La lettre de l'économie en Aveyron
Fév. 2012
Numéro 68


Edito

Qualité, traçabilité, responsabilité

Avec le salon de l’agriculture, rejaillissent traditionnellement, en début d’année, un certain nombre de débats qui nous montrent combien nos concitoyens sont attachés à la transparence, aux terroirs et à l’innocuité des produits qu’ils consomment. Sécurité sanitaire, signes officiels de qualité, controverses sur les abattages rituels, estampilles d’origine alimentent la scène médiatique.

Ceci est sain. Il ne faut surtout pas y voir la marque d’une hystérie collective émanant d’une population qui à force de « mentaliser » la prise alimentaire tomberait dans la paranoïa ou les phobies en tous genres.
Cette attente de qualité, de traçabilité, de responsabilité est en réalité la preuve d’une belle vitalité, d’un consommateur refusant d’être traité comme un veau de batterie par certains opérateurs ayant à leur passif bon nombre de scandales alimentaires.

Soyons clairs, cette attente génère aussi des opportunités. Si l’Aveyron concentre aujourd’hui le nombre le plus important de signes officiels de qualité (AOC, IGP, Bio…), c’est pour nous tous incontestablement un avantage concurrentiel. Si demain, nous sommes enfin en mesure de dire clairement si une viande est garantie halal ou non halal, ce sera bien entendu un avantage concurrentiel pour les intervenants concernés. Si enfin, la qualité sanitaire et donc l’innocuité de nos produits laitiers ou carnés nous permettent d’engranger de nouvelles positions sur le marché intérieur ou à l’export, ce sera là encore une bonne nouvelle pour l’Aveyron qui n’a en vérité, pas d’autres alternatives que de se situer dans l’excellence, la transparence et la valeur ajoutée.


Arnaud VIALA
Conseiller Général de Vezins
Président d'Aveyron Expansion


Au sommaire

A la Une
> Vins aveyronnais : petites AOC grand succès

> Telex de l'économie

Du neuf
> La TV en direct dans un bus grâce à la synergie des compétences Actia Automotive et Actia Sodielec

> Agenda

> Innovation

Vie des entreprises
> Déjà 10 ans de Malice...

> Economie de proximité

Entrepreneurs aveyronnais
> Delphine Carles, la dame du Roquefort

> A voir

> Lire les news précédentes

Aveyron Expansion est aussi sur :



A la Une  

Vins aveyronnais : petites AOC grand succès

L’Aveyron, comme chaque année, tenait son stand au Salon International de l’Agriculture, à Paris. La Journée de l’Aveyron qui a eu lieu le 28 février, sous le signe de l’agropastoralisme, mettait aussi à l’honneur les 4 vignobles AOC aveyronnais.

L’Aveyron réputé pour son Roquefort, son Aligot… l’était jusqu’à présent bien moins pour ses vins. Ce 49ème salon de l’agriculture était l’occasion de saluer le classement en AOC des vins d’Estaing, d’Entraygues et de Millau venus ainsi rejoindre Marcillac qui a fêté ses 20 ans d’appellation. Ce sont 300 hectares de vignes que se partagent quatre terroirs : 200 hectares pour le Vallon de Marcillac, 70 pour les Côtes de Millau, 22 pour Entraygues-Le Fel et près de 20 pour Estaing. Soit une centaine de vignerons qui vivent de leur production en Aveyron.

Le Marcillac à 90% rouge et 10% rosé a petit à petit acquis ses lettres de noblesse. C’est son cépage unique -le mansois- et typique qui séduit les amateurs de vins français mais aussi allemands, anglais et québécois. Le Marcillac s’exporte même à New-York et au Japon ! Sa notoriété est croissante, il ne souffre plus de l’image du vin de casse-croûte. « Il est en train de devenir un grand vin » selon les mots de Kasper Ibfelt, Directeur de La Cave des Vignerons du Vallon, à Valady, qui affichera bientôt un bâtiment à l’image de la nouvelle côte du Marcillac. La cave compte 38 adhérents et une dizaine de producteurs produisent leur vin indépendamment.

Du côté de Millau, ce sont les caves millénaires à fleurines qui procurent une fraîcheur naturelle pour la conservation qui font la réputation du vin. Le vin des Côtes de Millau s’exporte aussi, en Chine et aux Etats-Unis. Il est particulièrement apprécié dans les bistrots parisiens. 20 producteurs dont une dizaine d’adhérents à la coopérative d’Aguessac se répartissent la production.

Les vins d’Entraygues-Le Fel représentent chaque année 1 000 hectolitres dont 50% en rouge, 40% en blanc et 10% en rosé. 6 viticulteurs travaillent à préserver la typicité de leur vignoble et leur savoir-faire.

Quant aux vins d’Estaing, ils ont ravi le titre de la plus petite AOC viticole à l’AOC de Marcillac. Les 9 producteurs de la coopérative et les 3 viticulteurs indépendants produisent un peu plus de 500 hectolitres par an. 60% de la production est rouge, 25% rosée et 15 % en blanc. La Maison de la Vigne du Vin et des Paysages d’Estaing, ouverte en 2006, a lancé l’oenotourisme avec son espace de vinification moderne et fonctionnel.

Les vins aveyronnais se sont frayés leur chemin parmi les vins français par leur typicité et rencontrent aujourd’hui un large succès. Ces petits vignobles ont su conquérir les palais, ils n’ont rien à envier aux plus grands. On les retrouve à la carte des étoilés et l’on pouvait même lire sur twitter, le 27 janvier dernier, sur le compte d'une twitteuse, @ClEmEnCf « A trouvé un petit marcillac (de l'Aveyron) chez mon petit caviste du coin. #oniratousenAveyron ».

Pour plus d'infos

 

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
RLD investit et embauche

Le 3ème acteur national du marché de la location et de l’entretien de vêtements professionnels, de linge d’hébergement, RLD à Decazeville, a embauché 10 CDI en 2011 et devrait en embaucher 7 en 2012. L’entreprise a investi 500 000€ dans le cadre d’un programme de modernisation des outils. Si bien qu’elle est passée de 8000 vêtements nettoyés à 11 000 par jour.
Plus d'infos

Le groupe Larren inaugure ses nouveaux locaux

Le 10 février dernier, le groupe Larren inaugurait ses 1000 m² de locaux flambant neufs sur la zone du Combal à Decazeville. La petite société d’électricité générale créée en 72 a fait du chemin. Elle compte aujourd’hui dans son giron Elit, société d’électricité générale industrielle et/ou tertiaire, SLR dédiée à l’acheminement de l’énergie électrique, toutes deux créées en 2004 et la récente, Elit Energies Vertes, qui commercialise et installe clés en mains des solutions micro-éoliennes pour les particuliers ou les industriels. Le groupe Angel Larren est le premier en Aveyron à se doter d’un véhicule électrique à usage professionnel et devrait même bientôt commercialiser et installer des bornes de rechargement pour véhicules électriques.
Plus d'infos

La jeune entreprise Soleir fait son trou sur le marché du photovoltaïque industriel

Créée en 2010, l’entreprise Soleir qui intervient dans la couverture de bâtiments industriels et agricoles et l’installation de panneaux photovoltaïques est passée de 4 à 10 salariés et a déménagé sur le parc d’activités de Bérals, à Saint-Rémy. Elle rayonne sur tout le grand Sud, de Bordeaux à Marseille. Sa prestation comprend la pose de la couverture, des panneaux, des onduleurs et le raccordement au réseau.

Adfine, Hauteur et Sécurité, Zazibulle : les 3 lauréats du 4ème concours à la création d’entreprises de la communauté de communes Millau Grands Causses

La société Adfine, scop de conseil à toutes entreprises qui souhaitent inscrire le développement durable dans leur stratégie de développement, a été récompensée dans la catégorie « émergence ». La société Hauteur et sécurité qui forme des cordistes a été primée dans la catégorie « création-développement ». Zazibulle, petit atelier de création de cuir et de maroquinerie a reçu le prix de la catégorie « coup de cœur ». Chacun des lauréats s’est vu remettre une dotation de 5000€ qui sera portée à leur capital social. Ils bénéficieront aussi d’un soutien technique et juridique à leur développement.
Plus d'infos

 
 
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°68 - Février 2012 - Page 1

Du neuf...


 

La TV en direct dans un bus grâce à la synergie des compétences Actia Automotive et Actia Sodielec

Le groupe Actia, au travers de sa division Automotive et de sa division Telecom, Actia Sodielec à Saint-George de Luzençon, expérimente la diffusion de la TV en direct, dans un bus du réseau Tisséo à Toulouse, via un récepteur TNT. Une première en France ! qui permet aussi de diffuser toutes les données numériques telles que l’information passager, l’information trafic…

Récepteur multimédia embarqué VIR 100

La solution de réception et de diffusion TV totalement innovante, actuellement testée sur la navette du réseau Tisséo qui dessert l’aéroport Toulouse-Blagnac, est le fruit de l’expertise de la division Automotive du groupe Actia en systèmes embarqués sur véhicules commerciaux en général et sur véhicules de transport de passagers en particulier et de l’expertise de la division Télécommunications Actia Sodielec en termes de diffusion audiovisuelle. Cette solution de TV mobile est basée sur un équipement de toute dernière technologie : un récepteur sophistiqué, multistandard (DVB-T, DVB-H,T-DMB, DAB, DAB+), répondant aux contraintes environnementales et s’intégrant dans une architecture IP. Ce récepteur, le VIR 100, est équipé de 3 antennes différentes qui permettent de suivre un programme TNT, en direct, sans interruption de service sur un parcours. Il procure une qualité de réception en mobilité inédite car il est le seul, actuellement, et donc le premier récepteur à gérer le passage d’un émetteur TNT à un autre, sans coupure de signal. Actia Sodielec a mis au point la première solution d’une nouvelle génération de produits de communication haut-débit. Ainsi, une version permettant la diffusion de la TV par WIFI vers les appareils portables des passagers offrira un nouveau service particulièrement performant.

Bien entendu, la diffusion de la TV en direct n’est qu’une des nombreuses déclinaisons proposées par cette nouvelle technologie. En effet, l’offre de services envisageable est particulièrement large : informations passagers, informations véhicules, trafic, messages… avec toujours le même avantage : une réception en temps réel. Les premières conclusions de ce « field test » sont particulièrement encourageantes et permettent au groupe Actia d’envisager de proposer ce type de services pour différents véhicules de transport de passagers : bus interurbains, cars de tourisme.

La gamme de moniteurs et d’IHMs tableau de bord proposée par Actia vient parfaitement compléter cette offre et permettra aux opérateurs de flottes de bénéficier d’une solution totalement modulaire en fonction des services qu’ils souhaitent proposer à bord de leurs véhicules.

Pour plus d'infos


Agenda économique

 

Si l’Aveyron m’était conté les 17 et 18 mars prochains à Toulouse
Pour la 5ème année consécutive, l’Amicale des Aveyronnais de Toulouse et de la Haute Garonne, mettent l’Aveyron au cœur de Toulouse, place du Capitole, de 9h à 19h. L’occasion pour les toulousains de découvrir culture, gastronomie, artisanat, tourisme … aveyronnais.
Plus d'infos

La semaine de l’Industrie du 19 au 25 mars 2012 à Toulouse
L’UIMM Midi-Pyrénées (Union des Industries et Métiers de la Métallurgie) organise pour la 2e année consécutive "La Semaine de l’Industrie en Midi-Pyrénées", du 19 au 25 mars 2012. Une déclinaison régionale d'une opération nationale qui doit permettre à l’UIMM Midi-Pyrénées de valoriser ses métiers et ses formations et de rappeler ses besoins en recrutements.
Plus d'infos

AG d’Agrimip Sud-Ouest Innovation le 22 mars à Toulouse
Le pôle de compétitivité Agrimip Sud-Ouest Innovation tient son assemblée générale le 22 mars prochain au centre de congrès Diagora, à Labège.
Plus d'infos

Foire-exposition les 14 et 15 avril prochains à Espalion
L’édition 2012 de la Foire-exposition d’Espalion se tiendra les 14 et 15 avril.



     
Innovation : produits, services, marques...
Le Thérondels, un nouveau fromage

L’Union Fromagère Jeune Montagne (Laguiole et Thérondels) et les producteurs de la coopérative fromagère de Thérondels ont lancé la production d’un nouveau fromage d’environ 2,5kg, « le Thérondels ».

Les chauffeurs du transporteur Galtier mettent à jour leurs connaissances sur un simulateur

Un semi-remorque équipé d’une salle multimédia et d’une cabine de camion montée sur vérins hydrauliques, stationné sur le parking de l’entreprise Galtier à Roquefort, a permis à 57 des 60 chauffeurs de la société de tester leur conduite selon des conditions particulières, un formateur conseillant en direct les réactions à adopter. Une première en Midi-Pyrénées !
Plus d'infos


 

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°68 - Février 2012 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

Déjà 10 ans de Malice...

Déjà 10 ans qu'elle travaille dans l'ombre de plusieurs entreprises majeures de l'Aveyron...
Déjà 10 ans d'implication dans les stratégies marketing et communication, 10 ans de conseil...
Elle, c'est l'agence Malice, et ses huit collaborateurs.

Aujourd'hui, l'agence est organisée autour de deux principaux pôles.
Le pôle "management de projets communication/marketing", qui accompagne les clients à l'année pour leur stratégie de développement, la mise en place de leur plan d'actions, ou des projets ponctuels.
Le pôle "création et infographie", chargé de la réalisation de tous les outils nécessaires à un plan de communication efficace : outils papier, web, audiovisuels, événementiels...
La collaboration quotidienne entre ces deux pôles permet la naissance de concepts publicitaires forts et innovants, pour répondre aux objectifs préalablement fixés.

Totalement en phase avec l'environnement économique du département, l'agence distille son savoir-faire dans des secteurs d'activité aussi différents que l'agriculture, l'agroalimentaire, la menuiserie, l'industrie, le tourisme, la cosmétique, les services, l'éducation, la formation, l'artisanat...
Sa méthode : observer, analyser, réfléchir puis agir !

Quelle que soit la taille de l'entreprise avec laquelle elle travaille, de la TPE à la multinationale, l'équipe de l'agence Malice s'inscrit dans une démarche de partenariat avec l'entreprise qu'elle accompagne. Un moyen de permettre à toute société d'avoir, à un coût raisonné, un véritable service marketing interne.

L'agence s'adresse à toutes les entreprises désireuses de développer leur volume d'activité et leur chiffre d'affaires en s'appuyant sur une réflexion marketing globale et des outils de communication cohérents.

Pour plus d'infos

 
Economie de proximité
La Maison de Camille à Salles-la-Source accueille une clientèle de séniors autonomes

Réalisation d’un concept original et novateur, aux portes de Rodez, à Salles la Source, la Maison de Camille accueille une clientèle de séniors autonomes, seuls ou en couple, dans un espace de vie de qualité, qui, du studio au deux pièces allie confort, sécurité, convivialité et indépendance. Douze logements entièrement rénovés aux normes actuelles, spécifiquement conçus pour favoriser l'accessibilité aux personnes à mobilité réduite sont disponibles. Isabelle Ginestet-Foissac, sa directrice et son équipe seront ravis de vous accueillir pour vous faire découvrir leur site.

Grain d'Aubrac, nouvelle boutique à Saint-Chély

Après de très nombreuses années passées dans son commerce de boulangerie-épicerie à St-Chély d’Aubrac qu'elle a cédé, Maryse Auguy, a décidé d’ouvrir une boutique dénommée « Grain d'Aubrac » le 1er Avril prochain, toujours à St Chély. Ce commerce regroupe toutes ses passions : la décoration, la photo, les cartes postales, les livres… liées à son cher Aubrac. Tout en proposant ces différents objets, ce lieu sera également un lieu convivial de rencontres et d’échanges.

Toutunservice.com à destination des particuliers et des professionnels

Ludovic Fraysse, jeune créateur de l’entreprise Infor Express située à l’Hôtel d’entreprises de la Zone d’Activités des Grèzes, à Villeneuve, vient de lancer le site Toutunservice.com à l’usage des particuliers et des professionnels proposant tout type de services (à la personne, covoiturage, hébergement, garde d’enfants, offres d’emploi…).

  Lettre de l'économie en Aveyron - n°68 - Février 2012 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

Delphine Carles, la dame du Roquefort

Delphine Carles, à la tête de l’entreprise productrice du Roquefort éponyme, dit s’inscrire dans la lignée familiale, après son père et son grand-père, comme si petite, elle était « tombée dans la marmite ». Aujourd’hui, cette femme « mène » cette petite production emblématique avec passion.

Delphine Carles se souvient : « J’avais 4 ans, je suivais déjà mon père dans notre laiterie, à Martrin ». Diplômée de biochimie et après une année de gestion, elle rejoint officiellement le navire en 1997 pour seconder son père, Jacques Carles, lui permettant ainsi de lever le pied. Avec le temps, Delphine se consacre de plus en plus à sa passion, la production. C’est le grand-père de Delphine qui a lancé la fabrication du Roquefort Carles en 1927 et le père a repris la société en 1957. Lorsqu’on demande à la dirigeante ce qu’il y a de différent aujourd’hui, elle répond : « pas grand-chose, les méthodes sont les mêmes. Le management est peut-être différent du fait que je suis une femme » et finit par nuancer ses propos en expliquant qu’elle a de toute manière évolué dans un univers très masculin avec ses 3 frères aînés. « J’étais un garçon manqué » avoue-t-elle.

 

 

Delphine Carles décide d’investir, en 2011, dans un nouveau bâtiment à Rebourguil, comme un retour aux sources car le grand-père Carles avait sa laiterie à 500 mètres à vol d’oiseau. Ce nouveau bâtiment opérationnel depuis le 8 décembre dernier est dimensionné pour héberger + 20% de volume. Aujourd’hui, l’entreprise Carles produit 240 tonnes de Roquefort par an, soit 1% de la totalité du fromage de Roquefort. Jacques Carles, âgé de 82 ans, est toujours un peu présent « dans les murs »: « il vient encore régulièrement et ne regrette vraiment pas l’investissement dans ce nouvel outil de production » explique la chef d’entreprise qui voue son attention à chaque paramètre qui fait le Roquefort Carles. Dans cette nouvelle unité, les investissements portent essentiellement sur les procédés de nettoyage du matériel assurant ainsi une hygiène optimale tout en facilitant la tâche du personnel particulièrement motivé et ravi de travailler dans de meilleures conditions. Les méthodes de fabrication restent inchangées. Delphine Carles prolonge le cheminement de son père qui a fait le choix de positionner le Roquefort Carles sur un secteur qualitatif avec l’usage de méthodes artisanales au lieu d’investir sur une mécanisation à outrance de l’outil de production. « J’ai beaucoup de reconnaissance pour mon père » justifie-t-elle.

Le Roquefort Carles est essentiellement distribué en crèmerie fromagerie mais il est aussi exporté en Europe, au Japon et en Australie. Son procédé de fabrication complètement traditionnel fait son image de marque. « Le lait est utilisé dès qu’il arrive, on travaille à la main, on utilise le Penicillium Roqueforti cultivé sur pain et au moment de la mise en moule on ensemence chaque fromage… » souligne Delphine Carles qui vit chaque instant de la fabrication de décembre à juin. On le retrouve dans de grands restaurants par l’intermédiaire notamment de crémiers MOF (Meilleur Ouvrier de France). La dirigeante entretient de bonnes relations avec ses clients. « Beaucoup sont devenus des amis » dit-elle.

Chez les Carles, le Roquefort est vraiment une affaire de famille : le grand-père, le père, la fille… et les enfants. « Non seulement je n’ai pas arrêté d’en manger lorsque j’étais enceinte, mais mon dernier fils ne jure que par le Roquefort, l’aîné reconnaissait le « Carles » sans hésiter dès l’âge de 5 ans ! Et le second se spécialise déjà dans l’affinage, au contact du chef de cave, sans oublier de prendre sa tartine au passage ! » lance la dame du Roquefort.

Pour plus d' infos

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°68 - Février 2012 - Page 4

A VOIR

> Que loués soient les produits ! Vers une logique servicielle
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°68 - Février 2012 - Page 5