La lettre de l'économie en Aveyron
Nov. 2010
Numéro 55


Edito

L’Aveyron et la nécessité du cousu main

Fiers de ce que nous sommes, nous aimons glorifier l’identité aveyronnaise, rappeler au monde entier que le 1er département vert de France est redevenu attractif pour les porteurs de projets et les populations actives, qu’il conserve les taux de chômage et de défaillance d’entreprises les plus faibles au plan national, que sa démographie est depuis une dizaine d’années redevenue positive. Pour autant, notre sens du réel -ce bon vieux pragmatisme aveyronnais- nous rappelle à tout instant que notre avenir prend racine dans la volonté et les actes du moment.

Pour rester dans la course, préserver ses leaderships, éviter la disqualification de pans entiers de son territoire, l’Aveyron fait et devra faire du cousu main.

Au moment où le Président de Région vient nous parler d’un nouveau schéma régional de développement économique, il conviendra de rappeler quelques évidences ; par exemple que l’Aveyron est grand comme une région (l’Alsace) dans une région grande comme un pays (la Suisse) ; il conviendra de réaffirmer que les disparités régionales (enclavement, fracture rural/urbain, considérations topographiques et géoéconomiques, territoire excentré, risque de désertification, effet pervers d’une métropolisation excessive…) peuvent être un danger pour la région toute entière qui se résumerait alors à Toulouse entourée d’un désert vert.

En quelques mots, simples, débarbouillés de considérations politiciennes ou technocratiques, nous rappellerons donc dans un esprit de dialogue et d’échanges avec l’échelon régional, que notre cher département fort de son histoire mais résolument tourné vers l’avenir entend bien cultiver la proximité, la complicité même avec le tissu économique afin que soient prises en compte nos spécificités et que la réflexion et l’action en matière de développement puissent vraiment s épanouir au-delà du grand Toulouse vers ce « grand Nord » midi-pyrénéen.


Arnaud VIALA
Conseiller Général de Vezins
Président d'Aveyron Expansion
Consultez le blog d'Arnaud Viala

Au sommaire

A la Une
> La mise à 2 fois 2 voies de la RN88 avance

> Telex de l'économie

Macro-économie
> Agrimip communique sur l’innovation en Aveyron

> Agenda

Vie des entreprises
> La Brasserie d’Olt, une saveur d’Aveyron

> Innovation

Entrepreneurs aveyronnais
> AEC et Pierre Zanon, des valeurs au service de l’exigence industrielle

> Les gens

> Lu pour vous

> Lire les news précédentes

A la Une  

La mise à 2 fois 2 voies de la RN88 avance

Après le Viaduc du Viaur, le contournement de La Primaube et celui de Recoules-Prévinquières, la RN88 poursuit sa mise à 2 fois 2 voies en Aveyron, sur le canton de Naucelle et à Baraqueville, grâce à la signature en début d’année du PDMI (Programme de Modernisation des Itinéraires) par l’Etat, la Région et le Département.

Au mois d’octobre dernier, le chantier d’aménagement de la RN88 a vu le jour entre la Baraque Saint-Jean et la Mothe, soit 13,7 km qui seront mis à 2 fois 2 voies. Les communes de Naucelle, Tauriac, Quins et Camjac sont concernées par cet aménagement qui prévoit 2 échangeurs dénivelés pour desservir la Baraque Saint-Jean et Naucelle. Ces travaux devraient s’achever fin 2013. Pour ce qui est du contournement de Baraqueville par le Nord, de La Mothe aux Molinières, soit 14,3 km de mise à 2 fois 2 voies, acquisitions foncières et appel d’offres de maîtrise d’œuvre sont en cours. Les travaux devraient débuter l’hiver 2012 et s’achever l’été 2015. Cette section comportera un échangeur sur la RD911 marquant l’entrée de Baraqueville et un autre près de la zone des Molinières. A l’issue de ces travaux, l’ouverture routière de l’Aveyron vers l’Ouest sera meilleure : le trajet Rodez-Toulouse s’en trouvera réduit à moins de 2 heures grâce à l’entente trouvée pour le financement par l’Etat, la Région et le Département. Le coût de ces aménagements représentant 215 millions d’€ (95 M€ pour le 1er tronçon + 120 M€ pour le contournement de Baraqueville) est assumé à 53, 84% par l’Etat et à hauteur de 23,08% chacun par la Région et le Département.

Reste à trouver une solution pour le grand contournement de Rodez et la partie orientale de la RN88, 45 km de Rodez à Sévérac-le-Château qui mènent à l’A75. Une mise à 2 fois 2 voies d’un axe encombré qui en plus de la sécurité et du confort qu’elle apporterait désenclaverait le territoire au plus grand bonheur du tissu économique local. Cet axe particulièrement fréquenté par les poids lourds s’avère stratégique pour un développement économique local accru. Sur les 15 dernières années, une forte augmentation du trafic routier a été constatée sur la RN88 : + 3,5% par an (contre 2,3% en moyenne annuelle sur le réseau national). Rapportés sur une période de 20 ans, et sans tenir compte de la continuité de l’itinéraire à 2 fois 2 voies entre Toulouse et l’A75, le trafic augmenterait de près de 100% sur la RN88 (57% sur réseau national). Par ailleurs, les gains socio-économiques ont été estimés à 54 millions d’€ par an par le Ministère des Transports en 2007 sur une hypothèse de réalisation accélérée des travaux (6 ans au lieu de 30 ans). La réalisation de la mise à 2 fois 2 voies de la RN88 aurait un impact non négligeable en terme d’emplois : 2 120 emplois directs de chantier et 11 405 emplois au total (emplois directs et induits) estimés. Le délai de réalisation de l’autoroute plus réduite permettrait d’anticiper d’autant les projets de développement économique induits par un axe autoroutier. En témoigne l’ouverture du Viaduc de Millau parachevant la liaison en continue de l’A75 qui a permis l’installation d’entreprises sur les zones d’activités départementales et notamment à La Cavalerie. La traversée de l’Aveyron à 2 fois 2 voies par la RN88 créera la première continuité autoroutière entre Toulouse et Lyon. Cette voie d’accès portée à 2 fois 2 voies placera l’Aveyron sur la carte de France à un carrefour autoroutier constituant un atout considérable en terme d’attractivité pour les entreprises. Alors que l’A75 ne fait qu’effleurer le département de l’Aveyron, la RN88 a une vraie vocation d’aménagement pour l’ensemble du département en réduisant les temps d’accès à l’autoroute pour un grand nombre de communes. Elle parachève la liaison transversale entre l’A20 et l’A75. Des entreprises ont déjà anticipé leurs investissements considérant cet axe comme majeur dans le développement de leur activité notamment dans le secteur logistique.


Telex... l'économie aveyronnaise en bref
L’Aveyron économique 2010 disponible

« L’Aveyron économique 2010 », produit annuellement par Aveyron Expansion dans la collection des études « Repères » est désormais disponible. Cette publication, riche en éléments chiffrés, détaille l’environnement de l’économie aveyronnaise et présente un panorama des principales filières. Vous pourrez, dès la semaine prochaine, télécharger le document à partir du site d’Aveyron Expansion dans la rubrique « Contacts & documents »

Présentation du SRDE (Schéma Régional de Développement Economique) Midi-Pyrénées le 30 novembre dernier

Le Conseil Général de l’Aveyron et la Région Midi-Pyrénées étaient réunies le 30 novembre dernier pour aborder le Schéma Régional de Développement Economique 2011-2016. Bilan et perspectives étaient à l’ordre du jour autour des thèmes « Pôles et clusters : quel impact pour l’économie régionale ? », « Filières en mutation et lutte contre la désindustrialisation », « Filières agricoles : nouvelles opportunités de valorisation », « Développement et internationalisation des PME », « Économie sociale, artisanat, économies de proximité », « Croissance verte : place et perspectives des éco-industries », « Valorisation, transfert de technologie et innovation », « Attractivité et Promotion des territoires », « Économie touristique », « Formation des salariés et innovation sociale ». L’ « Aveyron » a rappelé à la Région diverses et variée combien il était important de prendre en compte les spécificités de son territoire pour le développement de projets originaux. Des contributions peuvent être apportées au SRDE sur le site internet de la région

La société Rivière entre dans le giron du groupe Gaston

La SARL Gaston à Decazeville, spécialisée dans la peinture en bâtiment diversifie son activité avec le rachat de l’entreprise ruthénoise Rivière spécialisée dans les travaux de revêtements de sols. Ce qui porte l’effectif du groupe à 31 personnes dont 22 salariés en peinture et 9 en revêtements de sols. Alain Gaston, le dirigeant souhaite embaucher un ouvrier qualifié et expérimenté dans la pose de revêtements de sols.

Sopra Group en quête d’ingénieurs d’études et de développement en informatique

Le centre Sopra Group de Rodez, qui assure la mise œuvre de solutions informatiques pour la banque et les mutuelles d’assurance maladie ambitionne de passer à 200 employés d’ici 2 ou 3 ans. Elle recrute actuellement une vingtaine de collaborateurs.
Plus d'infos

L’agneau de Lacaune chez Casino

Arcadie Sud-Ouest, Unicor et Casino ont signé un accord le 25 novembre dernier à Arsac pour faire entrer l’agneau de Lacaune, connu pour la couleur claire de sa chair et son goût léger, dans les réseaux de commercialisation de Casino. Le groupe a choisi l’Aveyron pour lancer sa démarche Agneaux Terre et Saveur.

Inauguration de S2C Elec le 5 novembre dernier

S2C Elec, spécialisée dans le câblage électrique à Saint-Affrique pour les secteurs de l'aéronautique, du spatial et des moteurs électriques inaugurait son atelier le 5 novembre dernier. L’entreprise qui a entamé une démarche de diversification de clientèle et de secteurs d’activité souhaite encore investir pour doubler sa surface de production. De nouvelles embauches seraient alors à prévoir.
Plus d'infos

Prix Moniteur de la Construction 2010 pour Socatel

Henri Viguié, Directeur de l’entreprise castonétoise Socatel, a reçu le prix Moniteur de la construction 2010, région Sud-Ouest, catégorie travaux publics décerné par le premier hebdomadaire européen professionnel en la matière.

Max Capdebarthes, une nouvelle fois récompensé par le prestigieux Trophée du Stylographe

Cartier, Montblanc, Caran d’Ache, Visconti… c’est aux côtés des plus grands noms que Max Capdebarthes, créateur maroquinier aveyronnais, s’est vu décerner le 8 novembre dernier à Paris le 1er prix du Trophée du cuir pour son set de bureau manufacturé.
Plus d'infos

Les Fermiers du Bas-Rouergue mis en avant

La coopérative d’éleveurs de veaux d’Aveyron, pionnière en terme de circuits courts et de VPC (vente par correspondance) est mise à l’honneur par la Région pour cette initiative de distribution de longue date.

L’Aveyron, 1er département écologique de France selon la Vie

Cette année, l’Aveyron arrive en tête du classement de la volonté écologique des départements français établi par le mensuel « La Vie » selon des critères de gestion des déchets, qualité de l’air, agriculture biologique, qualité de l’eau, énergies renouvelables, mobilisation politique….
Plus d'infos

Trophée « Saveurs 2011 » pour 3 produits de la gamme Bastides (Sacor)

Le Trophée « Saveurs 2011 » qui fait suite à une procédure longue et contraignante récompense 3 produits de la gamme Bastides fabriqués par l’entreprise Sacor à Villefranche-de-Rouergue, l’une des rares en France à fabriquer ses produits avec de la viande fraîche de porc désossé sur place.
Plus d'infos

La fréquentation des Thermes de Cransac en augmentation

Les résultats de la dernière saison des Thermes de Cransac affiche une augmentation de fréquentation de près de 15% avec près de 4000 curistes. La prochaine saison qui s’annonce déjà très bien au vu des réservations offrira une nouvelle cure spécifique aux arthroses cervicales et cervicalgies avec soins de kinésithérapie et conférence sur le sujet.
Plus d'infos

La menuiserie Hugonnet devenue SCOP a refait surface

Il y a un an, les 6 salariés de la menuiserie Hugonnet à Villefranche-de-Rouergue rachetaient l’entreprise mise en liquidation judiciaire. Aujourd’hui la SCOP qu’ils ont créée a refait surface et affiche un exercice « équilibré ».

La Chèvre d’Olt, nouvelle fromagerie

Le GAEC La Chèvre d’Olt à Saint-Laurent d’Olt s’est offert une nouvelle fromagerie aux préoccupations écologiques : elle fonctionne à l’énergie solaire et l’aérothermie et les effluents sont gérés par un bac à roseaux.

2ème anniversaire de la Route des Métiers d’Art en Midi-Pyrénées

JLa Route de l’Artisanat et des Métiers d’Art créé par la Chambre Régionale de Métiers et d’Artisanat pour promouvoir les meubles de Revel, les faïences de Martres-Tolosane… mais aussi les couteaux de Laguiole, les gants de Millau et bien d’autres artisanats locaux vient de fêter ses 2 ans.
Plus d'infos

 
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°55 - Novembre 2010 - Page 1

Macro économie


Macro-économie

Agrimip communique sur l’innovation en Aveyron

Le 18 novembre dernier, le pôle de compétitivité Agrimip Innovation « faisait escale » en Aveyron au lycée de La Roque, à l'invitation de son Vice-Président, Daniel Segonds et d'Arnaud Viala, Président d'Aveyron Expansion relai départemental du pôle, sur la thématique des emballages innovants en agroalimentaire. L’occasion de rappeler aux acteurs économiques du département (chefs d’entreprises, institutionnels…) mais aussi aux étudiants en agroindustrie présents, l’ambition du pôle de compétitivité concerné, en présentant notamment certains projets labellisés : Sativa Muris, Neofertil, Roquefort’in, Vegepack.

« Un pôle de compétitivité est une combinaison - sur un espace géographique donné - d’entreprises, de centres de formation et d’unités de recherche publiques ou privées engagés dans une synergie autour de projets communs au caractère innovant. » a expliqué Patrice Roché, directeur du pôle de compétitivité Agrimip Innovation. Au vu des performances agricoles et agroindustrielles de Midi-Pyrénées, la région avait vocation à développer un pôle de compétitivité en la matière. En témoignent, 3 ans après, les résultats du pôle : 157 projets labellisés ou agréés, 350 millions d’euros d’investissements dont 154,8 millions de subventions sollicitées et 27,5 millions de subventions FUI (Fonds Unique Interministériel) obtenues, 135 entreprises concernées dont 111 PME, 78 organismes de recherche et de formation intéressés et 14 projets acceptés en FUI. En adhérant à Agrimip, les entreprises bénéficient d’un réseau et d’un accès à des sources de financement pour leurs projets afin d’aborder de nouveaux marchés, de nouveaux produits, de nouveaux avantages compétitifs. Ainsi au travers de l’innovation, Agrimip et ses relais départementaux, augmentent la valeur ajoutée des entreprises, confortent le leadership de la région sur les ovins (lait, viande, fromage) et sur la filière tournesol (semences, intrants…), développent l’attractivité de Midi-Pyrénées et créent des emplois.

Quelques exemples de projets
Le projet Sativa Muris, labellisé en juin 2009, par Agrimip consiste à développer un système constructif innovant sur base de chanvre, d’éco-liant et d’éco-enduit.
Neofertil, labellisé en avril 2008 dans le cadre du FUI, concerne la production de biofertilisants pour contribuer à une agriculture durable et environnementale.
Le projet Roquefort’in, labellisé en avril 2009 également dans le cadre du FUI, est un programme de recherche axé sur la détention des caractères génétiques d’intérêt prédisposant l’aptitude des brebis à la monotraite et à l’entretien de la lactation. Il mise sur l’utilisation des dernières découvertes de la génomique ovine pour concevoir et maîtriser durablement un schéma de sélection afin de contribuer à un regain de compétitivité et d’attractivité pour l’ensemble des acteurs de la filière, éleveurs et industriels laitiers. Participent à ce projet la Confédération Générale des Producteurs de Lait de Brebis et des Industriels de Roquefort, Ovitest, Unotec, EDE81, Upra Lacaune, Institut de l’élevage mais aussi la Station d’Amélioration Génétique des Animaux, l’INRA, le CIRAD, Sup-Agro Montpellier, la ferme de la Cazotte du lycée agricole de Saint-Affrique.
Vegepack a pour objectif de développer un nouvel emballage rigide biodégradable, compostable, 100% d’origine renouvelable, à propriété barrière spéciale pour la conservation de denrées alimentaires à date limite de consommation et à date limite d’utilisation optimale. Cet emballage est la réponse à la demande des industriels de l’alimentaire soucieux de la valorisation des déchets de leurs produits et à l’écoute des consommateurs sensibles à la protection de l’environnement. Ce projet réunit tous les acteurs de la chaîne de valeur : producteurs de matières végétales, fabricants d’agromatériaux, producteurs agroalimentaires (dont Arcadie) et fabricants de compost ; ce qui permettra à la fin du projet de tester et démontrer à échelle industrielle le cycle de vie complet du nouveau produit d’emballage.

Quelles évolutions (technologiques et marketing) anticiper pour les emballages alimentaires ?
Aurélie Lucan, chef de projet technologies au CTCPA (Centre Technique de la Conservation des Produits Alimentaires) a présenté l’innovation packaging des produits alimentaires ces dernières années. En 2007, 70% des nouveaux produits étaient accompagnés d’un packaging innovant notamment en termes de design et de fonctionnalité/praticité, l’innovation produit et l’innovation emballage étant indissociables. L’innovation des produits alimentaires s’est dernièrement axée sur la sophistication, la variété des sens, la naturalité et la manipulation du produit donnant toujours plus de plaisir, de « santé » et de praticité au consommateur dont le comportement et le mode de vie évoluent : structure de la famille, niveau de vie, habitudes de consommation… On consomme désormais directement dans le packaging, de la nourriture prête à consommer, des plats faciles à préparer, réchauffables, sur le pouce, on grignote… Le consommateur a aussi de nouvelles exigences de sécurité, praticité, lisibilité d’information (traçabilité, nutrition…), naturalité… Ce sont autant de constats à prendre en compte dans l’élaboration d’un packaging au lancement d’un produit. Ainsi sur le marché sont apparus des formats individuels, des produits appertisés, des emballages micro-ondables, auto-chauffants, à maintien vertical, de cuisson, actifs/intelligents (absorbeur d’oxygène…), biodégradables, compostables… Des axes d’innovation qui nécessitent technicité et marketing pour répondre aux attentes du consommateur.

Daniel Segonds, Vice-Président délégué du pôle et Président du Directoire de RAGT, conclut : « les pôles de compétitivité ne sont ni des machins, ni des machines. Notre rôle est de faire germer des projets de recherche public et privé associés, de les expertiser, de les labelliser et de trouver des financements auprès de l’Etat et des collectivités ».

Pour plus d' infos


Agenda économique

 

SISQA du 9 au 12 décembre à Toulouse
LLe parc des expositions de Toulouse accueillera du 9 au 12 décembre prochains le Salon de la Qualité Alimentaire. Cette année, la filière à l’honneur sera l’Armagnac. De nombreux aveyronnais seront présents représentant le Bœuf Fermier Aubrac, le Veau d’Aveyron et du Ségala, le Bleu des Causses, la Coopérative Jeune Montagne, les fromageries Papillon, Roquefort Carles et Société, les Bergers du Larzac, le Pérail, les Vignerons du Vallon, Marius Bonal, l’Interprofession blé farine pain du Lévézou et de l’Aveyron (Régalou), la Naucelloise…
Plus d'infos


 Lettre de l'économie en Aveyron - n°55 - Novembre 2010 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

La Brasserie d’Olt, une saveur d’Aveyron

La Brasserie d’Olt, nichée dans la vallée du Lot à Saint-Geniez, est une ambassadrice des produits « made in Aveyron ». Ses gammes de bières et de sodas artisanaux ravissent les consommateurs en attente de qualité et d’authenticité. Des valeurs chères au brasseur marmot, Sébastien Blaquière.

« Depuis 1998 » comme l’arbore le logo de la Brasserie d’Olt, les bières de Sébastien Blaquière ont trouvé leur ancrage à Saint-Geniez d’Olt. L’enfant du pays souhaitait mettre en avant le territoire dont il tient ses racines, avec des produits qui trouvent leur inspiration en Aveyron. L’amateur de bière se lance alors dans la fabrication brassicole dans l’atelier de menuiserie de son grand-père quand bien même aucune tradition rouergate n’existait en la matière, nous rappelant ainsi que ce sont avant tout les hommes et les femmes qui font un territoire, à travers leur vie, leurs choix, leur savoir-faire. A l’époque, la France ne comptait que 20 brasseries (contre 200 aujourd’hui !). « J’ai ouvert le 11 juillet » se souvient Sébastien Blaquière « et fin juillet je n’avais déjà plus de bières à vendre ». Bien sûr, la solidarité marmotte avait opéré mais pas seulement… la bière blonde aveyronnaise a séduit par « sa finesse et sa complexité aromatique qui rappelle des saveurs d’abricot ». Devant ce succès, deux petites sœurs, la blanche et l’ambrée, sont venues constituer la gamme Aubrac : « des bières spéciales de dégustation brassées par infusion, non filtrées, non pasteurisées, issues d’une fermentation haute et refermentées en bouteille » explique Sébastien Blaquière. Ces produits tiennent leur identité du plateau qui les a inspirées, dont sources et Boraldes fournissent l’eau. Aujourd’hui, la Brasserie d’Olt produit 1000 hectolitres de bières par an conditionnés en bouteilles de 33 cl, 75 cl et en fûts de 30 litres distribués en épicerie, grande surface, caviste, CHR, foire, marché… en Aveyron, dans les départements limitrophes mais aussi à Paris, Toulouse et Montpellier. La brasserie aveyronnaise commence même à exporter en Belgique. Sébastien Blaquière sera d’ailleurs bientôt à Bruxelles, aux côtés du magazine Elle Gourmet, pour promouvoir ses produits. Le marmot passionné de bières entretient des relations étroites avec les pays aux cultures brassicoles (Belgique, Allemagne, Irlande…) au point de voir fleurir des collaborations...

La Brasserie d’Olt se veut curieuse, à l’écoute du consommateur pour lui offrir toujours plus de typicité et de convivialité. Dès 2000, elle a mis en place des visites agrémentées de dégustation dont les « noctambules » du lundi qui ont vu passer 5000 personnes en 2 mois ! En 2007, elle a développé une gamme de sodas artisanaux, complémentaire à sa gamme de bières Aubrac. Moins de sucre qu’un soda classique, absence de colorants, arômes naturels, extraits végétaux et CO2 de fermentation ont fait le succès du Colt Cola, seul Cola fabriqué en Aveyron, et de la limonade Délicieuse déclinée à l’orange, à la myrtille, à la gentiane, au sureau et à la châtaigne. La figue devrait bientôt être au rendez-vous ! Des recettes qui sans aucun doute marquent les esprits. En témoigne le mail d’un aficionado « j’ai goûté votre limonade à Paris, je suis rentré chez moi à Los Angeles, où puis-je la trouver ? ». La vente en ligne permettra bientôt de répondre à cette demande. En attendant, la Brasserie d’Olt qui emploie 3 personnes recrute un commercial pour porter ses couleurs aux portes voisines.

Pour plus d' infos


Innovation : produits, services, marques...
Fest’aing, premier mousseux aveyronnais

La coopérative des vignerons d’Olt joue la carte de l’originalité avec la production de 1500 bouteilles d’un nouvel élixir : un mousseux établis selon la méthode champenoise, le premier en Aveyron.

Une presse à emboutir de 50 tonnes « Balconi » chez Filtrauto

Dans le cadre du réaménagement de l’atelier presse pour optimiser la productivité sur la réalisation de 75% des composants d’un filtre à huile, Filtrauto Marcillac, spécialiste de la cartouche sertie « Purflux » a intégré une presse à emboutir de 50 tonnes en un seul tenant.
Plus d'infos

Deux « Neoplans Cityliner » pour Verdié Autocars

L’entreprise de transport de passagers, Verdié Autocars, vient de compléter son parc avec deux autocars dernier cri. Ces moyens de transport grand tourisme très confortables peuvent accueillir 49 personnes chacun. Ils conjuguent innovation technologique, sécurité et respect de l’environnement avec une boîte de vitesses Astronic, un moteur silencieux, une réponse aux normes anti-pollution Euro 5 et de rejet EEV…
Plus d'infos

Des couteaux avec l’acier du Golden Gate bridge pour Laguiole en Aubrac

Après la Tour Eiffel, le Concorde, le paquebot France, la coutellerie Laguiole en Aubrac domiciliée à Espalion commercialise des couteaux qu’elle a fabriqués à partir d’acier issu du fameux pont de San-Francisco.
Plus d'infos

Le recycleur de déchets organiques du Lycée La Découverte récompensé

Les étudiants de BTS conception et réalisation en chaudronnerie industrielle du Lycée La Découverte à Decazeville ont mis au point un recycleur de déchets organiques avec le soutien de la communauté de communes de Decazeville Aubin, la mairie de Decazevillle, les Lycées de Saint-Affrique pour le cablage et de La Roque pour l’étude du compost, et l’entreprise CCM Industrie en vue d’industrialiser le produit. Ce recycleur qui permet de recycler 70 à 80% de déchets alimentaires en les valorisant en humus ou compost a obtenu le premier prix des 30èmes Inn’ovations de Midi-Pyrénées.

La belle équité, l’e-commerce équitable en Aveyron

Les créateurs du site internet, www.labelleequite.fr, vente en ligne de produits équitables, Emilie et Fabien Langlois ont fait leur choix de vie en Aveyron.
Plus d'infos

 
 
 
  Lettre de l'économie en Aveyron - n°55 - Novembre 2010 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

AEC et Pierre Zanon, des valeurs au service de l’exigence industrielle

Aveyron Elec Concept, entreprise spécialisée en électricité industrielle à Aubin, est à l’image de celui qui la porte, Pierre Zanon : humble et réactive. Le professionnalisme d’AEC reflète la philosophie de son dirigeant basée sur la transparence, la confiance et un management par la compétence.

Pierre Zanon est originaire du bassin. Après son service militaire, il intègre l’entreprise B3E dès son démarrage. De 1989 à aujourd’hui, Pierre Zanon est passé du statut de premier salarié de l’entreprise B3E à celui de dirigeant de AEC. Lorsqu’on lui demande comment s’est opérée cette évolution, il répond qu’il y est parvenu sans rencontrer de véritables difficultés car il a eu la chance d’occuper tous les postes de l’entreprise. En effet, Pierre Zanon, technicien avant tout, a commencé sur les chantiers, puis a exercé au bureau d’études, est ensuite devenu chargé d’affaires et a fini par racheter la société qui l’employait en 2006. L’entreprise qu’il avait ainsi « apprivoisée » devint alors Aveyron Elec Concept. Grâce à son parcours riche en expériences, Pierre Zanon dispose d’une vision globale qui fait toute sa force dans la gestion d’AEC. La société est passée de 800 000 € à 3,2 millions d’€ de chiffre d’affaires, de 5 à 24 salariés et a ouvert une agence à Montpellier en 2008. Le Grand Sud est la zone de prédilection d’intervention d’AEC qui intervient aussi sur tout l’ensemble du territoire national au titre de partenariat avec ses différents clients. Son métier : l’étude, la réalisation et la maintenance en électricité Haute Tension et Basse Tension qui demande savoir-faire, rigueur, vigilance et réactivité au vu d’interventions parfois stressantes consistant en des modifications d’installations électriques sensibles dans un temps très court (hôpitaux, process spécifiques, etc…)

AEC réalise 30% de son chiffre d’affaires sur des travaux d’installations électriques Haute et Basse Tension pour ERDF, RTE, centrales hydrauliques, etc.. 70% de son activité concerne des installations électriques industrielles (Schneider Electric, Areva, Ratier, Umicore, Sopave, Lafarge, Airbus…). Une niche technique sur laquelle Pierre Zanon souhaite avant tout se positionner malgré des contraintes importantes et qui apporte une véritable valeur ajoutée à l’entreprise.

Les clients sont nombreux à faire confiance à l’entreprise et à lui être fidèle et pour cause Pierre Zanon cultive l’image de marque d’AEC tant sur le plan structurel, que celui du savoir faire. En mars dernier, l’entreprise a intégré ses nouveaux locaux, bâtiment flambant neuf d’un concept d’acier et de verre reflétant la technicité de la société. Le dirigeant soigne ses clients comme ses employés. L’homme est apprécié pour son honnêteté, son intégrité et parce qu’il joue collectif. L’entreprise AEC dont l’histoire est écrite par tous ceux qui la composent dans le droit respect des valeurs, de travail, d’honnêteté, de rigueur et d’humilité donne une âme à cette PME. Ce qui lui permet de se différencier dans un marché difficile et exigeant. Pierre Zanon a créé un état d’esprit chez Aveyron Elec Concept, il n’oublie pas qu’il est issu de la technique dont le travail de terrain reste le cœur et passe beaucoup de temps sur les chantiers au côté de ses équipes. « J’aime ce que je fais » justifie-t’il.

La seule ombre au tableau pour le dirigeant : les difficultés de recrutement. Deux postes d’électriciens industriels sont actuellement à pourvoir. Avis aux intéressés !

Brèves, les gens ...
Christine Sahuet Présidente de la Chambre de Métiers de l’Aveyron
Christine Sahuet préside désormais la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Aveyron.
Plus d'infos
Jacques Molières Président de la Chambre d'Agriculture de l'Aveyron
Jacques Molières succède à Jean Laurens à la présidence de la Chambre d'Agriculture de l'Aveyron.
Plus d'infos
André Conquet passe le relais
Didier Damours, salarié de la SARL Conquet, prend le relais d’André Conquet, à la tête de la boucherie charcuterie aveyronnaise de renom.
Plus d'infos
Serge Crabié Président de la Chambre de Métiers Régionale
Serge Crabié a été réélu Président de la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat de Midi-Pyrénées.
Plus d'infos
Jean-Louis Chauzy reconduit au CESER
Jean-Louis Chauzy, Président du Conseil Economique, Social et Environnemental Régional de Midi-Pyrénées, a été reconduit pour 3 ans.
Plus d'infos
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°55 - Novembre 2010 - Page 4

LU POUR VOUS

> les secteurs créateurs d’emplois à court-moyen terme après la crise (Centre d’analyse stratégique)
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°55 - Novembre 2010 - Page 5