mutations en cours : changements dans le contrôle financier des entreprises, réorientation stratégique vers le secteur de la maroquinerie de luxe
Conséquence des difficultés rencontrées par la filière cuir, plusieurs entreprises familiales ont été rachetées par de grands groupes nationaux ou internationaux, à l’image de TCIM (leader mondial du tannage de peaux exotiques) racheté en 2007 par Hermès International ou Montbrun, tombé en 2008 dans le giron de l’Allemand Prevent DEV.
Autre évolution notable, nombre d’opérateurs ont réorienté leur activité vers les cuirs haut de gamme destinés à la maroquinerie de luxe. Les Tanneries Dupire, spécialisées à l’origine dans la production de cuirs techniques pour l’industrie de la chaussure, réalisent 70% de leur chiffre d’affaires dans le cuir à destination de la maroquinerie de luxe. C’est le cas également pour les tanneries du Puy qui réalisent 30% de leur CA sur des cuirs haut de gamme destinés à des clients tels que JM Weston et Hermès.
Enfin, pour rester compétitives, certaines entreprises (à l’image de la Tannerie Rémy Carriat) ont fait le choix de s’approvisionner à l’étranger en peaux pré-traitées, un moyen de contourner une législation environnementale particulièrement contraignante.

Midi-Pyrénées et notamment Millau et Graulhet : des territoires qui comptent dans le secteur de la mégisserie et du tannage
En dépit de l’émergence de quelques gros opérateurs, le secteur est encore majoritairement composé de petites structures. Sur les 140 entreprises identifiées par XERFI en France, une trentaine seulement emploie plus de 20 salariés.
La région Midi-Pyrénées concentre près 23% des établissements industriels français d’apprêt et de tannage du cuir et 16% des effectifs. Millau et Graulhet comptent parmi les principaux sites français. Six entreprises aveyronnaises, dont 5 millavoises, figurent parmi les 25 premières sociétés françaises d’apprêt et tannage (classement par chiffre d’affaires - XERFI). En Aveyron, 8 entreprises, presque toutes localisées dans le sud Aveyron, travaillent dans le secteur de l’apprêt et du tannage. En dépit des difficultés que traverse le secteur, l’apprêt et le tannage aveyronnais représentent encore 170 emplois et près de 25 millions d’€ de chiffre d’affaires (2008/2009). Plus largement, la filière cuir en Aveyron y compris fabrication de gants, de vêtements de cuir, de maroquinerie et de sellerie approche les 32 millions d’€ de chiffre d’affaires.

Source : étude XERFI «Apprêt et tannage du cuir» – juillet 2009

En complément, vous pouvez consulter les documents produits à l’occasion du colloque « Quelles dynamiques pour la filière cuir ? » organisé le 3 décembre 2009 par la DGCIS en partenariat avec les organisations professionnelles de la filière et le comité professionnel de développement cuir, chaussure, maroquinerie (CTC) :
- synthèse des échanges du colloque
- présentation « La filière cuir et ses partenaires » – Yves Morin Directeur Général du CTC

Pour plus d' infos



Agenda économique

 

2ème rendez-vous technique de la PFT Viandes et Salaisons le 8 juillet 2010 : Contrôles et plan de maîtrise sanitaire
La rencontre qui se déroulera de 16h à 17h30 s’adresse aux agriculteurs, artisans et entreprises qui « transforment » que ce soit dans le secteur de la viande, la transformation laitière, pâtissière, des produits de la pêche et de l'héliciculture. Catherine Marcillaud, responsable du Centre Technique de la Viande interviendra sur les questions d'hygiène dans le secteur de la production carnée : réglementation, plan de contrôle et interprétation des résultats. A l’issue de cette recontre, une visite de l'atelier de La Roque, support technique de la PFT « Viandes et Salaisons » sera proposée.
Plus d'infos

7ème édition de Midinvest
Dans le cadre des rencontres MID (Innovation et Développement en Midi-Pyrénées), Midi-Pyrénées Expansion a lancé la 7ème édition de la convention d’affaires Midinvest financée par la Région, l’Etat (DRRECTE) et l’Europe. L’appel à candidatures pour les entreprises innovantes en recherche de capital est ouvert sur www.rencontres-mid.fr.

Edition 2010 des Trophées Inpi de l’Innovation
Depuis 1991, les Trophées INPI de l'Innovation distinguent les PME-PMI pour leur capacité à se développer grâce à leur politique en matière d’innovation et de propriété industrielle et les organismes de recherche et laboratoires pour leur capacité à valoriser leur R&D grâce à la propriété industrielle. Les dossiers de candidatures et règlements peuvent être retirés à la délégation régionale de l’INPI ou téléchargeable sur le site www.inpi.fr. La date limite de remise des dossiers de candidatures est fixée au 6 septembre 2010.

 


Collectivités

Les Thermes de Cransac, un maillon de la Chaîne Thermale du Soleil

Voilà quelques années déjà que la Chaîne Thermale du Soleil a repris l’activité thermale de Cransac en Aveyron et lui a insufflé un nouveau dynamisme. Cependant Eléonore Guérard, Directrice Générale du groupe y voit aujourd’hui encore un potentiel qui n’est que partiellement exploité.

L’entrée des thermes de Cransac dans le giron de la Chaîne Thermale du Soleil à la fin des années 90 a permis à l’activité thermale aveyronnaise de renaître avec la réalisation au début des années 2000 d’un nouvel édifice à la mesure du « standard thermal moderne » selon les mots d’Eléonore Guérard. Le bâtiment de bois et de verre construit en amphithéâtre dont la création a été impulsée par le Conseil Général de l’Aveyron répond au souci d’esthétisme de la Chaîne Thermale du Soleil et a remis au goût du jour le thermalisme cransacois. Un thermalisme unique en Europe à base de gaz naturels chauds qui traitent les rhumatismes. « Depuis l’an dernier, 2 nouveaux soins sont venus compléter l’activité thermale initiale : les cataplasmes de boue et le vaporarium grâce à la découverte d’une source riche en soufre et en magnésium que nous avons faite agrémenter » explique Eléonore Guérard. Si la vocation des Thermes de Cransac est avant tout médicale comme 90% de l’activité du groupe, il est aussi possible de se « remettre en forme » à Cransac grâce aux effets relaxants de vapeurs puissantes qui entraînent l’élimination des toxines et la reminéralisation des tissus. Il s’agit d’une diversification d’activité qu’a entreprise la Chaîne Thermale du Soleil dans la plupart de ses stations sous l’enseigne « Compagnie des Spas Thermaux » depuis fin 2007. A Cransac, le groupe a également investi dans une structure résidentielle, les Logis des Boisements, au-dessus des thermes, afin d’accueillir curistes et touristes « candidats au bien-être ».

La Chaîne Thermale du Soleil a livré à l’Aveyron un véritable outil de développement touristique à l’heure où le tourisme de santé prend du poids. Ce n’est pas Christophe Echavidre, nouveau directeur des Thermes qui dirait le contraire. « Nous souhaitons sensibiliser les acteurs du territoire à l’intérêt que nous avons à travailler ensemble pour le développement touristique du bassin et de l’Aveyron » justifie la directrice générale en rappelant que les plus beaux succès du groupe sont attribués à des stations autour desquelles se sont noués des partenariats forts. Pour Eléonore Guérard qui sait de quoi elle parle, les Thermes de Cransac ont tout pour réussir : météo clémente, autoroute à proximité, un environnement sympathique... En 2009, l’établissement aveyronnais du groupe qui emploie une trentaine de personnes affichait une fréquentation de plus de 3000 curistes sur sa période d’ouverture de début mars à mi-novembre. En 2010, ce résultat croît de 2,5%. Rappelons que la Chaîne Thermale du Soleil dispose de 20 stations, embauche 2000 salariés en période de pointe, occupe 30% des parts de marché avec 150 000 curistes par an, effectue un chiffre d’affaires consolidé de plus de 100 millions d’euros et investit chaque année 15 millions d’euros dans ses équipements.

Pour plus d' infos


 Lettre de l'économie en Aveyron - n°52 - Juin-Juillet 2010 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

Valmont, cap sur la relaxation

La société Valmont du Groupe Cauval Industries à Sévérac-le-Château, fabricant de canapés et de fauteuils, prend le virage de la relaxation. Savoir-faire, innovation et marques sont les clefs de sa stratégie.

Steiner Ikeda et Zen©

« Tout commence dans les années 60 lorsque des entrepreneurs locaux décèlent une tendance positive sur le canapé à une époque où peu de modèles existaient mais étaient fabriqués en grande série » explique Robert Marchal, Directeur Général de Valmont. Le fondateur, André Contastin, passionné d’innovation industrielle, comme en témoigne le nom qu’il a donné à sa société « Industries et Techniques d’Ameublement » (ITA), a développé un outillage de base qui a tout de suite donné une assise à l’entreprise sévéragaise : un carrousel de mousse moulée (plate-forme tournante qui injecte de la mousse qui se condense par procédé chimique dans des moules), un transtockeur automatisé (outil de stockage géré par un robot), du bois moulé (mélange de copeaux de bois et de colle). « Ces fondamentaux technologiques permettent une reproductibilité parfaite des formes pour la mousse moulée polyuréthane haute résilience et une excellente « modulabilité » pour le bois moulé » selon les mots de Jean-Claude Zago, directeur industriel de Valmont. De quoi faire la part belle au design et au confort. Si bien qu’au fil du temps, le fabricant de canapés et de fauteuils passant d’abord sous pavillon Bekaert puis finalement dans le giron de Cauval Industries à la fin des années 80 élargit sa palette d’offres. La production initiale de fauteuils et canapés ITA s’est enrichie d’une nouvelle collection plus classique avec la marque Cavel puis de modèles plus design avec la marque Steiner qui font le chiffre d’affaires de l’entreprise.

Simmons Odyssée©

Aujourd’hui, Valmont évolue vers un nouveau métier : la relaxation qui représente déjà 75% du chiffre d’affaires de 40 millions d’€ en moyenne, et qui est transversal aux marques ITA, Cavel et Simmons Relax créée il y a 4 ans. « Les marques sont un élément de réassurance et de protection vis-à-vis des productions low cost » justifie Robert Marchal. Quant à la production Steiner, elle est dédiée à un autre métier : celui du luxe. A la différence de ses concurrents qui fabriquent « du fauteuil de relaxation individuel », Valmont s’est lancé dans la relaxation sans mettre de côté le concept de convivialité du salon. « Autrement dit, si le consommateur achète un canapé d’angle, il peut choisir sa place de relaxation. Nous nous orientons de plus en plus vers des produits de modularité relax et canapé » précise le Directeur Général. Des produits qui nécessitent des compétences en innovation tant au niveau du design, que de la relaxation. Le développement durable est également une composante importante dans la conception des produits, garantis en amont par des labels du type PEFC. Depuis 2 ans, Jean-Claude Zago, spécialiste du lean manufacturing, est en charge d’organiser la production de Valmont afin de répondre à la stratégie de l’entreprise. Ce ne sont pas moins de 350 personnes dont une cinquantaine au bureau d’études qui œuvrent chaque jour à la relaxation à Sévérac-le-Château !

Pour plus d' infos

Innovation : produits, services, marques...
Nouvelle édition du guide « L’Aveyron dans votre assiette »

Ce guide de 32 pages qui rassemble 85 restaurateurs aveyronnais est tiré à 30000 exemplaires. Il permet de promouvoir la gastronomie locale et témoigne de l’art de vivre de l’Aveyron.

Un véhicule Innovep fait office de stand ambulant

Au congrès national des Dirigeants Commerciaux de France, les 4 DCF représentant l’Aveyron ont choisi d’exposer les produits du terroir sur un véhicule électrique de l’entreprise ruthénoise Innovep pour faire parler de l’Aveyron.

 
 
 
  Lettre de l'économie en Aveyron - n°52 - Juin-Juillet 2010 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

Jean Mazars ou l’esprit d’entreprise

Du plâtre à la charcuterie, Jean Mazars n’a fait qu’un pas, toujours mené par sa foi d’entrepreneur. Aujourd’hui, chef d’entreprise aguerri, le sexagénaire à la tête de la charcuterie Fontalbat Mazars à Montsalès continue d’œuvrer pour son entreprise aux côtés de ses enfants. « Ça m’empêche de vieillir » justifie-t-il avec humour.

Jean Mazars attribue le fil de sa destinée au hasard : « Si je n’avais pas épousé la fille du charcutier, je serais aujourd’hui retraité du bâtiment » explique-t-il en souriant. Effectivement à 20 ans, le jeune aveyronnais issu d’une famille du bâtiment et plâtrier de formation, était à son compte et employait 2 salariés. En se mariant avec Annie Fontalbat, c’est comme si Jean Mazars avait signé pour rejoindre la charcuterie. Pour lui, ce n’est pas un souci : « une entreprise est une entreprise, l’essentiel est de vouloir faire les choses comme il faut, que ce soit dans la plâtrerie ou la charcuterie ». Jean a toujours aimé le commerce et le contact avec les gens. Qualité qui a sans aucun doute bénéficié au développement de l’entreprise familiale. C’est dans les années 70 que Jean Mazars rejoint son beau-père, charcutier de campagne, qui lui-même tient son métier de sa mère Maria Fontalbat. Pour l’anecdote, l’aventure de la charcuterie Fontalbat a commencé lorsque Maria qui tuait le cochon décida de vendre sur le marché de Capdenac les produits qu’elle confectionnait et fut dévalisée ! Elle s’installa alors avec son fils André dans les années 40 sur la commune de Montsalès pour fabriquer des produits régionaux : saucisse, boudin, fritons… Une lignée de charcutiers était née.

Lorsque Jean Mazars se lance dans le métier de charcutier au côté de sa belle-famille, il investit les marchés « corps et âme » : celui de Figeac d’abord, puis il crée le marché de Cajarc et se rend enfin à Cahors. Pour lui, c’est la clef. Pendant des années, tous les samedis, il était le seul à commercialiser ses produits, à Cajarc, dans son camion ambulant. Aujourd’hui, ce marché officialisé depuis une dizaine d’années est incontournable dans la région. Il n’y a pas de doute, Jean Mazars dispose d’un vrai sens commercial : il développe la distribution des produits en supermarchés, demi-gros, comités d’entreprise, Vente Par Correspondance, jusqu’aux foires internationales… « J’avais également envie de monter un magasin » lance Jean Mazars. Si bien qu’en 88, il ouvre une boutique à Villefranche-de-Rouergue, le Pavillon du Causse, où l’on retrouve toute la gamme des produits Fontalbat-Mazars - plus d’une centaine de références artisanales en porc et en canard gras- mais aussi un rayon boucherie, crémerie et une cave à vin. La charcuterie Fontalbat-Mazars à Montsalès qui se fournit localement assure la rotation des produits frais du Pavillon des Causses qui fait le succès de la boutique employant aujourd’hui 7 personnes. Toujours à l’affût de nouvelles solutions commerciales, celui qui est devenu charcutier et chef d’entreprise à la tête aujourd’hui de 28 salariés joue la carte du tourisme, par le biais de la communication notamment. Il édite pour l’office de tourisme de Villefranche-de-Rouergue, dont il est désormais membre, un guide de vacances en français et en anglais, rappelant qu’un territoire et ses produits sont intimement mêlés. Il ne s’y trompe pas : les touristes deviennent des clients, notamment les camping-caristes pour qui il a aménagé un espace d’accueil en pleine verdure non loin de ses 2200 m² de bâtiments où se juxtaposent les ateliers de découpe, de salaisons, la cuisine et un magasin de vente directe. Depuis que son fils et sa fille ont à leur tour rejoint le navire, le dirigeant est fier de voir le chiffre d’affaires de la maison Fontalbat-Mazars -3 millions d’€ pour le dernier en date- augmenter encore de 2 à 3% par an, son fils assurant le développement commercial et sa fille la partie communication, sans oublier son épouse en charge de la trésorerie. Quant à Jean Mazars, il se dit, toujours en plaisantant, « l’homme à tout faire ». Dernièrement sacré Chevalier National de l’Ordre du Mérite au titre de la promotion du travail et honoré des Palmes Académiques, l’homme qui a aussi été conseiller municipal pendant 18 ans déclare « avant tout adorer les marchés » !

Pour plus d'infos

Brèves, les gens ...
Jean-Louis Albouy, responsable des ventes de SCP pour toute l’Europe
Au Monastère, Jean-Louis Albouy déjà à la tête du siège national de SCP Pool Corporation, entreprise américaine spécialisée dans la vente aux professionnels de piscines, spas, saunas et accessoires vient de prendre la responsabilité des ventes pour toute l’Europe.
Gilles Moreau à la tête du Grand Hôtel Auguy à Laguiole
Le Grand Hôtel Auguy change de mains. Il est repris par Gilles Moreau qui a longtemps, officié à l’Auberge Saint-Fleuret d’Estaing.
Plus d'infos
Arnaud Viala au bureau de Midi-Pyrénées Expansion
Le nouveau bureau de Midi-Pyrénées Expansion élu le 2 juin dernier lors de son assemblée générale ordinaire annuelle compte parmi ses membres Arnaud Viala, Président d’Aveyron Expansion.
Pierre Besnard quitte ses fonctions à la préfecture
Pierre Besnard, secrétaire général de la préfecture de l’Aveyron et sous-préfet de Rodez est placé en position de détachement comme administrateur civil au ministère de l’intérieur.
Thierry Arnaud, Président de la Chambre des Notaires de l’Aveyron
La Chambre des Notaires a été renouvelée avec Thierry Arnaud à la Présidence, Emmanuelle Marrabelle à la trésorerie ainsi que Marie-José Mathat-Marre en qualité de membre.
Joël Clergue, Vice-Président national des Jeunes Agriculteurs
Le dernier congrès national des Jeunes Agriculteurs a élu Joël Clergue, producteur bovin lait et de veaux d’Aveyron et du Ségala label rouge à Lax, à sa vice-présidence.
Bernard Greffeuille Président du Cercle des Viandes d’excellence
Bernard Greffeuille est Président du tout nouveau Cercle des Viandes d’Excellence lancé au Sénat en février dernier.
Cédric Castes et Ysé Gillet à la tête de Chaudel Pains et Plaisirs
Cédric Castes et sa compagne Ysé Gillet ont repris l’entreprise Chaudel fondée par Gérard Bories en 92 en la renommant Chaudel Pains et Plaisirs. Ils sont ainsi à la tête de 6 points de vente en Aveyron comptant 45 salariés.
André Samier Président de la Banque Populaire Occitane
Le Conseil d’Administration de la Banque Populaire Occitane vient d’élire à l’unanimité, André Samier, président.
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°52 - Juin-Juillet 2010 - Page 4

LU POUR VOUS

> L'activité industrielle graphique en 2009
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°52 - Juin-Juillet 2010 - Page 5