La lettre de l'économie en Aveyron
Avril 2012
Numéro 70


Edito

«Les sentiers battus n’offrent guère de richesse, les autres en sont pleins»

Par ces mots Giono campe bien plus que le secret de la réussite: une vraie philosophie de vie qui colle étonnamment à nos tempéraments.

Tourner le dos aux lieux communs, aux concepts attrape-tout et aux folies dépensières; préférer une terre réellement préservée et valorisée aux tartes à la crème peintes en vert à la sauce soit- disant durable du «green –washing»; ne pas transiger à la fois sur ce que nous sommes et sur notre capacité à innover! Autant d’attitudes qui réconcilient, si besoin était, l’âme du paysan et celle de l’entrepreneur pour le plus grand bonheur de nos comptes d’exploitation. Un seul bémol: l’esprit de conquête, on le croyait inscrit à jamais dans l’ADN aveyronnais mais il manque parfois de tonus dans notre approche de l’export, particulièrement hors d’Europe, là où les niveaux de croissance demeurent confortables.

Une analyse approfondie des plus grands succès économiques et industriels de ces 10 dernières années nous laisse sans voix: sur chacun de ces projets et sur l’ensemble de nos filières y compris les plus exposées, dans chacune de ces idées et au coeur de ces entrepreneurs, une seule obsession, un seul grand principe, cultiver coûte que coûte ce qui différencie.

C’est ainsi qu’un segment de notre filière viande ovine tutoie «la haute couture» c'est-à-dire la grande gastronomie, qu’un couteau devient une œuvre d’art, c’est ainsi que les cuvées spéciales de nos roqueforts se donnent des airs de grands crus, c’est ainsi que nos fleurons de la mécanique et de l’industrie du bois se positionnent intelligemment dans des niches où ils conservent une longueur d’avance ou simplement un avantage concurrentiel.

Au moment où s’amoncellent à nouveau quelques nuages noirs sur la douceur printanière, il conviendra tout à la fois de ne pas oublier son couvre-chef mais surtout de ne pas se tromper de chemin.



Arnaud VIALA
Conseiller Général de Vezins
Président d'Aveyron Expansion
Consultez le blog d'Arnaud Viala


Au sommaire

A la Une
> Midinvest 2012 : un forum dédié au capital investissement en Aveyron le 4 juillet

> Telex de l'économie

Macro-économie
> Aveyron Energie Bois, au-delà d’un réseau de chaleur, un projet de société

Collectivités
> Une première en France : l’agence EDF « une rivière, un territoire développement » à Rodez

> Agenda

Vie des entreprises
> Sobac, créateur d’humus pour la santé de la terre

> Innovation

Entrepreneurs aveyronnais
> Les frères Greffeuille et la construction d’une filière ovine « haute couture »

> Les gens

> A voir

> Lire les news précédentes

Aveyron Expansion est aussi sur :



A la Une  

Midinvest 2012: un forum dédié au capital investissement en Aveyron le 4 juillet

Le 5 septembre dernier, Aveyron Expansion, Midi-Pyrénées Expansion et la Caisse des Dépôts organisaient conjointement à Rodez le forum « Développement et financement en Aveyron » dédié au financement de l’entreprise par une levée de fonds. Ce fut l’occasion pour de nombreuses entreprises aveyronnaises de se familiariser avec le Capital Investissement et de les aider à mobiliser au mieux les aides existantes face une panoplie parfois complexe.

Cette opération, préparatoire au salon MIdinvest, a remporté un succès notable. Pour sa cinquième édition, Midinvest a réuni 500 participants, dont 250 entrepreneurs et 85 investisseurs. 700 rendez-vous d’affaires ont ainsi pu être organisés. L’édition 2011 proposait également des forums thématiques, au nombre de 6 et un salon des investisseurs (32 stands).

Pour 2012, dans le cadre de la Charte «Investir et se développer en Midi-Pyrénées», les agences départementales et Midi-Pyrénées Expansion, en partenariat avec la Caisse des Dépôts et Consignations renouvellent l’organisation de forums départementaux du financement.

Pour l’Aveyron, le forum du financement se tiendra le 4 juillet prochain, de 17h à 19h (Salle de conférences du Centre Culturel départemental – 25 avenue Victor Hugo à Rodez). Il s’agira de comprendre l’écosystème régional du capital investissement, les principaux leviers pour réussir sa levée de fonds et convaincre un investisseur. Des informations très concrètes seront apportées aux entreprises aveyronnaises, notamment par Paul Berrux, Directeur Associé de Multeam, spécialiste des opérations de financement auprès des fonds de capital investissement. Ces propos seront étayés par une «sucess story» départementale à travers le témoignage d’un chef d’entreprise et de son investisseur.

Pour plus d’information, contactez Aveyron Expansion au 05 65 73 63 12

Pour plus d'infos

Voir également : Principaux dispositifs d'aides aux entreprises

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
20 millions d’investissement pour Sam Technologies

Un ensemble immobilier composé d’un techno-centre et d’une école de formation, représentant 20 millions d’€ d’investissement devrait être livré en 2014. Pour Patrick Bellity, PDG du Groupe Arche et de Sam Technologies, il s’agit d’ « être les meilleurs et d’être à la pointe de l’innovation » afin de conforter notamment les exportations vers l’Allemagne déjà bien engagées. Un bureau à Munich a été ouvert il y a 6 mois.
Plus d'infos

Création de 2B Construction Bois à La Cavalerie

La SARL 2B Construction Bois créée par David Bergonnier et Benoît Bibies à La Cavalerie, est spécialisée dans la fabrication de charpentes pour particuliers ou professionnels. Elle assure aussi la couverture des toitures et propose la vente et la pose de maisons à ossature bois labellisées BBC (Bâtiment Basse Consommation).

Nouvelle société de montage de charpentes métalliques : SARL Philemarc

La commune d’Alrance a vu se créer une nouvelle société spécialisée dans le montage de charpentes métalliques, toitures et bardage : Philemarc.

Jeune Montagne reprend Ecir en Aubrac

La fromagerie Ecir en Aubrac à Laguiole, vieille d’un quart de siècle, entre dans le giron de la coopérative Jeune Montagne.

40 ans pour Ovitest

Le premier centre d’insémination ovine d’Europe à la Glène a fêté ses 40 ans. La coopérative compte aujourd’hui plus de 2100 adhérents et son territoire d’action dépasse les limites du rayon de Roquefort. Elle a réalisé 330000 inséminations en 2011.

Coaching d’entreprises avec un cheval

Coach’in, à Muret-le-Château, effectue, comme son nom laisse l’entendre, du coaching. Mais il s’agit d’une nouvelle forme de coaching où le cheval prend toute son importance pour travailler la connaissance de soi-même, le management avec ses collaborateurs ou encore la cohérence et la cohésion des équipes. Il est un révélateur de personnalité et de l’état relationnel aux autres et les séminaires effectués dans un cadre privilégié sont propices à la prise de recul et au bien-être. Un coaching opérationnel permettra enfin une transposition « pratico-pratique » au retour en entreprise.

IB2M dans ses nouveaux locaux à Gages

L’entreprise d’ingénierie en bâtiment, IB2M, créée en 2008 et qui emploie aujourd’hui 16 personnes dont 12 à Gages et 4 à la succursale de Mendes, a investi ses nouveaux locaux route de Bougaux. Elle crée des plans techniques (structure, énergie, fluide, électricité…) en co-traitance avec des architectes pour des chantiers tels que des ateliers logistiques d’Airbus pour l’avion A350, l’installation de photovoltaïque sur le foirail de Laissac…
Plus d'infos

Obtention de la norme AFNOR pour la pépinière Chrysalis

La Pépinière Chrysalis à Decazeville s’est vu remettre la certification AFNOR qui couvre son activité d’aide au montage de projets, l’accompagnement et le suivi des entreprises en phase de démarrage, l’hébergement, la mise à disposition de services partagés et la mise en relation avec un réseau de partenaires et d’experts.
Plus d'infos

Investir en Aveyron, association d’investisseurs privés

Une association d’investisseurs privés en Aveyron a vu le jour. Elle met en relation les investisseurs privés qui cherchent à investir en Aveyron et les entrepreneurs qui cherchent des fonds.
Plus d'infos auprès de investirenaveyron@aveyron.cci.fr

Sunnypark à Millau

L’entreprise Solusun compte désormais l’une de ses bornes solaires, capable de fonctionner en continu ou de se déclencher par la détection de mouvements, Sunnypark à Millau.
Plus d'infos

Des stop-rayons « Fabriqué en Aveyron »

Les consommateurs pourront désormais identifier leurs produits « Fabriqué en Aveyron » dans les rayons des supermarchés grâce aux stop-rayons qui les alerteront. Des kakemonos signés « Fabriqué en Aveyron, la force d’une identité » signaleront également toutes opérations promotionnelles des produits « Fabriqué en Aveyron ».
Accédez au reportage de TF1 : "Fabriqué en Aveyron, une signature qui rassure les consommateurs"

 
 
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°70 - Avril 2012 - Page 1

Macro économie - Collectivités


Macro-économie

Aveyron Energie Bois, au-delà d’un réseau de chaleur, un projet de société

Comme son nom l’indique, l’association Aveyron Energie Bois fédère les acteurs du bois autour de l’énergie, y compris les agriculteurs concernés et les usagers. Si sa mission première est bel et bien de faire émerger et d’accompagner des projets collectifs de chaudière bois, pour Stéphane Foury, Président de l’association, il s’agit aussi d’un acte politique en maillant le territoire aveyronnais de projets aux préoccupations environnementales, économiques et sociales. « C’est un choix de société » explique-t-il.

Aveyron Energie Bois est créée en 2006 par les acteurs aveyronnais de la filière bois pour relancer une dynamique autour du chauffage bois. Initiative que portait déjà l’association Bois énergie 12, il y a 25 ans, mais qui a périclité, à la fin des années 90, en raison du faible coût du pétrole à l’époque. Aujourd’hui, réchauffement climatique et raréfaction des énergies fossiles remettent sur le devant de la scène cette démarche environnementale aux vertus économiques et sociales. Rappelons que l’Aveyron compte 240 000 hectares de forêts, soit 28% de sa superficie et que son accroissement naturel est de 1,1 million de m3. Le bois énergie est une vocation toute trouvée pour le département de l’Aveyron et fédère par conséquent forestiers, scieurs, installateurs de chaudière, bureaux d’études, usagers et organismes divers qui ont un intérêt dans la démarche de promotion et de développement de la filière bois énergie aveyronnaise (CRITT Bois Midi-Pyrénées, Aveyron Expansion…). Guillaume Courty, animateur bois énergie accompagne les porteurs de projet de chaufferies automatiques au bois qu’il s’agisse de collectivités locales, d’entreprises ou de gestionnaires de bâtiments…. Il informe, anime mais prospecte aussi. De la définition du projet au montage de dossiers de subventions, Guillaume Courty met ses compétences à disposition des maîtres d’ouvrages. Des actions de sensibilisation et pédagogiques sont menées auprès d’éventuels porteurs de projets ultérieurs par le biais de visites d’installations notamment. L’association participe à apporter un regard nouveau et pédagogique sur le bois énergie. Alors qu’il manquait cruellement de projets bois énergie au vu de la ressource aveyronnaise, ils sont désormais plusieurs à avoir fait le choix d’un réseau de chaleur : Onet-le-Château, Cransac, Pruines, Sauclières… Rodez, Millau, Decazeville, Villefranche-de-Rouergue, Saint-Affrique, Salles Curan, Mur-de-Barrez étudient la question. Du côté des entreprises, Bosch a un projet en cours et Atelier du Rouergue est à l’étude. C’est un peu un effet boule de neige qu’espère Stéphane Foury, le forestier Président d’Aveyron Energie Bois. Il compte pour cela notamment sur les initiatives des collectivités qui doivent être exemplaires en la matière afin d’ancrer le raisonnement économique et social à long terme de la démarche. Le bois énergie offre de nouveaux débouchés à la filière bois et permet de valoriser le bois localement qui n’était jusqu’à présent pas utilisé, créant par conséquent de nouveaux emplois. Il reste l’énergie la moins chère sur le marché et bien entendu il s’agit d’une ressource énergétique renouvelable dont la collecte est largement compensée par l’accroissement annuelle de la forêt aveyronnaise (seuls 200 000 m3 sont collectés par an) et dont la production de CO2 par la combustion du bois est elle, compensée par la consommation de CO2 issue de la croissance forestière. A ce titre, les territoires aveyronnais ont entrepris des démarches qu’accompagne et met en perspective l’association. La Chambre d’agriculture et le Conseil Général de l’Aveyron ont dédié une enveloppe à la réalisation d’une enquête auprès des acteurs du bois énergie. Le Pays Ruthénois mobilise des salariés pour un suivi de consommation énergétique en vue d’effectuer des travaux d’amélioration. Pour Stéphane Foury, « le gâteau devrait grossir, la filière s’organiser et le territoire se mailler de projets structurants aux plans environnemental, économique et social ».

 


Agenda économique

 

Rencontre Vers l’Emploi dans le secteur du tourisme le 22 mai prochain à Rodez
L’AFIJ (Association pour Faciliter l’Insertion Professionnelle des Jeunes Diplômés) Rodez organise une Rencontre Vers l’Emploi dans le secteur du tourisme. L’objectif est de permettre aux jeunes diplômés issus de l’enseignement supérieur de mieux connaître ce secteur et ses opportunités. Plusieurs postes seront à pourvoir.
Ce rendez-vous est fixé le mardi 22 mai prochain, de 14h à 16h30, à l’AFIJ Rodez située 27 rue Séguret Saincric à Rodez.
Plus d'infos

Cre’acc 2012, inscriptions jusqu’ au 1er juin 2012
En partenariat avec l’Agence pour la création d’entreprises (APCE), l’Ordre des experts comptables lance la 10ème édition de Cré’ACC, le concours d’aide à la création d’entreprises en Midi-Pyrénées. Les lauréats régionaux des catégories jeune (moins de 30 ans), au féminin, 2ème vie professionnelle, innovante, entreprise de moins de 6 mois et coup de cœur du jury recevront chacun un chéquier services d’une valeur de 3000 €.
Plus d'infos

Le Jeudi 7 juin 2012, le Centre des Jeunes Dirigeants de l'Aveyron organise une soirée d'information ouverte à tous les chefs d'entreprises et leurs collaborateurs sur le thème "L'avenir des PME indépendantes" à l'amphithéâtre de la CCI de Rodez à partir de 19 heures.

Plus d'infos

Collectivités

Une première en France : l’agence EDF « une rivière, un territoire développement » à Rodez

Le 13 avril dernier, à Rodez, au cœur de l’Aveyron, 1er département de France pour les énergies renouvelables, EDF inaugurait l’ouverture d’une agence dédiée au développement du territoire dans les domaines de l’énergie, de l’eau et de l’environnement. L’agence « une rivière, un territoire développement » est une première en France. EDF a choisi les vallées hydrauliques du Lot, de la Truyère et du Tarn où elle exploite 23 centrales hydroélectriques qui représentent 13% de sa puissance hydroélectrique en France, pour concrétiser son projet d’aide au développement économique des territoires.

Elle a pour mission de stimuler l’émergence et le développement de projets territoriaux innovants dans 3 secteurs privilégiés : l’eau, l’énergie et l’environnement, et de développer l’appel aux compétences des industriels et artisans locaux. Pour cela, elle dispose de moyens financiers alloués au financement des projets et d’un réseau de compétences (accès aux experts EDF, ateliers de l’innovation, réseau…). Son budget annuel sera d’environ 3 millions d’€. Les entreprises aveyronnaises et les acteurs économiques institutionnels seront informés, par l’agence, des marchés EDF, de leurs spécificités, des procédures d’achat… A cet effet, l’agence anime une plate-forme d’échanges et des ateliers des savoir-faire industriels.

L’équipe est composée d’un directeur, Alain Picasso, d’un chargé des relations industrielles, Jean-Luc Espié et d’un chargé de développement territorial, Olivier Savoye.

Afin d’appréhender au mieux les attentes des territoires, acteurs socio-économiques aveyronnais et experts pluridisciplinaires ont été associés dès l’origine à la démarche d’EDF avec la création d’un comité d’orientation territorial. Des groupes seront également constitués à l’échelle des territoires.

L’agence « une rivière, un territoire développement » installée dans la Tour Raynalde, à Rodez, est le fer de lance du programme éponyme d’EDF au plan national qui témoigne de l’engagement de ce leader de l’énergie en Europe sur les territoires.

Pour plus d'infos


 Lettre de l'économie en Aveyron - n°70 - Avril 2012 - Page 2

Vie des entreprises

Entreprise  

Sobac, créateur d’humus pour la santé de la terre

Le succès de Sobac, implantée à Lioujas, rend aujourd’hui ses lettres de noblesse à Marcel Mézy, l’inventeur de Bactériolit® et Bactériosol®, longtemps marginalisé. Avec ses 3 associés, les frères Raymond et Patrick Fabre et son fils, Christophe Mézy, ils commercialisent les fertilisants naturels dont il a le secret.

L'équipe de Sobac

Sobac est née de la rencontre de 2 familles, celle de Marcel Mézy et celle des frères Fabre. L’inventeur du Bactériolit® cherchait des partenaires pour la commercialisation de son produit de valorisation des fumiers et lisiers en humus pour éviter l’utilisation d’engrais chimiques. Patrick et Raymond Fabre qui avaient à l’époque une société de fabrication et de vente de céréales germées, Lobagri, l’ont introduit, en 1986, chez leurs clients, n’ayant aucun doute sur le potentiel du concept inventé par Marcel Mézy : un additif naturel de compostage qui améliore l’efficacité des engrais de ferme. L’intuition des frères Fabre s’est révélée fructueuse : les agriculteurs s’étant prêtés à l’utilisation du fertilisant naturel ont obtenu des résultats sans précédents. Si bien que les 4 hommes décident de créer Sobac et se lancent, en 1992, dans la fabrication de Bactériolit® et Bactériosol®. Marcel Mézy avait, entre temps, donné naissance à ce dernier qui lui, améliore la structure des sols et permet d’éviter tout apport complémentaire d’engrais de fond, d’oligo-éléments et d’amendements. « Il a été pensé pour les agriculteurs qui n’avaient pas de fumier ou de lisier, ou du moins, pas assez. » explique Patrick Fabre. La production des fertilisants naturels a commencé de manière artisanale à Villeneuve d’Aveyron puis Pierre Castanier, agriculteur utilisateur du concept à Bozouls, a créé SMC, Société de Mélange et Conditionnement, et monté une unité de production pour fabriquer les produits en poudre. Les granulés font leur apparition en 2000. L’équipe se dote d’une nouvelle unité de production, en 2007, pour répondre à la demande et fonde Futuragri, une autre société du groupe, à Bourré, dans le Loir-et-Cher, épicentre de la zone de commercialisation des fertilisants qui s’est vite étendue à l’échelle nationale. Ainsi SMC et Futuragri produisent et Sobac commercialise. Ce sont 54 commerciaux et 10 agents indépendants qui œuvrent à distribuer Bactériolit® et Bactériosol®, pour 90% en direct, à plus de 5000 agriculteurs français. Sobac réalise 16,8 millions d’€ de chiffre d’affaires et emploie 75 personnes. Il y a 3 ans, elle a créé une filiale en Allemagne qui compte 4 salariés. Après avoir révolutionné le monde agricole avec son concept qui concilie rentabilité et préservation de l’environnement, elle aborde aujourd’hui le segment de la jardinerie par le biais du grand public mais aussi des collectivités. 5 commerciaux lui sont dédiés. De nombreux stades ont déjà adopté le Bactériosol® pour nourrir et embellir leur pelouse. Ce modèle de développement durable n’est plus à démontrer. En témoignent les nombreuses reconnaissances acquises par l’entreprise : en 2005, elle participe comme entreprise pilote à la mise en place de la norme Développement Durable avec l’AFNOR et la CRCI Midi-Pyrénées, en 2006, elle reçoit le prix Environnement Entreprise du Conseil Général de l’Aveyron ainsi que la Bourse du Développement Durable, en 2009, le Grand trophée d’Or Ecoproduit lui est décerné pour Bactériosol® et en 2011 le Trophée Coup de Cœur du jury pour Bactériolit®. D’autres projets sont en cours autour de la méthanisation, du carbone et de l’eau notamment.

Pour plus d'infos

Innovation : produits, services, marques...
Un outil de conduite des troupeaux de brebis laitières pour la société Bayle : Idac 3000

La société Bayle installée à Lioujas, spécialisée initialement dans la chaudronnerie avant de se lancer dans la fabrication et le développement de matériels de contention, de distribution d’alimentation et d’aménagement pour les élevages, vient de mettre au point un outil de conduite des troupeaux de brebis laitières en collaboration avec la société Elisphère, leader hexagonal dans le suivi informatique de la traçabilité, la Confédération de Roquefort et Unotec. Une boucle électronique placée sous la brebis permet de l’identifier pour une meilleure gestion individuelle, de la ration notamment, à chaque passage en salle de traite.

Nouvel espace remise en forme et relaxation aux Thermes de Cransac

Les Thermes de Cransac, souhaitant cibler une nouvelle clientèle, proposent désormais un « SPA » thermal où sont proposés lit hydro-massant, massage au jet, enveloppement de kaolin et dénouement de contractures par le biais d’appareils sophistiqués qui diffusent du gaz souffré.
Plus d'infos

Le « Massif » et l’ « Essentiel », 2 nouveaux couteaux pour la Forge de Laguiole

En collaboration avec le designer Christian Ghion, la Forge de Laguiole a créé un couteau monobloc aux formes sculptées dans un inox brillant, le « Massif » et un couteau habillé d’aluminium poli brillant dont le manche est paré d’une abeille stylisée, l’ « essentiel ».
Plus d'infos

Grand Hôtel de la Muse et du Rozier labellisé « Hôtel au naturel »

Le Grand Hôtel de la Muse et du Rozier a rejoint le cercle fermé des « Hôtels au naturel » qui labellise les établissements présents sur un Parc Naturel Régional et dont l’activité a un impact limité sur l’environnement.
Plus d'infos

Le couteau « Belcastel »

Le couteau « Belcastel » ciselé par la coutellerie Vialis de Sauveterre-de-Rouergue en 12 exemplaires a reçu la Marianne d’or.

 
 
  Lettre de l'économie en Aveyron - n°70 - Avril 2012 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

Les frères Greffeuille et la construction d’une filière ovine « haute couture »

Jacques et Bernard Greffeuille

Les frères Greffeuille, Jacques et Bernard, font le succès de la société éponyme à Capdenac, spécialiste de l’abattage et de la commercialisation d’agneaux. « Jacques est aux commandes » détaille Bernard, arrivé plus tardivement dans l’entreprise. En tous cas, il s’agit d’une histoire de famille où chacun apporte sa pierre à l’édifice. Si Jacques apparaît comme le pilier, Bernard lui, n’est bien entendu pas étranger au développement de l’entreprise. Ils partagent un secret commun : la volonté de constituer une filière et de se positionner sur le haut de gamme. Ce, sans quoi, l’agneau Allaiton (agneau sous la mère) aveyronnais ne connaîtrait pas un tel engouement. Qualité rime avec volonté chez les Greffeuille.

 

Jacques et Bernard Greffeuille, originaires de Bournazel, ont d’abord suivi le même parcours avec quelques mois de différence : « sup de co » Toulouse, l’un sorti en 76, l’autre en 77, tous deux ne préméditant aucune fonction dans l’entreprise familiale à l’époque. Puis ils ont sans doute ce point commun d’avoir pris des routes différentes… Après son service militaire, Jacques Greffeuille, l’aîné, a officié à la DIAC, filiale financière du groupe Renault, à Toulouse et Paris avant de s’expatrier brièvement dans une université américaine. La fin de l’exil se termine par un mariage qui signe son retour en France et singulièrement en Aveyron. C’est à Goutrens que le jeune couple, Isabelle et Jacques, élit domicile, en 84. Pendant ce temps, Bernard Greffeuille, le cadet, intègre les institutions consulaires : il dirigera pendant 14 ans l’administration générale et les finances de l’ACFCI (Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et d'Industrie) à Paris, puis partira en Guyane où il restera 6 ans pour gérer la CCI, et conduire, notamment, le projet de construction de l’aéroport international. Deux univers bien éloignés de l’entreprise familiale issue de l’activité du « grand-père » Greffeuille, fermier à Bournazel et négociant de fruits, légumes et bestiaux… Si ce n’est le temps qu’ils passaient dans les bergeries, l’été et durant les week-end, lorsqu’ils étaient plus jeunes, Jacques et Bernard ne sont pas du métier. Affirmation que l’on n’aurait pourtant pas de mal à contredire aujourd’hui lorsqu’on voit Jacques Greffeuille œuvrer au milieu des employés de la société comme s’il n’était pas autodidacte. L’aîné qui a rejoint, en 84, l’activité de commercialisation d’ovins impulsée par son père et son oncle dans les années 50, a dès lors redoublé d’efforts pour apprendre le métier et s’est investi « corps et âme » pour donner une nouvelle dimension à l’activité initiée. Michel et André Greffeuille, les prédécesseurs, négociants en bestiaux à Rignac, surtout de veaux de la région, s’étaient effectivement lancés, dans la commercialisation d’agneaux sous la mère qui partaient pour être abattus dans la Drôme et à Sisteron pour couvrir la demande de la Côte d’Azur que les opérateurs du coin avaient du mal à satisfaire. En effet, aux lendemains de la guerre, les éleveurs de ces régions avaient délaissé leur métier pour préférer l’industrialisation de la Vallée du Rhône. A son arrivée, avec la création d’Aprovia en 1987, organisation de producteurs d’agneaux fermiers de l’Aveyron dans laquelle les éleveurs sont actionnaires, Jacques a participé à la structuration d’un groupement spécialisé dans la production d’agneaux élevés sous la mère. Ayant toujours en tête de développer au mieux la filière pour apporter un meilleur revenu aux éleveurs, Jacques Greffeuille va développer l’abattage des agneaux, d’abord à Rodez mais aussi Saint-Affrique et Villefranche et enfin à l’abattoir bi-espèce de Capdenac où l’entreprise s’installe en 1986. L’abattoir est repris en 1994 à 50% avec Porc Quercy Rouergue. Epoque à laquelle les démarches sous signe officiel de qualité voient le jour : Label Rouge dans le cadre d’un cahier des charges régional, IGP Agneau de l’Aveyron sous l’impulsion du commandant de bord, Jacques Greffeuille et de Jean-Luc Bruel, technicien d’Aprovia, tous deux très attachés aux garanties de qualité. Parallèlement, la création de la marque Allaiton en 1991, marque de grande sélection, permet de valoriser les agneaux d’aussi bonne qualité que les labellisés pour être vendus en boucherie artisanale. Capter la valeur ajoutée est un combat pour Jacques Greffeuille. Les professionnels ne s’y trompent pas. Gérard Joulie, gérant d’une douzaine de brasseries de luxe à Paris se fournit chez Greffeuille et favorise la création d’une activité de découpe sur le site capdenacois de l’entreprise. Lorsque Bernard Greffeuille est, à son tour, de retour au pays à la fin des années 90, le positionnement haut de gamme est sur les rails, les agneaux Allaiton sont très appréciés mais le cadet a le sentiment que la valorisation du produit n’est pas suffisante. Il se lance alors dans la création d’une chaîne d’excellence, du producteur aux grands chefs français. Michel Bras est le premier à adhérer à la démarche après avoir pris le temps de travailler une viande qu’il juge exceptionnelle. C’est un réseau de grands chefs, animé par Bernard Greffeuille, l’homme de la communication, qui naît autour de l’Agneau Allaiton qui devient Triple A. « C’est la haute couture de l’agneau » justifie Bernard Greffeuille, élu par ailleurs à la CCI de l’Aveyron et vice-président de la commission commerce extérieur. L’agneau « Greffeuille » derrière lequel vit une filière en toute transparence s’exporte déjà à Hong-Kong et a de belles perspectives devant lui avec la conquête des assiettes des plus grands chefs mondiaux et des plus belles boucheries de notre pays. L’ensemble des sociétés chapotées par la holding Greffeuille réalise 20 millions d’€ de chiffre d’affaires. Ce sont quelques 300 éleveurs et une quarantaine de salariés qui œuvrent aujourd’hui à produire « l’agneau le plus qualitatif de France » selon les mots de Bernard Greffeuille et qui, sans aucune présomption, donne son Triple A à l’Aveyron !

Pour plus d'infos

 

Brèves, les gens ...
Jean-Claude Virenque succède à Bernard Cazals à la présidence d’Unicor
Bernard Cazals, Président d’Unicor depuis 13 ans, passe le relais à Jean-Claude Virenque, éleveur de brebis laitières à Comps-la-Grandville. Vice-Président d’Unicor depuis 4 ans et engagé au sein du conseil d’administration puis de l’organisation de producteurs ovine depuis 17 ans, il a été élu à l’unanimité. Bernard Cazals reste administrateur et continue d’assurer la Présidence de Caussade Semences. Le conseil d’administration compte par ailleurs trois nouveaux vice-présidents : Pierre Cabrit, Hervé Solignac et Jean-Marc Vésy.
Plus d'infos
Alain Chatillon réélu à la Présidence d’Agrimip
La dernière assemblée générale du pôle de compétitivité Agrimip Sud-Ouest Innovation a réélu Alain Chatillon en tant que Président.
Plus d'infos
Patrice Falip nouveau Président des JA
Les Jeunes Agriculteurs ont élu leur nouvelle équipe, le 13 avril dernier lors de leur assemblée générale, dont leur Président : Patrice Falip.
Plus d'infos
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°70 - Avril 2012 - Page 4

A VOIR

> Le gratuit : une arme de destruction massive de la valeur
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°70 -Avril 2012 - Page 5