La lettre de l'économie en Aveyron
fév. 2013
Numéro 78


Edito

Fièvre de cheval

Comme si la crise ne suffisait pas, voilà qu’une fièvre de cheval s’invite au tableau clinique de notre économie. Symptomatique en effet, ce nouveau pic qui illustre, une fois de plus, l’impact considérable que peut avoir un défaut de traçabilité ou de sincérité dans les productions alimentaires sur un consommateur en perte de confiance et de repères.

Geneviève Cazes Valette, professeur de marketing agroalimentaire et anthropologue spécialiste de la consommation de produits carnés pointait du doigt, la semaine dernière, à Valady, ce risque majeur de désaffection, dans le prolongement d’autres scandales, indélicatesses ou problèmes sanitaires que le consommateur, désormais suspicieux à tous propos, mélange et amalgame sans discernement.

Fidéliser, gagner la confiance d’un client nécessitent souvent pour une marque, une famille de produits ou une entreprise, des décennies et des millions d’€ d’investissement. Détourner, dégoûter un consommateur, en rompant durablement le contrat de confiance qu’il a acheté, peut discréditer, en quelques instants, une filière, même hélas, lorsque seul est en cause un négociant véreux ou un vieux cheval roumain.

Alors, au moment où chacun explore tous les champs de la créativité pour dégager des innovations, seules pourvoyeuses, en ces temps difficiles, de chiffre d’affaires additionnel et de marges, on se prend à rêver, depuis notre Aveyron, où le sens de la responsabilité est plus vivace qu’ailleurs. On se prend à rêver d’un marché où les produits tiendraient enfin un discours de vérité, véritable « innovation » dans un monde où semble régner l’indifférenciation.

Comme le disait Orwell : « Là où règne la malhonnêteté, tenir un discours de vérité est un acte révolutionnaire ».



Arnaud VIALA
Conseiller Général de Vezins
Président d'Aveyron Expansion
Consultez le blog d'Arnaud Viala


Au sommaire

A la Une
> Agriculture/Agro-industrie aveyronnaises : un duo leader en Midi-Pyrénées

> Telex de l'économie

Macro-économie
> Quand la modernité s’invite à la table des produits de terroir aveyronnais

Collectivités
> Le Carladez gère ses emplois

> Agenda

Vie des entreprises
> Innovation

Entrepreneurs aveyronnais
> Michel Dacheux nouveau Président du Tribunal de Commerce

> Les gens

> A lire

> Lire les news précédentes

Aveyron Expansion est aussi sur :



A la Une  

Agriculture/Agro-industrie aveyronnaises : un duo leader en Midi-Pyrénées

L’agro-industrie est la 1ère filière industrielle de l’Aveyron au regard du chiffre d’affaires réalisé par les entreprises du secteur. La filière IAA aveyronnaise pèse également au niveau régional puisqu’elle représente 20% des emplois et 32% du chiffre d’affaires IAA de Midi-Pyrénées. Après la forte baisse enregistrée en 2009 (-7%), le chiffre d’affaires total de la filière resté stable entre 2009 et 2010, progresse de nouveau en 2011, de 4%. La filière agro-industrie aveyronnaise est impliquée dans le pôle de compétitivité AgriMip Sud Ouest Innovation qui figure parmi les pôles de compétitivité français les plus performants.

Une filière industrielle qui s’appuie sur une activité agricole importante
Premier département ovin de France et premier département du Grand-Sud pour la production de lait et de viande, l’Aveyron est reconnu comme un département agricole de premier plan. Encore aujourd’hui, l’emploi agricole représente 10% de l’emploi total dans le département (contre 4% en Midi-Pyrénées et 2,5% en France).
source INSEE - chiffres au 311210

En 2012, 45% des exportations aveyronnaises sont constitués de produits issus de l’agriculture et de l’industrie agroalimentaire.

Des infrastructures performantes viennent en appui : le 2ème marché aux bestiaux de France à Laissac, un laboratoire d’analyses vétérinaires à vocation régionale et un équipement d’abattage complet.

La forte identité de l’Aveyron a servi de terreau au développement d’un nombre important de produits sous signes officiels de qualité (Roquefort, Laguiole, Veau d’Aveyron et du Ségala, Agneau de l’Aveyron, vin de « Marcillac », les «vins d’Entraygues/Le Fel», les «vins d’Estaing» et les «Côtes de Millau»…) auxquels il faut rajouter plusieurs produits AOC ou Label Rouge qui intègrent le territoire aveyronnais dans leur zone de production. En 2010, une exploitation aveyronnaise sur deux produit sous signe officiel de qualité (contre une sur quatre en Midi-Pyrénées). Le bio gagne aussi un peu plus de terrain chaque année en Aveyron (n°2 en France pour la surface agricole certifiée bio). Le département joue également un rôle déterminant en matière d‘élevage ovin bio (1er rang national). Plusieurs entreprises aveyronnaises se sont déjà engagées avec succès sur le créneau du bio, parmi lesquelles le Moulin du Pivert qui figure parmi les 30 premiers transformateurs de produits alimentaires bio de France.
Sources : APABA / Chambre d’Agriculture de l’Aveyron, Institut Régional de la Qualité Agroalimentaire de Midi-Pyrénées (IRQUALIM), Institut National de l’Origine et de la qualité(INAO), Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique, Aveyron Expansion (Etude Repères : Le Bio en France : Le marché, les acteurs).

Une filière organisée autour de 4 pôles
La filière agro-industrie aveyronnaise s’articule autour de 4 activités principales : lait et fromage, viande et plats cuisinés, semences et aliments du bétail, pain et pâtisserie industrielle. Les activités « lait et fromage » et « viande et plats cuisinés », piliers de ce secteur d’activité représentent plus de 60% des emplois et près de 70% du chiffre d’affaires de la filière. L’activité Lait et fromage prédomine compte tenu de l’activité amont de la filière : 39% de la production régionale de lait de vache, 55% de la production de lait de chèvre et 83% de la production de lait de brebis proviennent de l’Aveyron. (Agreste/Draaf Midi Pyrénées - chiffres fin 2011)
Les entreprises agroalimentaires sont présentes sur l’ensemble du territoire aveyronnais, chaque micro région présentant des spécificités :
- l’ouest du département accueille plutôt des activités de salaisonnerie, boulangerie/viennoiserie industrielle et conserverie-plats cuisinés ;
- le centre rassemble des activités laitière et fromagère (vache), des activités de transformation de la viande, de conserverie/plats cuisinés et de semences ;
- au sud domine l’industrie laitière et fromagère (brebis), liée à la production du fromage Roquefort. La zone d’emploi de Millau concentre le quart de l’activité des industries laitières de la région, en nombre d’établissements comme en effectif salarié

L’évolution de la demande des consommateurs vers des produits respectueux de l’environnement, typés, ancrés territorialement est une véritable opportunité pour la filière agroalimentaire aveyronnaise. La progression des produits labellisés, le travail de recherche engagé par de grandes entreprises (RAGT, Société des Caves, Oviasud,…) ou dans le cadre de la plateforme technologique « viande et salaisons » de La Roque (travail sur les capteurs) sont autant d’éléments qui contribuent à bien positionner la filière aveyronnaise sur un marché de l’alimentation en pleine évolution. L’estampille « Fabriqué en Aveyron » vient renforcer la lisibilité de la filière.

Les entreprises leaders
Pour le secteur lait et fromage :
Société des caves, Société Fromagère de Rodez, Gabriel Coulet, Les Fromageries Occitanes, Papillon Fromagerie, Jeune Montagne, Vernières, Sodiaal Union/Riches Monts...
Pour le secteur viande et plats cuisinés :
Raynal et Roquelaure, Poujol Frères, Soulié Restauration, Alliance Porci d’Oc, Arcadie, Sacor, Sema Semenzin et Fils, Boucherie Charcuterie Bousquet, Tranchage de la Jasse/Jasse Larzou/Décembre, Etablissement Serrault, Groupe Greffeuille, Aveyron Foie Gras, Carrier Restauration, Oviasud/Peyrottes...
Pour le secteur semences et aliments du bétail :
Ragt, Unicor, Terrya La Maison de l’Eleveur, Sfna...
Pour le secteur pain et pâtisserie industrielle :
Fromentiers de France, Epi du Rouergue, l’Albigeoise de Patons, la Panetière du Rouergue, Galzin, la Coupiagaise, le Pivert, Mbg, l’Epi des Gorges du Tarn…
Autres entreprises :
Laboratoire Nutergia, Sobac…

L'AGROALIMENTAIRE EN CHIFFRES
515 établissements (INSEE au 010110)
4 835 emplois salariés (INSEE au 311210)
2 242 millions d’€ de chiffre d'affaires en 2011
137 millions d’€ de produits IAA exportés en 2012
(sources : INSEE /Direction services fiscaux pour chiffre affaires 2011/Direction Générale des douanes pour export)

 

Telex... l'économie aveyronnaise en bref
Fives Cinetic rachète Forest Liné

L’entreprise de fabrication de machines outils, Forest Liné, devrait bientôt entrer dans le giron du groupe français Fives Cinetic.
Plus d'infos

Ardoises et gourmandises ©Verval, l’art culinaire au naturel

Avec Vanessa Lacombe, « la pierre s’invite à votre table ». Basée à Camjac, cette jeune chef d’entreprise conçoit, réalise et commercialise des assiettes culinaires en ardoise et des glaçons en granit, sous les marques respectives ©Verval et ©On The Rocks. Depuis 15 ans, elle exprime sa passion pour la nature au travers de son activité professionnelle. En témoigne la gamme de produits qu’elle a créés (assiettes, plateaux aux vertus écologiques, anti-tâches et prêts à l’emploi…) reconnus par quelques grands noms de l’agroalimentaire aveyronnais (Jeune Montagne, Roquefort Société, Roquefort Carles, Manoir Alexandre…) avec qui elle est partenaire.
Plus d'infos

Mur de Barrez, Village Gourmand

En fin d’année dernière, le village de Mur de Barrez a obtenu le label, Village Gourmand, mis en place par les Cuisineries Gourmandes et a rejoint le réseau des 30 communes déjà labellisées. L’Auberge du Barrez, ayant elle-même obtenu la certification « qualité de service » des Cuisineries Gourmandes a été le vecteur de cette récompense témoignant de la volonté de développement du village autour de la gastronomie, de la diversité de ses produits locaux et des spécialités du terroir du Carladez.
Plus d'infos

La société hydroélectrique du Midi (Shem) investit dans la Capdenacois

Le groupement de Capdenac de la Société Hydroélectrique du Midi (Shem) exploite 3 centrales hydroélectriques en Aveyron : Touluch, Marcenac et Capdenac et le barrage à clapets de Roquelongue, produisant 65 GWh. Ce parc va faire l’objet d’un investissement de 6,5 millions d’€ pour toujours plus de performance tout en respectant autant que faire se peut l’environnement.
Plus d'infos

Terrya 2ème fabricant d’aliments pour le bétail en Aveyron

A Rignac, Terrya, Aliments Calvet auparavant, devenue filiale de RAGT il y a plus de 10 ans, est spécialisée dans la fabrication d’aliments pour le bétail et les végétaux. L’entreprise qui réalise 60% de son chiffre d’affaires en Aveyron est le 2ème fabricant aveyronnais du secteur. En 2012, elle a réalisé 32 millions d’€ de chiffre d’affaires et elle emploie 63 salariés.

Albouy Equipement, leader sur le marché des petits ruminants

L’entreprise carcenacoise, Albouy Equipement, qui conçoit et fabrique du matériel agricole automatisé pour la contention et l’alimentation caprines et ovines, jouit d’une belle reconnaissance professionnelle nationale et européenne. Elle a développé une gamme complète de machines et maîtrise toute la chaîne de conception, de fabrication, d’assemblage et de commercialisation. Elle est leader français sur le secteur.
Plus d'infos

Un site web dédié à l’export des entreprises midi-pyrénéennes

Le site www.export.midipyrenees.fr, dernièrement mis en ligne, est un outil dédié aux entreprises de Midi-Pyrénées qui leur donne accès à 30000 études de marché tous secteurs confondus, à un atlas économique de 186 pays et qui référence 40000 salons internationaux. Réglementations douanières, calculateurs de prix rendus import/export sont également accessibles. Export.midipyrenees.fr est le prolongement de la plateforme qu'Aveyron Expansion avait mise en place pour le département d'avril 2006 à avril 2010.

Lisi Aerospace recrute

Lisi Aerospace, fabricant de vis aéronautiques à Villefranche-de-Rouergue notamment, lance une campagne de recrutement. Une cinquantaine de postes d’opérateurs régleurs est à pourvoir.
Plus d'infos

La marque Société a 150 ans

Cette année, le Roquefort Société fête ses 150 ans. L’anniversaire fera l’objet de nombreuses campagnes de communication.
Plus d'infos

Les produits Nutergia estampillés « Fabriqué en Aveyron »

Les produits du Laboratoire Nutergia de bionutrition et de micronutrition à Capdenac se voient attribuer l’estampille « fabriqué en Aveyron ».
Plus d'infos

Les 6 chefs étoilés conservent leurs étoiles au guide Michelin

Le restaurant de Michel et Sébastien Bras, Goûts et Couleurs, Le Sénéchal, le restaurant d’Hervé Busset, Le Belvédère et le restaurant du Vieux Pont conservent leurs étoiles.

Boissière : nouveaux locaux commerciaux à Millau

Fraîchement élu Artisan de l’année 2012 par la CAPEB au niveau national, Frédéric Boissière dirigeant de l’entreprise éponyme inaugurait, le 13 février dernier, ses nouveaux locaux commerciaux situés Rond Point de l’industrie, à Millau. L’entreprise familiale spécialisée dans l’ossature bois qui emploie 18 personnes est devenue, en une dizaine d’années, un acteur majeur de la maison bois et de ses aménagements, en Aveyron et les départements limitrophes. Elle cultive des valeurs entrepreneuriales nobles en privilégiant les circuits courts (approvisionnement en bois locaux), en mettant tout en oeuvre pour le confort de ses salariés (sécurité, plan de formation, comité d’entreprise, avantages sociaux…). L'entreprise dont les productions bénéficient de la signature "Fabriqué en Aveyron" a encore une fois été saluée par une assemblée d’élus, de partenaires et de clients.
Plus d'infos

TGM met à disposition d’artisans un local rue de La Capelle

La pépinière d’entreprises TGM de la Communauté de communes Millau Grands Causses loue des locaux 14-16 rue de La Capelle à Millau qu’elle va rénover pour y installer deux artisans créateurs qui disposeront en plus des services courants de la pépinière d’un atelier de fabrication et d’une vitrine. Cette opération menée conjointement avec l’Office de tourisme de Millau vise à structurer la filière cuir, métiers d’art et savoir-faire d’excellence du territoire.
Plus d'infos

Une nouvelle entreprise chez Chrysalis : Sol Labo Concept

SLC, Sol Labo Concept, récemment installée à la pépinière d’entreprises Chrysalis à Decazeville, propose une palette de services autour de l’analyse de sols, préconisation de traitement en stabilité, contrôle et suivi de chantier.
Plus d'infos

L’Atelier du Réquista : 53% à l’export

L’Atelier du Réquista à Sébrazac exporte 53% de ces créations « Fabriqué en Aveyron ». Les couteaux marquetés d’Hervé Liné et les créations (vêtements et accessoires) de Monika Golz remportent un large succès international.
Plus d'infos

Le Laboratoire du Haut Ségala a racheté les locaux de Ségala Industrie

L’entreprise de cosmétique bio installée à La Salvetat Peyralès, Le Laboratoire du Haut Ségala, entrée dans le giron du groupe KAE Cosmétiques, a racheté les locaux de Ségala Industrie à Rieupeyroux : bureaux et atelier. Le site devrait être opérationnel au printemps.
Plus d'infos

Un couteau de La Forge de Laguiole objet de l’amitié franco-allemande

La Ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, Sylvia Pinel, a remis à son homogue allemand un couteau de La Forge de Laguiole lors du 50ème anniversaire du Traité de l’Elysée qui célèbre l’amitié franco-allemande.
Plus d'infos

 
 
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°78 - Février 2013 - Page 1

Macro économie - Collectivités


Macro-économie

Quand la modernité s’invite à la table des produits de terroir aveyronnais

Le 21 février dernier, la cave coopérative des vignerons de Marcillac à Valady accueillait la rencontre organisée par le pôle de compétitivité Agrimip Sud-Ouest Innovation et son relai départemental Aveyron Expansion autour du thème « Tradition et modernité : comment les concilier au service des produits de terroir ? ». Le sujet introduit par le Président d’Unicor, Jean-Claude Virenque, le Président de la coopérative des vignerons de Marcillac, Jean-Marc Gombert et Kasper Ibfelt, Directeur de la cave, a brillamment été exposé par Geneviève Cazes-Valette, professeur de marketing à l’Ecole Supérieure de Commerce de Toulouse, également anthropologue. Une quarantaine d’entreprises de l’agroalimentaire étaient présentes.

Chaque année, le pôle de compétitivité Agrimip dont l’objectif est de faire émerger des projets d’innovation au sein des entreprises organise une rencontre destinée aux professionnels de la filière agroalimentaire aveyronnaise au cours de laquelle il leur donne « du grain à moudre ». Cette fois, il s’agissait de marketing. Le Directeur de la cave, Kasper Ibfelt, hôte de la soirée, a d’abord rappelé, à ce titre notamment, combien le vin de Marcillac avait évolué avec un exposé intitulé « Quand le terroir devient chic ». En témoignent aujourd’hui le positionnement du vin de Marcillac sur une AOP de niche, les évolutions du prix d’achat du raisin et du prix de vente conseillé, du développement des ventes hors Aveyron et en Île-de-France notamment, l’agrandissement de la cave… et la cerise sur le gâteau pour le Danois est que « Le vin de Marcillac est désormais un vin qui s’offre pour Noël ». Geneviève Cazes-Valette est intervenue à la suite des propos de Kasper Ibelft, décodant presque les clefs du succès de la cave : honnêteté, méthode et créativité. Pour l’experte en marketing, il s’agit de bien connaître son marché pour le satisfaire. Un marché des produits de terroir qui, selon elle, se décline selon deux axes de consommation : en abscisse un axe ouverture/fermeture et en ordonnée un axe altruisme (acte politique)/égoïsme (protection de soi) dessinant un graphique sur lequel peuvent être positionnées les cibles. Autrement dit, les locavores se situent par exemple au croisement de l’altruisme et de la fermeture par opposition aux « gourmands » qui se situent au croisement de l’ouverture et de l’égoïsme. « Il y a des affaires à faire avec tous ces consommateurs qui n’ont pas les mêmes motivations » explique Geneviève Cazes-Valette. Un certain nombre de marques l’ont bien compris : Reflets de France, Monoprix Gourmet… Aucun doute, le marché a besoin des produits de terroir. Mais comment y concilier la modernité dont la définition s’oppose à la tradition ? Pour Geneviève Cazes Valette, il existe bien des solutions, à condition d’être honnête. L’adaptation des portions à la taille des foyers, des produits aux modes d’approvisionnement, aux modes de préparation, de consommation, à la bipolarisation du repas corvée/plaisir, aux injonctions nutritionnelles… témoignent des besoins de modernité du marché. Après avoir rappelé les bases du marketing (choisir sa cible, le positionnement qui en découle et la déclinaison dans le marketing mix : produit, prix, circuits de distribution et communication), Geneviève Cazes Valette a abordé les possibilités de modernité du produit de terroir et autour du produit de terroir, en insistant sur le fait de ne pas mentir au vu des risques démesurés encourus. « Il est difficile de modifier un produit si c’est son authenticité qui est revendiquée. En revanche, sa recette peut être adaptée, revisitée par un chef par exemple ; on peut jouer sur les ingrédients bios, fermiers, équitables… sur la formule (surgelée…), sur le degré d’élaboration du produit (prêt à assembler) mais on peut aussi inventer un produit du terroir (cf la tartiflette qui n’existe que depuis 1980 !) » enseigne le professeur de marketing. « Les groupes de créativité sont les bienvenus en la matière » justifie-t-elle. Le packaging lui, peut être moderne d’un point de vue pratique (format individuel ou sécable, découpé, micro-ondable, cuisinable, nomade) ou d’un point de vue esthétique. Les produits ne doivent pas être bradés, leur image s’en trouverait dégradée, les consommateurs sont prêts à payer la qualité, cela les rassure. Les circuits de distribution à privilégier sont les supermarchés plutôt que les hypermarchés, le drive, les épiceries fines, la vente directe à la ferme et d’usine, les marchés, et « pourquoi pas même sur un parking » lance l’experte marketing. La vente en ligne grâce à la création de boutiques communes, la vente en magasin de producteurs ou de terroir (cf les Halles de l’Aveyron) et la vente type Tupperware en réseau physique ou virtuel doivent être aussi considérées. Pour ce qui est des techniques de vente, Geneviève Cazes Valette recommande d’arrêter les caricatures. Les codes modernes de la communication sont l’humour et l’auto-dérision mais il s’agit avant tout bien évidemment d’argumenter par rapport à sa cible. Les couleurs, le graphisme doivent être modernes. Quant aux terrains modernes de communication, il s’agit inévitablement d’internet, des réseaux sociaux. Mais ne pas sous-estimer pour autant l’affichage permanent ! … pour une cohérence globale. Geneviève Cazes Valette conclut : « l’enjeu majeur de la conciliation entre tradition et modernité réside surtout dans le fait de ne pas trahir la confiance des consommateurs. L’honnêteté et la bienveillance sont les clefs du succès ». Une matière qui donne à innover… et à démystifier l’innovation comme l’a rappelé Daniel Segonds, Vice-Président du pôle de compétitivité Agrimip pour qui « la tradition est une innovation qui dure ».

Pour plus d'infos


 


Agenda économique

 

11ème trophées de l’économie numérique 2013
Les Trophées de l'Economie Numérique mettent à l'honneur le savoir-faire et les initiatives des entreprises et organisations dans le développement de solutions et applications numériques remarquables. Les dossiers peuvent être déposés du 18 février au 19 avril, dans l'une des 5 catégories suivantes : Territoire Numérique et Citoyenneté, Performance des Systèmes d'Information, Innovation, E-business et Développement durable.
Plus d'infos

Capcoop : réunions d’information « Accompagnement à la création d’entreprise/créer sa propre activité » du 1er semestre 2013
La coopérative d’activités et d’emploi Capcoop organise, durant le 1er semestre 2013, des réunions d’information sur la création d’entreprise et l’accompagnement qu’elle est en mesure de fournir aux porteurs de projets. Les prochaines réunions auront lieu à Decazeville le 6 mars et le 5 Juin à 14h, à Onet-le-Château le 15 mars, le 15 avril, le 17 mai et le 17 juin à 14h, à Millau le 11 avril à 14h, à Villefranche-de-Rouergue le 16 avril à 14h et à Saint-Affrique le 4 Juin à 14h.
Plus d'infos

BGE Aveyron : formation création ou reprise d’entreprise du 18 mars au 6 mai à Millau
BGE Aveyron organise une formation dédiée à toutes personnes ayant un projet de création ou reprise d’entreprise artisanale, d’un commerce ou d’une petite entreprise de services. Une réunion d’information est prévue le 12 mars à 14h à la pépinière d’entreprises TGM à Millau. Les dossiers téléchargeables sur le site www.creer.fr pour assister à cette formation sont à renvoyer avant le 15 mars.



Collectivités

Le Carladez gère ses emplois

Le Point Relais Emploi (PRE) du Carladez géré par l’association de développement local, Trait d’Union, s’est engagé dans une démarche de GPEC-T, Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences Territoriale (plus communément appelée GTEC, Gestion Territoriale des Emplois et des Compétences) sur 3 ans, financée par l’Etat (DIRECCTE) et l’Europe en majeure partie et par la Communauté des Communes du Carladez et EDF, l'un des premiers employeurs du territoire.

Le PRE, interface entre les employeurs locaux et les demandeurs d’emploi sur le territoire des 6 communes du Nord Aveyron : Brommat, Lacroix-Barrez, Mur de Barrez, Murols, Taussac et Thérondels qui composent à la fois le canton de Mur de Barrez et la communauté de communes du Carladez a souhaité renforcer et développer la synergie entre les besoins des entreprises locales et l’offre territoriale en ressources humaines. Dans ce cadre, il s’est donné pour objectif de réaliser un diagnostic sur les besoins en « main d’œuvre » des 180 entreprises « employeuses » du Carladez, de les anticiper au travers d’une démarche prospective et d’assurer une dynamique collective autour d’un projet de territoire.
Il s’agit donc pour Trait d’Union, sur les 2 années à venir, d’établir un portrait actualisé du territoire, d’identifier les métiers et emplois en évolution mais aussi de quantifier les besoins et compétences disponibles localement. Le volet diagnostic auprès des entreprises locales et des partenaires économiques est d’ores et déjà engagé. 30 entreprises « employeuses » du canton ont fait, avec le PRE, le bilan sur l’évolution de leur activité, leurs projets, leurs besoins. Plusieurs problématiques ont été soulevées lors de ces entretiens : la transmission/reprise, les projets d’investissement, la valorisation de la stratégie de communication, l’information sur les contrats aidés, les difficultés de recrutement sur certains métiers... En parallèle, le PRE souhaite mettre en place un observatoire territorial des emplois et des compétences pour avoir une vision d’avenir du territoire et de ses enjeux dont l’un d’entre eux est notamment d’apporter un service de proximité aux entreprises : les accompagner sur des problématiques d’organisation, de RH, de management, leur proposer des outils collectifs, mobiliser et animer un réseau partenarial… Des conventions avec les chambres consulaires ont été mises en place afin de répondre de manière coordonnée aux demandes des entreprises. Quant au volet attractivité, essentiel à la GPECT pour une adéquation optimale offre/demande d'emplois y compris en termes de reprises ou de créations d’activités, il fait l'objet d'une collaboration avec Aveyron Expansion.

Pour plus d'infos


 Lettre de l'économie en Aveyron - n°78 - Février 2013 - Page 2

Vie des entreprises

   

Innovation : produits, services, marques...
Rodez-vip.com, un site de ventes privées ruthénoises

Dans quelques jours, le site www.rodez-vip.com de ventes privées et de bons plans en Aveyron sera mis en ligne.

Lancement d’un nouveau service aux entreprises : le massage assis

Coralie Ayral, coach bien-être, met au service des entreprises aveyronnaises un coaching corporel par le massage assis. Il s’agit de tout massage de bien-être et de relaxation, non médical, ni paramédical thérapeutique, généralement pratiqué sur chaise ergonomique. Un moyen de lutter contre le stress et la fatigue et de gérer la problématique professionnelle des troubles musculo-squelettiques.
Plus d'infos

Le Vallon : projet de construction éco-responsable pour la commune de Naussac

La municipalité de Naussac porte le projet de construction d’un hameau éco-responsable sur l’ancien stade de foot de Bez. Intégration paysagère, faible consommation d’énergie, chauffage assuré par des poêles à granulés seront de mise pour les 7 maisons qui formeront le hameau dont l’espace public sera partagé. Il s’agit autrement dit d’un groupe de maisons rurales hors de l’agglomération principale de la commune adapté aux nécessités de la vie actuelle : la vie à la campagne, dans un environnement préservé tout en bénéficiant de solidarités.

 
 
  Lettre de l'économie en Aveyron - n°78 - Février 2013 - Page 3

Entrepreneurs Aveyronnais

Portrait  

Michel Dacheux nouveau Président du Tribunal de Commerce

Depuis une dizaine d’années, Michel Dacheux met ses deux vies successives (expertise comptable et entreprenariat) au service du tribunal de commerce de l’Aveyron. Sa connaissance de l’entreprise et du territoire le conduisent aujourd’hui à la Présidence de l’institution. Il dit œuvrer dans la continuité de ses prédécesseurs : Claude Guirande et Manuel Cantos.

Initialement, Michel Dacheux ne se destinait pas à l’entreprise. Il étudie pourtant la gestion et le droit de l’entreprise à Rodez, sa ville d’origine, puis à Toulouse pour ensuite pratiquer l’expertise comptable, fonction qu’il exercera pendant une vingtaine d’années. Cette expérience lui permet d’aborder tous les secteurs d’activité, la plupart des problématiques de gestion d’entreprise et lui offre une vision globale de l’économie aveyronnaise. « C’est un concours de circonstances qui m’a amené aux fonctions de chef d’entreprise » explique Michel Dacheux, devenu associé du centre de restauration Martel Dacheux en 1989. Cette seconde vie durera également une vingtaine d’années. L’entrepreneur, élu juge au tribunal de commerce en 2002, prend sa retraite en 2007 et voue plus que jamais son vécu à l’institution. Il était chargé de la présidence du contentieux général jusqu’en décembre dernier. Suite à son élection par ses pairs en début d'année 2013, il est devenu président du tribunal de commerce de l’Aveyron. Michel Dacheux prend d’autant plus cette responsabilité à cœur que la conjoncture actuelle met à mal l’économie aveyronnaise. Il souhaiterait, tout comme ses prédécesseurs, que les chefs d’entreprise soient conscients de l’aide que le tribunal de commerce peut être en mesure de leur apporter. « Les dirigeants doivent cesser de percevoir le Tribunal de Commerce comme un Tribunal sanction. Les difficultés doivent être abordées suffisamment tôt pour sauver l’entreprise concernée. » tient à souligner le Président. « Chaque traitement de dossier est personnalisé et confidentiel » ajoute Michel Dacheux qui souhaite aussi rendre hommage à un travail d’équipe des 13 juges répartis sur le territoire et des acteurs économiques tels Aveyron Expansion ou la CCI. « Ma porte reste ouverte » conclut le nouveau Président.

 

Brèves, les gens ...
Jacques Molières réélu Président de la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron
Jacques Molières a été réélu à la Présidence de la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron.
Plus d'infos
 Lettre de l'économie en Aveyron - n°78 - Février 2013 - Page 4

A LIRE

> Observatoire Cetelem 2013 : le consommateur européen en mode alternatif

 Lettre de l'économie en Aveyron - n°78 - Février 2013 - Page 5