La lettre de l'économie en Aveyron
Déc. 2011
Numéro 66


Edito

Triple A

Baisser les bras n’est pas vraiment la tasse de thé de l’aveyronnais. Sur cette « île entourée de terres » désormais nettement moins isolée et plus du tout déserte, un certain réalisme identitaire est de rigueur et sécrète aujourd’hui une charge d’anxiété mais jamais de découragement.

Nous le savons, 2012 mettra à l’épreuve certaines de nos filières traditionnelles qui risquent notamment de payer le prix de leur dépendance à un pouvoir financier souvent trop éloigné de l’industrie et des territoires.

Pourtant les projets, ceux qui façonneront l’Aveyron de demain, n’ont pas cessé d’émerger et notre année 2012, Ardente, Active, Aveyronnaise aura son triple A.

A tous, j’adresse mes vœux les plus sincères de bonheur, de santé et de réussite dans toutes vos entreprises !


Arnaud VIALA
Conseiller Général de Vezins
Président d'Aveyron Expansion
Consultez le blog d'Arnaud Viala

 

Le Président, le Directeur et toute l'équipe d'Aveyron Expansion vous souhaitent une bonne année 2012 !

 

 


Au sommaire

A la Une
> Agrimip Sud Ouest Innovation chez Raynal et Roquelaure

> Telex de l'économie

Macro-économie
> « Le bois d’œuvre local : une solution d’avenir ? »

Collectivités
> 50 ans d’AOC Laguiole

> Agenda

Vie des entreprises
> Quand Cayron Ameublement se réinvente…

> Innovation

Entrepreneurs aveyronnais
> André Valadier, l’Aubrac au coeur

> Les gens

> Lire les news précédentes

Aveyron Expansion est aussi sur :



A la Une  

Agrimip Sud Ouest Innovation chez Raynal et Roquelaure

Le 8 décembre dernier, le pôle de compétitivité nouvellement intitulé Agrimip Sud-Ouest Innovation suite à l’élargissement de son territoire d’actions de la région Midi-Pyrénées à la région Aquitaine, organisait une rencontre autour de la naturalité, chez Raynal et Roquelaure, à Capdenac, en Aveyron. Conscientes de l’enjeu de poids que représente la naturalité, les entreprises agroalimentaires aveyronnaises étaient nombreuses à répondre « présentes » au rendez-vous.

Il était tout naturel pour Raynal et Roquelaure, 2ème intervenant sur le marché des plats cuisinés français, de recevoir à Capdenac, son siège administratif, le pôle de compétitivité Agrimip et les entreprises agroalimentaires aveyronnaises autour de la naturalité, thématique dernièrement investie par la société capdenacoise. Qu’il s’agisse des aspects réglementaires relatifs au vocable « nature » ou de la volonté de l’entreprise d’évoluer vers des produits plus naturels, Raynal et Roquelaure déploie les moyens de son ambition au travers d’un investissement en R&D. Pour elle, il s’agit de respecter une certaine éthique par l’absence d’ingrédients superflus, d’améliorer la qualité des ingrédients, de privilégier les matières premières locales, d’améliorer la qualité nutritionnelle pour des produits plus sains et de s’engager pour l’environnement. Ainsi l’utilisation des additifs est maîtrisée, l’huile de palme est bannie, sel et matières grasses sont en proportion diminuée, le cahier des charges fournisseurs est « draconien »… Ces engagements bien entendu ne sont pas sans contraintes technologique, économique et organoleptique pour Raynal et Roquelaure. Il s’agit d’un choix avant tout. Au travers des gammes Weight Watchers, Artisanale, Bio et Sélection de Provence pour les sauces, l’entreprise affiche clairement ce nouveau positionnement. Les sauces tomates, les légumes cuisinés et les pâtes farcies Zapetti peuvent également se prévaloir d’arguments « naturalité » tout comme le produit historique de Raynal et Roquelaure, le pâté doré. La dernière certification en cours, ISO 14001 qui traduit les engagements environnementaux du leader s’inscrit dans le prolongement de la démarche qui a vocation à faire de Raynal et Roquelaure « le spécialiste de la culinarité industrielle » en développant des produits simples, bien cuisinés et bons.

Selon l’IFOP, la naturalité est donnée comme critère d’achat par 50% des consommateurs (52% de femmes et 48% d’hommes) dont la requête majeure est l’absence d’additif. Des démarches du type Clean Label sont mises en place pour répondre à ces attentes. Elle nécessite de travailler sur les formules, les procédés et les ingrédients des produits alimentaires. Les exemples du romarin comme produit de substitution antioxydant, de la stevia comme édulcorant naturel, des ferments lactiques comme conservateur ou encore du bouchon d’emballage absorbeur d’oxygène ou de la lumière pulsée pour décontaminer un produit sont donnés. Autant de manières de participer à une éco-conception agroalimentaire. Dans ce cadre, le pôle de compétitivité Agrimip Sud Ouest Innovation a labellisé et accompagné un certain nombre de projets comme Vegepack ou Stevianov qui associent entreprises et unités de recherche. Le premier consiste à élaborer une barquette biosourcée biodégradable pour la viande et le fromage et le deuxième à la mise en place et la promotion d’une filière agricole française de Stevia (plante d’origine sud-américaine). Agrimip Sud Ouest Innovation tient à rappeler que toutes entreprises, quelle que soit sa taille, qui aurait un projet innovant à développer peut candidater auprès du pôle de compétitivité.

Pour plus d'infos : http://www.raynal-roquelaure.fr/ et http://agrimipinnovation.com/

 

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
La Forge de Laguiole honoré par la magazine Objectif News

Au titre du combat mené par Thierry Moysset concernant le « fabriqué en France », La Forge de Laguiole est devenue lauréate du Grand Prix Entreprise Citoyenne lors de la 3ème édition des Grands Prix de l’Economie Midi-Pyrénées organisée par le magazine Objectif News.
Plus d'infos

MTI envisage de recruter 5 personnes en 2012

Chez MTI (Mécanique et Travaux Industriels) à Decazeville, 2012 s’annonce sous de beaux auspices. 2011 a déjà permis de renouer avec les chiffres d’avant crise. Avec l’activité off-shore et les investissements à venir de clients comme Michelin ou Airbus, MTI prévoit de nouvelles embauches en 2012.

Laguiole Tradition lauréate du prix Handi-Entreprise

Lancés pour la 1ère fois en 2011 par la Région Midi-Pyrénées, les prix « Handi Entreprise Citoyenne » visent à récompenser les politiques innovantes en matière de recrutement, maintien et évolution de carrière de collaborateurs handicapés mises en place par des entreprises ou des associations. La coutellerie Laguiole Tradition a été récompensée au titre de l’aménagement du poste de Patrick Musetti devenu handicapé suite à un accident de moto lui permettant ainsi de poursuivre son activité de coutelier.

Depuis 1998 Nitica et Eden Park travaillent ensemble

Le spécialiste des solutions logicielles de logistique et de traçabilité en entrepôts et en boutique, Nitica récompensait dernièrement son client de longue date, Eden Park, au titre de la meilleure solution magasin déployée. Nitica a développé une application pour les 24 boutiques et la soixantaine de corners dont dispose Eden Park. Cette solution facilite la gestion des réceptions, des retours, des inventaires, ainsi que des réassorts et des informations produits. A titre d'exemple, les inventaires s'effectuent à présent en quelques minutes contre plusieurs heures auparavant, notammen,t car les terminaux embarquent le référentiel produits.
Plus d'infos

Elythe propose des formations aux entreprises

La société Elythe nouvellement installée à l’hôtel d’entreprises Chrysalis propose un programme de formations globales ou spécifiques, théorique et pratique, à destination des entreprises. Catherine Kart, sa dirigeante, élabore un projet de territoire qui permettra de proposer aux entreprises des formations en adéquation avec leurs besoins.
Plus d'infos

L’Etude Repères « Aveyron Economique 2011 » est parue

L’« Aveyron économique 2011 », document publié annuellement par Aveyron Expansion dans la collection Repères est paru. Cette publication, riche en éléments chiffrés, détaille l’environnement de l’économie aveyronnaise et présente un panorama des principales filières à dominante industrielle. Vous pouvez télécharger l’ «Aveyron économique 2011» à partir du site d’Aveyron Expansion dans la rubrique «Contacts & documents»

 
 
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°66 -Décembre 2011 - Page 1

Macro économie - Collectivités


Macro-économie

« Le bois d’œuvre local : une solution d’avenir ? »

Le 9 décembre dernier, le CRITT Bois Midi-Pyrénées, basé à Rodez, organisait ses 3èmes rencontres techniques sur le thème « Le bois d’œuvre local : une solution d’avenir ? », un constat ayant été fait de non-utilisation des bois régionaux en construction. De nombreux professionnels de la filière bois en France étaient présents pour aborder les différentes solutions techniques de valorisation du bois afin de maximiser son usage en ouvrage.

Les préoccupations environnementales actuelles de plus en plus importantes stimulent le marché de la construction bois, un secteur en pleine expansion. Cependant il est un paradoxe régional : la richesse forestière est peu valorisée en construction. Les enquêtes menées par l’Association interprofessionnelle Midi-Pyrénées Bois sur les approvisionnements en bois des entreprises de la région ont montré que la qualité et le séchage des bois issus de forêts locales étaient les 2 principaux freins à un approvisionnement local. Stock, prix, distribution, classement, section, délais, inadéquation avec un type d’activité, inadéquation aux intempéries… ont ensuite été invoqués. Révélant ainsi les idées reçues sur la qualité intrinsèque des essences régionales, le manque de connaissance des essences et des acteurs locaux, et de réels enjeux dans le séchage du bois, le stock et la distribution. Suite à ces constats, Midi-Pyrénées Bois a, en 2011, édité un guide des essences de la région, organisé des visites de scieries, le marquage CE des bois de structure, des formations… et prévoit en 2012 un observatoire et un palmarès de la construction bois régionale, de mettre en ligne l’annuaire de la filière bois régionale, de développer la commercialisation et le marketing des entreprises de la 1ère transformation… L’objectif étant de faire travailler ensemble la 1ère et 2nde transformation du bois afin que la filière s’adapte aux exigences de la construction bois, autrement dit créer un cercle vertueux de l’offre et la demande. Et pour une meilleure adéquation entre les deux, I’Institut technologique FCBA (Forêt Cellulose Bois-Construction Ameublement) préconise, en amont, l’étude de la ressource bois et de sa disponibilité comme outil stratégique pour évaluer, anticiper et décider : « le bon bois au bon endroit au bon moment ». Le projet de regroupement VivierBois Haut Languedoc est aussi donné comme exemple de valorisation locale de la ressource territoriale : architectes, forestiers, transformateurs et constructeurs se sont associés pour développer des produits de construction bois. Parallèlement, il existe des solutions techniques telles que les différentes techniques de séchage, le thermo-traitement, le thermo-huilage ou encore le traitement écologique du bois qui permettent une meilleure maîtrise du bois d’œuvre et une meilleure durabilité. Les diverses avancées technologiques en la matière induisent de nouveaux développements pour la construction en extérieur (bardage, mur anti-bruit, signalétique, terrasse, mobilier d’extérieur, menuiserie…) et en intérieur (parquet, mobilier, lambri, …). Actuellement, des recherches sont en cours sur la fonctionnalisation de la surface du bois par traitement plasma pour s’ouvrir à de nouvelles applications face à la concurrence des produits de substitution (PVC) et des pays émergents. Le classement mécanique du bois selon plusieurs principes permet aussi de qualifier la performance de la matière première pour une meilleure utilisation et une meilleure définition des applications industrielles. Autant d’opportunités données aux bois locaux pour se réinventer !

Rappelons que l’Aveyron dispose d’une ressource importante en bois. La forêt du Massif Central à laquelle appartient la forêt aveyronnaise, représente le 1er massif forestier de l’hexagone en volume et a concentré depuis près de 50 ans les investissements de reboisement les plus lourds de France en résineux blancs et rouges (pins, sapins, épicéas, douglas). L’accroissement de la surface forestière a été particulièrement remarquable en Aveyron : +300% en Aveyron sur la période 1950/1999 (+35% en France pendant la même période). L’Aveyron compte 264 000 ha de surface boisée (IFN 2006) soit 30% du territoire aveyronnais. Aucun département en Midi-Pyrénées ne possède une superficie boisée aussi importante. La production brute courante annuelle des forêts aveyronnaises (toutes catégories de terrains confondues : privés, communaux et domaniaux) est estimée à plus de 1 million de m3 de bois (source : IFN 1994) dont 70% de feuillus et 30% de conifères mais la récolte annuelle est estimée à 300 000 m3 seulement, soit moins d’un tiers de la croissance annuelle. La ressource locale en bois est donc considérable mais relativement sous-exploitée et peu utilisée par les entreprises aveyronnaises de deuxième transformation, qui s’approvisionnent le plus souvent sur le marché national et international (bois du nord et bois exotiques notamment). Gageons que ces nouvelles orientations et perspectives donnent un nouvel élan à la filière bois en Aveyron !

Pour plus d'infos

 


Agenda économique

 

Futura Polis, le Sommet de l’Innovation, le 11 février à Toulouse
Le 11 février 2012, à la Halle aux grains à Toulouse se tiendra le Sommet de l’Innovation en matière de santé, alimentation, énergie et transport.

Salon de la construction et de la filière bois du 29 février au 2 mars 2012 0 Toulouse
Les salons professionnels de la construction et de la filière bois, TP BAT et Avenir Bois, auront lieu dans le Parc des Expositions de Toulouse. 35 000 m² d'expositions, près de 650 exposants et société représentées et plus de 15 000 professionnels attendus.



Collectivités

50 ans d’AOC Laguiole

Le 21 décembre dernier, l’AOC/AOP Laguiole fêtait ses 50 ans à Saint-Chély d’Aubrac en présence de son plus fervent défenseur : André Valadier. Producteurs, acteurs économiques et élus étaient réunis pour célébrer le demi siècle du signe officiel de qualité Laguiole qui garantit le respect du cahier des charges de production du fromage éponyme. Un fromage à pâte pressée non cuite fabriquée exclusivement avec du lait de vache cru et entier dont l’origine est indissociable du plateau de l’Aubrac et de sa race de vaches mises en pâturage au moins 4 mois par an.

Bien entendu, la fabrication du Laguiole est bien plus ancienne que son AOC. Elle semble remonter à la plus haute antiquité selon les textes qui mentionnent l’existence d’un fromage sur l’Aubrac. C’est sous l’influence des moines de l’Abbaye de l’Aubrac, au XIIème siècle que s’organise et se développe l’élevage des troupeaux de bovins avec la production de lait utilisé à la fabrication de fromage. L’Aubrac a trouvé sa vocation avec des milliers de têtes qui viennent passer l’été au vert. Les moines semblent aussi à l’origine des règles de fabrication du fromage qui permettent d’étaler la production laitière sur toute l’année pour garantir une alimentation permanente aux pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. Si l’Histoire les dépossède de leurs biens, la production de Laguiole persiste et prospère au fil du temps. L’Aubrac, grâce à son fromage devient le pôle dynamique de la région et le village de Laguiole sa plaque tournante. Dès 1897, les producteurs se regroupent au sein d’un syndicat de vente du fromage qui devient en 1939 un syndicat de défense détenteur d’un label de garantie. Les années de guerre mettent à mal la production de Laguiole avec la fermeture de nombreux burons et la difficulté à trouver de nouveaux buronniers au vu des conditions de vie difficiles auxquelles ils sont astreints. Dans les années 50, il ne reste que 55 burons en activité contre 300 en 1883, 25 tonnes de Laguiole contre 700 et la race Aubrac dégénère faute de reproducteurs suffisants. Mais une poignée d’agriculteurs dont le chef de file n’est autre qu’André Valadier mit tout en œuvre pour sauver l’Aubrac et sa vocation fromagère. Ils créent la Coopérative Fromagère Jeune Montagne à La Terrisse, en 1960. Un an plus tard, l’Appellation d’Origine Contrôlée est accordée au Laguiole permettant ainsi à la filière laitière de l’Aubrac et au fromage de survivre. C’est une nouvelle page qui s’écrit sous la plume de la Coopérative Jeune Montagne qui a fait l’objet en 95 d’investissements importants pour perpétuer la tradition avec modernité. Aujourd’hui, 80 éleveurs produisent 15 millions de litres collectés par la Coopérative qui transforme 750 tonnes en Laguiole, le reste en Tome et en Aligot. Parmi les quelques producteurs qui se sont lancés dans la fabrication fermière, seuls deux d’entre eux ont pour l’instant obtenu l’AOC/AOP Laguiole. Les 50 ans du signe officiel de qualité soulignent aujourd’hui le succès d’un combat, celui d’hommes tenaces et volontaires.


 Lettre de l'économie en Aveyron - n°66 -Décembre 2011 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

Quand Cayron Ameublement se réinvente…

La SAS Cayron Ameublement, à Nuces, reprise par Bertrand Nauleau fin 2010, est sur de nouveaux rails. Entre innovation et diversification, elle investit, avec de nouvelles marques, le champ de produits à forte valeur ajoutée. Escalier rangement et agencement donnent du regain à un secteur d’activité en berne grâce au combat de Bertrand Nauleau, défenseur du meuble.

Face à l’évolution d’un marché en pleine mouvance, le repreneur de Cayron, ébéniste d’art et fabricant d’escaliers, Bertrand Nauleau a repositionné l’activité de l’entreprise sur un marché plus haut de gamme. « La concurrence étrangère et la demande des consommateurs nécessitaient de retravailler l’offre » selon les mots du dirigeant. Ainsi la SAS Cayron s’est orientée sur la fabrication de meubles plus contemporains et prochainement de produits d’édition (séries limitées) tout en gardant sa spécificité du travail du merisier et du noyer qui a fait l’image qualitative de l’entreprise. « Ce sont des produits originaux mais qui ne suffiront pas à tirer notre épingle du jeu » explique Bertrand Nauleau. C’est pourquoi le fabricant de meubles raisonne désormais « aménagement de l’espace de vie » plus que mobilier indépendant. Non seulement les mœurs ont évolué mais les espaces de vie se réduisent, impactant inévitablement la manière de se meubler. La fonctionnalité associée à l’esthétique est le couple gagnant pour Bertrand Nauleau. C’est à partir de cet enjeu qu’est né Novesca : l’escalier rangement. Bertrand Nauleau a fusionné les 2 métiers de Cayron : ébéniste et escaliéteur au sein d’un seul et même produit. Autrement dit l’escalier devient meuble chez Cayron. Le produit breveté est autoporteur, il s’agit d’un système sur lequel reposent des marches qui constituent la structure de l’escalier, modulable en tiroirs, étagères, placards. Novesca déjà commercialisé dans 7 magasins et qui prévoit 60 distributeurs fin 2012 a obtenu un Janus 2011 de l’Industrie. Une production qui permet assurément à l’entreprise de se différencier et de se développer. Chez Cayron, l’agencement se décline aussi sous la marque Atelier Sud Création qui répond à des demandes spécifiques de meubles haut de gamme sur mesure, de boiseries et d’aménagements intérieurs alliant le savoir-faire des meubles Pierre Cayron et des Escaliers Sud Création. Atelier Sud Création permet d’aborder de nouveaux marchés comme l’agencement de terrasses luxueuses à Paris ou des réalisations spécifiques chez des personnalités qui recherchent originalité et qualité. Cette activité à peine lancée a réalisé 200 000 € de chiffre d’affaires en 3 mois. « Face à une offre un peu standardisée, l’innovation est la clef de la réussite » justifie le chef d’entreprise.

Pour plus d'infos :
http:// www.cayron.com
http://www.ateliers-sud-creation.com
http://www.novesca.com
http://www.escaliers-sud-creation.com

Innovation : produits, services, marques...
La Maison Savy lance son tripou bio

La Naucelloise adapte le fleuron de la gastronomie traditionnelle aveyronnaise au goût des consommateurs avec son tripou bio.
Plus d'infos

Piano Haute Couture : quand les pianos s’habillent…

Deux chefs d’entreprises éminemment reconnus sur le piton ruthénois ont décidé de s’associer pour fonder une nouvelle structure. En effet, Philippe Marchandot, tapissier et rénovateur de meubles et Serge Deldouis, restaurateur de pianos anciens viennent de créer la SARL « Piano Haute Couture » dont l’activité est de recouvrir les pianos de tissus haut de gamme entièrement cousus main. Ce produit rare de luxe sera présenté au salon Deco Off (ex Biennale des Editeurs de Tissus) à Paris, du 19 au 23 janvier prochain, sur le stand de leur fournisseur de tissus JAB, de renommée internationale.

Une BD dédiée au Royal Aubrac

Le dessinateur et scénariste, Christophe Bec, connu pour ses BD Sanctuaire et Pandemonium, a mis en scène le sanatorium de l’Aubrac avec le dessinateur Nicolas Sure.

 
 
  Lettre de l'économie en Aveyron - n°66 -Décembre 2011 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

André Valadier, l’Aubrac au coeur

André Valadier, fervent défenseur de l’Aubrac, est une figure emblématique de l’Aveyron. Le 21 décembre dernier, lors de la célébration des 50 ans de l’AOC Laguiole qu’il a portée à bout de bras, l’homme a été décoré Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur au titre de l’aménagement du territoire. L’occasion de rappeler son parcours qui selon lui n’aurait pas été, sans ses proches et sa famille.

Pour André Valadier, un homme seul ne peut rien. Il dit avoir fait œuvre utile grâce à l’adhésion et à la confiance des gens qui l’entourent, oubliant son leadership naturel. Pourtant, il est de ces personnages qui font l’unanimité. Sur le plateau de l’Aubrac, en Aveyron, tous s’accordent à penser qu’André Valadier est l’homme de la situation.
A 14 ans, ses parents agriculteurs lui ont laissé le choix de poursuivre ses études ou de prendre le relais familial. Sans aucune hésitation, André Valadier s’est placé dans la perspective de reprise de l’exploitation. Quelques années plus tard, le destin le précipita brutalement face à ses responsabilités. « J’ai hérité de mon père le sens du service aux autres. Il m’a donné pour exemple l’efficacité au travail et la rigueur morale qui émergeaient de son échelle des valeurs dans toutes ses actions. C’est lui qui m’a appris à fabriquer les fromages de fin de saison » explique André Valadier. Mis à part ses 2 années militaires, l’enfant de l’Aubrac n’a jamais quitté ses terres et leur a donné toute son énergie. Dès 1960, avec la création de la coopérative Jeune Montagne à La Terrisse, il se voue corps et âme à la défense d’une filière laitière qui périclitait sur l’Aubrac, comme s’il était naturellement investi d’une mission. « C’est ma mère qui a proposé le nom Jeune Montagne au vu de l’âge des jeunes aventuriers qui s’étaient lancés dans leur première tournée de collecte laitière » se souvient André Valadier rappelant que son histoire et le combat qu’il a mené ont été possibles grâce aux gens qui l’entouraient. L’homme tient tout particulièrement à mettre en avant le soutien de son épouse, discrète, qui en se mariant « épousa aussi toutes les causes découlant de ses premiers engagements au service du territoire et de la collectivité » selon ses mots. En livrant l’anecdote de la Simmental ramenée en Aubrac depuis les montagnes Suisses sur l’idée de sa conjointe lors de leur voyage de noces, le mari souligne l’importance de « Geneviève » dans l’histoire de son combat. Un combat qui se prolonge au travers de la lignée familiale : André Valadier a sans aucun doute transmis à ses enfants le gêne « terroir ». Ses deux fils notamment sont « des adeptes lucides et des militants convaincus du concept qui se concrétise et se réalise dans les démarches territoriales sous signe officiel ». 14 petits-enfants auront à leur tour le choix d’assurer la relève…

L’éleveur, André Valadier, a été Président de la coopérative Jeune Montagne pendant plus de 40 ans. Il a été élu à de nombreux mandats, chacun témoignant des implications de l’homme : Maire de sa commune où il a initié le concept de remembrement paysager, Conseiller Régional de Midi-Pyrénées, Président du Comité National des Produits Laitiers, créateur de l’IRQUALIM, Président de l’AOC Laguiole, membre du bureau de l’Association de défense de l’appellation Laguiole et Aubrac, toujours Président du Syndicat des communes de l’Aubrac co-fondateur du projet de Parc Régional de l’Aubrac… Le militant tient à associer tous les organismes, les associations, les collectivités qui ont constitué les vrais socles de réflexion, d’initiatives de partenariats et d’actions dans un total esprit de solidarité. Ces compagnons de route lui ont permis d’œuvrer pour le développement du territoire de l’Aubrac. Préserver les traditions et impulser une dynamique moderne, l’exemple le plus illustre étant le référencement de l’Aligot chez Agrigel et Picard. « Je suis arrivé à Paris fier comme un aligot et je suis reparti triste comme une purée » se souvient André Valadier face au refus tarifaire de la responsable des achats qui, a fini par accepter les conditions de vente. Depuis, le plat emblématique file et défile dans toutes les régions de France.
L’engagement et la ténacité d’André Valadier lui ont valu très tôt la reconnaissance de tous. Il est un homme de conviction qui n’hésite pas à refuser le titre de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite en 84 en réaction aux quotas laitiers qui mettaient en péril le développement et l’avenir de Jeune Montagne. « Aujourd’hui, il y a prescription » souligne-t’il comme pour couronner le succès d’un combat.

Brèves, les gens ...
Patrick Bellity nommé membre participant du Comité stratégique de la filière Automobile
Patrick Bellity a été nommé membre participant du Comité stratégique de la filière Automobile relancé le 23 novembre dernier sous la présidence des Ministres Eric BESSON et Xavier BERTRAND. Ce comité qui rassemble l’ensemble des professionnels de l’automobile (constructeurs, équipementiers et distributeurs ainsi que des organisations syndicales) vise à préserver l’emploi et l’activité dans l’automobile. Un Pacte Automobile 2ndegénération devrait en découler. A suivre…
Plus d'infos
Pierre Boyer et Jacky Cayssiols succèdent à François Grès à OGEA 12
Après 37 ans à la direction de l’Office de Gestion des Entreprises Aveyronnaises, François Grès fait valoir ses droits à la retraite. Pierre Boyer et Jacky Cayssiols prennent conjointement la relève.
Plus d'infos
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°66 -Décembre 2011 - Page 4